Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le VACCIN contre la vieillesse
Le VACCIN contre la vieillesse Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-03-2021 23:05

Pages vues : 1015    

Favoris : 130

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Araignée, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Loi, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Ouvrier, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Rire, Royauté, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Washingtonisme, Yokaï

 
serpent_trait7coul.png
 
 
Le VACCIN contre la vieillesse
n’est même pas ce Miroir totalement
vide qui ne renvoie aucun reflet de soi-même.
C’est le Vrai Test PCR (Persona Contre Rien).
La Personne est elle-même ce miroir vide.
Le Miroir-Soi peut refléter TOUT
sauf Lui-même !
Paradoxe de la Réalisation !
Le Libéré ou Vacciné détruit le Mal Absolu
de la dualité dedans-dehors ou le reflet :
il n’y a rien à voir ou à connaître, puisque
c’est le Sans Pourquoi, les questions deviennent
stériles, il n’y donc pas de dualité dedans
(le miroir) et dehors (le sujet reflété ou l’image),
ainsi il n’y a ni miroir ni personne à refléter.
 
Le Vaccin est le Nom-la-Forme du TORE,
qui contient les Couleurs de l’Arc-en-Ciel qui
se formeront au Blanc de l’Instant (âlayavijnâna),
la Lumière de l’Essence (Secret de la Fleur d’Or (1).

Vaccin ou Transparence : le Vaccin s’appelle
YOGA VASISTHA : « Détachement à l’intérieur et
attachement en apparence », puisque Nous sommes
dans ce monde des apparences !
« L’apparence de ce monde est une confusion ;
de même que le bleu du ciel est une illusion
d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser
et l’ignorer » (YV I, 3).

Comme l’exprime le YV I, 3, Transparence
ou Vaccin = participer aux noms-les-formes
SANS CHERCHER À LES POSSÉDER, AINSI LE VACCIN
EST BIEN DE CHOSIFIER LES CHOSES SANS QU’ICELLES
NE NOUS CHOSIFIENT (comme actuellement où le
consommateurs est totalement chosifié par les
objets de consommation et les politicopinions
et les désirs à l’infini).

Le vaccin chimiquérique de l’industrie humaine
des Big Pharma n’est que l’application de l’abominable
dualité dedans-dehors ou SAISISSABLE-INSAISISSABLE.
OR LE VRAI VACCIN LIBÈRE DE TOUT
SAISISSABLE-INSAISISSABLE COMME IL LIBÈRE
DE TOUTE RÉFLEXION DANS UN MIROIR.


La vaccination ordinaire est dans la tradition homéopathique : la Loi des similitudes : donner au malade à dose infinitésimale la substance qui, prise chez une personne saine à doses fortes (allopathiques, massives), produit des symptômes semblables à ceux observés sur le malade.

SIMILITUDE : analogie, ressemblance, relation unissant deux choses apparemment semblables. Quand ces deux ressemblances sont MARIÉES, comme le ‘moi’ et le ‘sans-moi’ formant dualité, si le ‘moi’ est introuvable, comment pourrait-on trouver le ‘sans-moi’ ? Celui qui n’a même plus besoin d’un vaccin n’engendre plus ces deux choses et accède à l’état naturelle : le Seul Réel dans la non-dualité.

- La forme et le vide sont duels. La forme est vide d’une vacuité qui n’est pas cessation de la forme : c’est l’essence de la forme que d’être naturellement vide. De même pour les sensations, les représentations, les compositions et les consciences.
La conscience et le vide forment dualité. La conscience est vide d’une vacuité qui n’est pas la cessation de la conscience : c’est l’essence de la conscience que d’être naturellement vide, et là se dilater à l’infini [Zéro indien], c’est accéder au Seul Réel dans la non-dualité.
- La personne et la cessation de la personne forment dualité. Or la personne est cessation de la personne, puisque celui qui voit l’Apparence réelle de la personne ne croit pas à la personne ni à sa cessation. La personne et sa cessation ne sont point deux réalités différentes : rester dans cet état sans appréhension ni terreur [sans PANique (2)] c’est accéder au Réel dans la non-dualité.
- Le moi et l’autre forment dualité. Celui qui voit l’Apparence réelle du ‘moi’ ne produit pas d’autre. Qui ne se fixe pas dans cette dualité n’a conscience de rien. Et qui n’a conscience de rien accède au Réel dans la non-dualité. (Soûtra de la Liberté inconcevable IX, 17, 23, 26).
Finalement, avec la fin des mots, donc dans le SILENCE, « on accède vraiment au Réel dans la non-dualité », ou « Gagner la patience à l’égard du néant de la naissance ». Sans naissance, pas de vieillesse ! Sans liberté, pas de soumission ! Sans valeurs, pas de voleurs ! Sans supérieur, pas d’inférieur ! Etc. Pas de possession.

SE FAIRE « TESTER » C’EST LA PURE DUALITÉ : « Docteur, je ne me sa(e)ns pas en forme ce matin, je voudrais me faire tester ». Même dualité que l’universitaire synonyme de vérité qui énonce : « Une éprouvette a été utilisé », au lieu de dire « J’ai utilisé une éprouvette » ; ou il dira encore : « Il a été considéré que… », à la place ce qu’ils pensent des résultats ; tout cela dans un parfait grégarisme ou même soupe pour tous, foutre tout le monde dans le même sac à patates. Tous les technocrates salariés politico-techno utilisent la forme passive pour donner à leur verbiage un air d’« objectivité scientifique » en déguisant leurs opinions en faits dit « objectifs » !!!
Au 19è siècle, développement occidental de la société industrielle sous la poussée des banques qui naissaient comme des pustules, les matérialistes CROYAIENT que la physique fournissait une définition parfaite de la matière, laissant totalement le mental de côté qui ne connaît qu’à travers ses cinq sens. Tout cela va s’écrouler avec l’arrivée de la mode du quantisme ! Comme l’univers est DANS le mental ou Tout est dans Tout : il est naturel que, qui dit observation dit dualité du sujet observant un objet et forcément influence entre les deux (la façon dont on conduit une expérience influence son résultat) !

DUALITÉ : La démocratie dépend de la CROYANCE en cette démocratie. Le pouvoir dépend du maintien, ou de la survie de la CROYANCE en ce pouvoir.
CROYANCE = LE ‘MOI’ (je crois, je dis, je ceci ou je cela, je fais, je suis, etc.). ‘Moi’ est principalement un SENTI-MENT : la saisie, la possession, la sensation-elle de ce qii se passe quand un organisme est engagé dans le « traitement d’un objet ». Ainsi un senti-ment fait naître LE FILM ET SES IMAGES À L’INTÉRIEUR DU ‘MOI’, ce qui fera dire à l’individu qu’il « voit », qu’il « touche », qu’il « sent ».
Sentiment = le policier du mental : « En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler, cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l’instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même », explique Ramana Maharshi à l’entretien 43 du 28-3-1935.
Et à l’entretien 615 : « Un voisin avait anticipé la visite d’un voleur dans sa maison. Il avait pris des précautions pour l’attraper en plaçant des policiers en civil pour surveiller les deux bouts de la rue, l’entrée et la sortie de sa maison. Lorsque le voleur s’était présenté comme prévu, les hommes de guet s’était précipités sur lui pour l’attraper. Le voleur, jugeant d’un coup d’oeil la situation, s’était mis à crier : « Au voleur ! Attrapez-le, attrapez-le ! Il court par là ! là ! » Et ce faisant, il était parvenu à s’enfuir.
Il en est ainsi avec l’ego. Partez à sa recherche et vous ne le trouverez pas. C’est la meilleure façon de s’en débarrasser ». (Entretien 615 du 24-1-1939).

Dans le même entretien 615 : « Saisissez d’abord l’ego et demandez ensuite comment il peut être détruit. Qui pose cette question ? C’est l’ego. L’ego serait-il d’accord pour se détruire lui-même ? Cette question est la meilleure façon d’entretenir l’ego et non pas de le détruire [comme dans l’exemple du policier ci-dessus]. Si vous cherchez l’ego, vous constaterez qu’il n’existe pas. Voilà la façon de le détruire.
PAS DE MEILLEUR VACCIN QU’AVEC AUCUN VACCIN… COMME PAS DE MEILLEURE LIBERTÉ AVEC AUCUNE INVENTION DE LIBERTÉ, OU PAS DE MEILLEURE VALEUR SANS AUCUNE INVENTION DE LA VALEUR.


LA VACCINATION ACTUELLE DE 2021 ou LA DUALITÉ C’EST LA GUERRE SANS FIN.
Possiblement à partir de fin 2021 début d’une hécatombe amorçant le MILLIARD de morts jusqu’à 2030-36 où l’air et l’eau seront à leur maximum de dégradation et de manque.


La vaccination mondialisée est identique au grégarisme et à la pensée unique de ce monde qui rêve d’une norme absolue qui serait « Dieu ». La vaccination mondialisée est identique à la dualité WINNERS-LOSERS : le virus est vaincu momentanément par des anticorps artificiels des vaccins-winners. Les anticorps naturels des humains deviennent alors des LOSERS. Cette dualité typiquement matérialisme, donc du corps ou du mental, va affaiblir la capacité des défenses naturelles de l’humain ; de plus toute vie cherche à se maintenir en vie, le virus fera de même en s’adaptant en permanence, le virus mutera et cela de façon infinie. Ce qui le rendra LUI AUSSI IMMUNISÉ CONTRE LA CHIMIE VACCINALE DES HUMAINS.
Une fois le nouveau virus tout frétillant répandu dans le monde, nos anticorps artificiels vaccinaux deviennent inefficaces, mais notre système naturel s’étant entre-temps « désintéressé » ou en sommeil face à l’ennemi, se retrouve à nouveau seul face au virus nouveau de plus en plus performant dans ses moyens de défenses contre l’humain.

Conséquences : le nombre de personnes avec une immunité naturelle affaiblie va augmenter, et avec inévitablement le développement de formes hautement plus graves. Situation aggravée par les scénarii et des confinements successifs, et des « gestes barrières » qui réduisent toutes occasions à nostre système immunitaire naturel de « s’entraîner » à reconnaître l’intrus. Même dualité guerrière inhérente aux « classes » en civilisation capitalo-républicaine : déséquilibre entre la « classe » des personnes âgées et des autres classes d’âges.

Microbes et virus devant se maintenir en vie, du fait de leurs mutations à l’infinie, les vaccins des humains seront de moins en moins efficaces (le même phénomène se produit avec les antibiotiques de moins en moins efficaces).

LE VRAI VACCIN ÉNONCÉ PAR CLAUDE BERNARD.
Les gens sont attaqués par les virus parce que leur terrain, leur corps ou mental le permet, comme le constataient il y a plus d’un siècle les Claude Bernard et Antoine Béchamp : « Béchamp a raison, le microbe n’est rien, c’est le terrain [le patient] qui est tout. Pasteur est un fou [un killer] ». À ce hui en France nous en sommes encore à l’âge du fou et killer de microbes Louis Pasteur monté en « institution » de ce monde à l’envers….
Le « corps » doit ainsi apprendre à se défendre tout seul, sans les béquilles ou prothèses d’un vaccin. Si le corps est malade.

« La cause de tous les malheurs est la fausse croyance : « Je suis le corps. » Cette fausse croyance doit disparaître. C’est cela la Réalisation. La Réalisation n’est pas l’acquisition de quelque chose de nouveau et ce n’est pas non plus une faculté nouvelle. C’est simplement la suppression de tout camouflage [et à ce jour : des masques et autres « distanciation » et vaccination] » (Ramana Maharshi, entretien 96 du 13-11-1935).
- « Mon mal vient de l’ignorance et de la soif [le désir]. Je suis malade parce que tous les êtres sont malades et mon mal ne cessera que le jour où tous les êtres seront guéris. Pourquoi ? Parce que c’est pour les êtres que le bodhisattva [être d’Éveil] plonge dans le cercle des morts et des renaissances [samsara]. Et entre la naissance et la mort, il y a la maladie. Si tous les êtres trouvaient moyen de s’affranchir de tous leurs maux, le bodhisattva ne serait plus jamais malade……. (Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V : Manjushrî s’enquiert de la santé de Vimalakîrti, 6).

Le Soi n’est pas « vérifiable » par un extérieur ou par « d’autres », il correspond au mot SCIENCE en une définition en référence à Thomas Vaughan : « Prends ceci et fais un monde ». Ou bien : « Prends n'importe quoi et fais-en une pilule ou un clystère ». (Thomas Vaughan : Traité du Ciel terrestre). Alors que la « science » au sens de l’inconscient collectif ou du conventionnel est : « Une expérience reproductible partout et en tous temps et contrôlable par d'autres personnes ». Ainsi, il s'agit ici d'une technique et non d'une Science !

Avec le Soi comme avec le fait spirituel et « magique », ces « faits » n’existent pas car TOUT étant dans TOUT, l’observateur-sujet fait la partie de l’objet lui-même sujet (voir l’exemple du policier cité plus haut). Or les sciences humaines ne peuvent être une science parce que la connaissance de l’humain par lui-même naît du Retournement de la Lumière ou dialogue entre sujet et objet ; l’humain étant l’Univers lui-même, il est de ce fait dans l’impossibilité de se poser comme sujet étudiant d’un « Univers » objet qui lui serait extérieur. C’est pourtant comme cela que beaucoup surtout d’Occidentaux fonctionnent par le renversement des rôles entre le Tout et les accidents (du spatio-temporel et de la croyance) !




Notes.
1. Le Soi (âlayavijnâna) : malgré quelques ressemblances, Il n’est absolument pas l’inconscient collectif de C.G. Jung, ou une sorte de « conscience universelle » qui serait commune à tous les êtres dits « conscients » et doués de langage parlé, comme le conçoivent les Google-Juifs avec leur rêve de mettre une « conscience », un TOUT dans une puce informatique comme on stock des informations dans une salle contenant plein de batteries de disques durs informatiques. « La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties ».
Si depuis un moment la « vérité » était trouvé en une synthèse parfaite, il y a longtemps que la souffrance aurait disparue de cette planète !!!! Or on La cherche toujours, on cherche toujours l’Absolu, alors que nombre de gens se disent « non-croyants » alors qu’ils ne sont QUE DES CROYANTS au sens d’IGNORANCE, au sens de ne compter que sur ses six consciences comme l’énonce Savinien de Cyrano de Bergerac…

Destruction et construction sont indissolublement liés comme le tic-tac du balancier de l’horloge : quand le Soi, l’âlayavijnâna cessera d’être le support ou le « disque dur » de semences impures, il disparaîtra aussi ; ce qui amène une « légère » Variation du Thème Soi puisque le Soi ne peut pas « disparaître » avec, ou sans semences impurs. C’est pourquoi j’avais appelé cette huitième Conscience « Soi-Croix ». Le Soi du Maharshi serait AU-DELÀ de ce Soi-Croix ou âlayavijnâna, la base du Tout.
Ce Soi âlayavijnâna n’est pas le Soi du Maharshi, puisqu’en tibétain Il est nommé : len pa’i rnam par shes pa (conscience appropriatrice ou celle qui conceptualise, donc la lumière de la conscience dans la Fleur d’Or, en vertu du fait qu’après la mort, c’est ce « Soi » qui s’approprie les ingrédients de l’existence suivante et qui établit le lien entre deux vies.
Ce qui ne correspond pas au Soi du Maharshi, puisque la Libération est au-delà des réincarnations à n’en plus finir. À ce propos, je remets l’entretien 247 du Maharshi le 8 septembre 1936, concernant la mort de sa Mère : « Il était resté auprès de sa mère agonisante pendant 12 heures consécutives (de 8 heures à 20 heures), jusqu’à sa fin. Pendant tout ce temps il lui soutenait sa tête d’une main et de l’autre il la tenait sur la poitrine de sa mère. « Le Maharshi expliqua plus tard qu’une lutte s’était engagée entre sa mère et lui-même, jusqu’au moment où l’esprit de sa mère était parvenu à rejoindre le Cœur [Instant ou Centrum Centri absolu] ».
Par le décès l’âme passe par toute une série d’expériences subtiles. « Le contact de la main du Maharshi avait engendré un courant qui avait ramené l’âme errante dans le Cœur.
Le Maharshi explique plus tard que les tendances innées de sa mère luttèrent contre la force spirituelle engendrée par le contact de Sa main. Cette lutte dura jusqu’au moment où les tendances innées (samskâra) furent totalement détruites. « L’esprit de la mourante put alors rejoindre le Cœur et y trouver la Paix éternelle, ce qui revient au même que la Libération ».
L’entrée de l’esprit dans le Cœur se reconnaît à une sensation particulière, perceptible à un Mahâtma [Adepte, Sage] et comparable au tintement d’une cloche. Quand le Maharshi se tint aux côtés de Palaniswâmi (un disciple du Maharshi) sur son lit de mort, il retira sa main à ce signal. Les Yeux de Palaniswâmi s’ouvrirent aussitôt, ce qui indiquait que l’esprit s’était échappé à travers eux, impliquant une renaissance sur un plan plus élevé mais non la Libération. Fort de cette expérience avec Palaniswâmi, le Maharshi garda ses mains sur le corps de sa mère encore quelques minutes après avoir senti le signal indiquant le PASSAGE de l’âme dans le Cœur. Il put ainsi assurer sa Libération. Ce qui fut confirmé par l’impression de calme et de paix parfaite qui se dégageait de son visage », explique la note du compilateur des entretiens du Maharshi.

EN RÉSUMÉ : doute par rapport au Maharshi à propos de la Conscience huit, telle que répertoriée dans le Soûtra du Développement du sens profond. Pour moi, la mort de la Mère du Maharshi expose une NEUVIÈME CONSCIENCE, donc le Soi au-delà de la réincarnation. A ce propos, entretien 136 du 15-1-1936 : « Le Soi réel est continu et inaltérable. L’ego qui se réincarne appartient à un plan inférieur, celui de la pensée. Il est transcendé par la Réalisation du Soi.
Les réincarnations sont dues à un « rejet sauvage ». C’est pourquoi les bouddhistes en nient l’existence ».
À l’entretien 164 du 24-2-1936 : « La réincarnation n’existe que si vous êtes incarné. Mais là vous n’êtes même pas né ».

Et au même entretien à propos du RENONCEMENT : si tout le monde Renonce, qui va labourer la terre et qui récoltera ? « Réalisez d’abord et voyez après. L’aide qu’apporte la Réalisation transcende toute aide apportée par les mots, les pensées, les actes, etc. Si vous comprenez votre propre réalité, alors celle des rishi [prophète, sage] et des maîtres vous sera claire. Il n’y a qu’un seul Maître, et c’est le Soi »

Les neuf Consciences :
- La Vue.
- L’Ouïe.
- Le Toucher.
- Le Goût.
- L’Odorat.
- Le Mental (qui engendre les précédentes).
- Le Mental conceptualisant ou intellect (la lumière de la conscience dans le Secret de la Fleur d’Or.
- Le Soi (âlayavijnâna), la Lumière de l’Essence dans le Secret de la Fleur d’Or. Le Soi ou Instant, l’Ici et Maintenant, l’Absolu, la Foi (imperdable).
- L’Inconnaissable ou l’Inconcevable à Jamais.
Aussi on peut n’en voir que huit, et difficile à classifier à partir de la sixième conscience puisque TOUT est en circulus, en ronde, en roue.
« Il n’y a pas de niveau de conscience », dit Ramana Maharshi à l’entretien 164 du 24-2-1936. « Conscience » n’est qu’un mot conventionnel…..

2. PANique : dans la dualité du sujet (le Réel) et sa représentation (l’objet) : dans la non-dualité, il n’y a ni sujet ni objet ; le sujet coïncide totalement à l’objet, ce qui peut provoquer la PANique par privation du temps nécessaire à la prise en considération de l’objet, sa croyance : l’objet apparaît dans le temps même où il apparaît à l’existence. Une telle coïncidence entre le Réel et sa manifestation ou ses phénomènes a pour conséquence de priver le sujet du temps nécessaire à la saisie de l’objet, d’où une situation de PANique ; le mental ne sert alors strictement à rien, aucune analyse possible de la situation survenue DANS L’INSTANT, aucun décalage possible, aucun HOTC possible (Histoire-Opinions-Temps qui coule).
 
 

Dernière mise à jour : 17-03-2021 23:47

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >