Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Mère-Père Barbélô
Mère-Père Barbélô Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-12-2015 00:28

Pages vues : 3703    

Favoris : 83

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
navir-transpa465.png
 
 
Mère-Père Barbélô
 
 
PATRIARCAT = LA CHUTE (CRIME SI LOURD À PORTER !) et le MENSONGE PATERNEL ou IMPOSTURE ou OPINION : le soi-disant Dieu qui « a parlé aux humains mâles » genre : « Je suis ce JE SUIS » (parasitisme en ingénierie vibratoire, ou piratage informatique de l’époque). Le père ou autorité qui marche à la carotte (diplômes et médailles) et au bâton (lois et raison) comme le Yahvé et ses privilèges « d’élus » bien dans le mercantilisme et ignorant de la gratuité.

Nous somme toujours en guerre entre Païens et Religions patriarcales, abrahamiques du Livre-Dogme et de la rédemption, ces textes « descendus du ciel ». NOUS SOMMES DANS LES RELIGIONS DU GRAIN DE BLE, LES 10.000 ANS DE LA VOIE DE L’AGRICULTURE. Le Blé, un « cadeau » empoisonné des « Dieux » (formes de vie extraterrestres) et synonyme de « civilisation » (sédentarité et étatisme et ses « forces de l’ordre ») et civilisation de l’artificiel et de la politique et conscience qui s’en suit. LE BLÉ EST DON DES DIEUX (et leur opinion) DONC DON DE MORT et D’ARTIFICES.
 
Ne pas oublier que « Jérusalem est la demeure de nombreux Archontes », et nous met en garde la Seconde Apocalypse de Jacques, dans le Codex de Nag Hammadi. Ainsi il n’est point étonnant que l’étatisme d’Amérique du Nord soit infiltré par les sionistes d’Israël ! Et il n’est point étonnant qu’un Juif (R. Kurzweil) soit en cheville avec d’autres Juifs fondateurs de Google pour mener à bien leur projet transhumaniste destiné à détruire l’humanité, soit fabriquer plein de petits Melchisédek !!! Les transhumanistes sont des melchisédékites qui jadis voulaient réduire Jésus-Christ à la condition strictement humaine ! La promesse d’immortalité se situe bien dans l’évolutionnisme et nullement dans le cycle et VRAI RENOUVELLEMENT. Le projet melchisédékite des transhumanistes est une immortalité mortifère, ou un ENFER ÉTERNEL. C’EST TYPIQUEMENT ARCHONTIQUE !

Incroyable que depuis plus de 2000 ans nous soyons sous la tyrannie des POILS : ceux du PATRIARCAT, surtout représentée par l’islam et ses barbus : homme (bouffe le visage) et femme (bouffe aussi le visage par le voile dit « islamic » copyright le barbu suprême Allah ! soit l’opinion de quelqu’uns). Évidemment qui dit poil dit virilité, donc patriarche, soit un symbolisme avant tout MATÉRIALISTE, et SEXUEL. Il est vrai que l’islamisme est un démarquage du judaïsme (dogme écrit intouchable car « descendu du ciel », et circoncision).
Les poils représentent-ils l’autorité ? Le châtiment en cas d’infraction ? Mais, qui dit virilité dit PÉNÉTRATION, donc agression, blessure. Et dans le christianisme on empêche les prêtres de se marier ou d’avoir des rapports sexuels ! À croire que le patriarche est un EUNUQUE (celui qui garde le lit des femmes) !

Bref, le problème du patriarcat sonne faux comme tout ce qui se fait de nos jours. Voyez les transhumanistes des Google & Cie qui rêvent de détruire l’humain pour le remplacer par une robot censé vivre un millénaire ou indéfiniment (et pourquoi faire ici-bas ?). Soit un être sans père ni mère, sans descendance, ou n’ayant ni début ni fin, genre Melchisédek, archonte ou autorité de première classe, relaté dans la Bibliothèque à NH IX, 1. Un pur évolutionniste façon Yahvé avec Super Carotte étiquetée « Apocalypse ».

Melchisédek a une extase et se lance dans la liturgie, la prêche. Le patriarcat est donc une BLESSURE DE L’HUMANITÉ. Melchisédeck prêche que le Jésus-Christ est purement humain. Son blasphème est aggravé par un groupe de disciple piloté par un autre disciple de Melchisédek, banquier de son état.

Dans le Graal, de Wolfram von Eschenbach, on retrouve la Chute symbolisée par le Roi Pêcheur (Amfortas), un emmerdeur de première envers le système de l’époque, et de nos jours : le patriarcat. Roi Pêcheur par analogie avec l’ère des Poissons, et le Jésus-Christ est souvent représenté comme un pêcheur, car l’Eau du baptême ou association EAU-DE-VIE (1) ET EAU-DE-MORT-COLLE est l’outil de la RÉGÉNÉRATION par excellence. Les poissons sacrés de l’Égypte ancienne, le Dagon phénicien ou l’Oannès mésopotamien sont symbolique identique. POISSON = FERTILITÉ.
On retrouve le POISSON ASSOCIÉ AU RHOMBE (ingénierie vibratoire).

GRAAL = RECHERCHE DE LA RÉALISATION DU SOI-INSTANT (le mot Graal est proche de GRAIN (Osiris-Graine), et du latin gradalis : CREUX ou CROIX de la CROISEL… (proche du mot CREUSET, et donc lampe à quatre lobes rappelant la forme de la Croix !) Là encore nous sommes en pleine ingénierie vibratoire… et alchimique… ).
Amfortas castré par le patriarcat le privant de la Mère-Père divine et ainsi blessé ne peut retrouver son intégrité dans la résolution du « secret du Graal ». En faite, il n’y a pas de quête, car le Soi ou Instant étant notre état naturel, comme le répète si souvent Ramana Maharshi dans ses entretiens, IL N’Y A AUCUN BUT À ATTEINDRE (Orient-Orienté). Le mythe du but à atteindre ou recherche du Graal est du même thème que de rassembler le puzzle des morceaux du corps d’Osiris : retrouver l’Origine, le SOI. C’est le même thème judéo-maçonnique que le FILS DE LA VEUVE. De plus il y a la variation de la CASTRATION, comme Amfortas castré par le patriarcat : la « veuve poignet » désigne dans le langage populaire la main du masturbateur, et depuis 1789 « la Veuve » désigne la Guillotine, avant de désigner vers 1628 la Potence.
Ainsi Amfortas ou Roi Pêcheur doit trouver le but sans le trouver et il ne peut jamais mourir et ne peut jamais être guérit, supplice qui se terminera lorsque quelqu’un arrivera à lui succéder comme Porteur du Graal (encore ingénierie vibratoire).
Bref, C’EST À LA RACE HUMAINE DE SE SAUVER ELLE-MÊME, et sans l’attente d’un quelconque messie, ou d’un E.T. qui ne sera que NOUS DANS LE FUTUR, et surtout sans aucun étatisme.

GRAAL, à rapprocher du sable de rivière, graua en gaulois, donc de l’ARGILE, de GRAIN ou GRAVIER, du provençal grava, du vielle irlandais griän (gravier), du gallois gro, du vieux cornique grou (sable), du breton gro (sable de rivière).

PERCE-VAL (val ou vallée, le cœur) [Parzival] : il est percé au cœur ; sa destinée brise le cœur, il meurt avant que son fils ne naisse. Puis il est le premier qui atteint le Graal (grâce surtout aux femmes) et met fin au supplice du Roi Pêcheur blessé.
Il est évident que l’histoire de la quête du Graal est contre le patriarcat et fait la partie de l’Ancienne Religion : celle des PAÏENS, des INDIGÈNES OU PEUPLES ORIGINAUX, celle de Sophia-Gaïa ou Barbélô (Trinité).
Le Castré Amfortas entraîne avec lui la ruine de la planète : IL Y A BLESSURE SEXUELLE DE L’HUMANITÉ (voyez ce qu’il se passe actuellement avec notamment le DÉTOURNEMENT de l’Homosexualité transformé en singerie sexuelle et institutionnelle). Le patriarche ou Yahvé est un dégénéré.

Réaliser le Soi est la QUÊTE DU GRAAL, LA RECHERCHE DU « QUI SUIS-JE ? » ; qui rejoins l’autre question : QU’EST-CE QUE LA VIE ? (qui pourrais se résumer par ce simple mot : MOUVEMENT ; c’est-à-dire qu’il n’y a pas de quête mais des « rebonds de quête » permanente, comme les Univers naissants puis mourants et naissants à nouveau sous d’autres « formes ») et cela à l'infini.
Il n’y a pas de quête car ON NE POSSÈDE PAS, LE MENTAL OU VOLONTÉ N’ENTRE PAS EN OUTIL DE PARCOURS ; IL N’EXISTE PAS DE PRIVILÈGE QUI NE FONT QUE RENFORCER L’EGO, LE MENTAL.
Le Roi Pêcheur c’est l’humanité souffrante à cause de ce patriarcat criminel. Ce qui rejoint : « CONNAÎTRE-TOI TOI-MÊME ET PAR TOI-MÊME » ET TU CONNAÎTRAS L’UNIVERS ; en d’autres mots : « LE ROYAUME DES CIEUX EST EN VOUS ».
LE GRAAL C’EST CHACUN DE NOUS ayant à lutter contre le mensonge paternel dont un exemple est donné par Moïse et sa Loi.

LE GRAAL C’EST LE CHRIST (Soi-Instant). C’EST SOPHIA-GAÏA OU BARBÉLÔ (Mère-Père ou Matrice). Par conséquence le Graal n’est pas le conte pour enfants chrétiens du « sang de Jésus » récolté dans un Vase !!! (Les Chrétiens comme les Juifs et leurs judéo-maçons spéculatifs récupèrent tout. Donc il ne peut pas exister de « Graal chrétien »).
Le Graal étant VASE, il est du même thème que le CHAUDRON, LA SOURCE (aussi lieu de baptême et de régénérescence ou naissance d’un être nouveau). Le Chaudron est l’ancêtre du Graal chez les Celtes. Il est du même thème que le Grand Œuvre alchimique (Chaudron tripode, trinitaire).

Le Graal c’est la CROISEL-CREUSET (Croissant de Lune ou assiette creuse). Donc le Graal n’est pas un vase ou un calice de Chrétien, mais plutôt une assiette à soupe, évidemment en rapport avec le Cosmos, les planètes, le Zodiaque ; assiette en rapport avec l’ÉVAPORATION. Croissant : CYCLE diurne-nocturne et chasteté et naissance. Le Labour alchimique utilise beaucoup le Zodiaque. À ce propos la plante nommée Grande Consoude, peut être en rapport avec Saturne au Zénith : cette plante a un rhizome qui accélère la guérison des fractures et la cicatrisation des plaies, donc propre à refermer la blessure d’Amfortas. Grande Consoude en gaulois, alus, alos, que Pline nomme aussi sil, forme de seseli ; alu, ou halus en gaulois, du vénitien alo, à rapprocher du radical al (le Soleil et nourrir), parce que la racine de la Grande Consoude n’est pas bulbeuse et que son nom grecque symphyton remonte à bhuH- (croître) qui correspond pour le sens, au radical al (Soleil, nourrir, croître). (Référence au Dictionnaire Français-Gaulois, de J.P. Savignac).

Le Sil de la Grande Consoude est à rapprocher du Zil en haut-allemand (maison, zénith). Et Wolfram von Eschenbach relie la constellation du Cancer avec la Blessure d'Amfortas : « Nous savons à partir de la blessure et de la neige d'été que la planète Saturne est retournée à sa maison ». Selon la légende, Amfortas ressent les douleurs exceptionnelles quand Saturne retourne en sa position et que le moment de la « quête du Graal » arrive en présence de Perceval face à Amfortas.

BLÉ DON DE MORT ET D’ARTIFICES.
Civilisation du Blé ou de l’OUBLIE. Le mot Gnose (connaissance), de la racine GN, du gaulois connaître, remonte à la racine gneH- (connaître) ; à rapprocher du sumérien gin (droit, solide, stabilité, normal, fiabilité justice, sincérité, constance, être ferme, etc.), et us (u accent aigu, distance, longueur, suivre, atteindre, confiner, etc.). À rapprocher de donno (noble en gaulois), et dona (nourrice). Le sens du mot NOBLE est « celui qui connaît » (PRAJNA en sanskrit : l’être individuel dans le sommeil profond, prajna uni au Soi. « L’individualité demeure donc à l’état potentiel dans cet état. Le Soi est sous-jacent à toutes expériences. Il est leur témoin ainsi que leur support. la Réalité est donc différente des trois états, veille, rêve, sommeil profond », Maharshi entr. 617). Bref, une connaissance ne peut être que NOBLE.

PRINCIPE D’AMFORTAS OU ROI PÊCHEUR : L’INNOCENCE (« Une plaie toujours ouverte et qui ne s’infecte jamais, une espèce de blessure invulnérable », Gustave Thibon, Notre regard qui manque à la lumière). Ce qui veut dire que le Graal ne peut « fonctionner » qu’avec cette Innocence. Le Livre des Morts des Anciens Égyptiens comporte de nombreuse déclarations d’Innocence, au chapitre 125 notamment. Le contre d’Andersen : Les habits neufs de l’empereur, illustre parfaitement cette Innocence salvatrice réveillant l’humanité. Je dirais que Jacques II de Chabannes Seigneur de La PALICE, Maréchal de France, né vers 1470, mort à Pavie en 1525, illustre aussi cette innocence, à cause notamment de ce qu’un certain Bernard de La Monnoye en a fait une tautologie négative, alors que la tautologie est hautement positive. Bernard de La Monnoye en fut puni car ruiné par la fausse monnaie du système Law, et mourut à l’âge exceptionnel pour l’époque : 87 ans.

Recherche de l’Innocence :
O : eau sans forme RIGINE/PRINCE/PRINCIPE (tirer de soi-même un principe estimé certain « le PREMIER », la partie contient l’ensemble (éon), ainsi on peut le cultiver) /PREMIER/RACINE/DÉPART/ÎLE/Le BLANC.
Les graines des végétaux se développent dans la Terre qui les nourrit. Racine des mots : difficile à trouver, comme les racines qui courent dans la Terre ; c’est plein de surprises ! FEU DE NATURE ou RACINE : Chambre de l’Origine ou Lumière de l’Essence ; soit : vivre au milieu du monde sans être affecté par ses tourments/accidents.
Réaliser le Soi c’est la SPONTANÉITÉ : « prenez ce que vous avez sous la main » (ou ce qui est le plus proche). Car on va chercher bien loin ce que l’on a effectivement sous la main, ou sous les yeux, ou très proche de soi. On oubli ses origines !

INNOCENCE : IN+NOCE+en Ce. Noce étymologie de NUE et In : commencer ; donc commen(r)cer à ne pas nuire. Le préfixe négatif AN : in-, non en gaulois. Par exemple an-dercos (sans œil), ou an-matu (mauvais, défavorable), négatif de matu (bon, favorable), andedios (inférieur) ; remonte à l’indo-européen n, qui donne en sanskrit et en grec a(n)-, en latin in-, en germain un-. Le sens du mot NOBLE est DE NE PAS NUIRE. De la le raccourci gigantesque : SANS FILIATION, DONC SANS JUSTICE NI CAUSALITÉ OU DUALITÉ (voir les pages de la filiation comme la « raison » ou la « loi du père », en référence au juriste et psychiatre Pierre Legendre : RAISON = CALCUL, MENTAL ou JUGEMENT.

Raison ou filiation, ou transmission par le sang, comme chez les Juifs, ne sont pas nécessaire à la CONNAISSANCE QUI NE RELÈVE QUE DU CENTRUM CENTRI, DU SOI. Dans le chapitre 15 du Graal de Wolfram von Eschenbach, il écrit : « Aucun homme sage en quête de vérité ne s'inquiète de son père ou de son fils ». La filiation ou amour filiale comme son nom l’indique ne concerne que le SENTIMENT ou opinion. Nous ne sommes pas dans le capitalo-socialisme ou libéralisme : aucun héros digne de ce nom n’attend de transmettre « son entreprise » à son fils ! Ni que les fils imitent leur père pour devenir un héros comme lui, genre les fils de musicien qui deviennent aussi musicien, comme si le « gène du musicien » se transmettait par le sang ou l’hérédité ! Le délire paternaliste et patriarcale des religions abrahamiques et de leur « Dieu le Père » est bien dans notre trame de vie actuelle en construction d’un SUPER GRÉGARISME et son « vivre ensemble » et sa maladie de l’égalitarisme en religion à l’envers, comme l’était le socialisme des 74 ans de l’URSS.
Quand un père meurt avant que son fils ne sorte du ventre de sa maman, icelui est délivré du cancer paternalisme et de son « Honores ton père et ta mère », ou cet autre phrase cité par Pierre Legendre : « Quand un père est tué, c’est un fils qui meurt »… Ba voyons !!! En plus notre « civilisation » mécanisée et individualiste, égotiste, a quelque chose de FAUSSEMENT ANTI-PATERNALISME. Le Graal symbolise cette absence de filiation et de VRAIE délivrance du paternalisme : le héros doit être le fils d’une veuve (comme en judéo-maçonnerie).
Cependant la filiation existe tout de même, vu que nous sommes dans l’Univers, une totale absence de filiation signifierait « sortir de l’Univers », DE TOUS LES UNIVERS, chose impossible ! La plus cancéreuse filiation est celle du sang ; elle est totalement raciste et poison. Bref, LA FILIATION C’EST LA DUALITÉ, LE COUPLE CAUSE-EFFET ou SUJET-OBJET. Bien-sûr il existe la filiation entre les JUMEAUX (ou âmes jumelles) pouvant correspondre à la NON-DUALITÉ OU NON LOCALISATION…

Pour terminer sur Melchisédek, il était un intermédiaire, sorte de prêtre, entre deux figures terrestres et célestes du Christ. Comme Christ d’en haut il est échelon intermédiaire ; comme Christ incarné il devient atemporel dans le thème évolutionnisme en une passé indéfini jusqu’à un futur indéfini, donc ça ne bouclera jamais, PAS DE JUS ! Melchisédek se veut plus vieux qu’Adam. Melchisédek se veut aussi sans filiation, sans père ni mère, sans généalogie et atemporel, donc sans histoire ou sans Chronologie tueuse. Melchisédek se veut supérieur au Christ, sans filiation IL NE RÉPAND PAS DE SANG. LA FILIATION EST UNE FORME DE SACRIFICE RÉPANDANT LE SANG. ET LES SACRIFICES ET ÉPANDAGE DE SANG N’INTÉRESSE QUE LES ARCHONTES, donc les mauvais démiurges genre Yahvé. Le sang du Christ n’est pas expiatoire et ne saurait entrer dans une quelconque parcelle du Graal. Depuis quand un « Dieu » exige des sacrifices ? Ce Dieu n’est qu’opinion d’autres humains. Depuis quand la connerie de la « Passion du Christ » ? (Passion ou souffrance, donc drame du mental… de l’opinion ou sentiment… )
Donc Melchisédek est un machin du mental se voulant atemporel, comme le Christ (Soi).

C’est moi la Prôtennoia [Barbélô le Mouvement éternel et en tout, le TAO],
la Pensée qui existe dans la lumière.
C’est moi le mouvement qui existe en toutes choses,
celle dans laquelle toutes choses subsistent,
le premier engendré parmi ceux qui virent à l’existence,
celle qui existe avant toutes choses,
qu’on appelle de trois noms,
et qui seule existe, parfaite.
Je suis invisible dans la pensée de l’Invisible,
alors que je suis révélée parmi les incommensurables,
les ineffables.
Je suis incompréhensible, étant l’incompréhensible,
alors que je me meus en toute créature.
C’est moi la vie de mon Épinoia,
celle qui se trouve en toute puissance et en tout mouvement éternel
et en des lumières invisibles,
et en des archontes ainsi que dans les anges et les démons
et toutes âme sui se trouve dans le Tartare et toute âme hylique [matière],
alors que j’existe en ceux qui vinrent à l’existence,
que je me meus en chacun, et que je travaille en tous,
marchant dans la droiture,
et que ceux qui dorment, je les éveille,
et c’est moi la vue de tout ceux qui se trouvent dans le sommeil.
C’est moi l’invisible de Tout,
c’est moi qui considère les choses cachées,
puisque je connais tout ce qui existe en lui.
Je suis indénombrable plus que quiconque,
je suis incommensurable, ineffable.
Moi, cependant, lorsque je le souhaiterai, je me manifesterai moi-même.
C’est moi le mouvement du Tout existant avant le Tout,
et c’est moi le Tout existant en chacun.
(Nag Hammadi, NH XIII, I, La pensée première à la triple forme, 35,1-32-35,31).

Ensuite est l’annonce de la première descente dans l’Amenti (Occident ou l’habitat des défunts en Égypte ancienne, le Royaume d’Osiris).

La violence appelant la violence, la loi appelant la loi, l’engendrement appelle l’engendrement !!!
« L’heure engendre l’heure, et le jour engendre le jour, les mois ont annoncé le mois, le temps a tourné, s’ajoutant au temps » (NH XIII, I 42,28-41).

Autoproclamations de la Prôtennoia
Je suis androgyne, je suis mère,
je suis père.
C’est avec moi-même que je suis,
c’est à moi-même que je suis unie
et c’est moi-même que j’aime.
C’et moi-même que j’aime.
C’est pour moi-même que le Tout subsiste.
C’est moi la matrice […..] du Tout,
engendrant la lumière qui resplendit en gloire.
C’est moi l’éon qui vient.
C’est moi l’achèvement du Tout,
c’est-à-dire Meirothéa, la gloire de la Mère,
lançant une voix sonore aux oreilles de ceux qui me connaissent.
(NH XIII, I, 45,2-11).

« La Vérité Suprême est si simple. Ce n’est rien d’autre que d’être dans l’état originel [être dans l’Instant, le Soi]. Il n’y a rien de plus à dire.
N’est-il pas étonnant que pour enseigner une vérité aussi simple il faille que tant de religions, croyances, méthodes en viennent à exister avec les discordes qui en découlent entre elles ? Oh quelle pitié ! Quelle pitié !
C’est parce qu’ils veulent [les gens] des choses savamment élaborées, attrayantes et difficiles à comprendre que tant de religions sont apparues dont chacune est si compliquée, et chaque secte, à l’intérieur de chaque religion, a encore ses partisans et ses adversaires » (Ramana Maharshi entretien 96). Donc le Royaume des Cieux est en nous, et pas ailleurs, sans influences extérieures ou intérieures, et c’est gratuit ou sans condition ! La Vie, le Mouvement, l’énergie du point zéro ou Réalisation de l’état originel de chacun de nous… Ensuite viendra la Vraie Science, mais pas avant.

Note.
1. Eau-de-Vie associée à Isis, Sirius, la Vierge Marie : « C’est moi qui suis descendu le premier à cause de ma part abandonnée, c’est-à-dire l’Esprit qui se trouve dans l’âme, qui vient à l’existence par l’eau de la vie et par le bain des mystères » (NH XIII, I, 41,20-24).
« L’Esprit qui se trouve dans l’âme » : à distinguer de l’Esprit invisible et de l’Esprit Saint, car il s’agit ici de la partie de la Prôtennoia (quand Barbélô pense de façon androgyne ou sans dualité) qui a été séduite et qui est descendue (en Épinoia : invisible).

[En haut de page : aquarelle, gouache et stylo Rapidograph, de Michel Roudakoff]
 
 

Dernière mise à jour : 18-12-2015 01:14

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >