Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les fouteurs de merde du mondialisme
Les fouteurs de merde du mondialisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-10-2014 17:08

Pages vues : 4546    

Favoris : 71

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, ++ Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
machiavel_pouvoir.jpg
 
 
Les fouteurs de merde du mondialisme
ou Nouvel Ordre Mondial
ou étatisme mondial
ne peuvent pas gagner,
la thermodynamique non plus
 
 
Les différences existent toujours, non seulement entre les êtres humains, mais également entre les animaux, les plantes, etc. On ne peut rien changer à l’état des choses. Si les animaux pouvaient parler, ils réclameraient aussi l’égalité, et soutiendraient leurs revendications avec le même énergie que les humains. La diversité est la loi du monde. Mais une unité parcourt la diversité. Le Soi [ou Instant] est le même en tout. « Dans l’esprit il n’y a pas de différence. Toutes les différences sont externes et superficielles [elles sont opinions]. Découvre l’Unité et soyez heureux ». (Réf. entretien 507, de Ramana Maharshi).
De nos jours de l’après 1789 et de la religion de l’homme et de sa maladie judéo-maçonnique spéculative de l’égalité, où la femme n’aura plus besoin de l’homme pour avoir un bébé grâce à la GPA et PMA, démontrent bien que depuis la Renaissance, nous sommes entré dans un monde robotisé, mécanisé à la folie grâce à une technologie inutile et dangereuse dérivée de la thermodynamique et de la dualité guerrière. C’est aussi ça le mondialisme ou Nouvel Ordre Mondial, et toujours lié à la religion du Saint Fric des Couilles en Or. Avec ces fouteurs de merde et de loges à dallage de carreaux noirs et blancs l’humanité va vers le désespoir et la mort.
 
 
Retrouver l’Âge d’Or qui est toujours là, c’est retrouver la FLUIDITÉ, la TRANSPARENCE. Alors il n’y a plus de RÉSISTANCE (ça ne chauffe plus, ça ne frotte plus, plus de friction, il y a abolition de la thermodynamique) (1).
La thermodynamique c’est la violence, la « force d’âme », le combat ou explosion comme le moteur du même nom, comme le règne de l’opinion et ses tourbillons des événements et des pensées nommées « raison » par les perruques poudrées du siècle des lumières, soit le triomphe de l’ego ou égoïsme, le ‘je’. Alors que la seule félicité possible réside dans le Soi ou Instant, le ici et maintenant ; par exemple la mer n’a pas conscience de ses vagues ; de même le Soi n’est pas conscient de son ego.

Comme déjà écris, la révolution ou tabula rasa est une maladie ou une violence comme l’est la thermodynamique et ses « moteurs à explosions ». La tabula rasa se veux la destruction de la tradition ou de tout ce qui est ancien (on dit : « C’est dépassé », ou « Ce n’est plus à la mode »), et dans la seule tradition de l’évolutionnisme en ligne droite permise à cet âge du Kali yuga, on bazarde le passé parce qu’il faut RÉFORMER ! On n'est jamais dans l'Instant ! Le pouvoir républicain s’y emploi en chiant constamment des lois. Nous sommes bien dans la thermodynamique et sa violence…

« Les gens disent : Les smriti [traditions] déclarent telle ou telle chose, mais maintenant ce n’est plus approprié. je vais donc réformer le monde et récrire les smriti. C’est avec ces propos que les hommes, depuis des temps immémoriaux, défont et refont le monde. De tels réformateurs sont apparus et ont disparus ; mais les anciennes smriti sont toujours là. Pourquoi perdre son temps avec de telles questions ? Que chacun s’occupe de ce qui le concerne. Et tout ira bien ». (Ramana Maharshi, entretien 161).

Pour sortir de cet âge du Kali yuga ou âge du faire/fer, il faut avant tout sortir de cette tyrannie de l’opinion qui commença surtout pendant la Renaissance grâce notamment à Galilée (un faussaire à le Einstein).
En effet, après la révolution technologique non seulement par l’invention de l’imprimerie, mais surtout par la nouvelle tournure mentale des opérations physico-chimiques et des événements cosmiques, tout cela devient DIVISÉ, comme autonome par rapport à l’ensemble, par rapport aux lois cosmiques, et ça va devenir un système, un « isme » de lois mécaniques, mortes, qui va nous donner notre civilisation de robots humains à pensée unique. Depuis la Renaissance les « Noces » deviennent ‘combinaison’ ; l’amour devient ‘combustion’ ; la mort devient ‘neutralisation’, ‘incinération’, etc. La dégradation du sens originel est en marche. La Renaissance a réussit à instaurer pour de nombreux siècles une conception minérale, mécanique, du cosmos. Quand les Chasseurs-Cueilleurs choisirent la voie de l’Agriculture il y a plus de 10.000 ans, l’humain intégra un autre ordre cosmique dont les « lois » se trouvaient sous le signe de l’identification de la Terre à la femme, à la pluie, à la fécondité, à la naissance, à la mort. Il s’agissait d’expériences rendues possibles par la découverte du phénomène agricole, et par un long vécu selon les rythmes de la vie végétale. Cela modifia totalement la structure mentale de l’humanité : l’agriculteur connut des réalités inaccessibles au nomade, il découvrit des lois et compris des symboles auxquels son mental était absolument opaque avant qu’il ne vécût l’expérience de l’agriculture. Par la suite cela amena la découverte de la métallurgie qui modifia aussi le mental humain : le Cosmos s’en transforma, la religiosité augmenta… ou diminua…

EN RÉSUMÉ : l’époque de la Renaissance amena une conception stérile du Cosmos : avec ses dérivés mécanistes et positivistes ; un mental de type européen ou occidental. Ainsi, dès l’Instant où une primauté absolue fut accordée dans la connaissance occidentale aux lois de la matière morte (ou appelée ‘vulgaire’), de nombreuses expériences et élévations de Conscience ET TOUT UN SYSTÈME DE SYMBOLES SE FIT OPAQUE. Aussi il ne faut plus s’étonner de la mode de la soi-disant égalité Homme-Femme, où la femme grâce à la PMA et GPA n’aura même plus besoin de « son homme » pour lui faire un bébé, ce sera si pratique pour le business tant elle sera occupé à gérer sa « petite industrie » comme un homme puisque il n’y aura plus de raison qu’elle ne puisque être « l’égale de l’homme » au niveau de l’esclavage et du profit, comme on pouvait le voir dans les années 1930 sur les affiches de propagande socialiste des Juifs bolcheviques d’URSS représentant une femme ouvrière devant des énormes engrenages et tenant une grosse clé à molette. Bientôt on aura une égalité rêvée par la judéo-maçonnique spéculative et poussée à ce que l’on ne pourra bientôt plus distinguer extérieurement un homme d’une femme… En avant pour le Gender… et son transhumaniste à la Google de l’humain robotisé !

Plus que jamais grâce à la technologie et aux médias, la tyrannie de l’opinion est une réalité où tout le monde raconte tout sur tout, sur les affaires des autres, se mêlent de tout et de n’importe quoi ; tout cela étant dirigé vers l’EXTÉRIEUR. C’est devenu la tyrannie de colporter des informations, donc des mensonges pour entretenir un guerre permanente. On dirait que le Silence est également devenu le terroriste, il faut uniquement du bruit.
Dans cette tyrannie de l’opinion tout le monde PREND PARTI sur tout et n’importe quoi, prend parti sur les affaires d’autrui, d’où d’ailleurs le succès des partis politiques depuis 1789, où avant, le seul « parti » était celui de Dieu (des Chrétiens), mais plutôt du Soi ou Instant.

La seule responsabilité, le seul « devoir », est celui de faire notre action propre tel qu’elle se présente à l’Instant. On ne gagne rien à être en dehors de l’Instant en se faisant des angoisses à propos de quoi que ce soit, ni à s’inquiéter de ce que les gens ne répondent pas. D’abord on ne change pas les gens, et en second lieu, en étant impatient, on dresse un obstacle sur la voie de ce qu’on désire faire. Vivre l’Instant c’est abolir la dualité sujet-objet ; on devient alors confiant, calme, en se contentant de l’idée que les résultats, quels qu’ils soient en définitive, seront nécessairement comme ils doivent être.

« Qu’est-ce que le monde ? Qu’est-ce que la paix, et qui est celui qui travaille à cette paix ? Le monde n’apparaît pas dans votre sommeil profond ; et il n’est qu’une projection du mental dans votre jâgrat [état de veille]. Il n’est donc qu’une idée [opinion] et rien d’autre. Quant à la paix, c’est l’absence d’agitation. L’agitation, chez l’individu, est provoquée par l’apparition des pensées, qui n’est que l’ego surgissant de la pure conscience. Assurer la paix signifie être libre de toute pensée et demeurer en tant que pure conscience. Si on est soi-même en paix, la paix règne partout…
Qu’est-ce qui est bien ? Qu’est-ce qui est mal ? Il n’y a pas de critère qui permette de juger si une chose est bonne et une autre mauvaise. Les opinions diffèrent selon la nature de l’individu et selon son environnement. Ce sont des idées et rien de plus. Ne vous tracassez pas à leur sujet. Débarrassez-vous plutôt des pensées. Si vous demeurez toujours dans le bien, alors le bien régnera dans le monde ».
(Ramana Maharshi, entretien 453).

Voyez-vous vous-même d’abord et voyez ensuite que le monde est le Soi. (Ramana Maharshi, entr. 272).

- Question : L’être réalisé [ou Adepte] sait donc, comme les autres, que des guerres font rage dans le monde.
- Maharshi : Oui.
- Question : Comment peut-il alors être heureux ?
- Maharshi : L’écran de cinéma est-il affecté par des scènes d’incendie ou d’inondation ? Il en est de même avec le Soi.
L’idée « je suis le corps ou le mental » est si enracinée qu’il est difficile de s’en défaire, même quand on est convaincu du contraire. Quand on a fait un rêve, on sait au réveil qu’il était irréel ; et l’expérience de veille devient irréelle dans les autres états. Par conséquent, chaque état contredit les autres. Il ne sont donc que ses états de changeants qui se déroulent dans la conscience de celui qui les perçoit. Ce sont des phénomènes apparaissant dans le Soi qui, lui, ne change pas et reste non affecté par eux. Tout comme les états de veille, de rêve et de sommeil profond ne sont que des phénomènes, la naissance, la croissance et la mort ne sont, elles aussi, que des phénomènes dans le Soi, lequel continue à demeurer inchangé et non affecté. Naissance et mort ne sont que des idées. Elles relève du corps ou du mental. Le Soi existait avant la naissance de ce corps et demeurera après la mort de celui-ci. Il en est de même de tous les corps qui ont été pris successivement. Le Soi est immortel. Les phénomènes changent et sont mortels. La peur de la mort relève du corps, pas du Soi. Une telle peur est due à l’ignorance. Réalisation signifie vraie connaissance de la perception et de l’immortalité du Soi. La mortalité n’est qu’une idée qui cause la souffrance. Vous pouvez vous en débarrasser en réalisant la nature immortelle du Soi.
(Ramana Maharshi, entretien 487).


Note.
1. RÉSISTANCE : CHARGE / DÉCALAGE / DÉCALÉ / DÉPHASÉ *Fréquence* *Infini*
Le RIRE est une Résistance ⁄ s’oppose à une action, un mouvement. La Résistance est une charge (une accumulation, un réservoir), une caricature, ou portrait charge.
C’est une NON FLUIDITÉ : le contraire de Résistance est donc FLUIDITÉ.
Dérisoire : se moquer de l’important ou caricaturer l’important.
Difficulté/charge freine la Fluidité/Courant.
Celui qui marche dans une rue de Paris perdu dans ses pensées, est regardé par l’autre d’une façon différente (avec comme un air de reproche).
LE GRAND DÉCALAGE :
- Ce que vous cherchez : c’est là où vous ne l’attendiez pas !
- Car cela peut déclencher la PAN – IQUE ou GRAND DÉCALAGE (à cause de la surprise de la brusque survenue de l’Instant).

[En haut de page : portrait de Nicolas Machiavel, typiquement un fouteur de merde et d’opinion de la Renaissance]



Retrouver l’Âge d’Or où humains et animaux se comprenaient et ne se fuyaient pas l’un et l’autre. Je crois que c’est l’humain à cause de son mental ou ego qui a inventé la peur, car elle n’est pas innée chez l’animal ; il l’a apprise de l’être humain. La peur, principale arme humaine de tous les pouvoirs politiques et religieux de ce monde 3D ou des accidents.
« Être homme est un péché. Ce sentiment d’être homme n’existe pas en sommeil profond. C’est la pensée du corps qui fait naître l’idée de péché. La naissance de la pensée est en soi péché » (ref. R. Maharshi, entr. 164)
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 16-10-2014 17:28

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >