Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Identité
Identité Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-11-2020 01:05

Pages vues : 1202    

Favoris : 111

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Image, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
vase_amathonte.jpg
 
 
Identité
Du I Axe et entité : le même que l’Axe,
DI, d’I-ci. Principe du Réel.
Mais, dés lors qu’une parole ajoute à
cet I, à cet UN, Il devient faux !
Parce que falsifié par le mental calculateur,
dont la fonction est de DISTINGUER,
DE TRAVAILLER DU CHAPEAU.

AINSI SEUL LE SILENCE PEUT ÊTRE LE
LANGAGE ABSOLU.
Toute tentative d’identification sera un VIOL.
 
 
L’identité killer du monde,
si elle met en rapport…
L’identité ne peut qu’être irréelle,
une persona (sous covid-19 : pléonasmée).

Si Tout est Conscience, y compris les objets
« extérieurs », et s’il n’existe pas de conscience
sans objets, quelle est la Réalité de
du Soi Seul ?

Car en l’absence d’objet il n’y a pas de sujet
comme en l’absence d’un sujet il n’y a pas de
temps objet et donc aucune fiction possible.
Le temps commence quant deux Individus
prennent CONTRAT (sont d’accord d’après
leur inconscient collectif).


Comme en l’absence d’objet il n’y a pas de sujet, en admettant que la Tautologie soit LA FORME UNIVERSELLE DU VRAI, QUELLE EST LA RÉALITÉ DU VRAI OU DU SOI SEUL ?  PUISQUE ICELLE NE TROUVE PLUS DE DUALITÉ SUJET-OBJET À LAQUELLE S’OPPOSER ?
Rien dans le Tout et tout dans le Rien : si Tout est Vrai Rien n’est Vrai (voir la page Maharshi 264).

Bref, en inventant le « vrai » on produit inévitable le faux : si tout est vrai à un moment tout va devenir faux…. Toute autre pensée qui ne sera pas dans le « vrai » sera fausse : DÉFINITION DE L’ENFER !

L’actuelle mode psychiatrique voit dans la PARANOÏA une sorte de réduction du langage mental à la Tautologie, une « perte des fonctions polysémique [qui présente plusieurs sens, en parlant d’un signe] et métaphorique du langage », bref : une certaine rigidité ou fixité du mental. Ainsi le « paranoïaque » aurait-il tendance à contester toute espèce de parole qui remettrait plus ou moins en question la parole qu’il prend pour « vrai » : parole unique enfermée dans son « Arche », parole coagulée.
Les mots qui disent la chose en arrivent à se confondre avec la chose, devenue possession personnelle. Si bien qu’à toucher le mot on arrive à attaquer la chose, comme si on volait son porte-monnaie à quelqu’un. L’idée qu’un mot puisse être remplacé par un autre mot est le pire MAUX qui puisse troubler le paranoïaque, dont le fragile sécuritaire langage repose sur un langage comme « digitalisé », comme numérisé ne supportant pas autre chose que des zéros et des uns de la machine informatique.
Par exemple « Maman m’aime » ne peut pas être rendu par autre chose que par « Maman m’aime » (A = A). C’est de la digitalisation. La transformation de la formule initiale en « Maman m’aime beaucoup » n’ira pas, en raison de l’insupportable ajoute du « beaucoup ». Ce serait pire avec la formule « Maman aime les promenades en campagne », obligeant le paranoïaque à choisir : qui ou quoi dans ces condition est vraiment aimé de maman !?
Le paranoïaque ne peut que se contredire sans cesse, il le sait et quand l’occasion l’y contraint, il utilisera à son compte des glissements de sens et faux raisonnements, et estimera que c’est l’extérieur, l’autre, qui se contredit sans cesse. C’est se contredire que maman aime à la fois son fils et en même temps « aime se promener ».

Nous sommes dans l’ère de l’oligarchie paranoïaque : « Ce qui ne dit pas comme nous est contre nous », idem avec « Ce qui n’est pas avec nous est contre nous », numérisation fanatique de ce monde. C’est pourquoi le temps du SEUL LANGAGE ABSOLU POSSIBLE ARRIVE : LE SILENCE !... (ne pas considérer l'État...)
Le paranoïaque raffole de lois (de masques covid-19 et de distanciation physique) : mise en place rigoureuse des actes.
Un acte libre, SPONTANÉ, qui ne s’appuie sur aucun texte d’autorité ne doit pas exister. Les Gilets Jaunes en connurent le feu !

PARANOÏAQUE : MOI = MOI, toute métaphore [par exemple : l’éloquence pourra être un ”déluge verbal”] sera interdite, tout doit être numérisé : 1 = 1 et pas 1 et demi ! La JALOUSIE ne peut que coller au paranoïaque, quand tout devient source d’alarme et signe de déstabilisation d’une position acquise.



COMMENT LE MENTAL HUMAIN PEUT-IL INVENTER UN « PRINCIPE DE RÉALITÉ » ?
Le seul état des choses est leur EST : « Je suis CE JE SUIS ».
Si la Tautologie permet « n’importe quel état de fait possible » et que la « contradiction » n’en permet aucun, pourquoi la contradiction est-elle le moteur de l’INCONSCIENT, comme l’écrit Gaston Bachelard dans La psychanalyse du feu ? « C’est en effet par la contradiction qu’on arrive le plus aisément à l’originalité, et l’originalité est une des prétentions dominantes de l’inconscient ». « Les contradictions s’accumulent pour garder au feu sa valeur ».
Mais ici le feu se comprend comme MODE, et non comme propriété du feu. Un MODE comme le grain est le MODE de faire des provisions pour l’hiver et le grain ne sera pas la caractéristique de l’hiver ; le froid. Donc GRAIN = PROVISIONS, et non grain = hiver ou froid. Cet exemple est emprunté aux Hiéroglyphes de l’Égypte ancienne : Grain (prt) et Hiver (prt) ; ici c’est l’effet produit par l’hiver ; le fait de faire des provisions, et non la froideur de cette saison.

On sépare donc cause et effet comme on sépare du feu ce qui brille, fait du bruit en crépitant, apporte de la joie pour ceux qui sont réunit autour, et qui chauffe… Ainsi LA FROIDEUR N’EST PAS ESSENTIEL AU GRAIN, sauf si on PROJETTE la saison hiver…. car le grain servira essentiellement au COMMERCE...

Sous le règne tyrannique de l’opinion Nous sommes à l’époque des CONTRADICTIONS, CONTESTATION, DÉMENTI, DÉNÉGATION, OBJECTION, OPPOSITION.

Comment une Tautologie pourrait-elle seulement être un binaire qui ne signifierai : RIEN (comme A=A, soit une Identité). Le mot JEHOVAH exprimant le « Je suis CE JE SUIS », ICI ET MAINTENANT, sans temps ni lieux. Parménide dit au Poème, fragment III : « C’est une même chose que de penser et d’être ».

POURQUOI UNE TAUTOLOGIE, DÉCLINÉE EN LAPALISSADE (depuis le Maréchal de France Jacques II de Chabannes de La Palice) FERAIT-ELLE RIRE (selon le dictionnaire Le Robert) ?
Qu’y a-t-il de « risible » dans A = A ?


« Il est mort un vendredi,
Le dernier jour de son âge ;
S’il fût mort le samedi,
Il eût vécu davantage ».


Un certain fait digne du « Et tout est plus clair ! » de France-Info révèle cette « clarté » digitalisée de la mort du Maréchal un Vendredi et pas un Jeudi. Tout ce qui suit est une répétition de la première clarté annoncée.
Le problème est qu’il faut ÉCLAIRCIR cette info :
1 - Le Maréchal mourut un certain jour,
2 - qui fut le dernier de sa vie,
3 - que les choses auraient été différentes, et fausses par rapport à la première info, s’il était mort le samedi, ou le jeudi.
Il ne s’agit pas d’une seule informations multipliée en trois, mais bien trois informations qui sont en CIRCULUS les unes dans les autres, COMME PÈRE-FILS-SAINT ESPRIT et sont donc comme autonome les unes les autres.
C’est très différent de répéter trois fois la même chose, et de dire trois choses qui peuvent être en CIRCUMAMBULATION en se déduisant les unes des autres.
Il résulte que le refrain de la Lapalissade n’est pas constitué de Tautologie, c’est-à-dire de forme digitalisée A=A, mais d’une suite de vérités proches les unes des autres sans qu’on puisse pour autant les assimiler purement et simplement les uns aux autres.

Comme déjà écrit, la Lapalissade engendre Thèmes et Variations.
Jacques II de Chabannes est mort un vendredi sera les Variations qui sembleront varier tout en ne variant pas véritablement mais seulement de manière imaginaire : des VARIATION IMAGINAIRES : un énoncé nouveau qui n’est pas nouveau mais déjà ayant source dans le THÈME ORIGINEL.
La Variation dite Lapalissade ne dit aucunement la même chose que ce qui a été déjà dit, mais n’en dit pas moins quelque chose « qui revient eu même ». Et c’est là que la FONTAINE jaillit : arroser un Instant son auditeur en provoquant l’illusion d’un « autre dit » qui trouve moyen de n’être « ni tout à fait le même ni tout à fait un autre », NOUS RESTONS DANS L’ANALOGIQUE : rapport entre des êtres ou des notions essentiellement différents, mais semblables sous certains aspects : la colère de Dieu, analogie avec la colère de l’humain. Évidemment c’est dans l’analogie que se situe le mieux la CONTRADICTION et la MÉPRISE aussi. Si bien que depuis la Fée électricité et son Transistor, le digital CROIT pouvoir fabriquer sans arrêt des « vérités » comme des automobiles dans des usines du CAC 40.

Donc, la Tautologie numérise au même ; alors que Lapalissade pratique sur façon d’analogie tout en répétant la même chose mais en se faisant passer pour autre chose, provoquant ainsi l’hallucination d’une différence ; une différence qui peut effectivement provoquer un rire !
La Lapalissade est une Tautologie retournée à l’analogique : une Lapalissade DEVENUE UNE FICTION, alors que la Tautologie ne le permet pas. Lapalissade : A≠A. A est vrai parce que A est vrai, et que si A est vrai A l’est aussi…. Fractal, Fractal, Fractal…..
Un vers de Boileau dans sa première Satire illustre la fiction de la Lapalissade : « J’appelle un chat un chat, et Rolet un fripon ». Le digital informatique voudrait qu’on dise : « J’appelle un chat un chat, et Rolet un Rolet »….. Évidemment la fiction disparaît dans la numérisation copiant « Rolet ».

Le PLÉONASME est une forme de Tautologie : une expression qui ne fait qu’ajouter une répétition à ce qui vient d’être énoncé, dont un bon exemple est donné par les Dupont et Dupond d’Hergé.

Différence entre TRUISME et LAPALISSADE : le Truisme est l’anti-fiction : il prétend susciter l’illusion d’un « autrement dit » là où la vérité dans sa version la plus simple, c’est-à-dire à présenter comme métaphore ce qui n’est que digitalisation répétitive.

 
Une grammaire, de n’importe quelle langue, n’est jamais qu’un conventionnel, un CONTRAT passé entre au minimum deux individus de même race, en vue d’UTILISATION PRATIQUE ou DE SURVIE, et cela est véritablement terrifiant aux vues et vies que nous voyons à ce hui… ; idem pour un traité d’harmonie musicale enseignée dans des écoles en Occident qui FERA CONTRAT dans une partition musicale jouée à un concert en Occident. Il en est de même des codifications musicales à la mode déversées en déluge d’heure en heure dans les médias : un son uniforme et des rythmes conventionalisés sur la mode et le mode de vie d’une communauté dans un certain lieu géographique.

L’identité killer du monde, si elle met en rapport…
L’identité ne peut qu’être irréelle. « …l’élimination des identités séparées du sujet et de l’objet. L’objet est irréel ». (Ramana Maharshi, entretien 25 du 4–1935).
L’identité est un voile, une dualité du sujet face à l’objet.
Cependant dans la fiction de non-fiction : « réalisez ainsi l’identité du Soi avec Dieu » (entretien 31 du 4-2-1935)
Non pas A est A, mais A tout COUR (rien de duel ou relatif n’EST). A n’est pas identifiable comme la Liberté ou la Réalité n’est pas concevable ou la définir sans aussitôt la saloper… par exemple sous la forme amplificatrice : « Je dirais même plus… ».
Cette forme amplificatrice des Dupond(t) est un CRI EXISTENTIEL DE DUALITÉ comme s’ils avaient peur de disparaîtres de la surface de la Terre.


SIMPLICITE [SIMPLECE] : L’ÉVIDENCE EST LA SIMPLICITÉ MÊME ET CE QU’IL Y A DE PLUS DIFFICILE À VOIR (sinon aucun tribunal de justice humaine n’existerait ni n’existeraient témoins et preuves). Ce qui est manifeste par le JEHOVAH du « Je suis CE JE SUIS » l’est si bien qu’il prête plus volontiers à la dénégation, à la non-perception, alors on lui préférera le compliqué ou anti-simplicité, on lui préférera la technologie par exemple.
Il y aurait des tonnes et des tonnes de livres à écrire sur l’UTILITÉ DE LA SIMPLICITÉ, VOIR SUR L’INUTILITÉ DE SON UTILITÉ…. (Rien dans le Tout et tout dans le Rien).

La rêverie déclenchée par la Lapalissade prépare à la pensée rationnelle. Donc faire divaguer la raison…

« Aucun être animé n’a jamais été libéré par le Tathâgata [le bouddha, celui qui est allé dans le grand Éveil en suivant la voie de l’Ainsité, le JEHOVAH]. Et s’il advenait, Subhûti, qu’un seul être soit libéré par le Tathâgata, cela trahirait de la part du Tathâgata une croyance au soi [individualité, ego], à l’être animé, à la vie, à l’individu. Or, ce qu’on appelle ”croyance au soi”, le Tathâgata a déclaré que ce n’était pas une croyance. Et pourtant, les êtres puérils adhèrent à cette ”croyance”. Mais, Subhûti, de ceux qu’on taxe d’êtres puérils, le Tathâgata a déclaré que ce n’étaient pas des êtres réellement existants. ”Êtres puérils” n’est donc qu’un désignation ». (Soûtra du Diamant, XXV).

Ici-bas, la vie n’est qu’une Lapalissade, une fiction, que certains veulent digitaliser en la rendant cette vie Tautologie, alors que NOUS NE SOMMES PAS UNE FICTION DANS LA MESURE OÙ NOUS SOMMES (JEHOVAH), mais nôtre vie sur le plan spatio-temporel est illusoire, est une Lapalissade. Mais ceci « n’est qu’une désignation », un « pointage »



[En haut de page : vase amathonte. Voir la page : L’Occident en pleine mode psychose]
 
 

Dernière mise à jour : 10-11-2020 01:43

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >