Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Rester dans l’état naturel
Rester dans l’état naturel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-03-2019 03:34

Pages vues : 1869    

Favoris : 27

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Béton, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Cul, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gratuit, Histoire, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
frise_contr_compl22.jpg
 
 
Rester dans l’état naturel
Ne pas produire de F(R)ICTIONS
du R de Rapport, Relatif, Réflexion (Réitération),
Résistance. R = Raison, Réalité, soit balancer
dans la dualité, comme pur-impur, bien-mal, etc.,
ce qui conduit à la Recherche, à la Réparation,
au Résultat, à la Révélation.
Bienvenue dans la F(R)ICTION !
 
 
Résistance, Opinion, Polémique qui n’ont pas de fin (particularité de la polémique ou débat, discussion : voir en fin d’article la polémique de Ramana Maharshi avec un visiteur qui se dit « transcendé depuis longtemps »). Polémique : dualité en une relation sujet-objet, du grec polemikos : relatif à la guerre.


Page consacrée à la TYRANNIE DE L’UNITÉ OU MONOTHÉISME et son Big Bang adamique.
 
 
SOPHISME (définition) : [SOFIME] RUSE. Une logique débouchant sur le faux.
Exemple : « Un serment ne lie pas s’il n’est accepté par Dieu ». Dans ce cas, il faudrait connaître la pensée intime de Dieu ! Étant donné qu’en tant qu’humain nous respirons tous le même air, et sommes donc tous dans la même Matière, mentir à un serment c’est mentir l’autre. (Ignorer l’autre).
Il existe toujours actuellement la coutume de « prêter serment » sur la Bible dans un tribunal civil, ça ne correspond pas à MATTHIEU : V-34-36-37 : « Que votre langage soit : ”Oui ? oui”, ”Non ? non” : ce qu’on dit de plus vient du Mauvais ». (D’après Isis Dévoilée. Vol 2, H.P. Blavatsky).
Les Esséniens ne prêtaient serment sur rien du tout, mais leurs « Oui » et leurs « Non » valaient bien plus qu’un serment.
Je pense que ce brave Hippolyte Taine a eu une bonne intuition en considérant la Grèce comme la Mère des ergoteurs, des rhéteurs, et des sophistes.
Faire prendre des lanternes pour des vessies, ou faire admettre SA vérité.
Les sophistes ne réalisent pas que les choses extérieures ne sont que des perceptions au sein du mental. Ils croient à la réalité des objets extérieurs en multipliant les opinions de fictions à leur sujet. Les Sophistes, leur logique, et leurs figure de style ne peuvent en aucun cas les sauver de la naissance, du vieillissement, de la maladie et de la mort, de la tristesse, de l’angoisse, etc.
SOPHISME = S’ACHARNER À DÉMONTRER N’IMPORTE QUOI, AUSSI BIEN UNE PSEUDO-VÉRITÉ QUE SON CONTRAIRE. LA MODE AU DÉBAT EN CE RÈGNE TYRANNIQUE DE L’OPINION EN EST UN EXEMPLE. Car les Sophistes ne parlent que de la dimension de leur corps et de ses sensations. Ils se justifient comme les ergoteurs Grecs en des textes de 100.000 mots, mais dans le temps qui coule, leur opinion illusoire subira des déviations telles que leurs écoles finiront par s’effondrer et par se disperser en formant nombre de sectes qui s’accrocheront chacune à leur propre logique.

Les F(R)ICTIONS sont surtout actives chez l’Occidental, obsédé par l’extérieur, par les objets, ou par leur non-existence. L’Occidental fait dans la dualité sujet-objet, dans le monde descriptible, analysable, mesurable, ce monde de la F(R)ICTION et du POUR-VOIR.

QUE TOUT SOIT CRÉÉ, VOILÀ LA PREMIÈRE PROPOSITION DES SOPHISTES.
Rien ne sera créé sera leur deuxième proposition.
Ce monde existe-t-il ou bien n’existe-t-il pas ? La libération est-elle possible ou bien elle ne l’est-elle pas ?
Tout cela et bien d’autres ne sont que des opinions, des idées de certains dans leur « social ». Ce ne sont pas les miennes. Car c’est à cause des mauvaises habitudes laissés en nous par nos jugements sans âge que se produit les trois mondes (veille, rêve, sommeil profond). Ne réalisant pas que ce ne sont que des perceptions au sein de notre mental, nous nous approprions les objets extérieurs, lesquels, en fait, sont introuvables, même par les cinq sens, exemple avec une porte : « Est-ce bien fermé ? (la porte). Aucun moyen de le savoir vraiment dans l’absolu ; C’EST TOI QUI LE DÉCIDE (et pas le social, ou le voisin ou le sérrurier).

À croire les Occidentaux, la conscience naîtrait de la combinaison du moi, des facultés et de leurs objets. SEULE L’OPINION PEUT PRODUIRE DES F(R)ICTIONS ET DES VIOLENCES SANS FIN avec croyance qu’un sujet perçoit un objet.
SOPHISME = UN MONDE D’OBJETS CONÇUS PAR LE MENTAL ET SA CONSCIENCE AU GRÉ DE « L’ÂGE DU CAPITAINE » (selon la mode et l’égrégore du moment et du « chef Égrégore » genre constante comme la TYRANNIE DE L’UNITÉ).

Rester dans l’état naturel signifie ne pas produire des opinions de F(R)ICTIONS. Là où la conscience va et vient c’est la dimension où l’on naît et où l’on meurt, pour renaître et subir à nouveau le supplice des couches-culottes, là où il y a des attachements (des résistances diraient certains), des sensations, des visions, des contacts ou échanges et des fixations, là où l’on perçoit les combinaisons du multiple et ses enchaînements où la soif provoque l’attachement prit pour la Réalité ; bref, là où se trouvent tous les Sophistes et débatteurs.

MATÉRIALISME (définition) : le tout confort procuré par les « bienfaits matériels » ; tout ce qu’on peut toucher, recevoir, prendre et goûter, qui vous font CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE à un monde extérieur et ainsi chuter dans la dualité sujet-objet, qui augmente le désir et l’attachement et donc le pouvoir d’achat cher au régime capitalo-républicain, avec les souffrances de la pauvreté, de la richesse, de vieillir, de naître, d’être malade et d’en mourir, la détresse, la tristesse, la douleur et l’angoisse. TOUT CELA CONSTITUE LES BIENFAITS MATÉRIELS (et nombre de comptes en banques pour les cancéreux du pouvoir).

Que sont alors les « bienfaits » ?

Ils désignent ceci : réaliser que les choses ne sont que du domaine mental percevant l’inexistence de deux soi (inexistence de l’Unité) ; ne pas saisir de caractéristiques et ne pas avoir d’opinions de f(r)ictions ; connaître parfaitement les « terres » par-delà le mental et sa conscience conceptualisante ; recevoir l’initiation de tous les Maîtres Réalisés jusqu’à la maîtrise parfaite de toutes les réalités : voilà les bienfaits de l’unique Loi, lesquels permettent de ne tomber dans aucun opinion mortifère, et elles sont toutes mortels, NE PAS JUGER, NE SUCCOMBER À AUCUN F(R)ICTION, NI AUCUN EXTRÊME DU TYPE NÉANT OU ÉTERNITÉ (forme tyrannique du monothéisme).

MONOTHÉISME (définition) : Production des Occidentaux et les gens du désert (Hébreux), tous Sophistes qui entraînent les ignorants dans le dualisme de l’éternel et du néant (style enfer, ou « il n’y a rien après la mort physique ») : ceux qui avancent que rien n’a de cause donnent dans l’éternalisme façon « gens de bien » même s’il leur fait inventer une Big Cause genre Big Bang ; ceux qui avancent que les choses cessent avec leurs causes font dans le nihilisme. Mieux vaut s’accorder sur la non-réalité de la naissance, de la durée et de la cessation pour bénéficier des bienfaits de la Félicité naturelle. Voilà la différence entre les deux formes de bienfaits.


FANTASME DE CRÉATION ET DE BIG BANG = SOPHISTES.
SE TENIR À L’ÉCART DES SOPHISTES MONDAINS,
DONC SE TENIR À L’ÉCART DU RÉGIME POLITIQUE

Le sujet et l’objet ne sont qu’opinion du mental
et n’ont aucune réalité objective.
Le mental présenta deux pôles : le ‘je ‘ et le ‘Je’
qui ne sont ni éternels ni voués au néant.
Tant qu’il est question de fluctuations du mental,
on est dans l’espace-temps sophiste qui se laisse
aller aux opinions de f(r)ictions.
Voilà l’état mental depuis le Néolithique.

Venir, c’est voir une apparition.
Aller, c’est ne plus rien percevoir.
Réaliser le sens du venir et de l’aller
et c’est la disparition du vagabondage mental et de ses f(r)ictions.

Permanent, impermanent, créé, incréé, ici et au-delà
sont des Thèmes de Sophistes.

Exemple de résistance au cours de l’entretien 190 de Ramana Maharshi, le 30 mai 1936.

Un petit écureuil était rentré dans le hall de l’ashram et un visiteur entré dans le hall suggéra de donner de l’eau à boire à l’écureuil apprivoisé car sa cage était dans ce hall. Ce visiteur avait déclaré avoir atteint la conscience transcendantale. Sa prétention à comprendre les animaux n’obtint aucune réaction et il répéta sa remarque. Auparavant le Maharshi l’avait vu à l'extérieur face au soleil en une longue méditation. Le Maharshi lui fit remarquer qu’il devait avoir soif  après une exposition sur les rochers brûlants. Bref, le visiteur explique que ses actions présentes étaient spontanées. Aussitôt la remarque du Maharshi : « Ah ! Je vois ! Tout ce que nous autres faisons nous le faisons délibérément ! Vous semblez avoir tout transcendé ! »
Le visiteur explique alors que ce n’est pas la première fois qu’il fais cela, et dit que c’est le Maharshi qui l’inspire et qui lui fait faire toutes ces choses. Et il s’interroge pourquoi le Maharshi lui demande pourquoi il les fais.
Évidemment le Maharshi lui réponds : « Je comprends. Vous agissez en étant contrôlé par moi. Par conséquence, les fruits de ces actions devraient me revenir à moi et non à vous ».
Le visiteur approuve en expliquant qu’il n’agit pas selon sa propre volonté car il dit n’avoir aucune volonté personnelle.
Le Mahasrhi parle alors d’absurdité en citant un extrait du Mahâbhârata :
« Je connais le dharma mais ne m’y engage pas.
Je connais l’adharma
mais ne peux pas m’en abstenir.
Comme ordonné par un être divin,
Dans mon cœur, j’agis ».


Le Maharshi lui répond qu’il est bien élevé au-dessus du niveau ordinaire. « Nous autres, nous agissons avec la volonté personnelle ».
Le visiteur : « Comment ? Vous dites vous-même dans un de vos ouvrages que l’action peut être automatique ».
Le Maharshi : « Assez ! Assez ! Vous et un autre visiteur, vous vous comportez comme des êtres transcendantaux ! Vous êtes tous deux pleinement instruits. Vous n’avez plus rien à apprendre ! Je n’aurais pas dit tout cela si vous n’étiez pas venu ici fréquemment. Faites comme il vous plaira. Mais toutes ces excentricités, du niveau d’un débutant, se révéleront dans quelque temps, sous leur véritable jour ».
Le visiteur : « Mais je suis dans cet état depuis si longtemps déjà ».
Le Maharshi ; « Assez ! »

Ce qui se déroulait au royaume de France en 1789 et en Simple France en 2019 avec les Gilets Jaunes est un excellent exemple de F(R)ICTIONS : Hollywood ne pourra jamais faire mieux. Une F(R)ICTIONS du « tonnerre » : imaginez que le « service d’ordre » français à la solde du régime utilise pour « calmer » les Gilets Jaunes lors de manifestations du gaz contenant du LSD ou un gaz contenant des neurotoxiques…
 
 

Dernière mise à jour : 22-03-2019 04:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >