Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le judéo-maçon et socialiste Eugène Pottier
Le judéo-maçon et socialiste Eugène Pottier Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-11-2016 23:28

Pages vues : 5380    

Favoris : 157

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
serpentvigie_alerte_socialsocialisme.jpg
 
 
Le judéo-maçon et socialiste Eugène Pottier
et son « Internationale » dans
la tradition du capitalo-socialisme
à la 1789 et autres « lumières » et
instincts grégaires avec « la Marseillaise »
tous principe de la même soupe pour tous.
Le socialisme et ses masques-à-rad (rayonnement)
et ses vanités.
La vanités des « sauveurs du monde ».

L’ÉPÉE DJIHADISTE ISLAMISÉE PAR LA CITY DE LONDRES (1)
 
 
LA MODE DU SOCIAL ET SON FRIC/FLIC GENRE « ÉCONOMIE COLLABORATIVE » (idolâtrie du winner) OU UBERISATION (égotisation) S’INSTALLAIT… MONDE DOMINÉ, MINÉ, PAR LA PEUR SCIENTIFIQUEMENT ENTRETENUE, DONC ANTI-PARADIS. POUR-VOIR (POUVOIR) NÉCESSITE LA PEUR DU GENDARME OU AUTORITÉ, CELLE DE L’UNI-FORME-UNIFORMITÉ (sinon on coupe les têtes qui dépassent) (1).
 
Des paroles taillées dans l’étoffe humaine ou laïcarde.
Si l’étoffe est de médiocre qualité, le meilleur tailleur du monde ou meilleur travailleur du chapeau n’en tirera rien de bon.

« Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout, debout
Le monde va changer de base,
Nous ne sommes rien, soyons tout ».
Ces paroles de « l’Internationale » sont en court-circuit : tabula rasa à la adamisme ou big bangdisme de l’évolutionnisme et des John Locke & Cie, et développement de la religion de l’Homme qui selon Pottier doit être « Tout », sans précision aucune ! Ce Tout ne pouvant être qu’intérieur donc divin puisque par nature nous sommes TOUT.

Le refrain :
« C'est la lutte finale ;
Groupons nous et demain
L'Internationale
Sera le genre humain ».
Comme la Marseillaise une violence se dégage dans le refrain et là encore exalte la religion de l’Homme oubliant tout le reste ! Il dégage surtout la puanteur du Super Grégarisme actuel et son « vivre ensemble » LIÉ À LA CITY DE LONDRES ET SON FRIC/FLIC.

Si Pottier prône l’autonomie façon anarchie laïcarde (et imprégnées de darwinisme) dans les paroles suivantes : « Il n'est pas de sauveurs suprêmes. Ni Dieu, ni César, ni Tribun, Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes [qui va fourbir ”l'économie collaborative”]. Décrétons le salut commun [ce qui là encore va fourbir « l’économie collaborative » évidemment toujours dépendante de la City de Londres…]. Pour que le voleur rende gorge, Pour tirer l'esprit du cachot, Soufflons nous-mêmes notre forge, Battons le fer tant qu'il est chaud », paroles qui reflètent la judéo-maçonnerie spéculative et la société fourmilière ; mais le résultat n’a pas été positif, même si ensuite il écrit que « l’État comprime et la loi triche, l’impôt saigne le malheureux ».
Son « Pas de droits sans devoirs, dit-elle [l’égalité] Égaux pas de devoirs sans droits » reflète le marchandage, la méritocratie, la division qu’il expose par : « Le grand parti des travailleurs, La terre n'appartient qu'aux hommes, L'oisif ira loger ailleurs ».
Son « Décrétons le salut commun » se réalise en Super Grégarisme avec slogan publicitaire « Vivre ensemble » ou « United Colors of ceci ou cela » (unité dans la diversité) qui ne résoudra JAMAIS le dilemme multi-millénaires Individualisme-Collectivisme. Le « salut commun » se veut une singerie du Salut des religions du Livre et on voit sur quoi ça débouche à nos jours : le social quantitatif, celui du Nouvel Ordre Mondial et de son « économie collaborative » qui pue la « démocratie » et son « vivre ensemble ». Cette démocratie totalement liée à la City (même avec l’appellation de ses adeptes en « citoyens ») fait dans le NIVELLEMENT UNIVERSEL, comme on peut l’entendre dans les paroles de Pottier, en tuant les différences entre humains, en tuant ainsi la Vraie Vie sociale, et en même temps en créant cette mort sociale déguisée en socialisme ou en démocratie ou en république est indéfiniment plus malléable, plus docile que la Vraie Vie, car mille possibilités d’unité factice, rapide, transformable à loisir selon les modes : CELLE D’IMPOSER AUX HUMAINS VIDÉS DE LEUR ÂME ET DE LEUR LIBERTÉ LE JOUG DE LA FORCE BRUTALE ou l’influence plus du tout subtile de la propagande républicaine.
Socialisme = individu séparé et interchangeable, comme le monde hôtel de Jacques Attali ou comme « l’économie collaborative » nouveau modèle d’esclavage. Or, rien de ce qui est complémentaire (notre état naturel ou Unité) n’est interchangeable, et tout ce qui est interchangeable est nécessairement séparé. Autrement dit, de nos jours le social ce sont des gens en un ensemble de multiples séparatifs qui déambulent comme des zombis perdus dans leur ego et dualité, alors que notre Vraie Nature est une « association Unitive » de plusieurs individualités Réalisés qui marchent sur la même Voie, sur le même Instant, là où n’existe plus aucun dilemme, comme l’expose Jean COulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux.

Dans un couplet, Pottier critique à juste titre la montée en puissance des banques, symptôme éclatant de son époque. Dans un autre couplet évidemment il critique les rois qu’il traite « d’enfumer » les peuples en oubliant que le républicanisme fait pire, car le principe de cette démocratie demande aux peuples du CONSENTEMENT, alors il faut les manipuler !
Dans un couplet suivant il divise : les « travailleurs » d’un côté et les méchants « oisifs », division au combien actuelle des winners contre les losers.

Eugène Pottier est à fond dans la mode du socialisme. « Le moi et le social sont les deux grandes idoles » disait Simone Weil, cité par Gustave Thibon dans : Notre regard qui manque à la lumière. Thibon écrit justement que le social est une idole, une illusion pour celui qui est éloigné ou a oublié le divin en lui. Un oubli qui fait gober le relatif par rapport à l’absolu et l’illusion par rapport au Réel. Considérer le relatif comme un absolu c’est de l’idolâtrie.
Les paroles de l’Internationale de Pottier ne sont QU’UNE COUVERTURE COMME L’EST LA COUVERTURE SOCIALE. Tout ce qui se rapporte au social est par essence de l’ordre de la surface, de l’illusion. LA PROFONDEUR N’EST JAMAIS SOCIALE, sinon elle tombe dans le grégarisme ! Le critères social (fortune, études, emplois, médailles ou honneurs, etc.) en fonction duquel le « citoyen » actuel juge le plus moutonnièrement ses « concitoyens » est aussi celui qui renseigne le moins sur leur Vraie Valeur. On naît seul, on vit ensemble, et on meurt seul. La vertu sociale se situe dans l’Histoire-Opinions-Temps qui coule.
D’autre part, il n’existe pas de « justice sociale » : voir le Jésus de Nazareth, s’il a été crucifié, il l’a été entre deux bandits !

Avec le socialiste Eugène Pottier, bienvenue dans le social et son quantitatif, qui donnera « l’économie collaborative » à odeur puante de « vivre ensemble » et du « tous connectés » (Big Data) singeant une religion (le socialisme-communisme éclate de partout en nano-machins), les salarimen et prolétaires de tous pays deviennent des collaborateurs au « isme » de la City de Londres. C’est ça la suprême sournoiserie ou traquenard de la démocratie. Cette démocratie qui ne peut fonctionner que parce qu’un certain nombre de gens y croient. Or comme écrit précédemment, NOUS DEVONS DEVENIR DES SACHANTS ET NON DES CROYANTS, LES CROYANTS C’EST TERMINÉ.


Note.
1. Si les Yahvistes inventent l’Histoire-Opinions-Temps qui coule, les Islamistes inventent LA PEUR ou TERRORISME ÉDUCATIF (COMME DANS LES BAGNES POUR ENFANTS au 19è siècle), comme avec le dressage républicain, sadique et normalisé compas-équerre : « Il faut soumettre l’enfant, s’il continue à fauter, c’est que la discipline n’est pas suffisante, on renforcera le dressage en intensité et en durée ». Recommandation mécaniste d’un directeur de l’administration pénitentiaire de la fin du 19è siècle, c’était hier et dans la continuité du Plan de Lepeletier, celui qui vota la mort du roi Louis XVI (cité par René Santoni dans son livre : La Colonie Horticole de St. Antoine - Le bagne pour enfants d’Ajaccio sous le second Empire). Au 19è siècle de naissance des dynasties de banques : Argent = Sacré, donc si hérésie ou larcin : direction le BAGNE. Pour les gens de l’après 1789 la norme, la règle ou lois, c’est le FRIC/FLIC, qu’ils appellent « travaille » ou « droit », ou « loi », ou encore « État de droit ».
Vers 1092 l’autorité terroriste : « La suprématie appartiendrait-elle à celui qui tiendrait tous les souverains du monde enchaînés par la peur. Mais pour être efficace la peur doit se donner de grands moyens. Les souverains sont bien protégés et bien assurés. Seuls pourraient les menacer des êtres qui non seulement ne craindraient pas la mort, mais qui la rechercheraient justement pour de telles circonstances. Éduquer de tels êtres, c'est à quoi tend l'expérience de ce jour. Nous voulons faire d'eux des poignards vivants, qui nous soumettent à la faveur d'un seul geste et le temps et l'espace. Qu'ils sèment partout la crainte et le tremblement : non parmi les foules, mais parmi les têtes couronnées et ointes. Qu'une peur mortelle frappe les puissants qui voudraient se dresser contre nous.
...
Nous les consolerons (les Fedayins, dans le sens de 1092) quand le temps sera venu : nous leur confierons une tâche et leur promettrons que le Paradis leur sera tout de suite ouvert s'ils l'accomplissent et y laissent leur vie. Ainsi ils chercheront la mort et périront en souriant de béatitude… » est-il écrit dans Alamut, de Vladimir Bartol ; livre publié pour la première fois en 1938. Le républicanisme a donc récupéré ce système pour contenir les peuples. Les Fedayins actuels sont les Djihadistes, dans la dualité winner-loser, eux se considérant comme les winner, c’est clair !
La peur, l’épée de Damoclès d’un attentat a le sens de la police devenu djihadiste ! L’épée de Damoclès est devenu L’ÉPÉE DJIHADISTE ISLAMISÉE PAR LA CITY DE LONDRES et SES MÉDIAS.

Cette police djihadiste rappel les masses infectées de présomption, de croyances et d’idolâtrie, de bien et de mal, qui trahissent chacune dans leur ordre, leur finalité primordiale qui consiste à tout attendre de l’État jacobin devenu Dieu et de sa police devenue inutile puisque remplacée par l’ÉPÉE DJIHADISTE (voir les grèves à répétition des FLIC/FRIC en 2016). Dans les États non jacobins les masses attendent toutes des élections.

PLAN LEPELETIER ou monopole de l’éducation par l’étatisme républicain afin évidemment de rendre productif tous les futurs socialisés aux banques : « Ployés tous les jours et à tous les Instants [départ de Big Brother] sous le joug d’une règle exacte, les élèves de la patrie se trouveront tous formés à la sainte dépendance des lois et des autorités légitimes ». C’est de la dictature, de la fabrication d'âmes déguisée en package « éducation ».
Lelepetier devait être un franc-maçon genre Grand Orient de France, car il parle de « morale universelle », comparable à la « république universelle » judéo-maçonnique des obédiences cancérisées par le pouvoir comme le GODF. Or la morale n’est pas une science en soi, elle ne vaut que par ses références à l’ÊTRE, donc au SOI, au « Je suis ce JE SUIS ». La morale d’un Lepeletier et de ses judéo-maçons n’est qu’opinion ou sentiment déjà critiqués dans Colossiens 2, 21-23.
Pour Lepeletier le mot morale s’entend du matérialisme (produire), il divise à part la « morale spirituelle », comme si on pouvait séparer en deux le sens du mot moral !
LA MORALE COURANTE DÉVERSÉE PAR UN EUGÈNE POTTIER ET SES JUDÉO-MAÇONS N’EST QU’APPARENCE, ILLUSION. CES GENS-LÀ S’EN CONTENTENT, PARCE QU’ILS S’EN SERVENT COMME LE PARAVENT OU LA LOGE, OU L’OBÉDIENCE DERRIÈRE LAQUELLE ILS CULTIVENT CE QU’IL Y A DE PLUS IMMORAL EN EUX : LEUR INFECTE SATISFACTION D’EUX-MÊMES ET LEUR RAGE SOURNOISE DE JUGER ET MANIPULER LES AUTRES.

« L’éducation est un instrument à deux tranchants : elle rogne en même temps les griffes de la brute et les ailes de l’ange », écrit Gustave Thibon dans l’ouvrage cité.


La mort du roi et les secrets de Saint Fargeau, par Marion Sigaut. Lepeletier vote la mort de Louis XVI et est contre la peine de mort ! Cherchez l’erreur de ce républicaniste de « gôche » !
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 14-11-2016 00:03

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >