Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Qui invente l’ego ?
Qui invente l’ego ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-01-2019 22:08

Pages vues : 1996    

Favoris : 23

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sadisme, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, Talmud-baby, TAO, Temps, Toupie, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
code_prison_ego.jpg
 
 
Qui invente l’ego ?
Mot/maux proche de l’œuf (egg en anglais)
 
 
Ego à gogo : ces Juifs qui se mêlent des autres en voulant les « réparer » parce qu’ils seraient compétant en diplôme de « peuple élu ». Zuckerberg est un exemple de « réparateur », ce « bienfaiteur de l’humanité » qui se mêle de la vie des autres dans la tradition talmudique, faux derche qui fout le chaos partout car tourné uniquement vers l’extérieur et qui au passage empoche le fric et devient jeune milliardaire : « Rien n’est bon pour les Juifs si ce n’est bon aussi pour ceux qui les entoure ». Facebook est construit sur ce principe, la banque aussi… le politisme de l’État républicain aussi… Tous ces gens qui « veulent du bien » (entendre ”des biens”).

DEHORS LE MOULE TALMUDIQUE ZUCKERBERGIEN et son « vivre ensemble » égrégorien ! (Yahvé merci, je n’utilise par ton Facebock où s’abreuvent tant de paumés que tu veux « aider » grâce à ton grand prêtre).
 
 
Réseaux sociaux TALMUDO-ZUCKERBERGIEN nouvelles églises inversées : églises MÉCANISTES, BINAIRES, réalisées uniquement pour le plaisir, l’extérieur virtuel, le pouvoir, l’accomplissement personnel ou AMPLIFICATION DE L’EGO OU COMMENT MIEUX S’ENVOYER LE L’AIR. (LIBIDO, POSSESSION DE L’AUTRE, OBJET).

L’inventeur de l’ego est Dieu Lui-même (et par là-même aussi Zuckerberg, mais lui c’est spéciale…), ou le Soi, l’Absolu, la Vérité, le Cœur, le Centrum Centri, et une foule d’autres Noms selon le point de vu de chacun, de chaque ego. Qui d’autre pourrait inventer l’ego ?
De cette invention va s’en suivre la manifestation phénoménale que certains appellent « réalité ».
EN FAIT L’EGO EN TANT QUE TEL N’EXISTE PAS : « Étant donné que toutes choses sont situées au sein de l’unique Réalité ultime, nul ne saurait dire d’où provient ni comment a surgi ce principe de l’ego. [C’est exactement comme de vouloir examiner pour le comprendre l’univers, tenter d’en sortir pour faire de la dualité d’un sujet-ego examinant un ego-univers-objet, comme s’il était à l’extérieur]. Il n’existe pas en réalité de principe de l’ego au sein du Soi suprême, car il est exempt de différence, mais c’est par suite d’une vue non correcte de la réalité qu’il apparaît, comme un mirage dans le désert brûlant » (Yoga Vasistha YV III 102, 4-5).

C’est donc le TIC-TAC ou pulsation cosmique (”Dieu brasse dans les deux sens” écrivait Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux) inhérente à l’Absolu Lui-même qui est responsable de par son élan vibratoire, de l’émergence de l’âme individuelle (le jiva) : « Ce que l’on nomme l’âme individuelle [jiva] est cette entité ayant pour nature la conscience et consistant en la pulsation même de l’Absolu en vertu de sa Nature propre [donc pas de laïcité puisque cette Nature est Homo Religiosus], entité surgissant, pour ainsi dire, à la manière d’une semence jusqu’à la délivrance ultime » (YV III 64, 6).

Un ego ou entité surgissant, à la façon d’un germe jusqu’à la délivrance ultime (entretemps se situe le merveilleux SENTIER, le VASE ou VALLÉE, la Cour, sorte de « recul » comme le mouvement est la propriété principale du Vent, la chaleur brûlante celle du feu, ou le froid celle de la glace ; de même la condition de l’âme individuelle est la propriété essentielle de l’Absolu, le Soi, ou Dieu, ou Vérité, ou Centrum Centri, etc.

Ainsi Brahman imagine en Lui-même le soi individuel [le ‘je’], qui va devenir la pensée [manas] et l’objectivisme, le courant d’activité créatrice ; le Brahman, devenant le manas, se modifie en l’activité de la pensée, laquelle produit et engendre sans trêve ni repos (saut en sommeil profond) des apparences changeantes : « Lorsque le Brahman s’étant polarisé vers l’objectivisme fut enclin à devenir le mental, alors il s’enfonça dans la servitude, à la manière du ver à soie dormant enveloppé dans son cocon et devenant prisonnier de ce dernier [ce que je traduis souvent par « confort »]. Du Brahman sont issus ces innombrables pouvoirs du mental qui forment les liens intriqués et très variés qui asservissent l’âme individuelle au corps » (YV IV 11, 64-65).
Modification de la pure Conscience, le manas apparaît donc comme la face active par laquelle Elle se manifeste en tant qu’agent créateur : « Par le manas, on entend la forme assumée par la faculté de concevoir inhérente au Soi infini, immense, doué de tous les pouvoirs » (YV III 96, 3).

« L’être et le non-être qui apparaissent au mental
Ne sont possible qu’en tant qu’ils reposent sur ce mental.
Les apparences du corps et de ses possessions
Sont l’expression de la Conscience fondamentale de tous les êtres », dit le Sutra de l’Entrée à Lankâ (Lankâvatâra).

La bouddhéité ou Ainsité en tant que réel échappe à toute chosification ou matérialisation inhérente au cause-effet et se situe bien au-delà de tous les objets, de tous les actes, de toutes facultés et autres choses mesurables : elle n’appartient pas au champ d’expérience des êtres ordinaires, lesquels croient à la réalité de l’ego [le soi]. En conséquence, s’attacher à cultiver la Sphère suprême de la sublime sagesse de la Réalisation intérieure et se détacher sans tarder des fictions [les HOTC ou Histoire-Opinions-Temps qui coule] et des vues que perçoit le mental. En référence du Lankâvatâra et du Yoga Vasistha I, 3.


Conscience infinie = Fractal (symbiote).

« Dès lors que la Conscience pareille à l’eau dans l’océan du Brahman, du fait qu’elle s’est mise à vibrer, a assumé la condition fluctuante du psychisme agité [idéation] comme des vagues, Elle tombe dans la condition d’âme individuelle rivée à la Roue de la transmigration, et Elle produit des bulles de créations [les mondes créés] » (YV III 67, 19).
« Lorsque le sens de l’ego tombe, telle une goutte d’huile de sésame rancie, dans l’eau du Brahman, il s’étend rapidement à sa surface en revêtant la forme des orbes (que dessinent dans leur révolution) les trois mondes [veille, rêve, sommeil profond] » (YV VIb 4, 43).

Nous ne possédons pas un ego mais nous sommes manipulé par la pensée unique mondialisée égrégorienne qu’il y en a un, ce que renforce le moule talmudique zuckerbergien.
Pour le talmudo-zuckerbergien, il est surement inconcevable qu’il n’y ait rien en dehors du mental, rien non plus sur lequel on puisse œuvrer, et en définitive rien qui puisse s’envoyer en l’R à la « fin des temps ». En fait, le mental étant LIBÉRATION à l’origine, il n’est pas non plus un objet ou une matière, ainsi il n’y a rien à purifier ni a éradiquer rien non plus à nettoyer…
POUR TROP PEU pas de pire piège que le « social » vendu par le talmudo-zuckerbergien.

DEHORS LA TYRANNIE TALMUDO-PSYCHIATRIQUE FREUDIENNE : la Libération : un mental (manas) pur ou dénué de pensée tourné vers l’intérieur, le Centrum. Alors il devient sa propre source en devenant naturel : il devient CELA (le Sans Pourquoi ou Ainsité, l’Ainsi venu), sans cause-effet donc sans temps. Il n’est pas comme un sujet percevant un objet (ou un vendeur attirant un acheteur…). La Libération n’a rien à voir avec le freudisme et sa psychanalyse qui cherche à déceler les racines inconscientes des manifestations conscientes ou à l’état de veille. La psychanalyse ne peut venir QU’APRÈS la Réalisation, et alors elle en devient totalement inutile ! Car pour pouvoir avoir une vision objective du contenu de la conscience (pour s’apercevoir que finalement elle n’existe pas), il faut retrouver sa Vraie Nature dans l’Essence.



Du point de vue politique ou art de vivre ensemble.

Le Centre est nulle part la Circonférence est partout
elle est les Gilets Jaunes
C’est ça qui est rigolo (libératoire).
Le Centre est nulle part, c’est ça qui angoisse
l’oligarchie et son « unité dans la diversité ».


La Taxe carbone était ABSOLUMENT NÉCESSAIRE, quelques jours après sous la pression du peuple, elle est annulée. C’EST ÇA LE POUR-VOIR qu’illustre cette petite histoire :
« Une femme se présente un jour chez un juge et lui dit :
- Un chien a pissé sur l’un de mes meurs !
- Ce mur doit être démoli et reconstruit sept fois pour être purifié, affirme le juge.
La femme continue :
- C’est le mur mitoyen, entre ta maison et la mienne.
Le juge lui répond :
- Alors juste un peu d’eau suffira.
C’est ça la politique de l’humain selon « l’âge du capitaine » (ou de l’opinion de circonstance) ; les ravages de l’ego.
(D’après le conte : Le mur et le juge, d’après le fond spécifiquement égyptien, traduit de l’arabe et raconté par Praline Gay-Para).
Dans cette petite histoire, la vérité fonctionne selon l’opinion nécessairement liée à ce monde des accidents : le fonctionnement selon le binaire informatique en l’existence de l’être et du non-être qui permet l’action parfaite de l’opinion selon les besoins du moment : d’être ce qu’il est et ce qu’il n’est pas, comme dans le cas de ce juge ; l’être existe bien, mais il est double (voir beaucoup d’autres selon le moment). Le juge possède une plasticité organique telle qu’il peut, tout en étant l’être qu’il est (sa fonction de juge), être aussi bien tout autre (un « citoyen » comme sa voisine venant se plaindre du chien pisseur). Il est ainsi si bien contaminé lui-même par ce qu’il n’est pas qu’il peut sans risque se dispenser de l’appui du non-être en cas de contestation : ayant déjà phagocyté et intégré l’autre à sa propre substance, il n’a plus que faire de ses services. (Je soupçonne le Macron-Rothschild de fonctionner face à l’autre, en mode être non-être). On est dans la cour de récréation du « C’est pas moi m’sieu, c’est l’autre ». Le régime républicain fonctionne comme ça : être volé n’est rien ; mais coûte en revanche le fait d’être volé par des domestiques qui s’arrangent pour avoir toujours UN COMPORTEMENT IRRÉPROCHABLE ». Avec la république ce n’est pas rien car c’est elle qui vole le peuple tout en se déclarant « irréprochable ».

Le mouvement des Gilets Jaunes n’étant par une grève classique, il peut continuer indéfiniment jusqu’à écroulement de l’État. Pour ce faire les Gilets Jaunes seront naturellement obligé d’être plus offensifs que dans la limite d’une manif déclarée avec un parcours encadré… soit l’équivalent de demander à l’État l’autorisation de repeindre nôtre prison en une autre couleur plus « chatoyante »… Le « grand débat » est cette demande de nouvelle peinture…
Vous voulez vous délivrer ? Détruisez la prison, comme certains en 1789 détruisirent la Bastille, on peut se demander alors : pourquoi ? vu que c’est l’argent qui remplace la religion, toutes les religions, pour devenir LA religion universelle tant rêvée.
Dans cette vidéo très juste point de vue sur les Gilets Jaunes. Oui, Oui, la criminalisation du peuple par le système du racisme DEPUIS MITE-ERRANT et « touchepasàaaaa » ÇA SUFFIT CE FAUX DERCHE CAPITALISTE ET SON INQUISITORIAL ANTISÉMITISME !
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 23-01-2019 22:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >