Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Opinion et Politique
Opinion et Politique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-01-2009 21:14

Pages vues : 8270    

Favoris : 62

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Opinion, Politique

 
Opinion et Politique
 
Suite d’extraits du livre de Jean Coulonval : Synthèse et Temps nouveaux.

Opinion, rationnel et politique.
[Lettre n°26, 25 novembre 1973]
« Les opinions politiques sont ennemies entre elles, par nature, et donc tout État qui prétend admettre la pluralité des opinions et donc des partis, est foncièrement hypocrite, faux jeton. Parmi ceux qui tirent les ficelles dans tel régime, il en est nécessairement qui sont parfaitement lucides, mais ne cherchent pas à résoudre ce problème de l’ambiguïté des régimes d’opinion (style occidental ou soviétique), ou même l’entretiennent, parce qu’elle est utile à leur soif de pouvoir.
 
... Le pouvoir est nécessairement occulte parce que ces gens là ne peuvent pas dire au public : « Vous savez, je vous couillonne ! » En régime démocratique, de multi ou de mono-opinion, la politique ne peut être autre chose que l’art d’agiter les hommes avant de s’en servir ».

« Adhérer à un parti politique, c’est se fondre dans un corps psychologique, mental et intellectuel, différent d’autres corps politiques dont on se fait l’ennemi. C’est participer à la nature profonde des antagonistes sociaux, à quelques niveau qu’ils se situent, et donc de les entretenir, les nourrir. C’est consentir à se faire malaxer l’âme par les maîtres à penser du parti. C’est une attitude de nature masochiste, une singerie de la passivité du mystique devant les impulsions divines sur l’âme. Les martyrs de l’action politique, quels qu’ils soient, de droite, de gauche ou du centre, sont des caricatures sataniques du vrai martyr pour le Christ. La différence est que l’expérience mystique et le martyr authentique se réalisent par-dessus, au-delà de la forme de pensée qu’on appelle l’opinion.
L’opinion prétend toujours se baser sur une logique. L’ennui, c’est que tout système logique, si correct qu’il soit, part toujours des prémisses qui sont nécessairement, par définition, des postulats incontrôlables, adoptés pour le seul motif de la satisfaction de penchants sentimentaux fort obscurs. Ces prémisses prennent nécessairement valeur de dogmes, qu’on en soit conscient ou pas. Et ce dogmatisme est d’autant plus intraitable qu’il est plus inconscient, parce que tout danger de n’y plus croire crée la panique devant le vide, devant la possibilité de ne plus avoir de raison de vivre.
Le vrai mystique n’a pas à craindre cette panique, parce qu’il ne croit pas le dogme, il le sait ; et c’est pourquoi, s’il a des dogmes, il n’est pas dogmatique.
Tout cela fait comprendre pourquoi le communisme soviétique, où l’opinion atteint son ultime maturité en se parant des prédicats de l’absolu religieux dans une vision globale, une fausse synthèse de tout l’existant, est morphologiquement une réalisation en creux, à l’envers, d’une catholicité (je ne dis pas catholicisme) qui reste à faire. Je veux dire une religion catholique véritablement théandrique ». (Théandrique : exprime les opérations divines et humaines autour d’une croyance en un principe supérieur. Cette expression est plutôt employée par les Catholiques, et à propos de Jésus de Nazareth).

Le tableau en haut de page représente : les Bateliers de la Volga (1870-1873, huile sur toile, 281 cm x 131,5 cm), célèbre tableau du peintre russe : Ilya Répine (1844-1930).
 

Dernière mise à jour : 20-01-2009 21:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >