Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Notre civilisation de l’EGO
Notre civilisation de l’EGO Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-10-2014 21:04

Pages vues : 4385    

Favoris : 83

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
kouga_wb2.jpg
 
 
Notre civilisation de l’EGO
celle de la possession :
votre assurance,
votre banque,
votre voyante,
votre épicier,
vos impôts,
votre conseiller,
vos fins de mois,
votre professeur,
votre pharmacien,
votre notaire,
votre pute,
votre ordinateur,
votre confort,
votre cul,
etc.


L’ego ou pensée ‘je’
 
 
EGO = DÉMOCRATIE : « La démocratie vous confère le pseudo-devoir de posséder votre petite vérité personnelle, en toute propriété [votre ceci, votre cela, votre opinion], en contradiction avec le fait que la Vérité est ou n’est pas, qu’elle ne peut être un objet de possession, qu’elle ne trouve donc pas ses critères dans des résultats électoraux. Par contre, on vous refuse la démocratie là où elle serait légitime, dans le domaine quantitatif de l’économie où serait nécessaire un modus vivendi décidé par les bulletins de vote [par exemple aucun politicard républicain ne consulte le peuple pour décider ou non de la construction d’une ligne de TGV, et pourtant c’est le peuple qui paye les impôts].
Le principe démocratique est appliqué là où il n’a rien à faire. Il ne l’est pas là où il devrait être. Aucune solution n’est possible sans la distinction juridique et incarnée dans les structures sociales de la distinction ontologique de ces deux pouvoirs. On vous les présente comme s’ils en constituaient un seul, sous la domination de « pouvoir temporel », par opposition au « pouvoir religieux ». L’histoire passée a établi la distinction du spirituel et du temporel, du pouvoir religieux et du pouvoir politique. En réalité, il n’y a pas deux, mais trois pouvoirs. Le « Trois », seul, fait la synthèse et la Paix. Le « Deux » établit nécessairement la dualité et les conflits. La « Trinité », c’est la Paix, en chaque individu, entre individus et entre nations. Le « Deux, c’est la guerre », écrit prophétiquement Jean Coulonval en 1978 dans : Synthèse et Temps Nouveaux.
 
RAPPEL : à toutes les époques de l’histoire de l’Homo religiosus, les royaumes de ce monde reconnaissaient, à leurs débuts, la primauté du pouvoir spirituel. mais au fur et à mesure que le pouvoir temporel, laïc grandissait, il prenait et surtout se donnait de l’importance, grisé par son orgueil, négligeant de plus en plus la vraie source de sa « morale » et de ce pourquoi il vit. Par exemple dans l’empire romain, à mesure où la religion se laïcisait, la grandeur de l’empires se mit à chanceler ; son effondrement fut effectif le jour où les empereurs devinrent eux-mêmes comme des « Dieux »… Au Moyen-Âge chrétien, le pouvoir temporel s’attaqua au pouvoir spirituel incarné par la papauté, ce fut le commencement du désordre… Et la cupidité sévissait aussi dans les rangs du haut clergé…

Le « Votre » républicain du libéralisme est devenu le Soi inversé. Un soi judéo-maçonnique avec leur trinité liberté-égalité-fraternité !!! Avec cette judéo-maçonnerie, vous serez seul avec votre ego au lieu d’être la Nature, tous les peuples, l’Univers, et les autres Univers ; vous serez divisé, comme les marchandises avec leurs codes barres en numéro de série.

RAPPEL : L’ego ou ‘je’ typique de l’âge du faire/fer : cet âge (du Kali yuga) qui permet de faire plus en un temps record, notamment grâce à la folie technologie. Cette vitesse du faire est à la fois un avantage sur les générations passées, mais aussi un énorme inconvénient ! Aussi, il faut être fort et brave car ça fuse de tous côtés, comme si, à cause de cette judéo-franc-maçonnerie spéculative, les Dieux étaient interdits, alors on ne peut plus compter sur eux ; pourtant ils sont toujours présent. Mais seul chacun peut les trouver, et personne d’autre.

Cette civilisation de l’ego est celle voulu par la judéo-franc-maçonnerie née en 1717 à Londres, et particulièrement le Grand Orient de France : une civilisation « sans Dieu » selon leur rêve, alors que ces mêmes judéo-maçons adorent un Dieu ou principe supérieur ; le mot Dieu ou Vérité, ou X est une question d’opinion, donc de point de vue, et aucun judéo-franc-maçon n’a à imposer son opinion, surtout en cachette, traitreusement !

Hormis à la naissance où l’être humain est comme une graine plus ou moins saine selon son hérédité et le milieu social de ses parents ; une graine qu’il s’agit d’abord de ne pas laisser pourrir volontairement. Ensuite arrive la catastrophe : « l’éducation ». Si bien que plus tard le futur être humain pour se délivrer et trouver la Vraie Paix devra être prêt à abandonner tout ce qu’il a apprit !!! Justement pour se débarrasser du bourrage de crâne de cette civilisation puante où tout est fait pour la perdition de l’être humain, puisque tout est devenu extérieur : LE CORPS OU L’EGO, LE MENTAL.

Un ego particulièrement parlant depuis 1789, c’est le « droit d’auteur » et sa suite « les brevets » de la société industrielle depuis le 19è siècle ; ça forme un ensemble. Brevets et droits d’auteurs sont évidemment des ego, des escroqueries. Le dictionnaire Le Robert écrit à EGO : selon l’étymologie de 1886 (il n’y a pas de hasard !), mot latin ‘je’ ; et chez les philosophistes ça devient : le sujet, l’unité transcendantale du moi (depuis le philosophiste Kant), donc le ‘moi’. Comme déjà écrit, Ego sonne comme Echo !

L’ego c’est le corps, le mental, reposant sur le Soi.
« Le Soi illumine l’ego, les prédispositions et aussi les sens grossiers [l’opinion] ; il s’ensuit que les prédispositions apparaissent aux sens sous la forme de l’Univers et elles deviennent perceptibles à l’ego, qui est une réflexion du Soi. L’ego s’identifie avec le corps et perd de vue le Soi. Le résultat de cette inadvertance est l’obscure ignorance et la souffrance de la vie présente. La naissance consiste dans le fait que l’ego oublie son origine, le Soi [ou Instant, c’est identique]. On peut alors dire que la naissance de l’individu a tué la mère. Le désir de retrouver sa mère en fait le désir de retrouver le Soi, c’est-à-dire de se réaliser soi-même, ce qui équivaut à la mort de l’ego ; cela signifie l’abandon à la mère, afin qu’elle vive éternellement ». (Ramana Maharshi, entretien 16).

Typique de l’éducation nationale et de son lavage de cerveaux, ou être toujours à l’extérieur et jamais à l’intérieur :
« La plupart des gens veulent savoir ce qu’est l’illusion, et ne cherchent pas QUI est dans l’illusion. C’est absurde. L’illusion est extérieure et inconnue, alors que le chercheur est à l’intérieur et connu. recherchez plutôt ce qui est proche de vous, intime, au lieu de rechercher ce qui est lointain et inconnu ». (Ramana Maharshi, entr. 17).

L’ego ou l’idéation, espace-temps d’enchaînement ou vagabondage des pensées.
« L’analyse mène à la conclusion que l’individualité de la personne fonctionne en tant que connaisseur de l’existence des pensées et de leur succession [espace-temps]. Cette individualité, c’est l’ego ou ce que les gens appellent ‘je’ » (R. Maharshi, entr. 25)

« Il n’y a aucune différence entre matière et esprit. La science moderne reconnaît que toute la matière est énergie. L’énergie est force ou puissance (shakti ou énergie, pouvoir de Shiva). Par conséquent, tout se résout en Shiva (transformateur des êtres) et Shakti, le Soi et l’esprit » (Ramana Maharshi, entr. 268)

Le Soi, c’est Dieu, l’Absolu, Brahama (pour les Hindous), etc., selon le point de vue de la personne. Par conséquence celui qui réalise le Soi ou Instant EST le Tout ; mais ici-bas tout est illusoire, donc mortel, ou duel (sujet-objet). L’illusion, ce qui n’est pas sérieux, car ne renvoyant que séparativité, alors ici-bas je suis toutes ces illusions. Je suis mes amis, je suis mes ennemis. Je suis les winners et les losers. Je suis les ignorants qui ne peuvent-être que moi-même. Tout cela se trouve dans ma nation, la France, mais comme il y a beaucoup de nations, je me porte en esprit vers elles ; je les sens toutes et je suis elles-mêmes, avec tout ce qu’elles renferment en bien ou en mal ; je connais leur langue. Tout, tout est en moi-même. Tout cela c’est l’Instant, le Soi, l’Aleph, le Centrum Centri, la Conscience, la Vérité, la Paix, Dieu, etc.
Je suis aussi les Devas et autres Démons ; je suis les Élémentals (Yokaï au Japon). C’est cela la Réalisation du Soi, ce que certains pouvaient dire par : « Je suis devenu fou depuis que JE SAIS », depuis que je suis aussi les étoiles, le Soleil, l’humidité, la sécheresse ; et que je peux visiter d’autres Univers, si j’y suis invité… puisque tout est dans le mental…

La judéo-franc-maçonnerie née en 1717 à Londres fomente une diabolique confusion par l’emploi du mot LAÏC.
LAÏC, LAÏQUE : étymologie du 13è siècle du latin ecclésiastique : laicus, du grec laikos, de laos « peuple » (teuta, touta, en gaulois, dérivé de teuta : tribu). Le dict. Le Robert écrit à laïque : « qui ne fait pas partie du clergé », on a donc une division temporel et spirituel, soit disant après le courant de la « libre pensée » depuis la Renaissance, pour « être libre ». Mais c’est tout le contraire qui se passe, comme déjà écrit ici de nombreuses fois puisque étant dans un étatisme depuis au minimum Saint Louis, il devient alors impossible à un gouvernement de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord, donc de donner son opinion. La soi-disant liberté de pensée de cette judéo-maçonnerie n’est que mensonges puisque le pouvoir politique continue encore de nos jours à être exercé très consciemment mais occultement par les sociétés secrètes comme le Grand Orient de France.

Comme tout ce qui se fait de nos jours, la Laïcité est faussé, c’est devenu entre autres le soutien apporté par le gouvernement républicain judéo-maçonnique à l’exercice des religions autres que chrétiennes (ils appellent ça « laïcité positive »), c’est bien de la masturbation mentale judéo-maçonnique (travailleurs du chapeau) et la même lutte des maçons d’abattre le christianisme. Un exemple : « La laïcité ne doit pas exclure les religions », Rama Yade, Tribune juive, d’octobre 2008 ; donc la laïcité est bien la religion judéo-maçonnique teintée de noachisme.

Le « pouvoir du peuple » étant la plus grande escroquerie de tous les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, depuis 1789, les régimes d'assemblée, si subtil que soit leur dosage, n'ont pu tenir que parce que les sociétés secrètes exerçaient occultement, en usant habilement de tout le clavier des appétits économiques des individus et des groupes, le pouvoir métaphysique qui avait été abandonné par la royauté officielle. Ils n'ont pu tenir qu'en identifiant dans les consciences, par un jeu subtil d'institutions légales et de systèmes éducatifs, le politique avec l'économique. Le pouvoir proprement politique, c'est-à-dire légitimé par la connaissance de ce qu'est l'homme en soi, sur le plan métaphysique où il trouve sa définition, a continué à être exercé très consciemment mais occultement, par les sociétés secrètes. Il est significatif que l'enseignement ésotérique de la Franc-Maçonnerie se réfère à Hiram, constructeur du Temple, et au roi Salomon :

« Nous sommes en effet dans sa main, et nous et nos paroles, et toute intelligence et tout savoir pratique.
C’est lui qui m’a donné une connaissance infaillible des êtres pour connaître la structure du monde et l’activité des éléments, le commencement, la fin et le milieu des temps » (Sagesse 7, 16-18, Appel à l’inspiration divine).

SAGESSE : Cela je suis (ça-je-être) : la Connaissance de Soi, qui n’est pas encore la Libération ! Et son compagnon l’APPRENTISSAGE : apprenti-sage, ou passage (pas-sage) vers la sagesse. Tout ça tourne autour de la Stargate. Pourtant, le soi-disant roi Salomon est raciste, il semble détester les Anciens Égyptiens (« plus coupables que Sodome », Sagesse 19), les Païens et toutes les idoles, pour Salomon l’origine du culte des idoles est la fornication ; évidemment Salomon affirme qu’Israël n’est pas idolâtre ; de plus Salomon, ou Sel-o-mont, sol-o-mont, ou Sal-mont, parle de SON DIEU et de SON peuple : alors, s’agit-il des « Juifs » ou des Terriens ??
Salomon rime avec temple, donc avec construction, compas-équerre ou normes et avec « économie » (que ce soit en symbole ou en pierres). Ce n’est pas un hasard si la dissolution du sens métaphysique par un consensus social, une opinion totalement économique, a été réalisé le plus profondément en France et en Occident européen par le socialisme (voir l’œuvre de Grasset d’Orcet), mais plus profondément encore aux États-Unis, avec une constitution fabriquée par cette judéo-maçonnerie de 1717 et des perruques poudrées en la mystique de l’argent, et donc de la technique et du business qui s’est si bien communiquée à toute la société américaine (sauf de nos jours avec une classe de pauvres et sans logis).

Comme écrit plus haut avec l’Instant ou le Soi, le peuple est Un, Unité, et nous sommes même les étoiles qui sont dans le Ciel, par conséquence la soi-disant division en Laïque et non laïque est une pure fracture des peuples, une pure machination conduisant au chaos qui ne peut venir que de l’être humain, et de nul par ailleurs. Il est évident qu'une bonne part de cette judéo-maçonnerie de 1717 était faite pour détruire l’Église de Rome (détruire carrément le christianisme), en se plaçant comme une contre-Église axée à 80% sur le judaïsme ; c’est aussi simple que cela, mais d’une autre facette très très complexe car toute cette nouvelle judéo-maçonnerie n’est pas à mettre dans le même sac.


L’étatisme judéo-maçonnique dans toute sa splendeur : le lavage de cerveaux. D’ailleurs Gustave Le Bon avait bien comprit le principe de l’économie en éducation, puisque tout dans cet âge de faire/fer doit être rentable : « L’éducation est l’art de faire passer le conscient dans l’inconscient ». C’est aussi comme cela qu’on robotise un être humain.

RAPPEL : le mot RÉVOLUTION est du même thème que celui de MALADIE : c’est un spasme, une fièvre, un signe de désordres qui ne porte pas en lui-même son diagnostic.
Une révolution sociale est un phénomène de maladie, car la société humaine est un être vivant, et comme tout être de ce genre, elle ne saurait demeurer immobile. Mais la vie normale est un processus lent et respectueux ; la vie pathologique est une processus de thermodynamique : violent, explosif comme le moteur du même nom, destructeur et producteur de désordres. C’est valable aussi bien pour l’individu que pour la collectivité ; il n’est pas étonnant que révolution soit aussi synonyme de ‘terreur’ et de ‘démocratie’ (ces deux mots vont maintenant ensemble).
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 03-10-2014 21:41

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >