Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Monde des Accidents
Monde des Accidents Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-09-2016 23:11

Pages vues : 3976    

Favoris : 75

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
acier_wendel.jpg
 
 
Monde des Accidents
et bien-sûr des guerres
et du parasitisme de la démocratie

La judéo-maçonnerie spéculative de 1717
et SON DROIT DE REGARD (Pour-Voir) !


TERRIFIANT !!!
Demain seuls les Couilles en Or auront droit au ‘Je’


Rien dans le Tout et tout dans le Rien.
 
 
L’être humain étant le Tout, puisque ce Tout est dans le mental, s’il persiste à ne pas construire ses fondations, bientôt il s’écoulera tant son château de sable est monté haut et proche des vagues. Déjà, 99,9% des Terriens vivent dans ce monde des accidents ou illusions du spatio-temporel : le « réel » dans lequel vivent les humains n’est que l’apparence ou manifestation du seul Réel : l’INVISIBLE, LE SOI-INSTANT. L’humain est donc un REFLET du SOI, il l’a oublié ; IL TOMBE DANS L’HISTOIRE-OPINION : L’ÉVÉNEMENT, LE JET de JEt (0) ; IL TOMBE DANS LE « CE QUI SE PASSE », OU « EN TRAIN DE SE PASSER ». Et dans cette société au culte du narcissisme, l’humain est non seulement un reflet mais il est prisonnier d’un palais des miroirs le reflétant dans une succession d’images, et maintenant de signaux électroniques et binaires, des sensations amplifiées par la vidéo, Hollywood, la télévision et les médias. Reflets ou vie moderne médiatisée : LE SOCIAL : « Souriez, vous êtes filmé par Big brother ». La réalité c’est le virtuel !!! L’humain tombe non pas dans « ce qui EST », ou « Celui qui EST », mais il tombe dans le « CE QUI SE PASSE », ou comme le mot TRAIN l’indique « Ce qui est en TRAIN de se passer ». Il tombe dans le temps qui coule ou flèche du temps.
TRAIN : étymologie de traire, traîner, trajet, tirer, allure, progression donc évolution ; calcule calculer, tracer, mesurer et Pour-Voir. Tout cela est du thème Train, de « traintrain quotidien » dans ce spatio-temporel. On parle d’ailleurs de « train de vie », de « bout-en-train », de « mettre en branle », de train d’atterrissage, etc.
Le monde des accidents devient une SOMME D’ÉVÉNEMENTS COMME UN CHAPELET DE SAUCISSES (identique au train de dominos (effet dominos) où chaque domino est le « chef »).
 
Ce monde des Accidents est évidemment celui de l’EGO.
Le Réel, le Singulier, est comme inconnaissable comme Dieu est inconnaissable puisque « NOUS ». Le Réel est ce qui est Unique, Original, donc sans copie ou double, SANS ARTIFICE (Fer/Faire ou ingénierie ou mental).

L’ego est une abomination : si l’ego parvient, comme de nos jours des 10.000 ans de la voie Agriculture, à représenter, donc « mettre en scène » le Réel, c’est parce qu’il contredit toute possibilité de représentation, il réussit le tour de force façon thermodynamique, de vivre ce qui ne peut pas se « vivre » ici-bas ! Le Réel en vient, comme dans un bain photographique argentique (analogique), à se « révéler » à travers l’ego : IL RÉFLÉCHIT (MENTAL) LE RÉEL NON RÉFLÉCHISSABLE !
L’ego ou reflet laisse deviner le singulier, le Soi, mais comme un Tyran en son palais, le Réel ne peut tolérer d’autre flatteur que lui-même : tout I-ma-ge (1) est comme interdite. Aussi ce qui est Simple est extra-ordinairement difficile.
Le seul Réel ne peut qu’être SIMPLE, aussi il sera toujours inconnu, non reconnu tant l’humain avec son évolutionnisme et son Pour-Voir complique les choses, et que le réel implique le ‘je’ ou ego, le « re », ou le double. Vouloir identifier le Réel c’est tomber dans la dualité sujet-objet. « Voir » ou « expliquer » le Réel est se fondre en Lui (sinon c'est effectivement un pouvoir) :  l’expliquant fait corps avec l’expliqué comme l’aquarelliste d’un paysage se confond avec le paysage. Ainsi IL N’Y A PAS DE TEMPS QUI COULE.

Mais dans les trois religions monothéistes du Salut ou Rédemption, la Super Efficacité réside dans leur Super Carotte que ce Salut ou « fin de temps » ne doit JAMAIS advenir. La lumière attribuée au Réalisé doit rester le privilège du Réalisé, il doit rester étranger à l’égard de son propre rayonnement. Ce qui ramène au thème de la CAVERNE (2) décrit par Platon (Caverne symbole de subconscient, les trésors cachés) : le pris-au-nier dans le noir de sa caverne ne gagne rien à en sortir dans la pleine lumière qui va l’aveugler et risque de lui donner un cancer de la peau ! Aussi il désire surement retourner se protéger dans sa caverne comme les insectes genre Araignées qui se réfugient le jour et sortent la nuit. L’homme de la caverne revient aux choses « qu’il peut regarder », ces choses QU’IL CROIT (ainsi : « faut-il le croire pour le voir, ou le voir pour le croire ??).
Alors l’autorité de tout Messie consiste en son absence, ou plutôt dans l’opinion que sa présence sera certaine… dans l’avenir, telle la Super Carotte pour faire avancer les masses ; comparable aux jeux de la Française des Jeux cette nouvelle laïcité prometteuse de « paradis » de Couilles en Or.
Jouer à la Française des Jeux comporte le risque d’entamer chaque semaine son maigre salaire, alors qu’attendre la venue du Messie c’est tout confort car éloignant de l’Instant et de la PANique. « L’A-venir » du Messie peut en tout confort suggérer sans accidents un « fin des temps », donc du monde, qui demeurera sans effet sur le temps qui coule, une extinction inéluctable de toutes choses qui ne compromet, dans l’Instant, aucune chose en particulier, DONC TOUT CONFORT.
Mais alors, POURQUOI DIEU EST-IL CONDAMNÉ À ÊTRE « CACHÉ » ? PUISQU'IL EST NOUS !
POUR MOI C’EST ENCORE UN OPINION DE LA THERMODYNAMIQUE !
POURQUOI ON ATTENDRAIT DIEU COMME LE TRAIN DEVANT NOUS CONDUIRE À TEL ENDROIT ?
Ou alors, CE SERAIT PEUT-ÊTRE PIRE SI « DIEU ARRIVAIT » !!! Vu déjà ce qu’il se passe dans notre moderne laïcité !
DIEU = PAN PANique ou ARC-EN-CIEL STARGATE CENTRUM CENTRI SOI.

Comme Nous sommes le Soi ou Instant, donc notre état naturel comme le dit si souvent Ramana Maharshi dans des entretiens ; le mot « IDENTITÉ » si employé depuis l’après 1789 est une imbécilité de plus.
IDENTITÉ : de 1370 du bas latin identitas, de idem (le même), donc L’EGO OU REFLET, comme expliqué plus haut. Le dictionnaire Le Robert écrit d’ailleurs : « Caractère de deux objets de pensée identiques. Identité qualitative ou spécifique (similitude). L'identité d'une chose avec une autre, d'une chose et d'une autre. Identité de vue. Identité de goût entre deux êtres ». Communauté est du même thème.
En promulguant la mode de l’identité et de sa carte, le Nouvel Ordre Mondial depuis 1789 EMPÊCHE LA RÉALISATION DU SOI-INSTANT.
L’identité est un insurmontable paradoxe, plutôt un monstrueux COURT-CIRCUIT pour désigner à la fois qualités dont l’une contredit l’autre !
L’identité est aussi casse gueule que l’ANALOGIE, genre « la colère de Dieu » censée avoir une analogie avec celle de l’humain. Analogie = méprises en tous genres. Identité = deux choses hétérogènes (différentes), deux façons différentes et contradictoires d’être identique.
Identité tombe dans la dualité sujet-objet, is-dem selon l’origine latine, soit « celui-ci même » (icelui, icil, icestes, iceux : ceux-là). Mais « identique » est de la dualité, le idem en latin, soit le même que celui-ci (ou icelui), sens exactement contraire à celui dont il prétend comme un TRAIN prendre le relais, puisque substituant l’idée d’égalité à celle de spécificité inégalable, L’IDÉE DE REPRODUCTION OU D’EGO À CELLE DE LA SINGULARITÉ OU SOI.Notez que l’informatique actuelle devient le Graal de l’identité avec son BINAIRE DE ZÉROS ET DE UNS, DONC L'ANTI-SOI.

Alors, « identité française ? »

Avec le monde des accidents et son temps qui coule, un objet ou une personne est-elle « la même » hier, que ce jour, et que demain ? Et que la Grande Pyramide d’Égypte restera toujours elle-même ? ou que les déchets du nucléaire mettront bien 6000 générations en péril ? Oui, avec la Réalisation du Soi, c’est seulement avec le ici et maintenant que le « même » = « le même », soit la Super Tautologie à la Moïse : « Je suis ce JE SUIS ».
Si je suis le même que je serais demain, c’est aussi le même sens pour mon voisin ! Mais, à ce moment là je ne suis plus dans le « Temps Philosophique » (de l’Alchimie), car je deviens un vulgaire être humain comme un autre. Le même dans le temps qui coule ne peut pas être « le même », car le Soi est le ici et maintenant, ce qui est LA CONNAISSANCE DE CECI À L’INSTANT, demain ce sera autre. Ce qui fait « l’identité » d’un « ceci » demeure aussi étranger à la somme des égalités possibles, étranger même à une égalité avec son propre ‘je’ considéré à un autre instant du temps qui coule. Ainsi ce qu’on appel « égalité » est l’écart dans l’Instant de l’un des deux « ceci », soit la différence qui suffit à faire de cette identification une affaire d’égalité, et non d’identité (voir aussi l'EFFET DOMINOS). Ce qui fait l’identité d’un « ceci », ou Soi est d’être Soi, et non d’être identique ou bouffé par le social de n’importe quel « cela ». En d’autres mots, le ‘Je’ ou Soi est donc ESSENCE PURE, la transcendance du ‘je’ ou moi, l’ego, l’accès au véritable Infini. En ce ‘Je’, dans la non-différenciation du sujet et de l’objet s’efface l’opposition de l’individuel et du collectif, OPPOSITION QUI DEPUIS LES 10.000 ANS FORME LA TOILE DE FOND DE TOUS CONFLITS POLITIQUES ET DONC SOCIAUX.

Toute Vraie réalité apparaît en tant que Réelle parce qu’il est impossible de la reconnaître semblable à une autre : elle est Celle-ci si elle est seulement LA MÊME DE RIEN. ELLE S’INSTANTE, elle n’est comparable à rien, ELLE EST SINGULIÈRE, ORIGINEL. Comme le Dieu Janus regardant deux directions contraires, l’opinion de l’identité rassemble et confond les deux opinions contradictoires du même et de l’autre : désignation à la fois et contradictoirement ce qui est « sans égal » et ce qui est « égal à quelque chose d’autre ». Impossible de penser le même sans penser du même coup son propre contraire, à cause du mental et son principe du VAGABONDAGE : IDÉATION OU TEMPS QUI COULE. Ainsi la fameuse « carte d’identité » est censé assurer une non identité à quelque autre personne que soit : elle garantit une « identité » particulière par l’exhibition d’un certificat officiel de « non-identité ».

La recherche de sa propre identité peut être symbolisé par l’Ouroboros qui se mange la queue : éternel retour, mais dans son sens négatif : tourner en rond sans jamais détruire la barrière ignorance, ce qui symbolise la prison des réincarnations à n’en plus finir, soit une pulsion de mort, laquelle devient de plus en plus flagrante dans notre époque actuelle. Le sens positif de l’Ouroboros rompt un évolutionnisme linéaire façon judaïsme, et transcende l’animalité pour accéder au Divin ou Libération.


RÉEL = LIBERTÉ.

Rechercher le Réel n’a pas de sens puisque c’est notre état naturel (voir Ramana Maharshi). Sinon, on tombe effectivement dans l’impossibilité de ne jamais pouvoir identifier ce qui est réel, puisque il est précisément, sans double, et donc réfractaire à toute entreprise d’identification par la dualité sujet-objet.
IDENTIFICATION : par la dualité sujet-objet, ramener un terme inconnu à un terme connu, DONC UN OPINION, UNE CONVENTION : coller une étiquette sur ceci ou cela ; opération impossible puisque le Soi est sans dualité sujet-objet ; il est comme un Univers dont le complément en miroir est impossible, car il tomberait dans la dualité… Le réel est IDIOTÈS, Il est TOUT et donc pas ignorance. La connaissance de l’ignorance annule simplement le mot « ignorance » ! (Ce n’est pas un Tautologie mais une révélation du Réel).
« Le ‘je’ est synonyme d’illusion et d’ignorance (maya, avidyâ ou ajnâna). Comprendre que l’ignorance n’a jamais eu d’existence est le but de tous les enseignements spirituels. L’ignorance ne peut être perçue que par quelqu’un qui en est conscient. La conscience est jnâna [connaissance, sagesse]. Le jnâna est éternel et naturel. L’ajnâna [ignorance] est artificiel et irréel ». (Ramana Maharshi, entretien 289).
« L’ignorance fait partie de l’ego. Pourquoi pensez-vous à l’ego et souffrez-vous ? Qu’est-ce encore que l’ignorance ? C’est ce qui est non existant. Cependant, la vie du monde nécessite l’hypothèse de l’avidyâ. L’avidyâ n’est que notre ignorance et rien de plus. On peut l’appeler ignorance ou oubli du Soi… Regardez le Soi et vous découvrirez que l’avidyâ n’existe pas » (entretien 363). L’ignorance est alors comparable à l’opinion.
Si l’ignorance était réelle, comment pourrait-elle périr ? Son existence est illusoire, donc elle disparaît (réf. entr. 496).

La plupart des séries télé fabriquées par l’Empire USionistan et racontant le temps qui coule depuis les deux derniers siècles chlinguent le protestantisme, surtout si l’action se situe chez eux dans une ville moderne béton tôles et bouts de verre. Les Protestants sont des matérialistes qui basent leur « salut » sur le business et donc la mentalité d’entreprise, le « social ». Le mythe ou opinion de business veut que l’épargne et l’assiduité ou esclavage au travail fussent les clefs ouvrant sur le Paradis, mais principalement ouvrant sur le triomphe de l’ego. Chez eux le triomphe de l’ego porte ce nom : « SELF-MADE MAN », le winner par lui-même et symbolisme du « rêve américain » où tout serait possible… dans ce monde des accidents ! Ces gens qui oublient qu’ils ont des DEVOIRS ET QUE TOUT N’EST PAS PERMIS. Le protestantisme du « clean » (qui peut s'apparenter à la démocratie au sens actuel) qui pue par exemple dans l’entreprise Disney.
L’Empire vit sur l’évolutionnisme, donc sur la Super Carotte « fin des temps » ou avenir, et accumule les biens qu’il appelle « épargne » (économie), les gains, la PRODUCTION. Dans la vision du protestantisme l’esclavage au travail devient WINNER, SPEED, BRUIT, THERMODYNAMIQUE.
Avec le protestantisme des anglo-américains et de la City-Wall Street, les puritains Yankee en bons winners mettent l’accent sur l’esclavage au travail qui doit « réaliser » l’individu, donc l’ego !!! En plus de « gagner de l’argent, il faut faire fructifier la « raison »… Ne pas oublier que l’Empire USionistan est construit avec l’aide de la judéo-maçonnerie spéculative de 1717, ceux qui ne construisent plus de cathédrales mais travaillent du chapeau dans leurs loges.
Avec le protestantisme la charité devient un business : le « libéral » se fera des obligés et possédera de l’influence », alors que l’avare resterait anti-social. Et l’orgueil « offenserait Dieu » parce qu’il ferait faire des dépenses extravagantes ! Si c’est pas une opinion de matérialiste !!!
En résumé, tout ça débouche sur la guerre de tous contre tous.


Notes.
0. Qui dit Histoire dit Mémorisation (Met-I à mort) qui fomente un autre JET que le JEt du Soi, un JET et non un IET. L’ob-jet prend le Sujet en oubliant le JET (Origine).

1. I-ma-ge : naissance de la Matrice de l’Axe pour le retour par Ma-r-i-age au I Axe, puis dans le temps qui coule (A-G-E), comme les Pierres levées « transistors » sur le sol ou « point d’acupuncture qui réveillent les Méridiens (Mère-I-d’I Stargate, « Trous noirs » Caverne...).

2. La Caverne a pour variante Œdipe, dont son père Laïos fit percer les chevilles de son fils à la naissance et les attacha d’une courroie, d’où le nom de « pied enflé » (Œdipe). Le serviteur qui devait « l’exposer » pour le faire mourir le remit à des étrangers, bergers ou rois (selon les versions). Une fois grand Œdipe tua Laïos, ignorant qu’il était son père. Ensuite par ignorance Œdipe épouse sa mère. Découvrant ses erreurs il s’arrache les yeux. Le freudisme va s’emparer de la légende pour bâtir sa symbolique de filiation. Talons mutilés = BOITEUX et MANQUE, thème de la névrose ou « âme blessée ». Mais le boiteux c’est aussi le Forgeron Héphaïstos ou Vulcain (Ptah en Égypte) qui a vu un secret redoutable : celui du FEU (Ignée et Innée). CLAUDICATION = COPYRIGHT AU FER ROUGE donc SOUMISSION à un Dieu. Ptah est gainé… et pourtant Lui-Même...
Œdipe tue son père dans une gorge étroite et sombre, donc thème de la caverne : le subconscient… Bref, accepter la mort c’est retrouver la Félicité…
Le pauvre Œdipe tente de mettre à l’abri son identité contre la menace d’un double qui aboutirait à la lui révéler ! Il cherche une autre dimension ou autre réalité illusoire : une doublure ou reflet optimiste, comme un étranger venant se confondre avec Œdipe. Comme dans un rêve à plusieurs.
 
 
LA LOI TAUBIRA N’A PAS ÉTÉ VOTÉE.
 
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 17-09-2016 00:03

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >