Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Un monde en miniature
Un monde en miniature Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-05-2015 21:58

Pages vues : 4497    

Favoris : 77

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bombes, Bourgeois, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, Cinéma, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Vide, Volonté, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
frise_moulin.png
 
 
Un monde en miniature
Ça commence par le transistor,
ça finit par le drone (maquettes réduites) et les nanotechnologies
Un monde de l’IMAGE-IMAM
et de presse-boutons et tôles et boulons !
Un monde minuscule qui se croit gros comme un gros étron.
 
 
Bienvenue dans le monde de l’écran et du tout tout de suite, inverse de l’Instant ou société du confort.
Bienvenue dans le monde du TÉTÉPHONE (smartphone) sans lequel les gens sont morts, car ils ne peuvent plus téter leur mère. Une fois qu’ils l’ont dans la cervelle, il est très très très difficile de s’en distancier et d’imaginer comment celui qui ne partage pas cette folie technologique peut percevoir le monde actuel !

Vous avez aimé les micro-drones tueurs, vous allez craquer pour les Nanodrones qui rentrent par les pores de la peau !
Bienvenue chez Ray Kurzweil et ses mutilés au huitième jour !!
Bienvenue dans l’évolutionnisme Yahviste sans fond et Royaume de mort du Yahvé des Yabvistes.
La société des humains est devenu démente, d’où d’ailleurs le succès galopant de la psychiatrie : une espèce qui réalise qu’elle détruit son propre environnement, et continue à le faire au nom des Couilles en Or de la finance internationale n’a plus la « raison » chère aux perruques poudrées du 18è siècle, une civilisation devenue à peine intelligence, malgré son délire uniquement matériel et technologique.
 
IMAGE : I-MA-GE, « Dieu fit l’Homme à son Image » (début de la Création, soit de la dualité, de la cassure exprimée par le C comme Coïncidence, Conjonction, Cassure, Croisement, Circonstance, Capital comme la peine, Cage, Cacher, Canal, etc.). Le C véhicule l’origine cosmique). Engendrement de l’Unité depuis la Matrice qui assure la Manifestation (monde du spatio-temporel, monde de l’Imam et du pur matérialisme !)


CHANGEMENT ou ÉVOLUTIONNISME : PLOMBAGE DE LA SITUATION ou se faire avoir par le volume (matérialisme).


La tyrannie de l’opinion commencée à la Renaissance et atteignant son sommet en 1789 est identique à la tyrannie multi-millénaires et régnant encore de nos jours (en virtuel) de l’OR MÉTAL. Ce sont les deux mêmes idolâtries. Alors on se demande ce que les Yahvistes ou Juifs peuvent avoir contre l’idolâtrie, et pourquoi ils se moquent de la Sainte Trinité (pourtant universelle) ?
Exista-t-il jamais dans toute l’histoire humaine un fétichisme, une idolâtrie comparable par ses atroces exigences, par la première tyrannie au monde qu’il put exercer sur les cerveaux, sur les âmes et sur les corps, À CELUI DE L’OR MÉTAL ? L’Or métal nous a donné notre actuelle civilisation mortifère et sa religion financière internationale.

L’oligarchie et les Couilles en Or, soit environ un millier d’individus, sont désormais en guerre mondiale contre la Terre. C’est pourquoi nous sommes devenu la CIBLE des formes de vie évoluées extraterrestres et intraterrestres. La principale cible étant l’Empire USionistan, parce cet Empire bat tous les records de pollution, et donc enregistre naturellement une activité Ovni maximale. Se rappeler que 80% des cas d’enlèvement se déroule sur le territoire de l’Empire Nord-Américain.
Il y a vraiment sept milliards de Terriens chieurs et pisseurs à tuer. Parce que au cours des 50 dernières années, les humains chieurs et pisseurs ont davantage modifiés les écosystèmes qu’ils ne l’ont fait au cours de toute l’existence humaine.

7 Milliards de chieurs et chieuses à tuer, parce que ce monde avec ces drones et sa miniaturisation, comme fabriquer des puces électroniques de la taille d’un grain de riz pour le faire avaler avec des médicaments, afin de contrôler si le « malade » a bien bouffé sa pilule, et ainsi ne fasse pas perdre du fric à Big Pharma et n’augmente les dépenses de santé de la communauté par défaut d’ingurgitation ; parce qu’avec la miniaturisation, rien ne change, nous sommes toujours dans la religion de la finance internationale ; donc faire toujours bouffer plus de médicaments. C’est ça l’évolutionnisme et la miniaturisation ! Une miniaturisation qui permettra plus de tuer que de construire, car l’humain actuel ne sait que détruire.



Un monde en miniature - Un monde d’IMAGES

Cela commence à la Renaissance avec l’invention de l’imprimerie, qui a « mis le monde sur le papier » (première virtualisation) à la disposition de tous ceux qui voyagent sans bouger de leur fauteuil. Un monde qui paradoxalement se veut « objectif » ! C’en était fini de la liberté, parce la tyrannie de l’opinion s’installe : discours « scientifique qui se veut neutre » ou « objectif », création d’une institution genre Royal Society of London ; alors que le discours médiéval était infiniment libre : le locuteur disait une chose de telle manière que l’on pouvait en comprendre une autre. Désormais on pénétrait vers l’ORDINAIRE : MÊME SOUPE POUR TOUS.

Le règne de l’image s’installait, voir par exemple le succès des artistes et écrivains du 17è siècle qui essayèrent de mettre le monde sur toile et sur papier : peintures figuratives de l’art hollandais et découverte de la perspective (art photographique), représentation du monde sur des cartes, représentation du mouvement physique grâce à la notation mathématique, représentation des espèces botaniques dans les herbiers, représentation des événements imaginaires dans les fictions. Tout cette nouvelle vision du monde en focalisant son attention sur la manière de le représenter a eu un impact considérable sur la structure du savoir, et donc sur la manière de penser : une nouvelle logique s’installa.

Des perruques poudrées ou philosophistes ne se sentent plus, un Francis Bacon écrira : « Il faut garder les yeux fixés sur les faits de la nature et ainsi recevoir leurs images comme elles sont [sic]. Tout dépend de cela. Car Dieu interdit que nous cherchions à faire passer un rêve de notre imagination pour un modèle du monde ». Quelle horreur ce type !


ÉCRAN-ÉCRIT-ÉCROTE, CADRE et CARTE, NORME, PROJECTION, HISTOIRE = YAHVISTE ET ÉVOLUTIONNISME.

ÉCRAN : mot du 13è siècle escren, du néerlandais scherm (paravent) (dic. Le Robert). C’est en premier un panneau qui sert à se protéger de l’ardeur trop vive d’un foyer dans une cheminée. On parle aussi de store, de rideau, de bouclier, de pare-feu, de blindage ou abri, etc. Hier c’était l’écran de projection, l’écran du tétéviseur (téléviseur), aujourd’hui c’est l’écran du tétéphone portable. Il suffit de voir dans le métro parisien le nombre étonnant de gens le nez collé sur leur bidule et en plus avec les écouteurs enfoncés dans leurs oreilles ! TOUS CES GENS TÈTENT LEUR MÈRE TECHNOLOGIE, LEUR MÈRE GOOGLE ET RAY KURZWEIL !! Sans leur tétéphone ces gens sont perdus ! Ils sont donc les nouveaux esclaves de la technique.
Ces gens tètent leur corps d’un façon totalement impudique, d’où d’ailleurs le succès des réseaux sociaux où on étale en long et en large son ego, sa photo ou selfie, son individualisme selon le dogme de 1789 et des Yahvistes à la « facedebook » ! Pas étonnant que l’on montre aussi son cul, comme dans la chanson : « Je montrais mon cul, à tous les passants ». Ainsi on retrouverait, presque, la « libre latrines » d’antan ! On a une sorte d’auto Big Brother dans les peuples, alors que ceux-ci râlent contre ce même Big Brother ! C’est le piège de la technologie.

Nous sommes en plein dans l’après imprimerie de la Renaissance, dans la standardisation chère aux Yahvistes et autres compas-équerres et transhumanistes qui inventent et standardisent un système de projection telle une sphère (globe) sur une surface à deux dimensions où l’on puisse intégrer chaque nouvelle information, comme l’aide à la navigation qui permet à un Christoph Colomb ou aux Vikings de voyager sur mer : une sphère comme la Terre pouvant être représentée sur 360°. Au temps de Colomb, être perdu c’était être sans carte ou sans boussole, aujourd’hui c’est être sans Carte Bleue et sans Smartphone !! La situation est la même puisque tout est dans le mental.

« Dans notre tradition, les opérations d’observations, de calcul et d’interprétation  sont des activités différentes et elles sont exécutées sériellement [idéation ou évolution]. La boîte à outils du navigateur micronésien est dans sa tête… L’interprétation du résultat (la position de l’île de référence, par exemple) est enchâssée dans le calcul (la construction de l’image de l’horizon) qui est lui-même enchâssée dans l’observation (le moment du jour) », Hutchins, cité par R. Olson dans L’univers de l’écrit.

PAS D’ÉVOLUTION, mais des DÉPLACEMENTS : notre manière de penser le monde, donc notre logique, notre géométrie cérébrale, est profondément influencée par les modèles explicites auxquels nous le représentons. Ainsi notre perception du monde s’est déplacé au grès des modes et représentation que nous avons mises au point de façon toute conventionnelle. Ainsi les cartes du monde de Colomb, ou de Cook, ont servi de modèles théoriques pour penser l’inconnu, le projeté.
« il faut attendre l’imprimerie, et l’édition généralisée des cartes, pour que les hommes, lorsqu’ils pensent à l’univers ou au « monde », imaginent avant tout une surface [un confort] proposée à leurs yeux, un atlas, ou un jeu de surface [écran]… disponibles à « l’exploration » [comme dans l’Internet]. Le vieux monde de l’oral ne connaît pas « d’explorateurs », il a pourtant été sillonné par d’innombrables nomades, voyageurs, aventuriers et pèlerins », écrit cette remarque très importante, cité par Olson.

Notre civilisation de l’ÉCRAN-ÉCRIT-ÉCROTE, CADRE et CARTE, NORME, PROJECTION et HISTOIRE N’EST QU’UN MODÈLE PARMI UNE INFINITÉ D’AUTRES.
Les structures représentées par ce modèle, cette MODE, finissent par être considérées comme des faits objectifs, qu’il s’agisse des mots, des syllabes, du son des lettres ou du sens littéral, et donc de la symbolique. Une fois détectées, on a tendance à penser que ces structures existent dans le texte, ou l’image et le symbole, et que ceux qui ne parviennent pas à les y voir sont atteints d’une sorte de cécité. Ce qui m’amène à la singerie nommée « Tribunal de Nuremberg » qui serait le Graal du républicanisme en matière de reconnaissance du drame de la guerre de 1939-1945, et toute la quincaillerie « devoir de mémoire » qui s’en suivra, et qui ne sont que des opinions dictatoriales voulant s’imposer de force à l’ensemble.
À nouveau, voici l’excellente définition du mot HISTOIRE, par René Alleau, dans : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle.

En Occident la « pensée moderne » est une pensée CONDITIONNÉE, et plus que jamais avec l’Empire anglo-saxon et maçonnique spéculatif. En Occident, le mythe de la « raison » qui, lui-même, a été élaboré à partir d’éléments irrationnels multiples qui donneront des « évidences » sur lesquelles reposeront les « principes d’intelligibilité » que finalement, personne ne saurait expliquer ni définir de façon rationnelle.
« Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique entre des moments abolis en tant que tels, elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions. Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables » car, dans les sciences humaines, l’observateur est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité ».
René Alleau ajoute, comme Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, que toutes les « sciences humaines » (dont évidemment les « sciences sociales » et la mode des réseaux du même thème) sont subjectives et que c’est au contraire de la reconnaissance lucide et sincère de cette subjectivité fondamentale que dépend le degré d’objectivité relative auquel elles peuvent atteindre. En réalité il n’existe ni subjectivité ni objectivité comme on peut le lire dans les entretiens de Ramana Maharshi. René Alleau ajoute avec brillante lucidité fondamentale, que le langage nous contraint sans cesse à la modestie. Mais il y a plus :
« Quand on étudie, par exemple, le mécanisme de la pensée mythique, et quand on affirme que le symbole de l’Arbre de Vie est toujours lié au mythe archaïque de « monstres » ou de « puissances » qui interdisent l’accès de la réalité absolue aux non-élus, cette constatation n’explique en rien la liaison du mythe et du symbole ni de l’expérience religieuse à laquelle ce lien correspond. Elle ne pénètre point la nature fonctionnelle profonde de l’expression qu’elle observe. Elle traduit dans un langage claire, actuelle, un langage étranger, obscur, ressenti pourtant comme évident par toute une partie de notre être [Vraie Télépathie perdue]. Elle substitue des données entre elles selon des normes « rationnelles » [langage conventionnel] alors que cette substitution ne peut réellement s’opérer que selon des normes « irrationnelles » ou « sur-rationnelles » [Télépathie] qu’elle affecte d’ignorer en tant que « normes » parce qu’elle ne saurait les concevoir [perte de la Vraie Télépathie] ».


Tout étant MOUVEMENT et dans le mental et la dualité, rien ne permet de penser que nos « manières de comprendre » sont culturellement universelles. Comme déjà écrit, « Il n’existe pas de religion, par conséquence d’opinion d’un ou de plusieurs individus qui soit supérieure à la Vérité ».
Ainsi les projections d’un Ray Kurzweil ne sont que des opinions et nullement ce qui arrivera dans la civilisation du futur, si les humains existent encore, car ils peuvent fort bien être « choisit » par la Terre ou X Entités au profit du Cafard (blatte) par exemple, qui est beaucoup plus résistant et moins destructeur !

« Ce n’est pas une image juste, c’est juste une image », explique le cinéaste Jean-Luc Godard, qui résume aussi par là l'illusion, l’histoire ou opinion racontée par les humains…
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 12-05-2015 22:34

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >