Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Démocratie ou esclavage volontaire
Démocratie ou esclavage volontaire Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-08-2014 21:32

Pages vues : 4314    

Favoris : 37

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
bureaux_tour.jpg
 
 
Démocratie ou esclavage volontaire
 
 
Républicanisme, étatisme, religions : au moyen du langage écrit, puis de l'imprimerie, puis des dogmes et des lois et des normes, frères humains, nous avons envoyé nos frères sur le bûcher ; maintenant, dans un monde qui orgueilleusement se dit "civilisé", bébés, jeunes ou vieux, nous leur envoyons des bombes, atomiques ou non, sur la gueule. Rien n'a changé depuis au minimum 10.000 ans de cette voie de l'Agriculture. Christ, ou Tao ou Vide, oui, sa signification veut dire que c'est à chacun de se prendre en main pour que ce monde tourne enfin rond !
 
En Europe, on ne fusille plus personne, mais ce qui domine c’est la peur et la servitude volontaire. Le système financier s’écroule et les gens sont encore prêts à payer leurs impôts pour renflouer les caisses vidées par les escrocs et meneurs qu’ils ont portés à la tête des États.

Plein de petits moteurs valent mieux qu'un gros qui peut casser, donc vivent les petits pays ou collectivités totalement autonomes, ou autogérées en Alephtocratie (transfini ou nombre d'éléments d'un ensemble infini, qu'on ne peut compter).

Je répète en forme de refrain que maintenant l'individu doit être une personne et non un numéro de sécurité sociale en code-barres comme une marchandise. L'individu doit être une PERSONNE, qui doit transcender le dilemme multi-millénaires individualisme-collectivisme, qui est depuis des millénaires le problème le plus profond de toute politique dans cette planète.

Le culte de la raison, ou de l'ego ou mental fut célébré par les républicains de 1789 et les perruques poudrées du siècle des lumières. Aujourd'hui, il a pondu l'informatique et son ordinateur, lequel est en train de tuer l'humanité. L'esprit scientifique et humanitaire dérivé de la thermodynamique engendre de nos jours sa propre négation et meurt en accouchant de l'informatique, avec notamment les réseaux comme l'Internet, à la fois pratique et mortel. Ce qui découle de cette civilisation "moderne" s'est fait ROBOT, l'esprit de l'humain s'est fait robot. Il faut désormais un autre Esprit, qui est donné à l'humain et qui ne soit pas de l'humain, sinon c'est la catastrophe. Pour cela il faut retrouver le mental théologique et  métaphysique, non seulement des Pères du Christianisme à son origine, mais aussi l'esprit du Moyen-Âge, enrichi de ce que depuis cet esprit a découvert, l'esprit du physique et de la Terre. Car comme dans la Trinité du Moyen-Âge, l'esprit total est Oratores (le spirituel, les arts et les sciences), Laboreores (le travail, paysans artisans, les arts), Bellatores (les militaires et les aristocrates et le gouvernement, la justice). Il y avait circumincession entre les trois « états ».
 
La future et seule vraie Civilisation sera trinitaire comme au Moyen-Âge : L'HUMAIN TOTAL, COMPLET. Car c'est l'Esprit qui contient le germe à toutes réponses des drames de l'humain. C'est ce que l'Église de Rome nomme d'ailleurs l'Esprit-Saint.
On n'accède pas à la Connaissance, à l'Absolu par le mental ou les mots/maux et leur logique. C'est la vie et ses drames, et ses souffrances surtout qui y conduit, et non l'enseignement professoral de l'Université et des écoles du judéo-franc-maçon Jules Ferry, toutes usines à formater les cervelles faisant un ramassis de "jeux de mots/maux" et de calembours.
La vie n'est pas une scolarité ! L'ossature de toute chose passe par le TRIANGLE, Première Figure fermée, donc la TRINITÉ. Rien n'existe sur Terre qui n'ait son germe en "Dieu-Trinité".
Que l'humain en ses actes, en tous domaines, économiques, politique ou religieux, doit agir dans le respect de ces structures. C'est cela la Morale. Mais la Chute a faussé en l'humain la vision juste du Triangle. L'humain est devenu comme un mécano amateur qui, ayant démonté une bagnole, essaie de la remonter et, trouvant des pièces en trop, décide de construire une machine  coudre.
Les principes et les institutions qu'a pondues et voulu imposer au monde l'esprit républicaniste de 1789 se disloquent et s'effondrent. Autre chose est en cours de construction un peu partout dans le monde, en bien ou en mal !

En ce qui concerne 1789, il est très probable que des entités, des égrégores ou des trucs comme ça ont limité volontairement l'expérience du républicanisme ! Sans cela, c'était des millions de morts à travers toute l'Europe et sur le continent Amérique du Nord, car cette révolution de 1789 était purement matérialiste, la fameuse "raison" chère aux perruques poudrées en renforçant l'aspect matériel. Ainsi, ceux qu'on appelle aussi les Frères Aînés, ou les Bienheureux, se sont préoccupés tout au long du 19è siècle du sort du monde occidental. Sans cela, nous aurions eu à subir un cataclysme social auprès duquel 1789 n'aurait été qu'un jeu d'enfants.

Comme un refrain :
Pas de Distance, que l'Instant, et que le VOYAGEUR.

"La Vision de Sir Launfal" du poète James Russelle Lowell.
Le jeune et ambitieux chevalier Sir Launfal, tout en armure et monté sur son cheval, quitte sont château pour chercher le Saint Graal. C'était la mode en ce temps là. Évidemment c'était l'équivalent de l'élite actuelle : arrogance, mépris des pauvres et des travailleurs, orgueil démesuré. Comme il n'y a pas de hasard, il rencontre un lépreux sur son chemin (c'était l'ébola du temps).

Bien-sûr d'un geste dédaigneux le chevalier jette au lépreux une pièce de monnaie, comme on jetterait un os à rongé à un chien affamé.
"Le lépreux ne ramassa pas l'or tombé dans la poussière,
"Mieux vaut pour moi la croûte du pauvre,
Mieux vaut pour moi sa bénédiction,
Même si je quitte sa porte les mains vides.
L'aumône que la main peut tenir n'est pas la véritable aumône ;
Celui qui donne par sentiment du devoir,
Ne donne qu'un métal sans valeur.
Mais celui qui partage son maigre avoir
Avec ce qui est invisible et que relie ce
Lien de beauté spirituelle qui soutient,
Pénètre et unit tout,
La main ne peut éteindre son don entier ;
Le cœur se tend, avide, pour le recevoir
Car un Dieu accompagne cette aumône et la rend abondante
Pour l'âme qui, auparavant, mourait de faim dans l'ombre".

Évidemment qui va à la chasse au Graal, ou au "but-à-atteindre" perd sa place : à son retour, Sir Launfal trouve que quelqu'un d'autre est en possession de son château. On le chasse à l'entrée.

"Vieux, courbé, épuisé et fragile
Il revient de sa quête du Saint Graal ;
Il s'inquiète peu de la perte de son comté,
Sur son manteau la croix n'est plus blasonné,
Mais au fond de son cœur il porte la marque,
L'insigne des souffrants et des miséreux.
Et Sir Launfal dit : "Je contemple sur toi
L'image de Celui qui mourut sur la croix ;
Tu as eu, toi aussi, ta couronne d'épines,
Toi aussi, tu as essuyé les coups et les mépris du Monde.
Et dans ta vie n'ont pas été épargnées
Les blessures aux mains, aux pieds et au flanc ;
Doux fils de Marie, reconnais-moi ;
Vois, à travers lui c'est à Toi que je donne !"
Son cœur dans sa poitrine était cendre et poussière ;
Il partagea en deux son unique croûte,
Il brisa la glace au bord du ruisseau,
Il donna au lépreux à manger et à boire.
Le Lépreux n'était plus accroupi à son côté,
Mais se tenait devant lui, glorifié,
...
Et la Voix plus douce que le silence dit :
"Vois, c'est Moi, ne sois point effrayé !
Dans bien des pays sans succès
Tu as passé ta vie à chercher le Saint Graal,
Vois, il est ici ! Cette coupe que tu viens
De remplir pour moi au ruisseau.
Cette croûte est mon corps brisé pour toi,
Cette eau le sang que je versai sur la croix ;
La Sainte Cène est célébrée vraiment
Dans tout ce que nous partageons pour les besoins d'un autre ;
Ce n'est pas ce que nous donnons qui importe, mais de que nous partageons,
Car le don, sans celui qui donne est stérile.
Celui qui se donne avec son aumône nourrit trois personnes ;
Lui-même, son prochain affamé et moi-même".

Le temps n'est plus à l'égoïsme étatisé de "faire du bien aux autres", avec comme marchandage que les autres nous fassent du bien, c'est-à-dire nous foutent la fameuse paix recherchée depuis des millénaires, et contré par tous les "services d'ordre" de ce monde. Le temps est venu de faire le bien, quelle que soit la façon d'agir des autres à notre égard, terroristes inventés de toute pièce, ou non. Le Jésus de Nazareth a dit : "Nous devons aimer même nos ennemis", ce que semble avoir oublier nombre de Juifs aujourd'hui !

Le temps est venu de sortir à toutes jambes de cette civilisation mortifère du prêt à l'emploi, du prédigéré, de l'esclavagisme. Le temps est à l'AUTONOMIE : ÊTRE UNE PERSONNE : autour du son émit (du latin persona : masque) ; père sonne : créateur du mouvement déployé dans le spatio-temporel ; Père-sonne : à la fois Un le Tout et Unique.
Comme déjà écrit, il ne s'agit plus d'être un croyant mais un SACHANT, c'est cela l'autonomie permettant une vraie démocratie. PARCE QUE LA PAIX N'EST PAS EXTÉRIEURE MAIS INTÉRIEURE. Aussi, comme le Saint Graal, elle ne se trouvera jamais dans le but-à-atteindre, ni à coups de lois humaines, ni à coups de "service d'ordre" et d'armée d'un étatisme quelconque, quelque soit son régime, monarchique ou républicain. La Vraie Paix se situe dans la Patrie du Rien du Tout, la Vraie demeure, là où chacun est autonome, parce qu'il s'occupe de ses affaires, et ainsi le monde tourne rond, comme le dit maintes fois Ramana Maharshi, notamment à l'entretien 479. La Patrie du Rien du Tout est celle de la GRATUITÉ : là où les choses ne servent à rien.
- Question : Nous sommes pacifistes. Nous voulons instaurer la paix.
- Maharshi : La paix est toujours présente. Débarrassez-vous de ce qui dérange. Cette paix est le Soi.
(Entretien 480).

- Question : Si le monde est plein de douleur, pourquoi l'être réalisé [l'Adepte, le Bienheureux] conserve-t-il l'idée du monde ?
- Maharshi : L'être réalisé vous dit-il que le monde est plein de douleur ? C'est l'être non réalisé qui le dit ; c'est lui qui ressent la douleur et qui recherche l'aide des sages. Le sage explique alors, d'après sa propre expérience, que si l'on se retire dans le Soi, la douleur prend fin. Tant que l'on considère un objet comme étant différent de soi-même, on ressent la douleur. Mais quand on découvre que le Soi est un tout indivisible, qui peut encore ressentir quoi ? Le mental réalisé est le Saint Esprit, tandis que l'autre mental est la demeure du diable. L'état de l'être réalisé est le Royaume des Cieux. "Le Royaume des Cieux est en vous". Ce Royaume est ici et maintenant [c'est l'Instant].
(Entretien 487a du 3 mai 1938).
 
Être un sachant c'est être initié, avoir passé le pont comme le fait faire le Pontife.
L'initiation ou la Connaissance n'est lié à aucun rituel, à aucune formule magique ; et aucun monnaie, virtuelle ou métallique, ne saurait l'acheter. Seule la Personne est responsable de sa Connaissance, et personne d'autre.
Donc l'initiation n'est JAMAIS le résultat d'attitudes morales, lesquelles ne sont qu'une esthétique du sentiment, nécessairement variable dans la multiplicité indéfinissable des situations concrètes dans le spatio-temporel ; et comme déjà écrit maintes fois c'est à ce piège que se sont fait prendre les Pharisiens !

TOUT EST LIÉ. Pas de séparabilité, voir notamment l'expérience d'Alain Aspect ; c'est-à-dire qu'il n'y a pas de "localité" ou de "localisable". Par exemple les anciens Herboristes savaient très bien que lorsqu'ils arrachaient une plante de la Terre, ils devaient en échange donner quelque chose de gratuit : soit des graines enrobées de miel. C'est fondamental.
"Qui cueille une fleur dérange une étoile" disait un poète. Alors que dire du martyr actuel de GAZA !!! Ces guerres perpétuelles qui divisent, divisent, divisent. J'ai en mémoire le drame des Vendéens en 1792-93. De nos jours, ce sont ici en Occident principalement les sionistes et leur Israël qui divisent ! en leur compagnie des Couilles en Or Rothschild et Rockefeller & Cie et leur AIPAC, et leur juiverie financière internationale.
Oui, il est temps de poursuivre Israël et ses dirigeants pour crimes contre l'humanité. Il est temps de reconstruire ENTIÈREMENT notre civilisation.
 
 

Dernière mise à jour : 08-08-2014 21:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >