Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Comment se cancériser par le pouvoir
Comment se cancériser par le pouvoir Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-09-2015 21:56

Pages vues : 6459    

Favoris : 48

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bible, Bomb, Bombes, Bourgeois, Cacapitalistes, Cesium, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, CIA, Cinéma, Crottasocialistes, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Drogue, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, État, Europe, FBI, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Hébreux, Hollywood, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Itri, Jardin, Jérusalemisation, Jihad, Juifs, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Musiques, Nature, NSA, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Or, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Qbit, Reflet, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Supplices, Synarchie, Talfumiste, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tétéphone, Tétévision, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, URSS, USA, Vide, Volonté, Washington, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
brighton_toits450.jpg
 
 
Comment se cancériser par le pouvoir
Comment fabriquer le mondialisme
Simple :
aimer les chiffres,
donc être Juif (talfumiste)(1),
de préférence aux Hindous qui eux manipulent
surtout le concept du Vide, du Zéro ;
fondez une banque, surtout si
au départ vous n’avez pas d’argent,
se rapprocher de la City de Londres,
créez un parti politique,
ou un réseau « sociaux » côté en Bourse,
faites répandre les opinions ou fantasmagories
extérieures, ou mieux :
fomentez une guerre mondiale.
Le socialisme ne peut prendre
naissance que par le capitalisme
de la finance juive internationale,
et ensuite par les guerres permanentes
afin éviter la pauvreté au
complexe militaro-industriel.
 
 
Il n’y a pas de « fin des temps » à la Yahvistes, sinon l’être humain se met à la place de Dieu, lui prête une opinion, alors qu’il ne dispose que d’une liberté de moyens et non d’une liberté de la fin.

Les banquiers Juifs commencèrent le mondialisme véritablement avec la création de l’URSS au cours de la révolution de 1917. Pour faire une révolution de grande ampleur il faut nécessairement de l’argent (armes, propagandes, développement divers en hommes).

RAPPEL : La lutte pour un pouvoir mondial est vieille comme le « Big bang ». De tous temps les êtres humains rêvant d’absolu rêvent d’un Empire mondial (la Terre promise). Rien de nouveau sous le Soleil, sauf que de nos jours la technologie galopante et le chamboulement des religions monothéistes facilitent grandement la réalisation de ce vieux rêve. On peut dire que ce n’est pas la République des judéo-maçons qui est « universelle », mais L’AGRESSIVITÉ HUMAINE, parce qu’icelui ne se pose pas la question QUI SUIS-JE ? Seul le social ne peut venir qu’APRÈS. L’être humain n’a absolument pas chuté, comme le dit souvent Ramana Maharshi dans ses entretiens : LA FÉLICITÉ EST NOTRE ÉTAT NATUREL. L’être humain contient tout en lui, donc il contient tout ce qu’il faut pour vivre la Félicité, la Vraie Paix : il ne devient pas la Paix, IL EST LA PAIX, c’est pourquoi les animaux aux cotés de Ramana Maharshi étaient aussi en Paix, la peur n’existait plus en eux. Évidemment côté social en ce monde ça foire en permanence, à cause de l’ignorance, comme le rappel Ramana Maharshi.
 
Le socialisme en forme de capitalo-socialisme d’État se concrétisait avec ardeur en URSS, mais il ne prenait pas en Europe ; alors les banquiers Juifs décidèrent de fabriquer Adolphe Hitler et sont national-socialisme. Mais les banquiers ne pensaient pas qu’Hitler irait jusqu’au bout de sa « haine » des Juifs et mettrait des mesures sévères contre eux. Tout cela est aussi lié à l’infâme Traité de Versailles qui tenta de ruiner l’Allemagne, comme le tenta de nouveau l'oligarchie après 1945 (voyez la page sur les crimes de guerre des alliés dont la France, l’Angleterre, les USA, l’URSS, qui à partir d’avril 1945 exterminèrent soigneusement environ un million d’hommes, la plupart dans des camps de prisonniers américains. Au total, les alliés sont responsables d’entre 9.300.000 à 13.700.000 morts). Tout est lié, tout est dans Tout.

Les banquiers juif donnèrent de l’argent à Hitler sachant qu’il allait attaquer l’URSS (comme il le prévoyait dans son livre Mein Kampf). L’argent n’ayant pas d’odeur, Hitler n’avait aucune idée que la finance pouvait être juive (ce qui historiquement semble gros si Hitler s’était un peu plongé, même en survolant, sur le phénomène économique juif).
Les banquiers ont changé d’avis, car si Hitler gagnait contre l’URSS, le socialisme disparaissait et il était nécéssaire pour le Nouvel Ordre Mondial. Un socialisme à la Trotsky, différent de celui de Staline-Lénine qui n’était qu’un capitalisme d’État façon despotisme Incas doublé d’une méritocratie façon jeux olympiques de Pierre de Coubertin, la hiérarchie pyramidale. Staline-Lénine a totalement trahit le marxisme et le socialisme par le peuple. À tel point que Staline fait assassiner Trotsky jusqu’au Mexique !

À tout cela il faut garder en tête l’oligarchie anglo-américaine en plein Empire du British Commonwealth of Nations relaté par Carroll Quigley, avec une introduction de Pierre Hillard, précisant bien que le mal vient de la City de Londres et des Juifs (talfumiste) acoquinés avec la Réforme et leurs Protestants.
Se rappeler que le capitalo-socialisme est paradoxale : fondé à la fois sur le prétendu « libéralisme » du « laissez faire/fer, laissez passer/trépasser », et sur le social, le « vivre ensemble » comme disent les meneurs de l’oligarchie, donc pour eux « l’égalité ». En fait, ce sont bien des tyrannies plus ou moins déguisées et qui seront de moins en moins déguisées dans les prochaines années. Car l’étatisme du républicanisme ne fait que croître et est déjà un monstre en puissance en rendant soi-disant tous les humains « égaux », sorte de bouillie indéfinissable, comme le Dieu dont les Juifs et francs-maçons cherchent désespérément le nom. Bienvenue au Mustapha Dupond, surtout en cette fin 2015 américanisée en melting pot mondialiste !
Donc les banques juives voulaient subventionner le marxisme soi disant pouvoir aux peuples, genre proche du philosophisme à la Baruch Spinoza, sorte de panthéisme ?

De tous temps l’humain rêve d’un Empire plus ou moins mondial (un Royaume universel) selon les connaissances des époques, et réunissant sous la direction d’un seul, ou d’une oligarchie comme de nos jours, tous les peuples de la Terre. Jusqu’à ce jour, ce but ne fut jamais atteint comme en témoigne la succession discontinue dans le spatio-temporel des royaumes et empires les plus divers. Même les plus grands et plus puissants n’ont eu qu’une bien courte durée : dès que ces constructions de mains humaines atteignaient le point culminant de leur puissance et de leur orgueil, le ferment de dissolution qu’elles portaient en elles les détruisait. Ce ferment est L’ÉTATISME : à toutes époques les royaumes reconnaissent la primauté du palier religieux. Puis au fur et à mesure que le pouvoir temporel étatique grandit (la laïcité par exemple, le pouvoir économique), il prenait le pas sur le religieux et surtout se donnait de l’importance, grisé par l’opinion (les sentiments de sa suffisance). D’un autre côté si le pouvoir religieux est cancérisé par le pouvoir, on tombe dans la dictature de la théocratie proche de celle des Incas décrite par Prescott, bien que se peuple vivait dans l’abondance parce qu’il ne connaissait ni l’économie ni les famines si nombreuse en Occident à cette époque.
Cependant l’unité, la Vraie Paix, ne peut venir qu’en l’absence de la division laïcité et religieux.

Qu’est-ce que c’est le Nouvel Ordre Mondial ? Mais une singerie de bourgeois (le Citoyen habitant des cités) contre le Paysan habitant des campagnes : je cite l’exemple de Jean Coulonval qu’il donne dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux, dans sa lettre à Aimé Michel, le 4 juillet 1974. Le voisin de Coulonval, un Mineur à Arras, n’admettait pas que la Terre soit une boule. « Il voyait autour de lui un horizon circulaire, et il pouvait bien déplacer le centre de cet horizon, c’est-à-dire ses pieds, il ne voyait jamais un horizon circulaire. Pourquoi aurait-il eu une fin ? Le ver aussi pouvait dire : « Pourquoi la ligne droite aurait-elle une fin, puisque après un pas je peux en faire un autre ? ». Pour le mineur de Coulonval, la Terre était donc un camembert dont les bords se situaient à l’infini, au non-fini, à l’indéfini. Il ne lui venait pas à l’esprit qu’il fallait lui mettre concrètement un terme. « Il percevait les choses comme un paysan qui veut agrandir son champ, parcelle après parcelle, ‘j’en achèterai une autre, puis une autre, à l’infini’ il n’y a pas de raison que cela s’arrête. Il y a pourtant une raison pour que cela s’arrête : c’est que la Terre est une sphère dont la surface est finie. De la même façon que la ligne, en bouclant sur elle-même pour accomplir le cercle, se transforme d’in-finitude en finitude ; de la même façon que la circonférence est une ligne qui n’a pas de commencement assignable, la sphère est une surface qui n’a pas de centre géométrique assignable. Mais en perdant ce centre, elle réalise la sphère pleine, le volume sphérique, comme la circonférence a concrétisé la surface du cercle. Le diamètre du cercle inscrit dans la sphère peut définir une infinité de pôles. L’opposition polaire A B est identique à l’opposition B A, de sorte que chaque pôle est à la fois lui-même et son contraire.
C’est alors que se pose dans un troisième temps, après la ligne interminable du ver et la surface interminable de mon Mineur, l’éternelle question de l’astronomie : « Monde clos ou Univers infini ? ».
On peut considérer la totalité du cosmos comme une collection d’étoiles, comme un total de billes dans le sac d’un gamin. On aurait alors l’analogue de ce qu’est la ligne pour le ver : une collection de pas, de petites distances accumulées, interminable. Ou l’analogie de ce qu’est la Terre pour mon Mineur : une collection de parcelles de terre qui s’ajoutent, indéfiniment. Or, le problème du ver est résolu par la circonférence. Le problème de mon Mineur est résolu par la sphère.
Tout le monde dira que mon Mineur était vraiment un crétin, un minus. Et pourtant ! Ceux qui tiennent l’Univers pour un total fini de sphère dans un volume fixe, même s’ils envisagent la possibilité d’ajouter indéfiniment des sphères à des sphères (comme un gamin qui gagne aux billes), même s’ils croient que leur imagination suffit à le faire gonfler, ceux-là ne sont pas moins crétins que mon Mineur ».

Bref, quoi et qui limite le camembert du Mineur ? Quoi et qui limite l’Univers sac-de-billes, en nombre fixe ou croissant, ou occupant un volume en expansion ? Vertige de travailleurs du chapeau….
Coulonval suppose que la géométrie de l’Univers n’est pas celle de la sphère.
« La question est de savoir s’il y a terminus ou pas terminus dans l’addition de surfaces planes, n’a plus aucun sens quand on considère la sphère, la question de savoir s’il y a terminus ou pas terminus dans l’addition de sphères à sphères, ou s’il faut allonger le rayon qu’on a la tentation d’assigner à la globalité cosmique, doit perdre tous sens intelligible dans la géométrie de l’Univers, de la Création. Elle doit réaliser l’identité des contraires du haut et du bas, du grand et du petit », écrit Coulonval abordant carrément en final le mariage alchimique ! Cependant Coulonval ne parle nullement du TORE……… Mais au moins Coulonval qui a vécu la non-dualité SAIT que Dieu n’est pas double : une face Dieu, une face le fric ou « argent précaire et volatil » comme veut le faire croire Jacques Attali dans son livre : Les Juifs, le monde et l’argent. Attali parle bien de son Dieu de tribu(t)s.

Pas de meilleur miroir aux alouettes, de glu, de fromage, que la « démocratie » pour attraper les peuples de cette Terre. Aujourd’hui tous les régimes politiques se disent démocratie et république. Le « libéralisme » est la même glu qui colle bien aux masses. Avec le républicanisme et sa « démocratie », la personne est au service du Nouvel Ordre Mondial. De nos jours la Personne ne confère plus une valeur à la société, le grégarisme triomphant fait que la société fabrique la personne ; la personne n’est plus transcendante par rapport à la société.


[En référence partielle à la page : Symphonie Rouge et au Docteur Landowsky. Évidemment l’Inquisition du N.O.M. (les zététiciens travailleurs du chapeau) crient immédiatement à « la théorie du complot ».
Zététique, théorie du complot, business de la Shoah-Gaz-chambers sont les nouvelles Inquisitions identiques à celle de la Tchéka. Dans tous les cas, il s’agit de défendre un DOGME, donc une position mental qui, pour l’accusation, est censée être implicitement acceptée par tout le monde (suite à un intense lavage de cerveaux, comme une religion), comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux (le raisonnement « vrai » étant la pensée unique, conventionnelle). Si la pointe du compas dérape, la circonférence ou raisonnement et les actes qui suivent seront inévitablement faux… ]


Note.
1. Talfumiste : de Talmud et travailleurs du chapeau ou fumistes, entendu qu’un fumiste se moque du monde comme le font les banquiers depuis quelques millénaires déjà. Ces gens là ne jouent plus un jeu d’enfant : ils se prennent au sérieux et sont donc des fumistes qui dupent tout le monde. Tous fumistes est une dictature en puissance. Ce sont les enfants qui sont au contraire sérieux. Contrairement à Maupassant, Arthur Rimbaud n’est pas un fumiste. L’argent est une fumisterie, une parfaite mystification, parfaite illusion, voyez : « Dette, Carte bancaire, etc. ». Fumiste-Fumée comme celle de Lucifer, du Diable ou d’un Feu de mortel…
Fumisterie ou Histoire, fiction sociale comme l’inventèrent naguère les Hébreux-Juifs ; fumisterie ou CONVENTIONS qui telles des fumées viennent se plaquer sur des « réalités naturelles » et les étouffent genre gaz oxyde de carbone. Or tout système politique ou religieux ou scientifique, tout parti, tout « isme » EST UNE FICTION, UNE FUMISTERIE. Vouloir tenter d’implanter une fiction sociale à la place d’une autre est une idiotie criminelle : fomenter des conflits sociaux jusqu’à faire couler des flots de sang, comme en 1978 et 1917.
Instaurer par la violence extrême comme en 1789 et 1917 la « société libre », c’est de la DICTATURE RÉVOLUTIONNAIRE. Toute révolution est de la dictature, pour la raison que les peuples n’y sont pas préparés : ils n’ont pas réalisés le SOI-INSTANT, même les meneurs de révolutions. Toutes révolutions est une fumisterie qui asphyxie dans la violence extrême comme les fumisteries supposées « Gas Chambers ».

[En haut de page : pour illustrer la fumisterie, des cheminées à Brighton, très jolie ville mais déjà trop américanisée à cause de sa proximité de Londres. Esquisse-aquarelle de Michel Roudakoff, 1970]
 
 

Dernière mise à jour : 03-09-2015 22:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >