Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les plaies de ce monde
Les plaies de ce monde Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-10-2014 17:35

Pages vues : 3987    

Favoris : 85

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
marx_socialisme.jpg
 
 
Les plaies de ce monde :
l’Histoire et le Marxisme
 
 
Le marxisme découle de la Renaissance où tout est basé sur l’opinion, donc sur le mental, l'ego ou matière, le 'je'. Ainsi, chimistes modernes et travailleurs du chapeau en travaillant sur de la matière vulgaire, morte, ne peuvent qu’aboutir à ce qu’ils appellent « matière », ils ne peuvent qu’analyser le feu mort de toute chose. C’est pourquoi particulièrement depuis la Renaissance nous sommes dans un monde mort, ou au moins en sommeil, ou plutôt plongé dans la magie noire.
Le marxisme est un produit purement mental, qui professe que la matière vulgaire est la source de tous les êtres. Le socialisme se veux une catholicité en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé. Tous « isme », tout « parti » est un genre de dictature car imposant à l’ensemble.
 
La Renaissance nous a donné l’opinion et ce monde mécaniste robotisant les humains. Par exemple ceux qui se croient « scientifiques » emploient des expressions comme : « Dans une éprouvette fut versé », au lieu simplement de dire « J’ai versé dans une éprouvette… ». Bref, l’ego de ces gens leur fait confondre opinion et objectivité. La médecine moderne (allopathique de Big Pharma) est purement mécaniste, idem pour les services publics de santé et les compagnies d’assurances ; la psychiatrie héritière de Sigmund Freud est aussi mécaniste dans son approche.

La Renaissance en Occident apporte le monde de la division, le monde qui ne voit jamais l’ensemble et qui se contente d’expliquer les parties. C’est par exemple la raison pour laquelle la biologie moléculaire est devenu un winner de la vie : la molécule c’est le dogme, le plus petit composé du vivant. Ces sciences mécanistes actuelles inventeront le mot « énergie » (du grec energeia « force en action », étymologie de chirurgie).

La Renaissance nous a donné la diabolique thermodynamique dont un des dogmes est que « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme », qui illustre déjà le mondialisme actuel et sa pensée unique. Mondialisme qui peut aussi se résumer par « loi de conservation de l’énergie », où l’opinion dit qu’il y a quelques « énergies » qui ne changent pas dans la Nature.

La Renaissance amène l’anthropocentrisme de l’humain : il chie des lois qu’il croit par son mental « universelles » ; car toutes « lois dites « naturelles » ne sont que de l’anthropocentrisme, de l’opinion. Il n’y a que les humains qui ont des « lois ». Croire en des « lois éternelles » est encore une opinion, et c’est très ancré dans les milieux « scientifiques » actuels, au nom de la fièvre de l’égalitariste : une expérience dite « scientifique » doit par principe égalitariste être reproductible partout, et « toujours ». On a là encore le mondialisme capitalo-socialiste à l’œuvre et sa religion de l’homme prétendant que les « lois de la Nature » sont les mêmes partout et toujours ! Sorte de variation des « Droits de l’Homme ». Cette habitude prend racine avec les Yahvistes et leur Moïse et ses Commandements ; Yahvistes qui inventent aussi l’Histoire ou Chronologie. Ils seront suivit par les Grecs et leur philosophistes qui cherchaient le CONFORT : une réalité éternelle derrière un monde en perpétuel mouvement.
La théorie de la relativité d’Einstein fait la partie de ce dogme ou opinion moderne qui se veut « éternel ». Or Einstein n’est pas Dieu…
Donc les commandements de Moïse, la « science moderne », les « droits de l’homme » et tous « ismes » de la pensée unique officielle sont tous des fixations, des prisons en forme de « constantes de la Nature fixées à jamais » ! Nous sommes bien dans la religion de l’homme depuis la Renaissance.

Ne pas oublier l’autre « table de la loi » : Newton et sa « gravitation universelle » ! Newton, un Alchimiste râté ! Toutes formules n’est qu’opinion et prison.
Les Yahvistes et leur Moïse et ses « lois » et ses dérivés en religion du livre n’apportent que le pur matérialisme en forme de croyances ou opinions humaines, notamment celle d’un « Royaume de Dieu (juif) sur Terre », ce qui veut aussi dire que dans le temps de ce « royaume », tous les comportements et croyances humaines, y compris le matérialisme lui-même, s’expliqueront par des mécanismes physico-chimiques à l’intérieur du cerveau, auxquels s’ajouteront les événements aléatoires internes et externes affectant le corps.
Ces promesses yahvistes ne sont que des trucs tournés vers l’extérieur, tout comme les opinions d’un philosophiste comme John Stuart Mill prêchant l’évolutionnisme où politique et économie allaient transformer le genre humain grâce à des changements de l’environnement, toutes opinions encore tournées vers l’extérieur au lieu de se tourner vers l’intérieur : « Connais-toi toi-même par toi-même », qui est le Soi, le Centrum Centri. Les opinions de Mill ont faites germer des mouvements politiques comme le libéralisme, le socialisme ou communisme.

Comme déjà écrit, la religion d’Israël et de ses Prophètes inventent LA HAINE, et ensuite l’HISTOIRE et par là même l’évolutionnisme.
En effet, il y a plus de 4000 ans, dès que l’opinion des prophètes « valorisent l’histoire », les événements historiques prennent désormais une « valeur » en eux-même : ils deviennent comme une idolâtrie, dans la mesure où ils sont déterminés par « la volonté de Dieu », c’est-à-dire par l’opinion des fabricants de l’histoire. Ainsi les faits historiques deviennent des « situations » de l’humain face à Dieu (face à lui-même), et comme tel l’opinion acquière une « valeur religieuse » (Homo religiosus) que rien jusque là ne pouvait lui assurer consciemment. Donc les Yahvistes furent les premiers à inventer une signification à une histoire en y introduisant la notion de leur Dieu Yahvé, et c’est cette conception qui fut reprise et amplifiée par le christianisme.
Avec les Yahvistes l’histoire devenait une « preuve de la manifestation de Dieu » (volonté divine), c’est-à-dire la manifestation d’un puissant égrégore-opinion d’ensemble destiné à manipuler des tribus. Bref, le Dieu des Juifs aspirait au mondialisme, et donc déjà au Nouvel Ordre Mondial…

Ne jamais oublier que du berceau au tombeau nous sommes tous manipulés par le pouvoir étatique et sa chefferie, avec une conscience en forme de couches successives reposant sur un humus caché, un tuf mythique où des mythes nouveaux ont été substitués à des mythes anciens, par la culture, par l’opinion et ses suggestions et par l’enseignement scolaire et universitaire.
En Occident la « pensée moderne » est une pensée CONDITIONNÉE, et plus que jamais avec l’empire anglo-saxon et judéo-maçonnique. En Occident, le mythe de la « raison » qui, lui-même, a été élaboré à partir d’éléments irrationnels multiples qui donneront des « évidences » sur lesquelles reposeront les « principes d’intelligibilité » que finalement, personne ne saurait expliquer ni définir de façon rationnelle.

« Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique entre des moments abolis en tant que tels, elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions. Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables » car, dans les sciences humaines, l’observateur est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité ». (René Alleau : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle).
René Alleau dit exactement la même chose que Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux) à propos des « sciences humaines », elles ne sont qu’opinions. Le reconnaître sera preuve d’objectivité.

René Alleau dit une remarque fondamentale comme peuvent être les entretiens de Ramana Maharshi à propos de ce que je qualifie de perte dramatique de la Vraie Télépathie : « Aucun symbole, aucun mythe n’est explicable réellement car la pensée humaine est elle-même symbolique. À des mythes, à des symboles, elle substitue d’autres mythes, d’autres symboles [comme l’actuelle Judéo-maçonnerie] et cette substitution n’est jamais une explication. Quand on étudie, par exemple, le mécanisme de la pensée mythique, et quand on affirme que le symbole de l’Arbre de Vie est toujours lié au mythe archaïque de « monstres » ou de « puissances » qui interdisent l’accès de la réalité absolue aux non-élus [non-réalisés], cette constatation n’explique en rien la liaison du mythe et du symbole ni l’expérience religieuse à laquelle ce lien correspond. Elle ne pénètre point la nature fonctionnelle profonde de l’expression qu’elle observe. Elle traduit dans une langue claire, actuelle, un langage étranger, obscur, ressenti pourtant comme évident par toute une partie de notre être. Elle substitue des données entre elles selon des normes « rationnelles » alors que cette substitution ne peut réellement s’opérer que selon des normes « irrationnelles » ou « sur-rationnelles » qu’elle affecte d’ignorer en tant que « normes » parce qu’elle ne saurait les concevoir »


Les Yahvistes qui soi-disant luttent contre les idoles sont les premiers idolâtres ! Ils déifient toutes choses, qui ne sont que produit de leur mental, et ainsi tombent dans l’idolâtrie de toutes choses, notamment de l'Or métal. Et lorsqu’il arrive que l’idole ou opinion ne corresponde plus au désir inassouvi de l’ego, ils détruisent alors l’idole qui n’est plus à la mode ou ne leur convient plus, et alors le Vide leur devient terrifiant.
Il n’y pas plus idolâtres que les Yahvistes, depuis leur début sur cette planète nombre d’entre-eux s’adonnent à la religion du Saint Fric, celle de l’OR, ce fétichisme des plus atroces exigences, par la tyrannie qu’il peut exercer sur les ego.

Le Soi-Instant est énoncé par cette phrase du Jésus : « Qui aime sa vie la perdra, qui perdra sa vie la retrouvera en Moi ». Christ étant un synonyme du Soi-Instant.

La véritable harmonie sur cette planète sera établit quand le vivre ensemble sera effectif : agir, peser, vivre le Soi ou Instant, l’Unité, le Centrum Centri à travers les Multiples qui sont indéfinis. Ainsi la résolution du dilemme multi-millénaires individualisme-collectivisme (ou intérêt collectif luttant contre l’intérêt individuel) ne peut se faire que lorsque le Groupe humain est devenu par le travail de chaque individualité sur elle-même (réalisation du Soi ou ‘Connais-toi toi-même’), le Multiple Unitif, c’est-à-dire que l’ensemble humain n’est plus un ensemble de multiples séparés ou ego, d’unité qui vont maladivement dans le monde des accidents avec leur dualité sujet-objet, mais au contraire, ce Multiple est fait d’une Harmonie Unitive de milliards d’individualités absolument autonomes marchant vers l’Unité ou Soi-Instant, sur la même Voie, vers le même but, car sur la Voie ou Centrum Centri il n’existe plus de dilemme ou dualisme sujet-objet. IL N’Y A PAS D’AUTRE VOIE.

On voit donc que le mondialisme actuel et sa prolongation judaïque en prochain « Royaume de Dieu (juif) sur Terre » est œuvre du Diable et de la magie noire ; est œuvre de la Chute, œuvre de divisions… Un « Royaume » du Diable qui possédera l’humanité, un « Royaume » qui cumulera les individus pour en faire une pensée unique, un troupeau, mais refusera le ‘Je’ ou ÊTRE, c’est-à-dire des êtres humains dans le sens qualitatif. La liberté n’existera que pour l’oligarchie en haut de la pyramide.

 
 

Dernière mise à jour : 19-10-2014 18:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >