Accueil arrow Yôkai arrow Dernières news arrow Fuite de liberté
Fuite de liberté Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-11-2008 14:07

Pages vues : 10813    

Favoris : 259

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Liberté


menot_jo.png
 
Fuite de liberté
Le possible terrorisme d’État
 
 
Voici le courrier d’un lecteur relevé dans le Télérama n°3071 du 22 au 28 novembre 2008.

Que reste-t-il de nos libertés ? Notre vie entière est millimétrée. Dépasser de 3 km/h une vitesse limite finira par nous priver de voiture, le parcmètre bientôt automatisé ne nous fera grâce d’aucune seconde, oublier quelques euros sur sa fiche d’impôts ou la renvoyer vingt-quatre heures en retard peut tourner au cauchemar.
Tout est quantifié (1) : depuis le poids des champignons que l’État nous autorise à ramasser en forêt jusqu’au plafond des ressources qui nous prive de certains avantages, en passant par les délais obligatoires qui encadrent nos obligations administratives. Nous cherchons notre voie dans un labyrinthe législatif composé de quantièmes, pourcentages, quotients, heures, minutes, secondes... en sachant que chaque erreur sera sanctionnée (2). Les mots également sont comptés. Excessifs devant un policier municipal, ils peuvent nous valoir un tir de taser. Une plainte en diffamation, avec ses coûts d’avocats exorbitants (3), sanctionnera un écart de langage (4).
Sortir des bornes (5), choisir la nomadisation de l’esprit comme du corps (6), se paie chèrement. Nos vies sont ainsi pleines de cette menace : franchir une borne légale. Nous devons rester aux aguets, nous contraindre, réprimer toute émotion (7), pour sincère qu’elle soit, si elle n’entre pas dans le cadre des pensées autorisées.
C’est ainsi que disparaît dans un pays le sentiment de liberté. Avant la libertée elle-même.

R. J. à Toulouse (8)
 
 
Mais le pire est a venir :
Le marché mondial de la biométrie explose. La France résiste timidement. Certes, le passeport avec empreinte digitale numérisée sera généralisé en juin 2009. Mais la Cnil refuse de très nombreuses demandes sécuritaires émanant du secteur privé. (D’après le Télérama de la même période cité plus haut)

Bien-sûr, ça se résume toujours à : par ici pauvres cons, passons la monnaie !
 
 
Notes.
1. Bien-sûr, puisque nous sommes dans une société de plus en plus matérialiste ! C’est encore un coup (on le lui a coupé) du Chimiste Lavoisier ! et de la mort, apparente, de l’empirisme.

2. Ou pour un petit retard à la rigueur, on vous infantilise en vous faisant peur.

3. Autre genre d’infantilisation : la peur du porte-monnaie, ou qu’on touche à icelui. Après tout, ce n’est que de l’argent !...

4. Ou ça tombera sur l’innocent qui dit tout haut ce que pense tout bas celui qui est dit « normal ».

5. On risque de se retrouver en hôpital psychiatrique empoisonné par une chimie douteuse !

6. Tu pisses là où on te dis de faire... comme un chien pour le caniveau !

7. Je pense que même maintenant, il n’est pas bien vu de pleurer en publique. Rire, à la rigueur, mais pleurer, non.

8. Curieusement c’est la ville où fut torturé et massacré LUCILIO VANINI (1585 - 1619), pour avoir dit seulement ce qu’il pensait.
 

Dernière mise à jour : 19-11-2008 14:38

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2023 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >