Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La CROYANCE au monde objectif
La CROYANCE au monde objectif Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-12-2020 23:31

Pages vues : 613    

Favoris : 28

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
republique_verite_supp_a_religio.jpg
 
 
La CROYANCE au monde objectif
laquelle actuellement permet de TOUT VENDRE,
y compris la propagande politique du régime.
« Les apparences extérieures telles que l’homme
Les perçoit émanent toutes de son mental.
Or ce qu’il perçoit n’existe déjà plus,
Donc le monde objectif n’existe pas »
(Lankâvatâra, fin de la Stance 67).
Mental et conscience conceptualisante ou
« raison » sont des synonymes de f(r)ictions.
 
Alors vrai que le concept d’Instant ou de
Ici et Maintenant est le même que celui
de l’être et le néant ; qui n’ont aucun
sens pour la « raison » liée au temps-idéation.
Dans le Soi-Seulement, il est impossible
de trouver rien de réel ou d’irréel :
affirmer soit l’un soit l’autre est tomber
dans la dualité frisant le « péché originel ».
Si certaines choses peuvent exister en vérité
relative, en vérité absolue, aucune n’a d’essence
(sauf, peut-être, dans le relatif dans
l’inconscient collectif à la C.G. Jung).
De même, les réalités produites par le langage
des noms-les-formes donnent leur sens à un champ
d’expérience.
Mais à bien regarder les produits du langage,
on finit par n’en trouver absolument aucun.
C’est bien pour ça que la contemplation dans
l’ascèse monacale est supérieure à l’oraison verbale.
Dès qu’il y a explication d’un sens pur, icelui
commence à en mourir par la possession de celui
qui saisit ou fixe une explication possible
et qui tente de l’envoyer aux autres.

Un embryon ou enfançon se dégage de la Matrice
À TOUT INSTANT, lorsqu’on marche, que l’on soit
assis, debout ou couché, seul ou dans une foule,
par la pratique du COUR ou VASE-VALLÉ, ÉVEIL :
aucun attachement par dualité sujet-objet.
Veiller, veiller, veiller, nuit et jour
et tu seras immortel, pas besoin des
Juifs Google transhumanistes pour CELA !
Veiller = A-tension (du A privatif et tension)
sens de tension car sans pensée et sans penser,
donc sans différenciation, sans opinioner,
SANS RÉFÉRENCE, sans demeure fixe refuge ou
sécuritaire ; ainsi laisser les choses comme
elle viennent, SPONTANÉMENT, COMME UN ENFANÇON,
UN ENFANT ATTARDÉ, SIMPLET,
ABIMÉ aussi par les guerres étatiques des humains.

Un enfançon est le Sans Pourquoi : il n’est pas
contaminé par la loi de succion car il ne
cherche pas à sucer le pourquoi ni à le posséder !

LE PÉCHÉ ORIGINEL VA ENGENDRER UNE FRUSTRATION :
PRIVATION DU PARADIS, DONC UNE INSATISFACTION
QUI SERA COMPENSÉE PAR LA FLÈCHE DU TEMPS : LA
DURÉE DE LA FRUSTRATION, FORME DE RACHAT,
ET EN POLITISME RÉPUBLICAIN DE DÉMOCRATIE
ÇA PEUT DURER LONGTEMPS, EN ÉVOLUTION
DE CAUSES-EFFETS, PARCE QUE CETTE DÉMOCRATIE
CONSTRUITE SUR LES CONFLITS D’INTÉRÊTS ENGENDRE
SANS ARRÊT DES FRUSTRATIONS PAR SES PROPRES
LIMITATIONS ET DONC ENGENDRE DU TEMPS ET
DES OPINIONS, ET DES RÉFORMES POLITIQUES.
Le Péché Originel sera le temps des REGRETS,
DES PERTES QU’IL FAUDRA « CACHETONNER » ET
DE LA DUALITÉ VENDEURS-CLIENTS.


LA CROYANCE (définition) : « Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort ». (Luc 23, 34).

Le ‘Je’ ego de la CROYANCE fait que LAÏCITÉ = CROYANCE (il n’y existe pas de non-croyance comme ses adeptes républicains Nous le font CROIRE), puisque les opinions fictives naissent des semences déposées par les imprégnations extérieures au mental ; elles ne permettent pas de percevoir le Seul Réel mais seulement LES OBJETS QU’AINSI L’ON CROIT, LES OBJETS DE CROYANCE ERRONÉS. LA LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE EST BIEN UNE TOTALE CROYANCE ET NULLEMENT UNE DUALITÉ CROYANCE-NON CROYANCE QUI SERAIT UNE « LIBERTÉ » LAISSÉE À L’EGO CROYANT.
L’erreur vient des objets extérieurs, au mental, et à l’intérieur lui tenant de support.
L’erreur naît du sécuritaire consistant en BÉQUILLE pour s’appuyer aussi bien sur l’extérieur que sur l’intérieur.
Face à des objets il n’y aura que des problèmes à n’en plus finir suivant la chaîne interminable de causes et effets. Mais si Nous réalisons que le mental n’a pas d’objets réels alors Nous ne croirons plus au soi ou à la fixité des choses !
(En référence au Lankâvatâra, Stance 58).

- CROIRE À LA RÉALITÉ DES OBJETS = CONSCIENCE (CONCEPTUALISANTE) ;
- NE PAS Y CROIRE = SAGESSE (ET LIBERTÉ, et accusation par les croyances devenues nécessairement mercantilisme d’être « complotiste »).
- Saisir des caractéristiques = conscience (conceptualisante) ;
- N’en point saisir = Sagesse.
« Réaliser par soi-même la sphère d’activité de la sublime sagesse, c’est pour ainsi dire [jouer] comme les reflets de la lune dans l’eau qui n’y est pas entrée et qui n’en ressort pas ». (Réf. Lankâvatâra, L’impermanence).

La CROYANCE au monde objectif est identique à regarder le doigt et non ce qu’il montre. C’est ce que font les croyants du commun de la laïcité à la française qui regardent LE DOIGT DES MOTS/MAUX, le REFLET du Soi, le corps, la chair(e), le mental ou raison, et qui s’y attachent jusqu’à leur tombeau sans jamais pouvoir se détacher de leur dialectique, de leur logique opinion, qu’ils confondent avec la Vérité (que le langage indique pourtant). Aux enfançons il faut donner des choses TENDRES, car les dures les rendent malades : ils ne digèrent pas ou très très très mal   de même en est-il avec ce qui ne naît ni ne cesse. Être dans l’Instant en ne s’en approchant pas sans méthode ; si bien qui est doux de pratiquer délicatement en recourant aux bons produits et non en s’accrochant aux mots/maux comme à la pointe du doigt.
Les mots se confondent avec les idées fausses (à ce hui corrigées par une « intelligence artificielle » sur les « réseaux sociaux », voir en fin de page), dont le déluge fait tourner le cercle des naissances et des morts. Bref, porter importance au sens, et rejeter la lettre (et le dogme), chose de plus en plus périlleuse à ce hui de « tout connecté » et d’IA !

La laïcité à la française ne peut qu’être LA CROYANCE, parce que par essence elle repose sur LA CROYANCE À L’EGO, AU MENTAL ET À LA RAISON, donc à la réalité des choses en dualité dedans-dehors ; ensuite vient la croyance à la réalité des noms issus des choses ou formes de ces phénomènes en dualité dedans-dehors. Voilà ce qui constitue LA CROYANCE ou NATURE IMAGINAIRE.
Quant au Seul Réel, c’est l’Ainsité où FLUERE (coule) la Félicité en sublime Sagesse de la réalisation intérieure par delà toutes les opinions liées à la croyance à la réalité des noms-les-formes.
.
La Réalité Absolue étant CHI-Mère, Elle ne peut qu’être UN Gouffre sans fond identique au Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante. Le Sentier, le Chemin, le Pèlerin…

Inexistence de l’ego ou soi individuel dans le Lankâvatâra, chapitre Compendium de tous les enseignements, 24 :
« Le fait qu’il n’y a ni soi [ego] ni possessions du soi dans les agrégats [l’ensemble de la matière et donc du mental sous un corps localisé}, les domaines et les sources, mais bien plutôt que, une fois née sous l’effet de l’ignorance [plutôt d’un conditionnement héréditaire ou extérieur], de la soif et des actes [les faire/fer], la conscience de l’œil [par exemple] produit la croyance à la réalité de l’objet qu’elle saisit, en l’occurence la forme. Or le corps et le monde qui le contient tels que le mental de chacun les perçoit ne sont que des perceptions au sein de la Conscience fondamentale [la Conscience infinie] : d’Instant en Instant, [les constituants du corps] s’altèrent et se détruisent en formant un continuum ininterrompu comme un cours d’eau, la graine [et la pousse], la flamme d’une lampe [comme l’effet domino (1) faisant que la flamme ne s’éteigne jamais], le vent ou le nuage.
Agités comme des singes, friands de saletés comme les mouches et insatiables comme l’incendie, les individus ont pour causes [par loi de succion] des schémas habituels inconsistants accumulés depuis l’absence de commencement ; dans les destinées du devenir ils tournent sans cesse comme les godets d’une noria, revêtant toute une variété de corps ayant formes et couleurs ; prenant des postures, ils marchent et s’arrêtent comme des zombies obéissant à des formules magiques ou des marionnettes se mouvant sous l’action du marionnettiste [à ce hui : le tout connecté] : la connaissance de toutes ces particularités porte le nom de Sagesse [Connaissant ou Sachant] l’inexistence du soi individuel [ou ego].
[…]
De même qu’il n’y a ni ‘moi’ ni ‘mien’ dans les agrégats, les domaines et les sources, les choses inanimées se constituent en ensemble retenus par les liens de la soif et des actes ; interdépendantes, elles naissent de causes qui n’ont par leur créateur. Les agrégats et ainsi de suite n’ont pas de caractères généraux ou particuliers : ce sont des idées fausses sous de multiples aspects, des fictions pour les sots [pour les croyants et non-croyants] auxquelles les êtres sublimes ne souscrivent pas. Cet examen de toutes choses dégagé du mental et de la conscience conceptualisante, des cinq catégories [cinq sens] et des trois natures propres [imaginaire, dépendante, Absolue ou Soi], voilà bien la Sagesse des bodhisattvas [Libérés vivants] grands Êtres qui connaît l’inexistence du soi des choses ».

Toutes choses sont dépourvues de naissance
De même qu’elles ne subissent pas de cessation,
Mais au sein de toutes les causes possibles
L’imagination définit la naissance et la cessation.

Ce n’est pas pour nier la cessation et la naissance
Que [je parle] de la réunion des causes
Mais seulement pour empêcher les sots de s’attacher
À la réalité [des choses] au nom d’idées fausses.

Les entités soumises à la causalité
Sont dépourvues d’être et de non-être :
L’apparence des trois mondes jaillit
Du mental trompé par les schémas habituels.

La naissance n’a jamais existé
Et la cessation pas d’avantage.

Voyez tous les conditionnés
Comme des fleurs dans le ciel
Et vous serez libres du sujet et de l’objet,
Ainsi que de toutes les méprises.

Il n’y a pas de causes ni d’effets,
Guère plus que de causalité.
C’est uniquement pour suivre l’usage commun
Que je parle de naissance et de cessation.
(Le Vénéré des mondes dans le Lankâvatâra, Compendium de tous les enseignements, 31)

[En haut de page : Gérald Darmanin a dit sur Franceinfo ce 10 décembre 2020 qu’il n’y avait aucune religion au-dessus de la république (la chose générale), faisant ainsi d’icelle la Vérité…… et par là même faisant de la laïcité une variation de la religion républicaine (l’être humain étant un Homo Religiosus….]. Voilà comment les prochaines générations républicaines vont être biberonnées, si l’étatisme mortifère existe encore…. car son écroulement ne saurait tarder…. (Satyan Nasti Paro Dharma est, entre autres, la devise des Maharadjas).
Ainsi LA République est devenu LA religion mondiale universelle chère aux Juifs qui disent une prière pour cette religion-vérité….. Nouvelle….. Avec ses « enfants de la République : Ellen Richards, fondatrice en 1910 de l’assistance sociale : « Dans la république sociale, l’enfant est, en tant que futur citoyens [et consommateur], un bien de l’État, et non la propriété de ses parents. Son bien-être est donc directement une responsabilité de cet État ». (Ellen H. Richards, Euthnics : The Science of Controllable Environnement, Boston, Whitcomb and Barrows, 1910, p.133).
Voir aussi la page : Régime républicain violeur d’enfants et de « grandes personnes ».

CHRIST ou Chréstos, le Soi, est synonyme de SOTER (Sauveur, Libérateur) comparable à ROI, à HÉROS.
Par essence Christ ne peut être qu’ANTI-ÉTAT, Il est le ‘Je’ et ne peut donc pas être une partiellité ou un individu à côté d’autres ni la perception d’une collectivité au sens socialisme et multitude façon « diversité » (au sens de la marchandise…). ‘Je’ ou Christ est au-delà des accidents ou spatio-temporel et de la quantité cosmique (espace infini…). En ce Christ, en ce ‘Je’ est la non-différenciation du sujet et de l’objet qui efface l’opposition du Moi-Individuel et du Moi-Collectif, drame politique des Humains depuis des millénaires. En ce ‘Je’ n’existe aucune explication, aucune raison, parce que l’exprimer implique un sujet exprimant et un objet exprimé ! Or, dans l’Instant, seul existe le non-différencié, la non-dualité, la non-pluralité.
Le CHRIST-JÉSUS EST PAR DÉFINITION ANTI-ÉTAT. Tout ce qui est du mental ou de la « raison » fera la partie essentielle de l’État et de son politisme outré et omnipotent car amplifié par le tout connecté de la technologie actuelle. Le « socialisme » du christ peut s’appeler COMPASSION, par exemple le circulus trinitaire universel : [OVRIER] [LABOREOR], BELLATORES (la HACHE), ORATORES (la COUPE) qui sont des sociétés saines, dans la mesure où les rapports et la hiérarchie entre les humains dépendent de forces extérieures au social si collant.

Ni blanc ni Noir, mais ROSE D’OR du Pommier (des Hespérides au Dragon Gardien sur le Sentier tout du long) : Fontaine de Jouvence].



Note.
1. « La flamme d’une lampe » (se transmettant de lampe en lampe comme dans l’effet domino). Mais ATTENTION : on peut TOUJOURS tomber dans le système, dans le CONFORT REFUGE SÉCURITAIRE CONSOLATEUR ET MATRICE, dans le politisme républicain socialisant dans son « vivre ensemble », comme la continuité de la présence d’Instant en Instant pourra être chargé de suspicions, CAR CHARGÉE D’EFFORT OU D’IDÉATION ET DONC DE TEMPORALITÉ, ÉCHO DU GRÉGAIRE ET COLLANT EGO, D’OÙ L’AVERTISSEMENT TRADITIONNEL : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». Sinon, on tombe dans un système, dans un évolutionnisme à la Juif, un « isme » REFUGE, et la république en est un : MONSTRUEUX, VAMPIRE !
Lorsque l’état d’attention divisée dissout le centre fictif (le ‘Nous’ conventionnel du social), les choses importantes émergent alors. Là, commence le flot de la subjectivité opinionesque pure, revendiquée en « objectivité », qui mènent dans les terrains encore vierges du chaos ou confusion, de l’entre-deux de l’effet domino et chargé de promesses. Le plus difficile est de s’accrocher à la SIMPLICITÉ. Le vécut adéquate fuit les excentricités, ou même l’excellence winneriste et les qualités particulières. RIEN DE PLUS DIFFICILE QUE LE SANS TRACE (surtout à notre époque du FRIC/FLIC et de la numérisation du monde), le délicat et le 10.000 fois rien ! Comment voulez-vous ne laisser aucune trace en marchand dans la neige immaculée qui se dépose sur les cimes de l’Instant naturel manifesté ? CELA UNE FOIS DE PLUS PASSE PAR LA PERTE, OU LE FLÉAU, L’APOCALYPSE, LE RENONCEMENT.
À l’heure du tous connectés tous fichés de l’informatique, NE VOUS PLANQUEZ PAS, MÊME DANS LE POSSIBLE SANS TRACE, VOUS RETOMBERIEZ DANS UN « ISME » ET SON CONFORT… (et vous donneriez du mou au Pour-Voir éteignoir de la chandelle).
Il est logique que si la parole est principalement MENSONGE ET KILLER (blasphème et arme redoutable permanente), le silence peut aussi devenir « mensonge » qui peut se retourner contre le silencieux !


La CROYANCE par réseaux sociaux nouvelle Église COMMERÇANTE dirigée par « l’intelligence artificielle » (fabriquée par l’humain !) construite évidemment sur le profit capitaliste. C’est la MATRICE des Juifs Google transhumanistes.

Dans la laïcité à la française, la politique étatique se voudrait « séparée » de la croyance.  Or le mot POLITIQUE implique que celui qui l’exerce et donc qui le vit aussi, CONNAISSE ou réalise son Soi, réalise son « Je suis ce JE SUIS ». Depuis plusieurs millénaires d’étatisme politique démarré au début du Néolithique, et qui n’a jamais fonctionné, voilà où l’on devrait en être rendu à la base de l’humain qui souhaite vivre avec d’autres humains, et non plus survivre dans cet étatisme sclérosant, technique, et devenu inhumain. En dehors du Soi et de sa Réalisation, il ne régnera que la dictature étatique et son chaos évolutionniste des religions du Salut et autres tireurs des ficelles des marionnettes humaines.

La CROYANCE s’exerce de façon triomphante avec le scénario COVID-19 et ses tests PCR :
« Farber [Celia Farber] lui a demandé quel serait son conseil pour les gens qui veulent se faire tester pour le COVID-19, il a répondu :

“Ne le faites pas, c’est ce que je dis aux gens qui me le demandent. Aucune personne saine ne devrait être testée. Cela ne veut rien dire mais ça peut détruire votre vie, vous rendre absolument misérable. A chaque fois que quelqu’un se fait tester, écouvillonner, un échantillon d’ADN de leurs tissus est prélevé et va dans une base de données du gouvernement. C’est fait pour nous tracer. Ils ne font pas que regarder et tester pour le virus. Incluez cela dans votre article S.V.P”
Il ajouta :
“Utiliser la PCR pour diagnostiquer est un gros problème. Quand vous devez amplifier le résultat un énorme nombre de fois, cela va générer une énorme quantité de faux positifs. Une fois de plus, je le répète, je doute que le test PCR soit même jamais juste.” ».
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 11-12-2020 00:16

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >