Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Pire que le SRAS-CoV-2…
Pire que le SRAS-CoV-2… Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-05-2021 01:00

Pages vues : 303    

Favoris : 30

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Numérisation, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Phénix, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
porte_coffre_fort_sesame.jpg
 
 
Pire que le SRAS-CoV-2…
l’OXYGÈNE : son arrivée est préalable
au fonctionnement de l’usine du mental.
Cela est facilement prouvé : si Nous
arrêtons de respirer un moment, notre
corps, tête, est presque libre de pensée
comme en sommeil profond.
À partir de là, les sages orientaux
contrôlaient leur respiration (1) pour se
libérer de la tyrannie du mental et de l’opinion.


L’OXYGÈNE DU SRAS-CoV-2.
 
 
Pire que le SRAS-CoV-2 : les cyanobactéries
(la spiruline par exemple) produisant l’OXYGÈNE.
Seules les formes de vie développant des
antioxydants ont pu survivre.
Lors de la Grande Catastrophe de l’Oxygène la
concentration d’oxygène a considérablement
augmenté dans les océans tuant les formes
de vie anaérobies.

PIRE QUE LE SRAS-CoV-2 : LE DIEU OXYGÈNE
PREMIÈRE CATASTROPHE ÉCOLOGIQUE MONDIALE :
La Vie a « débuté » dans l’Eau avant d’être
aérobie ou « spiration » (spirituelle)
comme le prétend un Dieu : « Un ”vent de Dieu”
tournoyait sur les Eaux »
(Genèse 1, 2).
Ce Dieu et son « souffle » est le MENTAL,
LA PENSÉE, L’OXYGÈNE : [ACIDUS] Piquant au goût.
Du grec : OXUS d’où Oxygène.
Des bactéries se développent en milieu Acide.
LA TRAGÉDIE EST BIEN LÀ !
ÇA PIQUE ET POINTE DE PARTOUT !


Les Anciens reliaient aussi l’activité mentale à la respiration : la racine latine spir signifie souffle, se réfère aussi au domaine « spir-ituel ». C’est le monde du souffle, celui d’un Dieu soufflant pour « créer » : être IN-SPIRÉ.
RAPPEL : Nous n’inspirons pas mais Nous sommes inspirés, NOTRE ÉTAT EST PASSIF : « Sois tranquille et sache que Je suis Dieu » (2).
Et qu’inspirons-nous particulièrement ? Mais des OPINIONS DE L’EXTÉRIEUR, VOIR UNE « IDÉE » VENUE DU DEHORS QUI A « TRAVERSÉ L’ESPRIT ». De là se construisait l’inconscient collectif de C.G. Jung façon gros disque dur à la Juif transhumaniste des Google qui veulent mettre la « conscience » dans une puce informatique : les « idées en soi » (”avoir une idée en tête”).

Le mental entretient parfaitement la LOI DE SUCCION, LA SPIRATION ASPIRATEUR : les biens et « le bien » et l’intérêt inhérent à la démocratie liée à l’ego : tout cela participe du domaine affectivo-économique, autre sens de la loi de succion. (On peut estimer un « bien » et un individu, construction du social, ou au contraire diminuer la valeur ou le prix d’une personne avec le mépris (mes-prix ou mes opinions-jugements), et on opinionera que l’autre « ne vaut rien » (il est un vaurien).

Dans le régime capitaliste et républicain pour « être bien », il faut des « biens », et prochainement le « passe sanitaire » n’échappera pas au dogme du régime. Pour être heureux il faut des biens, dans le sens de l’Union européenne, ça veut dire BEAUCOUP, et les banques vont vous aider pour ces possessions, « POUR VOTRE SANTÉ, POUR VOTRE BIEN ». Comme le régime et ses banques s’intéressent de plus en plus à votre mode de vie, le régime et ses banques auront INTÉRÊT À SURVEILLER VOS INTÉRÊTS, CE SERA DEPUIS LE SRAS-CoV-2 L’APPORTE D’OXYGÈNE DU SRAS-CoV-2 DANS LA SURVEILLANCE DE VOS INTÉRÊTS, « POUR VOTRE SANTÉ » ÉVIDEMMENT.  tout est comme ça dans ce régime ! Et comme dans ce régime il n’y a rien de gratuit, il vous fera payer sa « sollicitude », à forfait en impôts et en pourcentage. Sinon, au lieu de vous chérir, ce qui est devenue UNE RÉPUBLIQUE SANITAIRE vous reprochera que VOUS ÊTES TRÈS CHERS.

Depuis la morale à la mode Église de Rome, c’est pas BIEN d’être possédé par le Démon, ou par le ‘je’ (le jeu), alors que depuis 1789 et son libéralisme et sa démocratie puisque VOUS ÊTES TOUS LE ROI, LA LOI DE SUCCION NE DOIT PAS ÊTRE ENTRAVÉ : L’ENVIE DES BIENS EST RECOMMANDÉ POUR LA PROSPÉRITÉ DU CAPITAL.
Les mots « esprit » et « bien » sont peut-être les plus ambigu : quelqu’un que « J’aime bien » me faut-il le ou la posséder selon la loi de succion ? le capital et sa loi dit : « Jouir d’un bien » : l’affectif issu du mental et ses cinq sens et l’économique sont UNE SEULE ET MÊME CHOSE : LA LOI DE SUCCION. Dès l’invention du mot « valeur », peut-être suite à la découverte du feu vulgaire, le mot « cher » possède le double sens de ce qui est chéri et de ce qui est onéreux. Rappel : le mot « bénéfice » signifie à la fois bien faire et faire le bien (mot proche de bénédiction…).

Avec les mots « esprit », « bien », il ne faut pas oublier le mot « vie », qui apporte autant la confusion entre le Vase et son Contenu (la partie et le Tout). La vie actuelle est confondue avec le speed et l’utilitarisme à l’anglo-saxon winneriste : on dit « Réussir sa vie » comme si on devait réussir un examen pour « entrer dans quelque chose » (pour obtenir un sésame), pour avoir SON PASSE SANITAIRE (d’où la vulgaire expression : ”être majeur et vacciné”). Si on n’a pas son passe, on a RATER SA VIE ; voilà où se dirige à marche forcée l’humain. La loi de succion fait que Nous employons l’adjectif possessif pour posséder un contenu comme on possède un aspirateur ou un chien. Alors que pour des communautés humains « vivre », c’est vital : disposer de vivres, sinon c’est la famine : vig signifie la force vital, le prâna ou énergie, le souffle vital ; voir le mot « vigueur » ; et opposer un carnivore à un végétarien ou à un végan est négativement la dualité actuel winner-loser !

Le COURS DE LA BOURSE OU LE COURS DE LA VIE DANS CE RÉGIME EST CONSTRUIT SUR LE COURS DE L’ARGENT.
La vie actuelle est donc enchaînée par le mental à un LIQUIDE, nostalgie de l’oubli de l’Eau Primordiale avant la catastrophe Oxygène. Alors comme cette civilisation survie, elle se « maintient à flot » (la tête hors de l’eau pour ne pas couler). Parce que si un pour-voir veut nous LIQUIDER, il enfoncera la tête dans l’eau. Mais si on veut acheter ses bonnes grâces, on peut toujours PAYER EN LIQUIDE RETIRÉ D’UN COMPTE COURANT OÙ NOUS AVONS EFFECTUÉ DES VERSEMENTS, ou bien « liquider nos biens » afin que « l’argent coule à flots » dans nostre vie de citoyen, qui sera heureux s’il nage dans l’opulence promise par sa république et ses valeurs, sauf évidement si le cours de la monnaie est fluctuante ! Il reste alors à l’Union européenne à LAISSER FLOTTER L’EGO, PARDON, L’EURO OU LE DOLLAR À LA BOURSE POUR ÉPONGER LA DETTE (sans être à sec ou naufragé échoue au sec sur la plage).
Le Mercure est liquide : « argent liquide » (hydrargyre) ; il est symbolisé par le Dieu Hermès-Mercure, Dieu du commerce et protecteur des voleurs (le mental, le calcul et l’escroquerie, l’habilité malicieuse et les astuces toutes utilitaristes) !!!


MOT DE PASSE ET SÉSAME OUVRE-TOI, DANS LA LOGIQUE DU « C’EST POUR VOTRE SANTÉ » (de la loi de succion : « Votre député, votre voyante, votre ceci votre cela »).
Ellen Richards, fondatrice aux USA en 1910 de l’assistance sociale : « Dans la république sociale, l’enfant est, en tant que futur citoyen [et consommateur], un bien de l’État, et non la propriété de ses parents. Son bien-être est donc directement une responsabilité de cet État ». (Ellen H. Richards, Euthnics : The Science of Controllable Environnement, Boston, Whitcomb and Barrows, 1910, p.133).
Vous avez votre sésame sanitaire, alors vous pourrez vivre (agir de vos mouvements de Faire/Fer).
Ce qui rejoint la LOGIQUE DE KLAUS SCHWAB DE SON GREAT RESET OÙ TOUT LE MONDE DEVIENT « LOCATAIRE » DE SES BIENS…. (Comme l’enfant propriété de la république), on parle de « MONDE INCLUSIF » COMME L’ÉCRITURE DU MÊME NOM, DE CE MONDE HYPER GRÉGAIRE-MOUTONNIER et CONNECTÉ PAR LA TECHNIQUE : VOUS DEVENEZ LA PROPRIÉTÉ DE X, MAIS TOUJOURS DANS LA MÊME LOGIQUE DU CONTRAT, LA DUALITÉ SUJET-OBJET, QUI CONSTRUIT CETTE CIVILISATION DE DÉMOCRATIE NATURELLEMENT STÉRILE (limitée par ses propres limites puisque construite sur les conflits d’intérêts ou de « bien(s) ».
SÉSAME : graine fortifiante dans le traditionnel chinois. Aussi la formule magique que prononçait Ali Baba pour faire s’ouvrir la porte de la CAVERNE. Caverne-fécondité ou caverne-inconscient qu’un petit mot/maux ouvre, vers des richesses spirituelles ou vers le LABYRINTHE DE L’INCONSCIENT COLLECTIF. La loi de succion dans la série télé La servante écarlate : « Béni soit le fruit que le Seigneur ouvre ».

L’actuel et prochain passe sanitaire contient le paradoxe de la Réalisation : deux voleurs sont chargés d’une mission double : découvrir en ville la porte de la maison d’Ali Baba qui y a entreposé leur trésor ; identifier de manière probante la maison pour qu’on puise la reconnaître lors du projet de récupérer le trésor (volé). Les deux voleurs réussissent à trouver la ville, mais échouent à chaque fois pour la maison. Ils ont bien découvert l’Ici et Maintenant recherché, mais TEMPORELLEMENT n’ont trouvé aucun ailleurs, ou PROJECTION permettant de certifier l’Ici et Maintenant. Il y a bien des marques extérieurs sur lesquelles ils comptaient, telle une croix blanche sur une porte mais la servante d’Ali Baba annule l’Ici en reproduisant le même signe sur les portes avoisinantes : aucune marque distinctive. Ce qui rejoint le PARADOXE de la fausse spécialisation qui foisonne de nos jours et qui de ce fait engendre l’UNIFORMITÉ ET, PAR LÀ MÊME, ELLE NE CONNAÎT PAS DE LIMITES : ON PEUT DIVISER SANS FIN UN CORPS INDIFFÉRENCIÉ. Ainsi ce Grand Paradoxe fait croître simultanément l’atomisation et l’uniformité. Sur les portes et dans la nuit les croix tracés sur les portes des maisons censées repérer celle d’Ali Baba se sont évanouie ou UNIFORMISÉES EN CESSANT D’ÊTRE DES MARQUES DISTINCTIVES OU VRAIES SPÉCIALISATIONS COMME LES MÉTIERS VITAUX NE SONT PAS MULTIPLIABLES À L’INFINI ; et cela précisément parce que ces marques étaient des marques extérieures, SEULEMENT DES MARQUES EXTÉRIEURES, soit quelque chose incapable de signaler un Ici et Maintenant ou un INSTANT en tant que tel pour demeurer nécessairement étranger à Lui (on peut même rapprocher cela de l’actuelle laïcité…).

Cela illustre que l’Instant ne se possède pas : aucune « reconnaissance des lieux » n’est possible. L’Instant fait figure d’un ailleurs et en devient le contraire de l’Instant.

Bref : toutes pensées sortant du mental ne peuvent qu’être condamnées à la dualité du choix :
- La Super Tautologie : « Je suis ce JE SUIS » (le « Sois tranquille et sache que Je suis Dieu ».
- Se perdre dans le labyrinthe du fantasme et de la copie. Ce qui lui permettra de « réparer la Chute » (façon Bible), et par là même DE LA CONCEVOIR, ou en d’autres mots de tenter d’évoquer le Seul Réel par la manifestation de sa propre vanité.

Certain que le Verbe tue plus surement qu’une bombe atomique car il tue à petit feu : « Tel qui parle étourdiment blesse comme une épée. La langue des Sages guérit » (Proverbes).
« Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme, mais ce qui sort de sa bouche, voilà ce qui souille l’homme » (Matthieu 15, 11).
- Les maux du corps réclament du Secours.
- Les maux du mental réclament du Temps.
(Savinien de Cyrano de Bergerac)




Notes.
1. « On y parvient [pour se réaliser et purifier le mental] en contrôlant la respiration. Vous pouvez pratiquer cela par vous-même, sans autre aide, et le mental est maîtrisé. Autrement, il est maîtrisé spontanément en présence d’un Pouvoir supérieur. Telle est la grandeur de la fréquentation des sages (sat-sanga) ». (Ramana Maharshi, entretien 10 du 15-5-1935).

« À défaut d’investigation et de dévotion, on peut recourir à la méthode naturelle et apaisante du prânâyâma (le contrôle de la respiration), appelée yoga-mârga. Lorsque la vie est en danger, tout l’intérêt se concentre sur un seul point, celui de la sauver. De même, si le souffle est retenu, le mental ne peut plus se permettre de bondir vers ses jouets favoris, les objets extérieurs. Par conséquent, le mental se calme tant que le souffle est retenu. Toute l’attention étant tournée vers le souffle et son contrôle, les autres intérêts s’évanouissent. Les passions sont accompagnées de respiration irrégulière, alors que le calme et le bonheur s’accompagnent d’une respiration lente et régulière. Le paroxysme de la joie est en fait aussi pénible à supporter que celui de la douleur – et tous deux sont accompagnés de respirations irrégulières. La paix réelle est le bonheur. Les plaisirs ne font pas le bonheur. Le mental s’améliore par la pratique et devient de plus en plus fin, comme la lame du rasoir qui s’aiguise à force d’être affilée. Le mental devient ainsi mieux à même d’aborder les problèmes extérieurs et intérieurs ». (Entretien 27 du 4-2-1935).

2. NE PAS PENSER. LE RENONCEMENT, LE FLÉAU, L’ABANDON, LE : « Sois tranquille et sache que JE-SUIS Dieu ». Donc « JE-SUIS » est Dieu », cité par le Maharshi à l’entretien 503.
« Il y a deux méthodes [pour se protéger du mental]. La première consiste à rechercher ce qu’est le mental ; alors il disparaît. La seconde est de fixer l’attention sur quelque chose ; alors le mental reste tranquille » (Ramana Maharshi, entretien 43 du 28-3-1935).
Ce n’est pas d’un virus qu’il faut se protéger, MAIS DE SON MENTAL !
Même entretien : « Il n’y a qu’une seule conscience qui subsiste dans les trois états de veille, de rêve et de sommeil profond. Dans le sommeil profond, il n’y a pas de ‘je’. La pensée ‘je’ s’élève au moment de l’éveil, et alors le monde apparaît. Où était ce ‘je’ pendant le sommeil ? Existait-il ou n’existait-il pas ? Il devait bien exister, mais pas de la façon dont vous le ressentez maintenant. Le ‘je’ de l’état de veille n’est que la pensée ‘je’, alors que celui du sommeil profond est le vrai ‘Je’ qui ne cesse pas d’exister. C’est la Conscience. Si vous la connaissez, vous verrez qu’elle est au-delà de toute pensée ».
LES PENSÉES : LA SOUPE…… (la même soupe pour tous que veulent Nous faire avaler les UTILITARISTES DE LA SAISIE DE LEUR COM-PRENDRE, DE LEUR COMMUN-ICATION… (Les utilitaristes en gestion de leurs saisies espérant, ici-bas, « l’immortalité »).
 
 

Dernière mise à jour : 19-05-2021 03:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >