Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Connaître toi-même par toi-même
Connaître toi-même par toi-même Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-07-2016 21:32

Pages vues : 3864    

Favoris : 74

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
benjamin_gp1250.jpg
 
 
Connaître toi-même par toi-même
Sinon, tu tombes dans cette
société du spectacle et
de la chosification :
les patates dans un sac à code-barres


LA NORME DE L’ÉTAT D’URGENCE S’INSTALLE SOURNOISEMENT AVEC LE N.O.M.

L’INVERSE DU « Connaître toi-même par toi-même », ou PHÉNOMÈNE DU « moi-je » (phénomène du mental ou opinion, CE QUI ERRE ET SE RÉPAND).
 
 
En effet, dans le culte de l’intimité ou ego amorcé après 1789, IL DEVIENT NÉCESSAIRE : le « vivre ensemble » et le « tout connecté » du capitalo-socialisme et de sa trinité judéo-maçonnique « liberté-égalité-fraternité » et de sa folie technologie = NARCISSE (voyez cette mode du selfie, des réseaux sociaux & Cie).
Le « vivre ensemble », cette NOUVELLE ÉGLISE QUI RASSEMBLE, LA LAÏCITÉ JUDÉO-MAÇONNIQUE SPÉCULATIVE QUI REMPLACE LES RELIGIONS, SOIT UNE « UNITÉ » UNIQUEMENT MATÉRIALISTE, À L’ENVERS, IDENTIQUE AU SOCIALISME DES 74 ANS DE L’URSS, comme l’a très bien démontré Jean Coulonval tout au long de Synthèse et Temps Nouveaux : « Le règne de l’opinion, à sa maturation, prend le masque de l’Universel en renversant les rôles : CE SONT LES ACCIDENTS QUI ENGENDRENT LES ESSENCES », ce qui est LA  preuve de ce Monde Luciférien. Le socialisme ou communisme est une catholicité en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé.
Le « passage à l’acte » (filmé et diffusé sur l’Internet) remplace les exécutions capitales publiques d’antan ! Le Selfie Super Narcisse avec la photo numérisée permet de se scruter sans cesse, et fait dépendre le sens de l’identité de la consommation d’images du ‘je’, tout en remettant en question la « réalité » du monde extérieur, puisque tout devient de plus en plus artificiel, virtuel. Surtout qu’avec le « vivre ensemble » la norme psychosociale ou grégarisme encourage l’individu à s’examiner anxieusement ! La médecine de Big Pharma encourage aussi au Selfie : analyse sur toutes les coutures de ceci ou cela, manger ceci et pas cela, protégez-vous de ceci ou de cela, etc. Comme avec Big Brother et la mode du terrorisme, la VIGILANCE et ses « états d’urgence » DEVIENT LA NORME : le patient citoyennisé ne se sent plus en bonne santé physique ou mental tant que les instruments du « tout connecté » ne lui ont pas confirmé son état. En républicanisme, pour encore beaucoup de gens, l’instrument principal est bien-sûr l’État ! Ainsi l’individu va s’examiner sans cesse, se selfiriser, « être responsable » comme disent les meneurs du républicanisme.
La chefferie du N.O.M. a « vaincu » les guerres (mondiales, et seulement jusqu’à présent), idem, la médecine de Big Pharma a vaincu les épidémies  et les grandes maladies qui, il n’y a pas si longtemps, rendaient la vie très précaire, mais elle a créé de nouvelles formes d’insécurité ! De la même façon, la trinité judéo-maçonnique et son monde de démocratie lié à la religion de l’argent a rendu l’existence prévisible (principe de précaution, confort, sécuritaire et Big Brother, etc.), et par là même ennuyeuse, tout en redonnant vie, sous une nouvelle forme, à la guerre de tous contre tous : le libéralisme du « exploitez-vous les uns les autres ».
 
LE SOCIAL ACTUEL C’EST LA SURVIE. « SE DÉVELOPPER » EST DEVENU UN EUPHÉMISME POUR SURVIVRE. Ainsi, Selfie et narcissisme sont devenu nécessaire pour endurer les tensions et angoisses de la « vie moderne ». La mode du social tend à fabriquer les traits narcissiques actuels. Maintenant le but de l’existence ici-bas est devenu l’AUTO-PRÉSERVATION et nullement le perfectionnement de soi, la direction vers la réalisation du Soi.
Avec le narcissisme ou Selfie le monde du winner triomphe : la réussite, LA RÉCLAME, comme on annonce dans le métro sur une affiche une lessive ; le magnétisme personnel doit influencer et dominer autrui, le futur client, cela devient le Graal de la « réussite » (de s’en mettre plein les poches ou plein le mental). Seule compte la victoire sur les concurrents, d’où la remise au goût du jour des « jeux olympiques ». Seule la victoire de l’ego semble le Graal de cette modernité.

SOCIÉTÉ DU SPECTACLE ET DU TOUT CONNECTÉ ET DE L’INFORME-ATION : afin de s’envoyez en l’R les masses regardent les messe du sport, les abominations politiques et guerrières diffusées « à la télé ».
Information-informer : RENDRE INFORME (même soupe pour tous ou robotisation sociale, société fourmilière, égalitarisme afin d’accéder À L’AMABILITÉ COMMERCIALE (le smile, L’UNIFORME DU COSTUME-CRAVATE). Par conséquent les médias modernes avec leurs patrons : l’État et les banques, sont les premiers responsables des attentats. LA SOCIÉTÉ DU SPECTACLE A CHARGE DE FABRIQUER DES MASSES D’ABRUTIS, résignées à effectuer un travail sans intérêt et de qualité médiocre (le Graal ou Paradis devient alors les messes du sport et les « vacances » et la consommation de biens : LES LOISIRS).

SOCIÉTÉ DU SPECTACLE ET DU TOUT CONNECTÉ ET DE L’INFORME-ATION : être aimé, donc Selfie tout azimut ; IL FAUT SE VENDRE, aussi bien au marché aux esclaves, pardon, de l’emploi, que par son marché aux diplômes et aux médailles (ça fait bien, « ça en jette » sur le faire-part quand on crève). Et ces gens appellent ça « valeurs » ! Alors que c’est encore et toujours l’exacerbation de l’ego.

Le société du spectacle et de son étatisme et « tout connecté » ne sert qu’à exacerber le narcissisme, ce triomphe de l’ego, quand Narcisse et son Selfie a besoin des autres ou du « vivre ensemble » pour s’estimer lui-même, étant devenu incapable de se diriger vers le « Qui suis-je ? ». Il ne peut vivre sans un public qui le consulte. Il a besoin d’une FILIATION. Pour Narcisse, le monde est un miroir…
De nos jours dans le républicanisme la politique dégénère en une guerre, non pour le changement et la construction d’une société bénéfique à tous, mais pour la réalisation de son ego, son ‘je’. Étant dans un monde à religion de l’argent, un personnage atteint de politique ne peut que se demander : « Qu’est-ce que ça peut me rapporter ? ».

MENTAL : la pensée ‘je’ (je suis ceci ou cela, je fais ceci ou cela, etc; donc L’OPINION). « Si l’on poursuit l’investigation « Qui suis-je ? » d’une manière constante, toutes les autres pensées sont détruites, et finalement la pensée ‘je’ elle-même disparaît, laissant la place au Soi non-duel ; les fausses identifications du Soi avec les manifestations du non-Soi, tels que le corps et le mental, cessent, et l’illumination (sâkshâtkâra) s’ensuit ».

MENTAL = CALCUL, RAISON ; et dans cette société issue des perruques poudrées et de leur « raison », icelle ne saurait imposer aucune limite à la poursuite du plaisir, et son contraire la douleur, d’où le succès de Big Pharma et de la psychiatrie, et surtout de l’économie de la drogue (ce pseudo besoin identique à la société de consommation : production de masse exigeant l’éducation des masses, sinon ils ne vont pas acheter ; ainsi il faut inventer des besoins ou artifices infinis QUI PARAISSENT VRAIS ; C'EST LA DROGUE). Alors, comment condamner le crime et la cruauté ou le terrorisme à la mode, sinon à partir d’opinions ou normes qui par exemple trouvent leurs origines dans les religions, dans cette judéo-maçonnerie spéculative à pouvoir comme le Grand Orient de France, ou chez ceux qui ne jurent que par la « raison » ? Mais, aucune de ces formes de pensées, DE SENTIMENTS, n’a de place dans cette société fondé sur la production de marchandises. Ainsi « la guerre au terrorisme » ça ne tient pas debout, puisque c’est organisé au plus haut niveau des meneurs et par son argent $$$

RAPPEL : à propos de cette mode du terrorisme, il faut se rappeler que les cancéreux du pouvoir aiment à se présenter comme des « démocrates », donc ils sont censés ne pas avoir recours à la force brutale, ainsi il est particulièrement difficile d’identifier l’oppresseur, plus encore de le personnifier (Daesh est un Hydre de Lerne), ou de maintenir un sentiment brûlant d’injustice dans les peuples, et les cancéreux le savent et jouent là-dessus.

Il n’y a pas plus PRISONNIER que cette civilisation de l’après 1789, car elle est uniquement tourné vers l’extérieur. Mais LE REGARD INTÉRIEUR, comme par exemple l’Ouroboros, est absent. À chaque écaille, une individualité attenante tourne sans fin. L’Être qui tourne sans fin à la Roue des naissances et des morts ne peut pas se libérer de ce cycle infernal si le sens du REGARD INTÉRIEUR NE S’ÉVEILLE EN LUI : L’OUROBOROS SE FERME LA BOUCHE (et n’avale pas sa queue… )
Jésus de Nazareth disait : « Qui aime sa vie la perdra, qui perdra sa vie la retrouvera en Moi ». Il s’agit là encore du QUI SUIS-JE ? (Christ = Soi).

Évidemment, en se posant la question « Qui suis-je ? » de nombreuses autres pensées vont s’en donner à cœur joie ! Mais au lieu de faire leurs jeux, il faut se demander : « A qui se présentent-elles ? ». Sinon, le mental va se perdre dans le labyrinthe de pensées, ou le damier de carreaux noirs et blancs des loges judéo-maçonniques symbolisant le vagabondage du mental. Mental qui est un POISON pour le mental.

FAIRE SILENCE DU MENTAL : ne jamais s’attarder sur le Vide de la vacuité, parce que la vacuité n’est pas encore vide. Seul un mental vide qui ne pense pas à sa vacuité est véritablement VIDE ! C’EST LE SILENCE. Matthieu dit (15, 11) : « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme, mais ce qui sort de sa bouche ».

Si je suis le Vide du Vide, qui suis-je alors ?

Il en reste que la Pure Conscience qui seule demeure : CELA JE SUIS, soit le rayonnement de l’INSTANT.
Selon Ramana Maharshi la Pure Conscience est Être-Conscience-félicité (sat-chit-ânanda).
Quand le spatio-temporel disparaît, le Soi, ou celui qui voit est le Réalisé.
On ne réalise pas le Soi en prenant le monde pour réel ; parce que celui qui voit et ce qui est vu sont comme corde et serpent : « un homme voit une corde au crépuscule, la prend pour un serpent et s’effraye. Le serpent lui paraît parfaitement réel, mais son existence est illusoire, elle n’est fondée sur aucune réalité ».

SILENCE : le monde disparaît quand le mental, cause de toutes perceptions et actions, est au silence, au repos. Le « Qui suis-je ? » ressemble au CENTRUM CENTRI : au lieu de suivre les pensées, on peut se demander à qui elles sont venues ? Si la réponse est « à moi », on poursuit alors l’interrogation « Qui suis-je ? », le mental retournera à sa source et la pensée qui venait de surgir s’évanouira. SI on laisse le mental prendre le dessus, comme le font tous travailleurs du chapeau, c’est foutu !
« Ainsi, quand le mental demeure dans le Cœur, le ‘je’ [ego], origine de toutes les pensées, s’évanouit, et le Soi toujours présent resplendit. Quoi que l’on fasse, on doit le faire sans le ‘je’ de l’ego. Si l’on agit de telle manière, on s’apercevra que tout est de la nature de Shiva (Dieu) ».
On ne peut dompter le mental que par l’intérieur, en le POINTANT.

MENTAL : force du Soi par laquelle les pensées se matérialisent. En dehors du mental, il n’existe pas. En dehors des pensées, des opinions, il n’existe pas d’entité extérieure appelée « monde ». « Dans le sommeil profond il n’y a ni pensée ni monde. Dans les états de veille et de rêve les pensées sont présentes, ainsi que le monde ».
« Quand le mental émerge du Soi, le monde se manifeste. Ainsi, lorsque le monde apparaît (comme réel), le Soi n’apparaît pas ; et lorsque le Soi apparaît (ou resplendit), le monde n’apparaît pas ».
La pensée ‘je’ ego donne naissance à toutes les autres pensées ; « ce n’est qu’après l’apparition du premier pronom personnel que le deuxième et le troisième pronom apparaissent ; en l’absence du premier, le deuxième et le troisième ne peuvent exister ». Quand les pensées s’évanouissent, le mental se fixe sur un seul but et devient fort. Pour un tel mental la recherche du Soi devient facile.

De nos jours on ne réalise pas le Soi, on n’est même plus autonome, parce l’ego, le narcissisme a remplacé l’autonomie effective sous l’Ancien Régime.

Le « vivre ensemble » du capitalo-socialisme fabriqué à coups de désirs infantiles stimulés par la publicité et les médias, à coups d’usurpation de l’autorité parental par l’école du judéo-maçon Jules Ferry, et à coups de la fameuse rationalisation ou raison s’accompagne d’une Super Carotte sous package « individu social », tant depuis l’après 1789 le social est devenu à la mode, comme si AVANT ça n’avait jamais existé !!! Ce monde marche sur la tête !!!

« Il n’y pas deux mentals [comme il n’y a pas deux universalités], un qui serait bon et un qui serait mauvais ; il n’y a qu’un seul mental. Ce ne sont que les impressions résiduelles qui sont de deux sortes : favorable et défavorable. Quand le mental est sous l’influence des impressions favorables, on le considère comme bon, sous des impressions défavorables, il est dit mauvais.
On ne devrait pas se tourner vers les choses du monde et se mêler des affaires des autres. Aussi mauvais que certains êtres puissent paraître, il ne faudrait pas les haïr pour autant. Le désir doit être évité au même titre que la haine. Tout ce que l’on donne à autrui, on se le donne à soi-même ».
« Si l’ego se manifeste, tout se manifeste ; si l’ego s’apaise, tout s’apaise ».

[En référence partielle à : Who Am I ?, Qui suis-je ? de Ramana Maharshi ; et avec l'aide de Christopher Lasch : La culture du narcissisme]
 
 

Dernière mise à jour : 19-07-2016 22:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >