Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow La Caverne Vie ou l’UN
La Caverne Vie ou l’UN Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-11-2016 01:23

Pages vues : 4886    

Favoris : 192

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
point.png
 
 
La Caverne Vie ou l’UN
Cave : Vide, FOU, FOSSE
 
 
TAOÏCITÉ : Mon destin est en moi, pas au Ciel ! (donc pas à l’extérieur, et tout est dans le mental, ici et maintenant, dans la CAVE).

DÉMOCRATIE : guerre de tous contre tous : égalité dans l’intolérance, liberté et fraternité dans la tuerie fraternelle dont les frères ou sœurs s’appellent « terroristes », et « Brigands » en 1792 en Vendée en France.

Le TAO représente aussi bien le Soi que l’Instant : Il EST : ce qui Est-ainsi-de-par-soi-même (Instant, Maât). C’est en son Centrum Centri que se situe le Trou Noir ou Point Focal : le Non-être ou CAVERNE VIDE. C’est l’UN, qui n’est ni Être, ni non-Être, comme l’indique Ramana Maharshi à l’entretien 264 : « Dieu créa l’homme et l’homme créa Dieu… Mais en réalité ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». Et à partir de Là se produit, comme l’indique Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, se produit les Trois Souffles (la Trinité ou Espace-Temps-Mouvement). Les Trois Souffles « allument le brûle-parfum ». Les Trois Souffles sont les trois Couleurs : Bleu sombre, Blanc, Jaune rougeâtre, soit trois étages et hypostases du TAO, pure abstraction. TAO qui va engendrer les Trois Purs (san-ts’ing) ou Trois Vénérables Célestes (Céleste dans le sens de naturel). Mais la théologie de Taoïcité est mathématique : on passe par Trois, puis Sept, Neuf, Douze, Vingt-Quatre, Cent Vingt, Mille Deux cents, Trois Mille Six Cent… Nous avons Neuf Stades de l’embryon, Douze lunaisons, vingt-Quatre stations calendériques sur le temps qui coule pour exprimer le spatio-temporel, afin de détacher PAN du retour dans la plongée dans la Stargate vers la Mère Divine… Dans le pur Panthéon de la Taoïcité il n’existe AUCUN POUVOIR, sinon se serait retomber dans le matérialisme et chez certains Dieux genre Yahvé ou Grand Architecte De L’Univers (GADLU) et autres Dieux vulgaires et dictateurs…
 
Le TAO n’a pas de but à atteindre : il est Mouvement « vers un but final » mais n’y aboutit jamais, donc pas de « fin des temps » à la Yahvistes. Le Tao est le mystère du Transcendant dans l’Immanent ; une Transcendance taoïque qui dépasse l’Immanence, qui accède symboliquement à l’Immanence pour aller au Soi. TAO = SOI, INDIVISIBLE ; Il n’a pas de dualité sujet-objet, alors Il n’agit pas, il est sans Nom-la Forme, et cependant étant sans Nom-la Forme et par son non-agir : TOUT SE FAIT. En d’autres termes : C’est lorsque le TAO opère de façon spontanée et interne, comme le Soi, que tous les êtres du monde se réalise selon leur état originel : la Félicité ou Perfection innée et ignée.

RAPPEL : LA TAOÏCITÉ a été déformé dans le monde « moderne », par le cinéma (kung-fu et autres arts martiaux) dont l’Asie orientale fait une grosse consommation, et par un taoïsme, donc un « isme » ou système repris par les travailleurs du chapeau, les acupuncteurs, les musées, les services étatiques du gouvernement chinois. Mais la Taoïcité n’est pas un culte, n’est pas un système ou isme, et se situe nulle part, c’est-à-dire qu’elle est au cœur de la vie quotidienne du peuple, des PAGANS (Paysans). De plus, TAO et Chamans vont bien ensemble. Mais la Taoïcité n’est pas comparable avec ici en France la laïcité qui est un système, un isme ravalant dictarorialement vers le bas, et pire : sournoisement, en faisant croire qu’il n’en est rien sous prétexte de « liberté d’expression », terme tout aussi sournois comme jamais.
TAO : Yin et Yang : Involution-Évolution (« Dieu brasse dans les deux sens », écrit Jean Coulonval).


LA LIBERTÉ OU S’ÉBATTRE, SE PROMENER, DANS LE PAYSAGE DE L’ORIGINE DES CHOSES.

La Grande Ourse et l’Étoile polaire : « Il s’agit de l’incarnation de la Constellation du Destin. Comment peut-on ne pas le laisser naître ! [se disent les Dieux des Enfers et Celui du Ciel] Choisissons un jour où nous ferons qu’il n’y ait ni naissance, ni mort, alors ce jour-là, il pourra venir au monde [encore l’entretien 264 !] ». Ce fut le quinzième jour de la deuxième Lune. Ce jour-là, le Vieux Seigneur naquit. Il vint au monde par l’aisselle de sa mère [rappel la naissance du Bouddha]. À ce moment-là, oh ! il avait les cheveux et la barbe tout blancs [indiquant l’Instant, le spontané]. Comme il savait marcher, il s’en alla tout de suite.
Sa mère lui dit : ”Toi ! mon vieil enfant ! pourquoi pars-tu sans me laisser te regarder ? Pourquoi, dès que tu es né, t’en vas-tu ? Plus tard, je ne saurai même pas te reconnaître !” Alors lui, il se retourna brusquement, avec sa barbe et ses cheveux qui s’agitèrent… Sa mère le voyant fut prise de frayeur, s’évanouit et mourut sur-le-champ.
Lui, (le Vieux Seigneur) continua de marcher tout droit, sans s’arrêter, jusqu’à un verger de pruniers. Là, il s’appuya contre un arbre, et se dit : Je ne connais ni mon nom ni ma famille. Je m’appuie contre ce prunier. Mieux vaut que je le prenne comme nom de famille. Et quel est mon nom ? Ma mère m’appelait ”vieil enfant !” Dans ce cas, mon nom est ”Lao-tseu”.
C’est que Vieux Seigneur est un titre respectueux. En réalité, son nom est ”vieil enfant” ». (Conte enregistré en août 1979 à Taipei, par un Maître taoïste qui avait alors 74 ans, cité par Kristofer Schipper, dans : Le corps taoïste - corps physique - corps social).

Lao-tseu c’est Mère Li ou Mère Prunier ! Et dans la Haute Antiquité les hommes ne connaissaient pas leur père, seulement leur mère. La spiritualité du monde commence avec la Mère Divine, donc le matriarcat. L’invention « du père créateur » c’est de l’opinion des religions du Livre ou du Salut (Religions : je dirais qui sont inventées par les Occidentaux du désert, aucun mot égyptien ne correspond à ce concept).
Comme Ptah, Lao-tseu est sa propre Mère. « Il naquit par l’aisselle gauche de la Mère Li ». Le père est totalement absent dans la genèse.

Réaliser le Soi c’est être une MÈRE : nourrir le Principe Vital : ceux qui nourrissent le Soi SONT DES MÈRES. Remarquez la Mère si importante dans le christianisme : la Vierge Marie, n’a pas réussit à détrôner le patriarcat ! Le Réalisé, notre état naturel, mais nous l’avons oublié, possède le seul Réel en lui, il doit le cultiver, le garder. Il est ainsi une Mère avec enfant, et doit vivre concrètement cette gestation en adoptant un temps cette gestation féminine. Ce fait est taoïste, on le retrouve chez Tchouang-tseu quand il raconte l’histoire du Réalisé Lie-tseu qui, ayant connu la Révélation du Chaos primordial, rentre chez lui, pour remplacer sa femme à la cuisine ! Bref, il devient comme indifférencié, mais fermé. Il EST dans la non-dualité.
« Quant à l’homme, il doit concentrer ses essences spermatiques, sa mentalité doit se modeler sur celle de la terre et de la femme. Il doit se tenir à distance des affaires ! » (cité par K. Schipper).

Le Premier « Commandement » de la Taoïcité est : Garde ta féminité (ou garde le féminin) : « Connaître le masculin, et pourtant garder le féminin, c’est devenir la vallée du monde … ». Bref, nous avons l’enseignement de Lao-tseu : « Connaître le masculin mais garder le féminin, connaître la clarté mais garder l’obscurité ».

LE CORPS DU TAO C’EST LA FEMME. Le corps de la Mère enceinte est le seul corps complet, qui peut seul accomplir la transformation, l’œuvre du Tao. Cela se traduit évidemment dans le corps social, mais en chacun de nous il y a des énergies masculines et des énergies féminines.


LE TAO EN PLUSIEURS ÉTATS.

Souen wei sseu, ni wei cheng (Suivre le courant signifie mourir, remonter le courant signifie la vie). De nos jours c’est plus que valable, car dans le règne de la tyrannie de l’opinion médiatique et de propagande républicaniste où tout et inversé, « Être au courant des choses N’EST PLUS ÊTRE AU COURANT » ; mais faire les choses à Contre-Cœur, c’est être à Contre-Courant… de l’ORIGINE DIVINE UNIVERSELLE. Donc A-prendre par Cœur (ne pas prendre, par l’ego)…
Comme écrit Jean Coulonval : « Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source ». Ainsi on ne peut pas tuer le ‘Je’. On ne peut pas retourner au néant (mot idiot). Comment peut-on retourner à « quelque chose » qui, par définition, ne peut être le néant, le rien… Ce rien qui est Tout… On ne tue pas le Soi-Instant !!! On ne tue pas le JE SUIS, car chacun sait le JE SUIS. Personne ne peut nier son propre être (voir plus haut l’entretien 264 !). À la veille de sa mort, Ramana Maharshi disait : « Ils disent que je vais mourir. Mais je ne pars pas. Où pourrais-je aller ? Je suis là ». Phrase reprise, en geste si je me rappel bien, à la fin du film par le E.T. de Spilberg : E.T. l’Extraterrestre, quand le E.T. pointe son doigt sur le front du gamin. Effectivement, lui aussi, où pourrait-il aller, puisque tout est dans le mental ?…
C’est en marchant que la Voie est tracée ; c’est en nommant (Pour-Voir) que les choses sont délimitées et limitées (comme des lois ou dogmes).

Le TAO dirige quelque chose. Mais personne ne connaît ce par quoi il est dirigé, sinon des humains s’empareraient du concept pour diriger les autres !!! Cet « inconnu » peut se nommer ESSENCES. Personne ne peut s’en emparer, pas même les transhumanistes !

Encore l’entretien 264 : L’Unité se divise [dualité] en formant tous les êtres ; en formant tous les êtres, elle se détruit alors. Ainsi, tous êtres n’a ni achèvement ni destruction, car ils se résorbent finalement dans le Soi-Instant ! Ce qui rejoint le sommeil profond de Ramana Maharshi : « Si l’activité mentale du rêve et de l’état de veille n’existait pas, il n’y aurait pas de perception du monde ni la conclusion qu’il existe. Dans le sommeil profond, cette activité est absente ; donc les objets et le monde n’existent pas pour nous dans cet état. En conséquence, la « réalité du monde » ne peut être créée que par l’ego, par son émergence du sommeil ; et cette réalité est engloutie ou disparaît lorsque l’âme reprend sa propre nature dans le sommeil profond [c’est moi qui souligne] » (entretien 25).
Personne ne peut nier son propre être. « L’homme, en sommeil profond, n’en a pas conscience ; quand il est éveillé, il semble en avoir conscience. C’est pourtant la même personne. Il n’y a aucun changement entre celui qui dormait et celui qui est éveillé. En sommeil profond, il n’était pas conscient de son corps. Ce n’est qu’au réveil qu’il en prend conscience. La différence réside donc dans l’émergence de la conscience du corps et non dans quelque changement de la conscience réelle. Le corps et la conscience du corps apparaissent et disparaissent ensemble. […] Le vrai ’Je’ est toujours là. Il est présent ici et maintenant [Instant]. Il n’apparaît ni ne disparaît jamais » (entretien 96).

Depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, les contemporains de cette voie-là sont modifiés par le monde extérieur plus qu’ils ne s’adaptent à lui ; alors que les Anciens visaient à s’adapter aux transformations extérieures SANS SE TRANSFORMER INTÉRIEUREMENT, c’est ce qu’énonce le Yoga-vâsishtha : « Détachement à l’intérieur, attachement en apparence », cité par Ramana Maharshi à l’entretien 495.
L’action du Réalisé ne peut que s’exercer INTÉRIEUREMENT. Il ne cherche pas à imposer des règles, lois ou mesures qui ne seront que des opinions, donc des artifices. Le seul modèle valable est le Tout, PAN ou Nature, d’ailleurs la Taoïcité de toutes époques avait, a le goût pour les sciences naturelles. Pour que l’être humain puisse retrouver sa Vraie Nature, il lui faut avant tout connaître les secrets de son Univers intérieur.

RAPPEL : « On voit poindre, dans l’ombre de l’Homme véritable [le Réalisé ou Bienheureux, l’Adepte] du Tchouang-tseu l’ombre d’une humanité mécanique, conformiste, voir fasciste. Ce danger n’est en effet pas imaginaire car il est vrai que le légisme [loi], ce courant de pensée de la Chine antique qui a produit les théoriciens de l’État totalitaire, a beaucoup emprunté aux Taoïstes, afin d’élaborer son plan d’une société inhumaine. Mais il serait injuste d’accuser ces derniers d’être à l’origine de ce monstrueux détournement. Ce qui prévient l’homme du Tchouang-tseu de devenir un être sans conscience est non seulement le profond respect de la Nature et de tout ce qui vit, mais encore la notion de la « non-utilité », le refus de servir à quelque chose [notion de GRATUITÉ] », écrit cette importante mise au point Kristofer Schipper. Voilà une mise au point adressée à Francis Cousin qui n’a pas compris la Taoïcité… F. Cousin que par exemple Jean Coulonval aurait rembarré tant il n’aimait pas les philosophistes, et avec juste raison !
Tchouang-tseu est contre la chefferie sous tous ses formes et contre ce qu’on nomme « loi ». Il n’y a pas pire totalitarisme que la fixité, cette « fin des temps » !
Et puis tout de même, comme déjà écrit, le Réalisé n’impose pas ses règles, Seul celui dont le tact évite la blessure de l’âme peut entrer en relation avec les être humains du monde. Seul le Réalisé peut vivre en paix avec ses semblables.
Encore une fois, LE TAO C’EST LE SOI-INSTANT, donc pas de totalitarisme là-dedans, pas d’ego ou possession !!!

3 fois Rien, 3 fois Zéro, 3 fois Vide :
- Tout est dans Tout ; Lumière dans Lumière
- Tout est dans Rien ; Lumière dans l’Ombre
- Rien n’est dans Rien ; Ombre dans l’Ombre
(D’après Louis Cattiaux)

Vide du Vide chez Maître Eckhart :
« Je prie Dieu de me libérer même de Dieu ».


 
 

Dernière mise à jour : 16-11-2016 01:47

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >