Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Comment voulez-vivre dans cette vie sans
Comment voulez-vivre dans cette vie sans Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-12-2020 21:03

Pages vues : 820    

Favoris : 61

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
saqqarah_djoser475.jpg
 
 
Comment voulez-vivre dans cette vie sans
le ‘Je’ ?
Quel est ce ‘Je’ pendant le vie ici-bas ?
Un état le Tout, chaque « Sucre-électron » de
notre corps n’a aucun commencement ni aucune fin
puisqu’ils forment notre ‘Je’ ou Soi.
Ainsi après notre mort, non seulement le ‘Je’
n’a pas disparu, mais au contraire est devenu
ZÉRO INDIEN, AMPLIFIÉ : la Félicité pour
l’éternité, partageant par intermittence
l’existence d’autres formes de vie extraterrestre.
Pas besoin de charrette tôles-boulons !
(Celle vu dans l’espace actuel, tel l’ovni,
est accordé à l’ego et sa croyance à la mode,
notamment depuis les aérostats jusqu’aux avions)
 
Ce ‘Je’, cette Perte, Apocalypse, Fléau,
Putréfaction, Renoncement, Obscurité ou
Noir propice : LA PRÉSENCE D’ABSENCE de
L’ARC-EN-CIEL TORE DÉROULANT LE CIEL ANTÉRIEUR.

Rien ne se transmet de l’extérieur à l’intérieur,
ni même un texte, ni même de maître à disciple,
de quelqu’un qui « sait » à quelqu’un d’ignorant.

« Si tout dépend
Toujours d’autre chose
En formant une régression à l’infini
[telle la transcommunication larsen vidéo (TCI)],
Rien ne peut exister.
Si un morceau de bois ou une feuille d’arbre
Permet le déploiement de milles fantasmagories,
Les êtres percevront le multiple [la diversité
chère capitalisme et ses marchandises]
À partir de quelques objets.
C’est la seule force du magicien [le commerçant] qui permet
Aux sots de percevoir les illusions magiques
Car, dans une feuille ou un morceau de bois,
Il ne se trouve réellement aucune magie ».
(Lankâvatâra, Stance 97, extrait).

Stance 95 (fin) et début de la 96 :
« Ce qui n’a pas d’existence
N’en avait pas auparavant.
Comment la conscience, qui est liée à un objet
[pas de conscience sans objet, et l’inverse],
Pourrait-elle naître en l’absence de tout objet ?
L’ainsité, la vacuité, la cime du réel,
Le nirvana et la dimension absolue,
De même que la non-naissance de toutes choses,
Voilà l’essence de la vérité absolue.

Les sots s’enferrent dans l’être et le non-être
Pour concevoir des causes primaires et secondaires
[la chaine sans fin des causes et effets]
Sans comprendre que rien de ce qui existe
N’a de naissance ni de créateur [inexistence
de cause modèle « Big bang »].
Les causes du mental n’ont pas de commencement
Car il n’y a rien à percevoir dans l’Esprit-Seulement
[Le Soi, Dieu, la Vérité, le Centrum Centri…].
D’où la conscience viendrait-elle ?
Sans tout ces objets dépourvus de commencement ? »


Page dédiée à Saqquara et IMHOTEP.



Le Sucre-électron (le ou les,
car ne se distinguent pas.

« Ce qui est Un est Un.
Ce qui n’est pas Un est aussi Un ».
(Tchouang-tseu).


De même que la lame ne se coupe
Pas elle-même, ni le doigt
Ne se pose sur lui-même, le mental
Ne se perçoit pas lui-même [sucre (1)].
Sans ces apparences [d’objets],
Il n’y aurait pas de réalités dépendantes
Ni de réalités imaginaires : ce serait la fin
Du mental dualiste des cinq catégories.
Producteur et produit
Sont deux aspects du même mental.
Je parle de « producteur » pour ne pas dire,
En fait, que les choses naissent d’elles-mêmes.
Si la multiplicité des formes objectives
Naissait de la nature imaginaire,
L’espace et les cornes du lièvre
Auraient une apparence objective.
Les objets qui jaillissent du mental
Ne sont pas des réalités imaginaires
Mais ces objets de nature imaginaire
N’existent pas ailleurs que dans le mental.
(Lankâvâtâra, Stance 95, extrait)


- Question : J’ai besoin d’un guide qui me montre le chemin.
- Maharshi : Tournez-vous vers l’intérieur et trouvez la voie. Vous ne pouvez la trouver de l’extérieur ; pas plus que vous ne devriez la chercher à l’extérieur.
- Question : Je suis incapable de trouver l’ego par la recherche. Je m’arrête là.
- Maharshi : Comment voulez-vous le trouver ? Il n’est pas séparé de vous. Laissez de côté l’idée de ne pas le trouver. Où êtes-vous en ce moment même ? Pouvez-vous dire « Je ne suis pas ? »
- Question : Que suis-je alors, et comment suis-je ?
- Maharshi : Ne vous souciez pas de cela. Laissez cela comme c’est. Pourquoi vous soucier ? Dans votre sommeil, vous préoccupez-vous du tout ou de la partie (samashti, vyashti) ! La même personne est présente maintenant. Vous êtes le même, que vous dormiez ou que vous soyez éveillé.
- Question : Le sommeil et la veille sont des états différents avec des effets différents…
- Maharshi : Qu’est-ce que cela peut vous faire ? Le Soi est le même en toutes circonstances.
- Question : Le mental n’est pas stable durant la méditation.
- Maharshi : Dès qu’il se met à vagabonder, dirigez-le vers l’intérieur, encore et encore.
(Entretien 290 du 30-11-1936).


L’universel et l’immortalité chez IMHOTEP.

Comme Nous tous, l’architecte, médecin et ministre IMHOTEP au temps du roi Djoser est né, a vécu, et est mort. Pendant son vivant, son ‘je’ sous la manifestation évidente de son Soi, le ‘Je’, a réalisé de grandes choses ; bien plus, tous les « sucres-électrons » de l’effet domino ou sucre de son corps eurent leur propre ‘Je’ (Tout est dans Tout), cela bien avant la naissance d’Imhotep : dans chacun des « sucres-électrons » d’Imhotep, il y avait le TOUT de ses parents, grands-parents… et ainsi de suite dans un passé qui n’a ni commencement ni fin. Dans ces « sucres-électrons » s’inscrivait en lui une expérience vécue empruntant non seulement le spatio-temporel de l’humain, mais évidemment aussi celui des autres règnes végétal et minéral. Comme décrit sur la page A-c-cord temps vulgaire Temps philosophique, le sucre est le ‘Je’ à lui seul dans l’effet domino ou sucre MAIS COMME NE FAISANT QU’UN : « Ce qui est Un est Un, ce qui n’est pas Un est aussi Un », dit Tchouang-tseu.
Ce ‘Je’ dépasse évidemment infiniment le ‘je’ ego et conscience conceptualisante du vécu d’Imhotep. Le ‘Je’ sucre d’Imhotep faisait appel à des connaissances sans âges, les Essences ; mais le ‘je’ ego d’Imhotep était presque totalement dépourvu de cette Connaissance venant des Essences.

Comme Tout est dans Tout, ce petit ‘je’ de conscience conceptualisante était contenu dans CHACUN des « milliards » de sucres-électrons du Imhotep vivant. Comme tout ce qui a une naissance a aussi une mort : Imhotep sera momifié, et placé « pour toujours » au creux d’une pyramide.

En imaginant que sa tombe soit découverte, en l’an… 2056, on vient tirer Imhotep de sa Paix éternelle, pour, hélas, le montrer aux masses, si des musées institution du mercantilisme actuel existent encore. Pendant tout ce temps, des millions de sucres-électrons qui avaient contenu le ‘Je’ d’Imhotep se sont échappés de sa tombe, malgré les bandelettes, et malgré les murs épais de la pyramide. Car ces sucres-électrons sont si petits qu’il est impossible de les retenir. Une fois échappés ils sont allés flotter dans les plaines du Nil, et sont probablement, au cours des millénaires, allés participer à de nombreuses autres structures organisées, aussi minérales, végétales, animales et humaines. Il est impossible que des sucres-électrons soient « mort » au sein même du cadavre momifié d’Imhotep. Près de cent milliards de ces sucres-électrons entraient dans l’ADN de CHACUN des sucres-électrons du corps d’Imhotep. Il se peut très bien qu’il existe encore quelque millions de sucres-électrons ACTIFS, en 2020 ou en 2056…

Alors ici intervient LA VRAIE TÉLÉPATHIE DOUBLÉE DU TCI (Transcommunication Instrumentale)

Comme les sucres-électrons ACTUELS sont les mêmes que ceux qui dictaient à Imhotep les actions qu’il accomplissait, dès son levé matinal, pourquoi ne pas tenter de communiquer avec quelques uns de ces sucres-électrons qui sont TOUT et aussi INNÉ-IGNÉ ? C’est directement la fonction du TCI en même temps que celle du CHRONOVISEUR : lire le rayonnement de l’effet sucre codé, soit entrer en communication instantané avec le ‘Je’ d’Imhotep, tel qu’il subsiste par exemple dans un imaginaire 2056.

Avant de pouvoir lire ces rayonnements, encore une fois comme Tout est dans Tout, ceux qui veulent lire le ‘Je’ d’Imhotep DOIVENT EUX MÊMES ÊTRE DES RÉALISÉS VIVANTS, CHOSE EN RÉSUMÉ FACILE PUISQUE NATURELLEMENT NOUS SOMMES TOUS DES RÉALISÉS, comme l’énonce souvent le Maharshi dans ses entretiens.
Mais « mécaniquement » ou de façon spatio-temporel le problème de détection est fort complexe ! Car le ‘Je’ est fermé, et le Vrai devient faux dès qu’il est vu… C’est-à-dire qu’il n’existe, en apparence, aucune possibilité de faire sortir quoi que ce soit dans un tel espace fermé tel le ‘Je’, puisqu’il est IDIOTÈS, VIERGE, AUTARCIE.
Cependant, « entre les deux sucres » qui basculent dans l’effet domino ou sucre il y a échange sans échange, mais avec rappel de L’AVERTISSEMENT TRADITIONNEL (constitue un « travaux d’Hercule ») : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». Seul le NON-LOCAL peut fonctionner en une sorte « d’interaction virtuelle » mais qui n’a rien à voir avec l’actuel connexion modèle informatique avec ses « réseaux sociaux », lesquels ne fonctionnent que par le ‘je’ de l’ego… Alors il faudra pour « échanger » résoudre D’ABORD l’antique dilemme du Moi-Individuel/Moi-Collectif, donc CHANGER NOTRE ESPACE-TEMPS.
Revoir le schéma ci-dessous et les actions « à distance » dans une « communication spirituelle » entre deux ‘Je’ ou deux « Sucres » NE FAISANT QU’UN.


En haut du schéma : « perception métaphysique ». En bas, mais ça peut évidemment s’inverser : « perception du sensible euclidien ». Au Centre ou Point Focal : le Soi… Dieu…. (En référence à Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux).


Un moyen d’entrer en communication avec les sucres-électrons d’Imhotep est bien-sûr la Télépathie AU NIVEAU DES RÊVES D’IMHOTEP : CE QU’IL PERCEVAIT DANS SES RÊVES QUAND IL ÉTAIT VIVANT. LÀ ENCORE : EFFET SUCRE-DOMINO ! Les sucres « circulent » d’instant en Instant où ils sont dans un état « excité » ; l’état du sommeil profond correspond à « l’espace entre deux sucres qui ne font qu’un » [important, important], et même c’est AU-DELÀ DU SOMMEIL PROFOND que se « situe » le ‘Je’, comme le signale le Maharshi (veille, rêve et sommeil profond sont les trois états appartenant à l’ego. « Le Soi transcende même l’ego », entretien 13a du 7-1-1935).
Ramana Maharshi dit même que le sommeil profond est notre état naturel, Parce que dans cet état « il n’y a plus d’identification avec le corps et donc pas de perceptions ; de même, dans l’état transcendantal, l’identité avec le brahman met l’homme en harmonie avec toutes choses, et il n’y a rien qui soit séparé du Soi […]. Dans le sommeil profond, l’homme ne possède rien, pas même son propre corps. Et au lieu d’être malheureux il est parfaitement heureux. Chacun désire dormir profondément. La conclusion en est que le bonheur est inhérent à l’homme et n’est pas dû à des causes extérieures. Pour ouvrir les réserves du bonheur parfait, il faut réaliser le Soi ». (Entretien 2 du 15-5-1935).

Ainsi dans le sommeil profond chaque sucre-électron, donc chaque ‘Je’ qui n’en font qu’UN (puisque livré à un IDIOTÈS englobant le TOUT), AVEC CEPENDANT LA POSSIBILITÉ D’UNE FORME DE DUALITÉ DEDANS-DEHORS : acquisition d’informations extérieur, sinon par exemple la TCI et le Chronoviseur sont impossibles. En parapsychologie entre le dedans-dehors il y aura UN MÉDIUM ; et c’est là que les choses deviennent complexe, à cause du simple mot faisant tant de ravage à ce hui : POUR-VOIR (les sots veulent posséder, voir, saisir, ingurgiter des preuves…).
Mais au-delà infiniment au-delà se trouve l’AMOUR-GRATUITÉ incommensurablement plus Zéro indien, et VRAIE RÉSONANCE TÉLÉPATHIQUE.

Si on voit Imhotep comme un Réalisé vivant comme Ramana Maharshi, leurs sucres-électrons sont passés dans l’état fondamental correspondant à celui de sommeil profond, surtout chez le Maharshi comme on peut avoir la chance de le voir puisqu’il vécu quand la photo et le cinéma était inventé et qu’il a été filmé.
La mort n’est pas la fin de la vie ici-bas. L’aventure spirituelle de l’Après-Vie se poursuit quand les sucres-électrons du corps, après être demeurés plus ou moins longtemps en sommeil profond, « renaissent » en participant à la matière d’un nom-la-forme, dans les trois Règnes, Minéral, Végétal, Animal et Humain. C’est alors, comme dan l’effet sucre, une RE-NAISSANCE du ‘Je’, puisque dans l’effet sucre ou domino, LES MÊMES SUCRES NE FONT QU’UN SEUL, l’unique ‘Je’ toujours vivant dans un « nouvel être vivant ». Dans ce ‘Je’ RE-naissant le samsara disparaît (le cycle des naissances et des morts au niveau spatio-temporel et de ses phénomènes disparait). Le ‘Je’ Un et en même temps multiple (un « Multiple unitif ») est un Multiple fait d’une « association » unitive de plusieurs ‘Je’ ou sucres, les TOUT autonomes, ŒUVRANT DANS LE NON-AGIR, dans cet « espace-temps » ou Temps philosophique de l’Alchimie, soit la Conscience infinie, laquelle NE PEUT PAS DIMINUER, car l’Éveil-Évolution spirituelles est en Zéro indien ou néguentropie non décroissante. Cela signifie que le contenu informationnel du TOUT peut s’arrêter de croître dans un Instant dans espace-temps, mais que tôt ou tard, sans espace-temps, il finira par s’amplifier à nouveau, dans une vie nouvelle mais pas dans celle de l’ego et du samsara.

Ainsi le sucre-électron ayant successivement participé à un caillou, à une montagne, à un Yokai, à un arbre, à un tigre, à un homme, à un serpent, puis à nouveau à un humain n°2, se « souviendra » toujours de ses expériences vécues passées. Expériences vécues en tant que caillou, montagne, etc. Expériences vécues passées différentes. Seule la tranche d’expériences limitée dans le temps et vécue par l’humain n°2 au cours de sa propre existence, de sa naissance à l’Instant présent, sera partagée par tous les autres sucres-électrons de son ‘je’. C’est précisément d’ailleurs parce que tous les sucres-électrons du corps de cet humain ont en commun la mémoire de LA MÊME tranche de vie, celle de « sa » vie, que cette mémoire commune va briller plus intensément dans sa conscience que la mémoire de ses vies précédentes, aussi nombreuses que celles de chacun des électrons de son corps (le sucre-électron est à la fois plusieurs et UNIQUE). Son « total », qui n’en et pas un puisque sans commencement ni fin, est proprement ‘Je’, son Soi, infiniment plus riche que la raison ou conscience conceptualisante du ‘je’ de l’ego. Le ‘Je’ qui comprend aussi un ‘Je’ « inconscient » prenant ses racines dans TOUS LES UNIVERS SANS COMMENCEMENT NI FIN. Ce ‘Je’ « inconscient » comprend la mémoire des expériences du monde du samsara et vécues par chacun des sucres-électrons du ‘je’ ego, à l’exclusion de la mémoire COMMUNE à tous les sucres-électrons, constituant le ‘Je’ Conscience infinie
Le ‘Je’ étant comme un « TORE » il va y entrer la fonction de TOURNER SUR LUI-MÊME (spin, 1926 : rotation, toupie, à son propos voir la page : Le Paysan, le Païen, le Clown si ridiculisé)

[En référence à : L’ESPRIT cet inconnu, de Jean E. Charon]

À suivre…

Note.
1. La CONSCIENCE n’est que le Point Focal, le Trou, le Point sur le I, le Sucre ou ‘Je’ confondu avec le Point Focal de l’objet correspondant à ce type de conscience. Comme dans l’effet sucre ou domino, dans un nom-la-forme de conscience, chaque Instant ou Sucre est l’objet de l’Instant du Sucre suivant (effet domino, mais dans les deux sens…)
Effet sucre veut dire que le phénomène d’Instant en Instant est DANS L’INSTANT, SPONTANÉ. Dans Spontané il y a Pont, et le S du Serpent Kundalini (sifflement ou rayonnement, déploiement) est le chiffre 9, nombre du Ciel en Chine, et le I de l’Axe impliquant la totalité comme le « un Point c’est Tout » du Point sur le I ; le S de Sagesse, Science, Sensationnel (Stupéfiant : d’un seul coup, sans mental, sans calcul, sans sécurité…).
S-pontané : on ne passe plus le pont, il est déjà passé comme n’ayant jamais existé : « la réaction doit être totale, le vent ne passe même pas, la réaction est comme l’éclair et doit jaillir du plus profond de l’être humain authentique ». C’est PAN (ique) : aucune possibilité d’aviser ou de se retourner dans l’espace-temps de l’idéation vagabonde.
Le sucre ne passe pas à son voisin comme le maître ne transmet pas à son disciple, parce que c’est résumé par les mots : PERTE, RENONCEMENT, APOCALYPSE, PUTRÉFACTION : « Soyez à vous-même votre propre lampe », dit la Tradition. Pour devenir la lampe, l’Éveil, on doit se préparer à abandonner les « considérations sécuritaires du monde [des oligarchies] ». 
« Soyez chacun votre propre refuge, votre propre État ».
Le plus grand milliardaire de la planète est né sans rien, il repart dans rien !
 
 

Dernière mise à jour : 17-12-2020 01:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >