Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Guerre Ouroboros contre étoile de David
Guerre Ouroboros contre étoile de David Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-06-2015 20:34

Pages vues : 4065    

Favoris : 61

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bombes, Bourgeois, Cacapitalistes, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, Cinéma, Crottasocialistes, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Hébreux, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Itri, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Musiques, Nature, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Qbit, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tétéphone, Tétévision, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Vide, Volonté, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
frise_ouro1.jpg
 
 
Guerre Ouroboros contre étoile de David
 
 
Voir aussi la page : Guerre entre l’Instant et l’Histoire

La guerre a commencé il y a plus de 4000 ans avec l’arrivée des Hébreux et de leurs prophètes qui, sous prétexte d’idolâtrie et de « prostitution » attaquèrent les Païens avec une violence jamais connue depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture. Les Chrétiens prendront la suite dans les persécutions des Païens, notamment en ce qu’on nomme de nos jours « colonialisme » et Empire.
Cette guerre, qui va devenir terrible bientôt à notre époque comme jamais vue d’yeux d’humains, est la continuation de la guerre entre Ouroboros et étoile de David. L’Ouroboros est le mythe de l’Âge d’Or et alchimique de l’éternelle Retour, et l’étoile de David le mythe de « la fin des temps » ou lendemains qui chantent, le Demain On Rase Gratis (DORG), soit l’arrivée du messie des Juifs talmudistes.
 
La guerre, la catastrophe, c’est ce que les Juifs talmudistes attendent pour activer la venue de leur messie. Un certain Jacob Frank, messie auto-proclamé, écrivait :
« La religion n’a pas été donné aux sages et à l’homme instruit, mais à moi, un ignorant, car le sage élève son regard vers le ciel où il n’y a rien à voir, alors que je regarde vers la terre et voit ce que Dieu a fait. Je suis venu abolir toutes les lois et les religions et apporter la vie au monde. Ne croyez pas que seuls les Juifs peuvent être sauvés, à Dieu ne plaise, tout le genre humain doit l’être. Pour monter bien haut il faut d’abord descendre bien bas.
Je ne suis pas venu pour élever, je suis venu pour tout détruire et rabaisser toute chose jusqu’à ce que tout soit engloutit si profond qu’il ne puisse descendre plus. La route de l’abime est terrifiante ».

Le principe messianique juif repose sur celui de la catastrophe, provoquer des catastrophes artificielles ; les naturelles étant les désastres (des-astres), impliquant un corps céleste ou des tremblements de terre ; les catastrophes provoquées étant la merde humaine et ses banques et ses technologies, le tout est prétexte à refondre l’histoire, reformater l’opinion, le vieux rêve des républicains et talmudistes et droits de l’hommiste de 1789 à nos jours en passant par 1917 en Russie. Parce que les survivants de la catastrophe, hébétés, qui ont tout perdu, et notamment des repères avec l’extérieur qui est tout chamboulé, la mémoire du passé se perd rapidement car seul survivre comptera. Mais l’oligarchie dirigeante pourra survivre un temps mieux que les peuples, car dès aujourd’hui elle a fait construire des refuges souterrains, et ainsi elle pourra stocker la mémoire du passé qu’elle se gardera jalousement, afin de bidouiller l’histoire selon son architecture mentale. C’est d’ailleurs suite à de grandes catastrophes naturelles que naissent les religions, comme les trois religions monothéistes. Après un catastrophe, il est facile pour l’oligarchie, de faire adopter par les masses une nouvelle religion ; et les quelques îlots de résistance des « Païens » (les « terroristes » de nos jours) seront vite réduit à néant, certainement au prix de flots de sang versés.

Dans le système « étoile de David » se trouve la Kabbale : un savoir caché du rabbinisme talmudique du Moyen-Âge reposant sur des opinions anciennes tout aussi prétendument cachées, qui furent bidouillées en une théologie ou dogme autour de la captivité des Juifs à Babylone.
La Kabbale reposant sur ce qui est caché elle se fonde plutôt sur la tradition orale (le non écrit), il y a donc un court-circuit entre l’orale et l’écrit sous sauce de « science secrète » pour faire mieux vendre le travail du chapeau ! À cela, comme en publicité actuelle, on ajoute que c’est pour expliquer ce qui est « VRAI » (comme le 'Bio') !
La Kabbale rejoint ainsi la traditionnelle Magie, c’est-à-dire AUSSI la magie noire, car la frontière entre magie noire et blanche est très mince, toujours à cause du mental ou ego !
Isaac Newton, Spinoza et autres philosophistes passé et moins passé étudièrent la Kabbale.
Pour H.P. Blavatsky, dans son Glossaire (inachevé), elle écrit que la Kabbale (ou Cabale) provient directement des Upanishads, et évidemment des inévitables Anciens Égyptiens (par exemple le Livre des Morts).

La Kabbale tout comme le système de numération de lettres et de chiffres des Hébreux est un SYSTÈME ou isme. Depuis l’avénement de Moïse, la « catastrophe » pour ces Hébreux et leurs prophètes fut l’arrivée de Jésus de Nazareth (le vrai Sauveur se nomme Emmanuel), le nom « Jésus » (proche de JE SUIS) est un titre honorifique comme « Duc » ou « Prince ». « De grandes divinités parmi toutes les nations, que l'on représente comme expiatoires ou auto-sacrificatoires, ont été désignées par le même titre », écrit H.P. Blavatsky dans son Glossaire à l’article Chrestos (Christ).
« Une partie de l’enseignement mystique qui leur était propre fut retranscrite ultérieurement, et nous trouvons dans la Kabbale des fragments de l’enseignement symbolique que, jadis, seuls les initiés détenaient. Certaines doctrines de la Kabbale et certains degrés maçonniques du passé présentent des similarités telles que l’on tenta d’attribuer aux kabbalistes l’introduction de la Franc-maçonnerie spéculative dans notre Franc-maçonnerie Bleue moderne », écrit le judéo-maçon du 33è degré C.W. Leadbeater dans : Rites Mystiques Antiques. Leadbeater veut que sa maçonnerie appartienne à un passé évidemment beaucoup plus lointain que son établissement en 1717 à Londres, et que ce passé perpétuerait la tradition conservée par les Juifs « lesquels l’empruntèrent aux Mystères d’Égypte ».
Pour Leadbeater la Kabbale peut beaucoup éclairer la compréhension des cérémonies de l’actuelle judéo-maçonnerie et de ses symboles.

Selon Leadbeater, la Kabbale s’est développée sous l’opinion du judaïsme, du gnostique, du néo-platonicien, du grec, arabe et perse. Bref, tout le Moyen-Orient.
« Les textes les plus importants sont le Sefer Yetzirah, lequel explique les significations mystiques sous-jacentes à l’alphabet hébreu, et érige un vaste système de conjonctures mystiques et occultes sur les combinaisons et les permutations des nombreuses lettres ; et le Sefer HaZohar, ou Livre de la Splendeur, mélange d’histoires et de légendes, de fables et d’évènements, de mysticisme et d’hypothèses fantastiques - dans lequel, comme dans toute littérature de ce type, on trouve des merveilles de sagesse occulte sans prix noyées dans un fatras de bêtises. Ces deux textes dateraient du second siècle de notre ère, mais en réalité ils ne furent écrits que bien plus tard, et le second avant le treizième siècle.
Les Européens cultivés commencèrent à les découvrir à l’époque où la Franc-maçonnerie spéculative naissait à la lumière du jour - à savoir au dix-septième siècle [Cromwell] - à travers de nombreuses œuvres en latin, en tête desquelles se trouvait le Kabbala Denudata du Baron Knorr von Rosenroth, l’Œdipus Ægyptiacus d’Athanase Kircher, le De Arte Cabalistica de Reuchlin et une traduction en latin du Yetzirah », écrit Leadbeater exposant le travail du chapeau juif dans toute sa splendeur !

Pour résumer : on est dans la magie du Verbe : Le nom et la Forme :
Le signifiant était lié au signifié, le mot à l'être ou à la chose qu'il signifie. Écrire le nom d'une personne ou d'une chose, c'était susciter cette personne ou cette chose, et à l'inverse, détruire le nom abhorré ou sa représentation équivalait à détruire l'être ou la chose elle-même. Il s’agit d’ANALOGIE ou CORRESPONDANCE, bref, de DUALITÉ ou RELATIF.
Leadbeater précise que les grandes lignes de la Kabbale sont parvenues par le symbolisme de la franc-maçonnerie, « mais en utilisant une lignée très différente ; la kabbale peut de plus nous permettre de trouver des explications à tout ce que nos rituels modernes ont d’obscur », écrit Leadbeater.

Dans le système de « l’étoile de David », et donc dans la judéo-maçonnerie spéculative, nous trouvons la « spiritualisation du Temple » (de Salomon avec le fameux Hiram et les deux colonnes). Un temple censée symboliser à la fois le macrocosme et le microcosme ! On est bien dans le thème réutilisé par Frank : le matérialisme.

Un dernier point d’importance extrême dans « l’étoile de David » c’est « la perte du Nom Divin »… comme si on avait perdu son argent ou ses clés d'automobile !
Là encore on est dans une doctrine du kabbalisme, concernant la véritable méthode de prononciation de ce Nom Divin. De nos jours nous avons le J.H.V.H. (Jéhovah), qui s’intègre dans le principe égyptien de la Magie décrit plus haut. Un « mot » genre « énergie libre commandant à toutes les forces créatrices de la Nature ». Un mot perdu depuis « l’exil ». Cette perte du « Nom » correspond à la Chute décrite dans l’Ancien Testament des Hébreux, donc la « chute de l’humain » (nous sommes dans l’évolutionnisme et du rachat ou marchandage de la fin des temps où l’on raserait gratis).
Plongé dans le matérialisme le plus frankiste ! nous ne pouvons plus prononcer ce « Nom » ni connaître la Nature divine dans sa plénitude… selon Leadbeater et ses judéo-maçons.
Leadbeater écrit la fantasmagorie juive suivante : « La tradition attend avec impatience l’ère future [fin des temps] où les conditions seront réunies pour rétablir l’authentique méthode de prononciation, l’homme rejoindra ainsi le Dieu dont il est issu, et pouvant prononcer le Mot dans toute sa puissance pour commander aux forces latentes dans sa propre divinité ». Bref, encore le piège DU POUVOIR : Pour-Voir, et donc de l’évolutionnisme et de sa carotte « fin des temps » ! CAROTTE : DIEU EST UNE VALEUR D’ÉCHANGE ; LA FIN DES TEMPS EST UNE VALEUR D’ÉCHANGE. TOUT LE JUDAÏSME EST UN MARCHANDAGE, DU BUSINESS (Pas besoin de Karl Marx pour entrevoir cela). Cela explique qu’il puisse y avoir tant de Juifs à la tête de la finance internationale.

Évidemment tout ça concerne la magie du Verbe créateur : nommer pour donner naissance à… Voici encore des histoires juives pour la route :
« Le mot fut perdu à l’époque de l’ancienne alliance, et même lorsqu’il fut rétabli après la découverte d’un certain caveau secret [?], sa véritable prononciation [du Nom perdu] resta inconnue. La quête, sans être parvenue à son achèvement, avait néanmoins progressé. La nouvelle alliance ajouta une lettre supplémentaire au Tétragramme, la lettre mystique Shin, emblème du feu et de l’Esprit : et ainsi le Mot Jéhovah devint Jeheshuah, le Nom du Christ [donc de l’Instant ou Soi comme l’atteste Ramana Maharshi]. Autant d’éléments allégoriques, puisque la parole perdu ne saurait être redécouverte qu’en cherchant le Christ par le Cœur [comme l’énonce Ramana Maharshi], cette recherche-là apportant seule la connaissance du véritable Tétragramme - ce secret de l’Être éternel de l’homme [‘le Royaume des Cieux est en vous’] gravé dès les origines sur la croix du sacrifice [Pan ou Point Focal… ] et conservé encore secrètement au cœur du monde, parmi les secrets de Dieu », écrit encore Leadbeater un peu plus libéré de ses frères maçons.
Judéo-maçons parce que Leadbeater précise bien : « Les Mystères judaïques sont aux origines de notre tradition actuelle, les trois degrés corporatifs ayant toujours constitué la base de tout le système de l’initiation maçonnique, parce qu’ils sauvegardent les vestiges des Petits et des Grands Mystères d’Égypte - les seuls à pouvoir être, dans leur forme originelle, dénommés des degrés », Leadbeater mettant là son opinion et rien de plus.

Certains courants judéo-maçons dont les Leadbeater & Cie, et une certaine théosophie, croient « que le monde est dirigé, sous la volonté de T.H.M. [?] par une Fraternité d’Adeptes qui ont eux-mêmes atteint l’union divine - mais qui restent sur Terre pour guider l’humanité ». Alors là, DANGER, rien que le faite de « restent sur Terre pour guider l’humanité », parce qu’alors on entre proprement dans la TYRANNIE DE L’OPINION de ces « adeptes ».
Leadbeater très naïf limite bêtise modèle Illuminati du 18è siècle écrit que « toutes les grandes religions du monde ont été fondées par Eux [bah voyons !] selon des races auxquelles elles étaient destinées - et qu’au sein de ces religions furent créées des Écoles de Mystères [si chères et obsédantes à cette judéo-maçonnerie spéculative… ] offrant un chemin de déploiement plus rapide [sic] à ceux qui sont prêts, ainsi que plus de connaissances et plus d’opportunités pour servir ». On est toujours chez les VOYEURS, les POUR-VOIR qui avaient source dans une fraction de l’Égypte antique !
Leadbeater insiste sur sa judéo-maçonnerie : « Voie divisée en degrés : la Voie probatoire ou petits Mystères - où les candidats sont préparés à l’apostat, puis la Voie elle-même  - ou grands Mystères - dans laquelle cinq grandes initiations sont conférées au sein de la Grande Loge Blanche [le truc si vendeur d’un certain occultisme du 19è siècle] menant le disciple de la vie terrestre à l’adeptat en Dieu - afin de devenir comme il est dit « une flamme vivante pour l’illumination du monde ». Il lui est enseigné que Dieu est présent, dans l’univers et dans l’homme, comme une Trinité de Sagesse, de Force et de Beauté, et que ces trois aspects sont représentés dans la Grande Loge Blanche par ses trois grands Officiers, par lesquels la grande puissance de Dieu descend sur les hommes ». Toujours ce cinéma, cet orgueil judéo-maçonnique démentiel et diabolique : cette boulimie de vouloir posséder, de pour-voir ; de plus avec un Dieu EXTÉRIEUR.
Comme « peuple élu », les Juifs veulent avoir le monopole non seulement de la finance mondiale, mais aussi de la pensée (relire ci-dessus le texte de Jacob Frank) à travers leur Kabbale et judéo-maçonnerie spéculative moderne. ILS VEULENT TOUT (posséder) COMME LES FRANCS-MAÇONS SPÉCULATIFS cancérisés par le pour-voir.

Arrivée du messie juif pour le 13 septembre 2015 ? Mais, il faut une catastrophe à la hauteur de leur messie avant !?
Une troisième guerre mondiale, ou continuité accentuée au centuple du départ en 1914 ???
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 30-06-2015 21:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >