Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le « bon sens »
Le « bon sens » Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-01-2021 18:14

Pages vues : 437    

Favoris : 39

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
fleche_bonsens.png
 
 
Le « bon sens »
Lequel ?
Le nœud à son mouchoir ?
La Mémoire des cellules et
apprentissage/habitude, bourrage de crâne.
Les images que garde la mémoire : donner un nom,
se souvenir, alors ramener le Passé dans l’Instant,
souvenirs qui ont survécu à l’oubli
(et en 2021 au covid…).
 
Ou bien quelque chose avec des limites,
ou quelque chose dans une boiste.
« Le rationnel conforme (uniforme/informe)
au “bon sens” ».
De quel bon sens ? Et dans quel sens ?

Le « signifiant » (le signe) ?
De quel bon sens s’agit-il :
- Du bon sens d’après les apparences (les signes) ?
- Ou de l’autre bon sens plus profond ?
- Ou du sens commun ? Ou du sens de cultiver ?


Le « bon sens » = TOUT SE PASSE COMME SI.


Par exemple, quand on regarde un film au cinéma, si on arrive à comprendre l’histoire et donc l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), ON Y CROIT (encore une preuve que la Laïcité n’est que croyance et nullement la dualité en forme de ”liberté” de croire/ne pas croire). Quand une magie parle, c’est la réaction en chaîne : toutes les magies parlent ; quand une se tait, toutes se taisent (principe de l’effet sucre ou domino).

À l’ère du chiffre, du numérique de l’informatique suite au machinisme déployé par l’Encyclopédie des Diderot et autres perruques poudrées du 18è siècle de leurs « lumières », à l’ère des « médias » (la communication connectée mondialisée), le « monde » ne peut pas être autre chose qu’un LANGAGE CONTENU NÉCESSAIREMENT DANS LE MENTAL : UN LANGAGE DE SIGNES ET D’INDORMATIONS (informations pour endormir), TOUT ÉTANT SYMBOLES, SANS AUCUNE RÉFÉRENCE À UN EXTÉRIEUR QUI N’EXISTE PAS (aucune dualité dedans-dehors : on ne peut pas « sortir de l’Univers » pour l’examiner comme d’un sujet examinant un objet Univers….).


NÔTRE MONDE-SONGE (et ment-songe).

Le Démiurge se trouvant un Pour-Voir extra-ordinaire, crée un être magique style Adam, et cet être magique magiquement crée, en crée un autre à son tour comme dans le principe de l’effet sucre ou domino, de même que l’agent se présente comme un être magique, et l’acte accompli par lui comme deuxième être magique ou deuxième sucre crée nécessairement le premier.
Ainsi, passions, actes, fruits ou agents ressemblent à une cité de génies célestes identique à un nuage, un songe : L’IRRÉEL OU SEUL RÉEL, soit rayonnement du Zéro indien ou énergie libre : manifestation et unification à partir d’un concept terrestre : « Les choses sont faites de la même substance que les rêves », écrivait Shakespeare. (Le problème est que Nous sommes dans ce nuage…)

Ici et Maintenant il ne peut pas exister de négation du « fruit de l’acte » ou de l’effet de la cause, car l’acte, la cause et son fruit, etc. N’ONT PAS DE NATURE PROPRE, ils n’ont pas de Soi ! (nihsvabhâva). De nos jours ont dirait : le fait que l’acte et les passions, etc., n’existent pas absolument ne signifie pas qu’ils n’existent absolument pas ! Ils existent seulement sur le mode du « N’être pas » (voir la page Maharshi 264)

Or un jour quelqu’un, un prototype de capitaliste, a fabriqué le « croissez et multipliez » modèle Agriculture de la voie du Néolithique. Un PREMIER PRINCIPE UTILITARISTE : on commença à « donner à la terre » pour qu’elle donne plus de moissons et en même temps on donne, on mêle ses moissons au bétail pour qu’il engraisse, toujours ce sens de la production. Qu’on engraisse une bête ou qu’on nourrisse son champ, ou que Google et autres multinationales se nourrisse d’informations en vu d’en tirer des fruits, IL Y A, AU DELÀ DE L’UTILITAIRE LE PLUS CLAIR, UN RÊVE INTIME DE FÉCONDITÉ OU RÊVE SEXUEL… NOSTALGIE (inverse) DU « N’ÊTRE PAS » ? ALORS QUE L’HUMAIN NE VIT QUE SUR « SES DÉSIRS COMBLÉS » ??? (LA PEUR DU VIDE).

Ce qui rejoint également le PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI à l’entretien 28 du 4-2-1935 du Maharshi : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ».
C’est-à-dire qu’il n’y a aucune incompatibilité entre le fait d’être dépourvu de nature propre, et le fait d’être dans un faire/fer ou activité issue d’une cause. Au contraire, un Être en soi ou Réalisé par le Soi est par définition dans le NON-AGIR ; ce qui permet ainsi le ZÉRO INDIEN, L’ÉNERGIE VÉRITABLE ; car ce qui permet l’usage d’outils et de leur efficacité, c’est l’absence d’être en soi. C’est pourquoi le monde, le ‘moi’, ne sont ni réels, ni irréels, ils sont simplement de l’ordre de l’ILLUSION : TOUT SE PASSE COMME SI. Comme quand on comprend la fiction qui se développe dans CE monde…

ILLUSION du ‘moi’ qui est principalement un PROPRIÉTAIRE (avec son « droit d’auteur » : ”Votre ceci, votre cela”). Détaché de toute possession, ce ‘moi’ n’est qu’une illusion, un fantôme, car il faut bien que pour l’autre il soit quelque chose, c’est-à-dire UNE OPINION. « Un ‘moi’ coupé de toute appropriation, que peut-il bien être pour vous ? », écrit Nagarjuna dans l’Examen critique des opinions, à la Stance 27,4cd.

ILLUSIONS = FAIRE DU POGNON… DE LA POGNE EN FAIRE/FER… ET DU CHIFFRE… LUI AUSSI ILLUSION DE CHEZ ILLUSION (Chiffre : du latin médiéval cifra ”zéro”, de l’arabe sifr ”vide”) ; et par extension, comme dans l’effet sucre ou domino : les chiffres arabes 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 0. Donc ce monde du CALCUL ET DE L’ORDINATEUR (censé mettre « en ordre »)

Mais alors, dans cette ILLUSION, dans CE VIDE, que peut-on faire là où il n’y a que du Vide ? Ce qui est-en-soi (Sans Pourquoi) ne relève pas du faire/fer utilitaire ! Comment alors peut-il y avoir le « mal » qui inévitablement engendrera le « bien » (et accessoirement et surtout financièrement, les vaccins et le gigantesque business de Big Pharma) ? Le faire/fer actuel c’est le PLEIN (de pollution et de problèmes) qui EMPÊCHE LA CIRCULATION OU LA TRANSPARENCE.

Bref, en résumé : celui qui voit que tous les nom-les-formes ne sont que le résultat d’un concours de circonstances ou de conditions producteur de causes, celui-là voit la souffrance, son origine, sa cessation et le Sentier qui mène à son arrêt.
« Concours de circonstances ou conditions » signifie en clair : coproduction conditionnée, faisant que chaque être souffre de n’être pas un Être (surtout que depuis l’après 1789 l’humain n’est plus qu’un AVOIR [pouvoir d’achat] ou CONSOMMATEUR ! Un être conditionné)

Le consommateur actuel étant devenu le WINNER : qui peut le plus peut le moins : il DEVIENDRA BIENTÔT LOSER. « Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers » (Matthieu 20,16).
L’entretien 28 du Maharshi cité plus haut rejoint l’entretien 264 où aucune cause n’existe : l’origine est éliminée. Celui qui voit que tous les dharma [enseignement, connaissance, tous objets de connaissance ou informations] sont en état d’extinction totale et sans condition, a réalisé le Vide. Et celui qui voit que tous les dharma sont absence d’essence [de Être, de substance, de Nature], il a créé psychiquement le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).

La NUIT étant première « substance », pour cette raison, elle est dite Nourrice de Tout. On se repose le cerveau pendant la Nuit, afin de le préparer à accueillir les songes (La ”nuit porte conseils”, elle précède l’aube céleste : les Rêves, les Mystères) ; pour faire référence à Orphée….  

Tous enseignements, toutes lois et doctrines et logiques sont de vains bavardages : « Dès que l’encre est séché, nos formules [ou lois] sont fausses » disent les Anciens Chinois de l’École du Dhyâna. C’est pourquoi un Réalisé vivant ne donne jamais d’enseignement à quiconque ou de conseil particulier. A celui-là on peut lui confier le monde.

Sur la liberté si à la mode de 1789, si d’aventure on est tourmenté par un doute sur icelle : QUI DOUTE ? SUR QUOI ? (le mot ”liberté” étant devenu un fourre-tout invraisemblable situé totalement dans l’illusoire extérieur, comme si la ”liberté” était de pouvoir ”sortir” de l’Univers, donc hors de son cerveau, hors de son rêve, pour l’examiner afin de le « soigner », ou le rendre plus productif, plus utilitaire…).
 
Et après ça, il y en a qui s’étonnent du phénomène ovni !!!
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-01-2021 18:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >