Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Ergoteries grecques en tous genres
Ergoteries grecques en tous genres Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-03-2016 23:50

Pages vues : 4199    

Favoris : 83

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
 
 
Ergoteries grecques en tous genres
qui donnent naissance à
notre « civilisation » occidentale
 
 
POUR LUTTER CONTRE LES ERGOTEURS GRECS et LEURS ENFANTS DU NOUVEL ORDRE MONDIAL : RIEN POUR TOUT OU GRATUITÉ, autre mot de l’énergie dite « libre ». Détruisons la thermodynamique.
 
Toutes les religions sont formes (surtout les religions du Livre), donc opinions ou accidents dans l’espace-temps, elles engendrent des structures psychologiques et sentimentales antagonistes (surtout chez les mahométans). L’Être Humain se réalise au-delà du sentiment, et l’Humain est le Soi ou Christ, ou Instant.
Science, religion, philosophie, politique sont des sentiments ou opinions qui fabriquent des idéologies, des dogmes ou conventions (les « constantes »). Ce n’est qu’après coup que certains prétendent les justifier par des discours, des systèmes, des calculs, des « ismes ».
L’apparition des religions détruit l’unité du Cosmos et de la spiritualité de la Nature (Chtonienne (1) ou spiritualité de la Terre-Mère), il faut y ajouter les « religions à mystères » qui viendront après ; à tout cela viendra ensuite s’ajouter le travail du chapeau des Anciens Grecques avec notamment Parménide d’Elée (540-450 avant notre ère). L’école platonicienne naissante niait le perpétuel devenir d’un Héraclite d’Ephèse (Tout est Mouvement et déjà notion du Soi). Le platonicisme affirmait que le mouvement était une illusion résultant du déplacement des atomes inertes et indivisibles grâce à une force spirituelle étrangère à la matière. Cette conception sera « légalisée » au niveau occidental par un Aristote et reprise par le christianisme et sera la pensée unique pendant plus de 2000 ans !
On passait d’une physique organique, naturelle, à tendance féminine (la Nature ou Principe-Origine), à une physique mécaniste à principe masculin (le Pater ou « Dieu le Père », le patriarcat, le « rouage », l’hétérosexuel).
Le patriarcat est représenté chez les ergoteurs Grecs par Dionysos-Zagreus, fils de Koré-Perséphone, avec arrivée (épiphanie) de l’Animus et Anima à la C.G. Jung au sein de l’archétype du Fils, relayant, qui tel l’invention par les Chrétiens du Christ, le mouvement des images paternelles et plus faiblement maternelles. La pensée ou ergoterie grec est plus « extravertie » qu’introvertie (voir la mode homosexuel à certaines époques et dans certaines cités).

Avec l’opinion des Anciens Grecs, nous passions de ce que le psychiatre jungien Pierre Solié nomme « l’emprise aliénante de la ”Mère-Nature” - cannibalisme et inceste - pour accéder au statut symbolique du ”Père-Culture” ». Monsieur Solié, inceste cannibalisme ou pas, là où vous êtes désormais, vous devez vous rendre compte du triste résultat de ce passage du matriarcat au patriarcat !!! Votre passage du « moi tribale » ou collectif et de « promiscuité » au « moi individuel » ou renforcement de l’ego, ce n’est pas LA solution !!!
Il s’agit de sortir de l’opinion des 10.000 ans de la voie de l’Agriculture : l’archétype ou matrice agro-lunaire. « Agro » car participant de la Nature lunaire (germination), et lunaire parce qu’entre Soleil et Terre (Oranos et Gaia). LUNE = RYTHMES.
SORTIR DU BINAIRE IMPLIQUE LE RETOUR À LA TRINITÉ : LE TRIANGLE ÉQUILATÉRALE DE LA PYRITE DE FER : PREMIÈRE SURFACE, ENSUITE VOLUME. Tant que l’être humaine sera prisonnier de la dualité, donc des contraires bien-mal, bon-mauvais, etc., comme actuellement, il ne peut pas avoir la moindre notion du cercle, qui symbole l’Unité. La dualité des contraires englobe aussi la prison de l’évolutionnisme. Les Hébreux comme les actuels judéo-maçons spéculatifs ont copié et dévalorisé le Triangle équilatéral qu’ils assimilent à Dieu.

Comme depuis toujours, il s’agit de dépasser la polarité des contraires, comme Soleil et Lune, donc sortir de la dualité sujet-objet pour réaliser le Soi ou Instant. C’est cela le SENS SCIENTIFIQUE DU COSMOS : ÊTRE, et non pas d’être ceci ou cela, ou d’avoir telle ou telle fonction. « Je suis ce JE SUIS » (seul le Réalisé ou le Saint ”sait qu’il sait” (4) résume la Réalisation du Soi-Instant. « La méthode est résumée dans « SOIS TRANQUILLE ». Que veut dire cette tranquillité ? Cela veut dire « détruis-toi ». Car toute forme est cause de souffrance [voyez entre autres les problèmes sexuels !]. Abandonnez la notion « Je suis ceci ou cela  [c’est-à-dire l’ego, qui ne peut qu’être transitoire] » (Ramana Maharshi, entretien 363).


Puis l’Église chrétienne, probablement sous l’influence du judaïsme, invente une matérialisation du Soi-Instant en la « personne » de Jésus de Nazareth, l’être humain Messie considéré comme la « mesure de toutes choses », conçu « à l’image de Dieu » et donc investi d’une puissance unique.
Avec les ergoteries grecques en tous genres nous passions d’un MOI COSMIQUE et COLLECTIF à un MOI INDIVIDUEL qui allait tomber dans le super piège de L’EGO (homocentrisme) avec sa « morale » et son « social » ; car c’est bien le moi collectif et VRAI SOCIAL qui permettait une totale autonomie, et non le moi individuel et sa « liberté de penser » devenu tyrannique depuis 1789 et sa laïcité.
En Occident à partir de l’an 1000 de notre ère va lentement décliner le Soi-Instant, cela va nous conduire à la religion de l’homme ou sa suprématie sur toute la Nature, se coupant ainsi de la Nature et par là-même de SA nature, de son Soi.

Les excès de la théologie qui se voulait détenir la Vérité et imposée comme seule représentation du Monde, provoqua le mouvement contraire de la libération : on entrait dans la période de la « raison » et du « libre examen » (ce chaos humain que de nos jours on appelle « science »). Cette amplitude de civilisation tout-à-fait naturelle et inévitable fut grandement amplifiée par les maîtres Grecs en ergoteries en tous genres sous par exemple l’autorité d’un Averroès imbibé des travailleurs du chapeau grec.
Évidemment ces opinions nouvelles sont condamnées en 1269 par l’évêque de Paris !
Voici le résumé de l’averroisme : éternité du monde, une intelligence créatrice se reflète dans chaque existence, négation d’un « premier homme », négation de l’immortalité de l’âme (donc le Soi ou Instant n’existe pas), négation du libre arbitre et donc du péché originel.
Vers 1300, nombre de personnes commencent à rejeter tous les dogmes considérées comme des impostures, des histoires ou fables. Le franciscain Guillaume d’Ockham affirme : « Aucun lien métaphysique permanent et nécessaire n’existe entre Dieu et les choses. Le monde est un monde d’individus isolés dans l’absolu de leur existence. La raison a sa valeur propre, son domaine autonome. Dieu est étranger au monde qu’il a créé ».
My God ! Quelle Opinion !!!

Ainsi on renforçait la dualité avec, d’un côté la « Création » extérieure, et de l’autre « le Monde », soit une sorte de chaos humain généralisé car pensé par l’humain et composé d’une infinité d’existences sans aucun rapport entre elles ! Selon le principe du marxisme qui fait que ce sont les accidents ou spatio-temporel qui engendrent les Essences, on renversait le Monde en théorie pour permettre le passage au pur matérialisme, à l’empirisme cher à un John Locke, et cher à un Descartes et à sa croyance dans la pratique par l’expérience. C’était la naissance du rationalisme qui elle, devenait autonome surtout sous les perruques poudrées des philosophistes du 18è siècle, là où naissait aussi cette judéo-maçonnerie dite spéculative parce qu’elle n’édifie plus aucune construction en réel, mais qu’elle ne fait que de travailler du chapeau, donc de l’ego.

Le triomphe de l’ego atteint son rythme de croisière avec Galilée, l’imprimerie et la Réforme à l’époque de la Renaissance ; à cela suivra les Copernic, Newton et leur opinion d’héliocentrisme croyant détenir LA vérité.
De là l’humain dégringole de l’état unique, sacré ou royal, à l’état d’esclave, de quantitatif ou marchandise comme les patates dans un sac à codes-barres.

Maintenant nous subissons dramatiquement ce triomphe de l’ego et par la même de l’OPINION qui fait tant de ravages avec sa soi-disante « liberté d’expression », aussi grandiose enfumage que le « pouvoir du peuple » (2). Cela engendra cette religion de l’argent et ses violences, haines et cupidités, tous tares des sociétés patriarcales construite sur la « raison » ou épouvantable exacerbation de l’ego, à un point inconnue depuis ces 10.000 ans de cette voie de l’Agriculture.
Avec les perruques poudrées, au 18è siècle on passa d’une économie fondée sur les paysans et l’agriculture et sur l’artisanat à une économie dominée par la machine (pour preuve, voyez simplement quelques gravures de l’encyclopédie des Diderot & Cie.)
C’est à cette période que l’on vit surgir le mariage socialo-capitalisme, soit le collectivisme et le capitalisme et leur délire de « croissance » bien dans le même délire de l’évolutionnisme ! Et qui risque maintenant de détruire la planète Terre et ses humains avec !!!

La machine nous permet d’entrevoir simplement que le métaphysique et la physique SE REJOIGNENT (3). C’EST LA SEULE UTILITÉ DE LA MACHINE. Comme toute chose en ce monde duel, la machine étant un outil, elle est bénéfique et maléfique, tout dépend de celui qui tient l’outil, donc encore une fois tout dépend de l’ego. la machine ou outil n’a aucune relation avec l’ego ou délire technologique exclusivement issu de l’ego malade de l’humain. L’humain, réalisation du Soi-Instant, l’a oublié ; et avec ses jouets-outils il détruit tout, veux tout contrôler, alors qu’il ne sait absolument pas se contrôler lui-même !!!

Un type que je vois comme une grand ennemi, en espérant qu’il me pardonne tout de même là où il est, c’est le philosophiste Francis Bacon (1561-1626) précurseur et contemporain de Descartes (1596-1650). Bacon se comporte comme un actuel cancéreux du pouvoir du Nouvel Ordre Mondial quand il affirme : « Pourchasser la nature dans ses vagabondages, la placer sous contrainte, lui extorquer ses secrets sous la torture ». Cela va donner les John Locke et autres empiristes, mais surtout ça va donner l’exploitation et la manipulation en tous genres et cette civilisation mécanique dont l’apothéose se situera au 19è siècle, grâce évidemment au développement prodigieux des banques et de leur finance internationale facilité par la naissance de la technologie de l’électricité et du pétrole et du charbon, et plus tard du nucléaire sous la houlette de cette thermodynamique. Bref, une science mécaniste au service du PATRIARCAT ; une science uniquement mercantile, quantitative, mortifère et pitoyable en énergie sous package thermodynamique.

Au mépris de toutes règles cosmiques et naturelles, de tout arrière plan de l’humain réalisé, on exploite des forces inconnues comme « l’électricité » et « l’électromagnétisme » sans en connaître le principe, on pille le pétrole et dérange, tue des écosystèmes, on essaye de tout contrôler et de percer « les secrets de la Nature » À SEULE FIN DE COLLER À LA RELIGION DE L’ARGENT ET DE SA DICTATURE. La civilisation du BIG construite par le christianisme commence d’ailleurs à s’affoler et vaciller de toutes parts. L’opinion du catholicisme a détruit le Soi-Instant et a été l’avénement permettant la construction de cette civilisation industrielle maintenant dévorée par le cancer de la technologie. Un cancer parce qu’il n’y a actuellement aucun moyen de le contrôler.

Depuis le siècle des perruques poudrées et de leur « raison » et de leur 1789, l’humain pense sortit de l’illusion en un rêve collectif maintenant mondialisé, nommé « liberté d’expression » (ou de penser). Mais à cause de l’hypertrophie de l’ego de l’humain de l’après 1789, le rêve est devenu CAUCHEMAR, car avec la technologie les illusions se transforment en « d’autres illusions donnant l’illusion de cesser de faire illusion » !!!


Notes.
1. Chthonos était le nom donné à la Terre, mère des Titans… L’étiquette chthonien (ou chtonien), de la Terre (du grec khthôn et étymologie de Homme), est donné à des êtres fabuleux (Dragons), ou réels (Serpents), d’origine souterraine, de nature souvent très puissante, comme par exemple un Volcan, et lié aux puissances de GERMINATION, donc aussi de mort (l’un ne va pas sans l’autre ici-bas). Comme le Chtonien est rattaché à l’Homme, il est évident que ça concerne directement l’EGO, DONC LES PUISSANCES INFERNALES qu’il s’agira d’apprivoiser, comme le Dragon…
Notez que le mot grec khthôn est proche du khaos (chaos), ce qui n’est pas étonnant !

2. Avec le triomphe de l’ego, le pouvoir du peuple c’est bien-sûr zéro autorité, donc chaos humain assuré parce que tout le monde veut commander, et alors chacun assassine son frère ou sa sœur !!!

3. La technologie ne peut reposer que sur la Science. De nos jours la technologie bouffe tout sous le mot « science » et « scientifique » ; tout cela pour prétendre s’émanciper des dogmes religieux, laïcité et « raison » obligent ! Mais prenant conscience de l’inévitable absence d’objectivité inhérente à l’interaction sujet-objet ou observateur-observé, la « science », ou plutôt la technique découvre qu’elle n’est qu’un moyen, un outil parmi d’autres pour tenter de connaître.
On n’explique pas la vie mais ON LA VIT, tout comme on n’étudie pas l’Univers puisqu’on est DEDANS ; pour pouvoir « l’étudier » il faudra pouvoir en sortir !

4. Je suis, ô Gudâkesha, le Moi, qui siège au cœur de toutes les créatures ; Je suis le commencement et le milieu et la fin de tous les êtres. (Bhagavad-Gita, chapitre 10, 20).
 
 

Dernière mise à jour : 28-03-2016 00:25

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >