Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Dégénérescence des Hébreux-Juifs
Dégénérescence des Hébreux-Juifs Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-08-2015 23:34

Pages vues : 4127    

Favoris : 57

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bombes, Bourgeois, Cacapitalistes, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, Cinéma, Crottasocialistes, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Hébreux, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Itri, Jardin, Jérusalemisation, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Musiques, Nature, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Qbit, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tétéphone, Tétévision, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Vide, Volonté, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
frise_hiero_ch_ht.jpg
 
 
Dégénérescence des Hébreux-Juifs
L’usure du temps = invention de l’histoire
et de la morale-loi-opinion.
Dégénérescence du Judaïsme.


L’INTELLECT N’EST PAS LE COPYRIGHT NI DES
JUIFS « ÉLUS » NI DE LA « CIVILISATION ».
 
 
Le Judaïsme à son origine RE-trouva l’unicité d’un Dieu. Il n’est pas l’inventeur d’un Dieu Unique. Bien avant les 10.000 ans actuels de la voie de l’Agriculture, les Païens tels les Atlantes connaissaient cette notion de « Dieu unique » : l’INSTANT ou SOI de la non-dualité (Advaita vedanta) : état sans désir ou absence d’objet, soit LA LIBÉRATION (PAS DE BUT À ATTEINDRE, PAS D’OBJET-OBJECTIF À ATTEINDRE). L’intellect n’est pas l’apanage, le copyright de la « civilisation moderne » alors que les « Primitifs » seraient des imbéciles seulement capables de se vautrer dans des grottes, de pousser des grognements et de se bouffer entre eux !
« C’est à cause de la dualité que le désir apparaît pour posséder l’objet. Le mental dirigé vers l’extérieur est le siège de la dualité et du désir. Si on sait que la Félicité n’est autre que le Soi, le mental se tourne vers l’intérieur. Quand le Soi est atteint [réalisé], tous les désirs sont exaucés » (Ramana Maharshi, entretien 502).

Depuis la mode de l’évolutionnisme, la tendance est de considérer les Anciens comme des sauvages n’ayant que peu d’intelligence : ils seraient des « Primitifs ». Mais, l’intellect n’est qu’un phénomène, donc une opinion ! L’intellect n’est ni le Soi ni séparé du Soi. L’INTELLECT A TOUJOURS ÉTÉ LÀ, MÊME IL Y A DES MILLIONS D’ANNÉES, MÊME AVANT LA CRÉATION DE CE SYSTÈME SOLAIRE ! Comme dit si bien Ramana Maharshi : « Il n’y a pas d’intellect lorsque vous dormez d’un sommeil profond et sans rêve. Chez l’enfant l’intellect est absent. Il se développe avec l’âge. Comment pourrait-il se manifester s’il n’existait déjà à l’état de germe dans le sommeil profond et chez l’enfant ? Pourquoi avoir recours à l’Histoire pour enseigner ce fait fondamental ? Le degré de vérité de l’Histoire ne correspond qu’au degré de vérité de l’individu » (entretien 112).
 
La dégénérescence c’est tomber dans un corps, donc chuter dans le spatio-temporel, ce monde des accidents. Or il n’existe pas de temps ou chose qui coule entre un point A et un point B ; il ne peut exister qu’un « POINT » comprenant TOUT et AU-DELÀ. Le Point Soi ou Brahman avec ses quatre dimensions ou vibrations :

- 1 état de veille régi par Visha, maître de la Totalité, ou Vaishvanara (« qui appartient à tous les humains »), le maître universel ;
- 2 svapna état de rêve, régi par Taijasa, maître du subconscient ;
- 3 nidra ou sushupti, état de sommeil profond, régi par Prajna, maître de l’inconscient ;
- 4 turiya, état transcendantal, régi par SarvasSakshi, le Témoin de tous ces états.

Karika 1 première, deuxième et troisième strophe :
Omnipénétrant, Vishva lorsqu’il est conscient du monde extérieur, Taijasa lorsqu’il est conscient du monde intérieur,
Prajna lorsqu’il est pure conscience,
Il est un, mais se présente comme triple.

Par l’œil droit, c’est Vishva qui regarde ;
À l’intérieur du mental, se trouve Taijasa ;
Dans la conscience du cœur, siège Prajna.
Donc il a un triple emplacement dans le corps humain.

Celui qui jouit du plan physique est Vishna,
Celui qui jouit de son choix sur le plan subtil est Taijasa,
Celui qui jouit de la félicité est Prajna.
Donc la jouissance est triple.
Voir Mandukya Upanishad et les Karikas de Gaudapada.

La dégringolade du Judaïsme en est arrivé avec l’indécence de son business de l’Holocauste, relayé par nombre d’étatismes dit républicains ; ces nouveaux maîtres-chanteurs et businessmen de la morale, de leur morale. Car il est proprement indécent de faire de l’Holocauste une « une histoire unique ». Toute histoire quelle qu’elle soit est par la force des choses : unique, puisqu’elle dépend non seulement de l’opinion ou ego (intellect) mais aussi du SOI : UN EST LE TOUT.
« Le degré de vérité de l’Histoire ne correspond qu’au degré de vérité de l’individu » (Ramana Maharshi, fin de l’entretien 112).

Il est connue que les organisations juives américaines exploitent l’holocauste nazi comme outil inquisitorial ou de censure afin d’empêcher les critiques envers l’État d’Israël et envers sa politique, totalement humainement indéfendable. C’est le sionisme qui a pris le relais du Judaïsme déjà bien entaché par les questions d’argent.
Vouloir la Shoah des Juifs unique, correspond au poncif de « peuple élu », alors tout ce qui est Juif de près ou de loin serait, selon cette logique à la Aristote, « unique », comme le « Dieu unique » des mêmes Juifs, alors que nous sommes tous unique !!! Logique absurde relevant de la pure opinion comme d’énoncer : « Il y a un État, et il est différent de tous les autres [opinion de « peuple élu », de division pour régner]. Il est juif, et pour cela il est plus humain que n’importe quel autre » (Elie Wiesel, Kansas City, 1970, rapporté par Norman G. Finkelstein, dans : L’industrie de l’Holocauste). Cette opinion d’Elie Wiesel est purement du racisme, de l’incitation à la violence.

Le mot « Dieu » comme le mot « Holocauste » serait COPYRIGHT JUIF, comme quoi certains de ces gens récupèrent, et en font de l’IDOLÂTRIE (1)
Dire comme Elie Wiesel : « L’Holocauste est une tragédie juive aux implications universelle ; son universalité réside dans son unicité », ou récemment comme un François Hollande « qu’il n’y a qu’un seul Holocauste » (ou c'est le plus grand crime), c’est en faire une idole, et même une religion, selon le désir de l’ego (intellect) du moment, qui récupère tout en fonction des modes.
À tout déifier comme cela, selon le sens du vent, tant qu’ils y sont, ils peuvent aussi déifier l’antijuivisme : « l’éternel antisémitisme », ce qui sera le meilleur alibi en forme de religion à l’envers : tuer des Juifs pendant plus de 2000 ans, « alors le meurtre de Juifs est une occupation normale, voire humaine, et la haine des Juifs se justifie sans avoir besoin d’aucune explication », écrit N.G. Finkelstein.
Tout cela, sur fond « d’unique », comme prêter à Dieu une OPINION en foutant de l’unicité ou de l’universel là où il n’y en a pas, conduit à alimenter en permanence, de siècle en siècle, la haine éternelle des Juifs et à justifier la création d’Israël ; et puisque la haine des juifs est éternel, ceux-ci ont le droit de se protéger, de quelque façon que ce soit. Toutes les méthodes de protections sont bonnes : guerre au phosphore blanc et autres, torture etc..
« Déplorant la thèse de la haine éternelle des Gentils, Boas Evron observe qu’elle constitue « l’équivalent d’une paranoïa délibérément construite. Cette mentalité […] excuse à l’avance tout traitement inhumain envers les non-Juifs, car si la mythologie dominante est que ‘tous les peuples ont collaboré avec les Nazis dans la destruction des Juifs', alors tout est permis aux Juifs dans leur relation avec les autres peuples ».

Mais il y a pire, et en forme de prison : « Toute tentative d’expliquer l’antisémitisme par une quelconque responsabilité des Juifs est en soi un exemple d’antisémitisme » rapporte N.G. Finkelstein. Il ajoute que l’antisémitisme se développe dans un contexte historique spécifique avec tout un jeu d’intérêts croisés, donc dans le règne de l’opinion.

HISTOIRE = OPINION ET MANIPULATION.
Faire de l’histoire un religion ou déifier sa mémoire, c’est non seulement en faire une idolâtrie et c’est aussi ne pas laisser reposer en paix les morts.

L’histoire, la mémoire, le temps qui coule ou monde des accidents, tout cela s’inscrit dans le sens de la dualité. Le Judaïsme chuta quand il tomba dans cette dualité : l’existe du ‘je’ et celle du ‘JE SUIS’ (Jehovah) chuta ou s’endormi. Alors l’être humain se trouva dans l’histoire ou réseau de multitudes qui l’imprégna, un réseau de facultés inopérantes que je qualifierais de « thermodynamique » qui, conforme à l’évolutionnisme, le poussent à agir toujours et plus encore dans le sens de la dualité. L’existance, gagner sa vie, prend alors possession de l’être : il devient un ego sur pattes, un « estomac et un sexe sur pattes ». C’est la PRISON, LA CHUTE, là où n’existe plus aucune place pour se RE-Connaître, soit être dans son ÉTAT NATUREL : LA FÉLICITÉ. L’être humain actuel est un COUPÉ EN DEUX. La religion du Judaïsme a coupé en deux l’être humain. Cela ne devait être pas être le cas à l’origine, mais tout a été mélangé, bidouillé par le travail du chapeau de générations en générations pour aboutir à un mental purement charnel (les sens) ou purement matériel (le fric) et dans un rayon d’action très limité afin de combler l’ego : les désirs, joie et satisfactions à n’en plus finir.

Le travail du chapeau des Hébreux-Juifs commence parce qu’ils ne sont jamais satisfait de l’Instant ou état actuel des choses, ils cherchent à l’améliorer selon leur ego. Remarquez c’est le propre de l’être humain, alors ils étendent le champ de leurs divers intérêts, mais restent toujours insatisfaits. Alors ils travaillent constamment du chapeau ! Surtout chez les Hébreux-Juifs qui veulent acheter un « droit de passage sur Terre » (se faire accepter partout où ils passent en « rendant service » en un altruisme talmudique où rien ne serait bon pour eux si ce n’est bon pour leurs hôtes ; bref, capitalo-socialisme pour, presque, tous). Mais pour tous, une fois le Soi-Instant retrouvé, tout est résolu ; et ce ne peut être que le travail de chacun, certainement pas celui d’un supposé « peuple-prêtre » ou « peuple élu » qui dicterait sa morale au reste de l’humanité !
« Quand l’intellect a suspendu ainsi toute activité, seul reste le Pouvoir suprême. C’est la Réalisation ; c’est la finalité ; c’est le but » dit Ramana Maharshi à l’entretien 502 ; le « c’est le but » signifie évidemment qu’il n’y a aucun but à chercher… parce que la « finalité » est notre état naturel, sinon on tombe inévitablement dans l’évolutionnisme ! Maharshi explique d’ailleurs : « Il est clair que la finalité de l’intellect est de comprendre qu’il est dépendant d’un pouvoir supérieur et qu’il est incapable de l’atteindre. Il doit alors s’annihiler lui-même avant d’atteindre le but ».

« Votre mental est dirigé vers l’extérieur. En raison de cette tendance, vous voyez les objets à l’extérieur, et le Maître en fait partie. Mais la Vérité est différente. Le Maître est le Soi. Tournez le mental vers l’intérieur et vous découvrirez que les objets se trouvent en vous. Vous réaliserez aussi que le Maître est votre propre Soi, et qu’il n’existe rien d’autre que Lui.
C’est parce que vous vous identifiez à votre propre corps que vous acceptez les objets comme étant en dehors de vous. Mais êtes-vous le corps ? Vous ne l’êtes pas. Vous êtes le Soi. C’est LÀ que se trouvent tous les objets et l’Univers entier. Rien ne peut échapper au Soi. Comment pourriez-vous donc vous éloigner du Maître qui est votre Soi véritable ? Quand vous vous déplacez d’un lieu à un autre, pensez-vous que votre corps s’éloigne du Soi ? De la même manière, vous ne pouvez jamais être sans le Maître.

Existe-t-il un seul Instant où vous n’ayez pas réalisé le Soi ? Pouvez-vous être séparé du Soi ? Vous êtes toujours CELA » (Ramana Maharshi, entretien 503).


[En références à : Norman G. Finkelstein : L’industrie de l’Holocauste, réflexions sur l’exploitation de la souffrance des Juifs ; Upanishads, trad. Martine Buttex ; L’Enseignement de Ramana Maharshi]


Note.
1. IDOLÂTRES HÉBREUX-JUIFS : ils déifient toutes choses, et tombent dans l’idolâtrie de toutes choses ; et avec l’instinct de survie des Hébreux-Juifs (qui récupèrent tout) et leur diaspora et nomadisme, selon le vent qui tourne, quand l’idole ne correspond plus au désir inassouvie de l’ego, alors ces mêmes Hébreux-Juifs détruisent à son tour l’idole qui ne leur convient plus, et alors c’est la Shoah : LE NÉANT DU VIDE DEVIENT TERRIFIANT. C’EST LA PANIQUE, PAN, LE FLÉAU.
Votre anti-idole c’est votre idolâtrie, votre moteur. Avec vos lois et vos livres, vous avez peur du VIDE, alors vous comblez par des systèmes à n’en plus finir. Vous comblez par vos lois parce que VOUS ADOREZ, VOUS IDOLÂTREZ VOS LIMITES, VOUS VOUS APPUYEZ SUR ELLES COMME SUR DES BÉQUILLES, et votre panique survient dans l’Instant, dans la spontanéité, parce que tout à coup vous marchez dans une ICONE où il n’y a plus d’horizon, plus aucun repère.
 
 

Dernière mise à jour : 13-08-2015 23:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >