Accueil arrow News arrow Dernières news arrow PIQUOUZE = amplifier LE CORPS
PIQUOUZE = amplifier LE CORPS Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-07-2021 21:29

Pages vues : 217    

Favoris : 30

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Caverne, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Laïcité, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Transhumanisme, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
serie_poids_corpspesanteur.jpg
 
 
PIQUOUZE = amplifier LE CORPS
Piquouze à la thérapie génique ARNm covidesque
et depuis quelques semaines deltaesque.
Tout est fait pour amplifier le corps ou l’ego,
le machin ARNm en est la preuve DERNIÈRE.
Tous est fait pour la société fourmilière :
LE SOCIAL, LE DEHORS, LES AUTRES.
Jamais n’existe le DEDANS, le ‘Je’.
 
OÙ EST LE DEHORS ?
OÙ SONT LES AUTRES…
QUI DOIVENT ÊTRE « AIDÉS » OU PIQUÉS ?
La catastrophe OXYGÈNE a facilité ce monde.
Il ne peut y avoir d’objets sans sujets ou monde,
comme il ne peut y avoir de piqués sans corps.
L’Oxygène apparue à un moment ne peut que
dispraître à un autre…..

De par le corps pouvait exister la gravité
ou POIDS, GRAVITATION, CHUTE.

Ce monde insignifiant des phénomènes physiques
qui rapportent tant d’argent à certains ego !



Mais il n’y a pas d’« autres » qui doivent être aidés. Car un être réalisé voit le Soi, tout comme un orfèvre qui évalue la quantité d’or contenue dans divers bijoux. C’est seulement lorsque vous vous identifiez avec le corps qu’il y a des formes. Mais quand vous transcendez votre corps, les autres corps disparaissent en même temps que votre conscience du corps.
- Question : En est-il de même pour les arbres, les plantes, etc. ?
- Maharshi : Ont-ils quelque existence en dehors du Soi ? Trouvez cela. Vous pensez que vous les voyez.
Cette pensée est projetée hors de votre Soi. Cherchez d’où elle s’élève. Les pensées cesseront de s’élever et seul le Soi demeurera.
- Question : Théoriquement, je comprends. Mais les arbres et les plantes sont encore là.
- Maharshi : Oui. C’est comme une séance de cinéma. La lumière est projetée sur l’écran et les ombres qui y passent donnent l’impression aux spectateurs d’une représentation de film. Et ce serait pareil si dans ce même film on montrait aussi des spectateurs. Celui qui voit et ce qui est vu ne seront alors rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous-même. Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe.
- Question : Oui, je comprends, mais encore seulement en théorie. Et pourtant vos réponses sont si simples, belles et convaincantes.
- Maharshi : Même la pensée « Je ne réalise pas » est une entrave. En fait, seul le Soi existe.
(Ramana Maharshi, entretien 13a du 7-1-1935)

« Réalisez votre propre Soi. Les autres peuvent très bien prendre soin d’eux-mêmes » (Ramana Maharhi, entretien 20 du 30-1-1935).

De même : la visibilité et son contraire n’existent que pour celui qui voit ; idem au fait que le temps n’existe que parce qu’il y a une personne pour le voir et ainsi le fabriquer. Ainsi : QUI EST CELUI QUI VOIT ET FABRIQUE LE TEMPS ? Le reste est sans importance comme l’exprime le Maharshi à l’entretien 30 du 4-2-1935, car la pensée ‘je’ ou ego est à la racine de toutes les autres pensées, CAR COMME POUR INVENTER LE TEMPS, TOUTE IDÉE OU PENSÉE N’EXISTE QUE PAR RAPPORT À CELUI QUI LA PENSE ET NE PEUT PAS EXISTER INDÉPENDAMMENT DE L’EGO. PAR CONSÉQUENT, L’EGO MANIFESTE UNE ACTIVITÉ DE PENSÉE.
« La deuxième et la troisième personne n’apparaissent que pour la première personne. Elles n’existent qu’après qu’est apparue la première personne. Si bien que les trois personnes semblent apparaître et disparaître ensemble.
Remontons donc jusqu’à la cause fondamentale du ‘je’, ou personnalité. L’idée de ‘je’ se manifeste dans un ego incarné et doit donc être en rapport avec un corps ou organisme. Cette idée du ‘je’ est-elle située dans un endroit spécial du corps avec lequel elle entretiendrait des rapports particuliers, comme la parole et l’émotivité qui ont leur centre dans le cerveau ? Pareillement, le ‘je’ a-t-il son centre dans le cerveau, le sang ou les viscères ? On considère que la vie de la pensée se déroule dans le cerveau et la moelle épinière, lesquels sont à leur tour alimentés par le sang qui leur apporte nourriture et oxygène sous forme d’un savant mélange se transformant en tissus nerveux. C’est pourquoi l’on dit que la vie végétative – comprenant la circulation, la respiration, l’alimentation, etc. –, appelée aussi force vitale, est la partie centrale ou l’essence de l’organisme. Ainsi, le mental peut être considéré comme la manifestation de la force vitale et celle-ci comme étant située dans le Coeur ». (Entretien 26 du 4-2-1935).

- Question : Le monde n’existe-t-il pas pour les autres même lorsque je dors ?
- Maharshi : Un tel monde se moque aussi de vous de vouloir le connaître sans vous connaître vous-même.
Le monde est le produit de votre mental. Connaissez d’abord votre mental et ensuite voyez le monde. Vous réaliserez qu’il n’est pas différent du Soi. (Entretien 53 du 15-6-1935).

N’en déplaise au messianisme et à Jacques Lacan, à leur Verbum en HOTC (Histoire-Opinion-Temps qui Coule), le Réalisé ou Libéré vivant tel le Maharshi VOIENT seulement l’INSTANT, LE ICI ET MAINTENANT : CE QUI EST IMMANENT EN TOUT ; L’HOTC N’EXISTE PAS.

POURQUOI L’HOMME INVENTE LE TEMPS ?
Et par conséquence aussi le « Chute » façon Ancien Testament.


Mais PARCE QU’IL SE SENT LIMITÉ, alors il va inventer L’ÉVOLUTION-ÉVOLUTIONNISME et les projets et changements à n’en plus finir, donc la fabrication du temps… et les variants de virus à n’en plus finir…

« L’essentiel s’imprègne dans le mental et le reste est oublié. Il en est ainsi pour les shâstra [Écritures sacrées].
Le fait est que l’homme se considère comme limité, et de là naissent les difficultés. Cette idée est fausse. Il peut le constater par lui-même. Dans le sommeil, il n’y avait pas de monde, pas d’ego (pas de soi limité) et pas de difficultés. Puis, quelque chose s’éveille de cet état de bonheur et dit : ‘je’. C’est à cet ego que le monde apparaît. L’homme, qui n’est qu’un grain de poussière dans le monde, veut en obtenir davantage et récolte ainsi les ennuis.
Comme il se sentait heureux avant que ne s’éveille l’ego ! L’éveil de l’ego est la seule cause de tous les ennuis. Que l’homme remonte jusqu’à la source de son ego et il atteindra cet état indifférencié de bonheur, qui est le « sommeil sans sommeil » [l’égalitarisme que la religion de la république tente d’instituer à tous]. Le Soi reste toujours le même, ici et maintenant. Il n’y a rien d’autre à obtenir. C’est parce que les limitations ont été faussement acceptées, qu’il devient nécessaire de les dépasser (1). Cela rappelle l’histoire des dix insensés qui, après avoir traversé une rivière et atteint l’autre berge, se comptèrent et ne se trouvèrent plus que neuf. Ils devinrent inquiets et se mirent à pleurer sur la perte du dixième sans savoir qui c’était. Un passant, après avoir demandé la cause de leur chagrin, les compta et en trouva dix. Chacun des dix avait compté les autres et oublié de se compter soi-même. Le passant donna alors à chacun un soufflet en leur demandant de tous les compter. Ils comptèrent dix et furent satisfaits. La morale de cette histoire, c’est que le dixième homme n’avait pas réapparu. Il avait toujours été là ; c’est l’ignorance qui avait été la cause de l’affliction des autres.
Une autre histoire : une femme portait un collier autour du cou. Ne s’en souvenant plus, elle se mit à le chercher, questionnant son entourage. Une de ses amies, se rendant compte de ce qu’elle cherchait, lui désigna le collier autour de son cou. La femme le toucha de ses mains et fut aussitôt rassurée. Avait-elle récupéré le collier ? Là encore, l’ignorance causa la douleur et la connaissance, le bonheur.
Il en va de même en ce qui concerne l’homme et le Soi. Il n’y a rien de nouveau à gagner.
L’ignorance du Soi est responsable de la souffrance présente ; la connaissance du Soi apporte le bonheur.
De plus, si quelque chose de nouveau doit être obtenu, cela implique que c’était absent auparavant. Ce qui a été une fois absent peut disparaître encore. Ainsi, le salut ne serait pas permanent. Mais le salut est permanent parce que le Soi est ici et maintenant, et éternel.
Les efforts de l’homme sont donc dirigés vers la disparition de l’ignorance. La Sagesse semble survenir, alors qu’elle est naturelle et toujours présente ». (Ramana Maharshi, entretien 63 du 6-7-1935). Il fallait les Hébreux puis Juifs pour inventer le temps et la Chute et ainsi engendrer l’évolutionnisme, comme l’écrit d’ailleurs Jacques Attali page 18, laquelle résume tout le judaïsme dans : Les Juifs, le monde et l’argent.

Piquer le corps à la thérapie génique ARNm fait donc la partie de l’invention du temps, surtout à cause de cette peur de mourir et que ce cher corps disparaisse, alors qu’on le croyait « immortel », grâce, pour commencer, à cette quincaillerie transhumaniste à ARN messager…. IL FAUT DONC PRÉSERVER LES PRÉCIEUX CONSOMMATEURS POUR QU’ILS PUISSENT CONSOMMER LEUR FAIRE/FER À L’INFINI…

« Pourquoi pensez-vous que vous êtes actif ? Prenez l’exemple concret de votre arrivée ici.
Vous avez quitté votre maison dans une charrette, pris le train, êtes descendu à la gare, remonté dans une charrette et vous vous êtes retrouvé dans cet ashram. Quand on vous a demandé ce que vous avez fait, vous avez dit que vous avez voyagé depuis votre ville jusqu’ici, n’est-ce pas ? Le fait n’est-il pas plutôt que vous n’avez jamais bougé et que ce sont les divers moyens de locomotion qui vous ont transporté tout le long de votre route ? De même que vous confondez ces mouvements avec les vôtres, vous faites ainsi pour les autres activités. Mais ce ne sont pas les vôtres. Ce sont les activités de Dieu ». (Entretien 78 du 29-9-1935).

« Le mental n’est qu’une projection du Soi qui apparaît à l’état de veille. Lorsque vous dormez profondément vous ne dites pas de qui vous êtes le fils, etc. Mais dès que vous vous réveillez, vous vous prétendez tel ou tel, vous reconnaissez le monde et ainsi de suite. Or, le monde n’est que loka [comme le temps, il faut une personne pour l’observer et ainsi le fabriquer : Loka = lokyate iti lokah (Ce qui est perçu est le monde.)] Ce qui est donc vu est le loka ou le monde. Quel est l’oeil qui le voit ? C’est l’ego qui apparaît et disparaît périodiquement.
Mais vous existez toujours. Par conséquent CELA qui se trouve au-delà de l’ego est la Conscience – le Soi.
Dans le sommeil profond, le mental est immergé mais il n’est pas détruit. Ce qui est immergé tôt ou tard émergera. Cela peut se passer aussi en méditation. Mais le mental qui est détruit ne peut plus réapparaître. Le but du yogi doit être de détruire le mental et non pas de plonger en état de laya [perte de vigilance].
Dans la paix du dhyāna [contemplation], le laya se produit, mais cela n’est pas suffisant. Il faut aussi avoir recours à d’autres pratiques pour détruire le mental. Il y a des gens qui sont entrés en samādhi [absorption totale dans la contemplation] avec une pensée insignifiante et longtemps après, en se réveillant, ils ont retrouvé cette même pensée. Entre-temps, des générations entières ont disparu du monde. Un tel yogi n’a pas détruit son mental. Le détruire veut dire ne pas l’admettre comme existant en dehors du Soi. Même en ce moment, le mental n’existe pas (2).
Reconnaissez-le. Comment le pourriez-vous autrement que dans vos activités quotidiennes ? Elles se déroulent automatiquement. Sachez que le mental qui les commande n’est pas réel, il n’est qu’un fantôme procédant du Soi. Voilà comment le mental peut être détruit ». (Entretien 76 du 29-9-1935).


Par cette invention du temps, puis du messianisme et de la projection ou la carotte attachée à distance de la tête de l’âne pour le faire avancer.
Les Hébreux-Juifs évolutionnistes et réparateurs du monde (ils se proclament « peuple élu »), prétendent dans leur messianisme : « Le salut passe à travers moi seulement (en parlant d’eux-mêmes) » ; ce sont DES COMMERÇANTS, DES ÉCHANGISTES TELS CES « SAUVEURS DU MONDE » ET AUTRES FABRICANTS DE MÉDECINES. Parce qu’ils sont des POSSÉDANTS, DE LEUR EGO : LE SALUT OU LIBÉRATION NE PASSE QUE PAR EUX, CE SONT PAR EXEMPLE LES PRÊTRES OU POLITIQUES DE LA RELIGION CAPITALISTE ET RÉPUBLICAINE !!!
Alors que le Réalisé, le Libéré vivant, le Bienheureux, peut dire : « Quel que soit celui que l’on vénère, l’adorateur ne vénère que Moi et Je le sauverai ». C’est la Réalisation de l’Instant, de l’Ici et Maintenant, le Grand Rayonnement, l’immanence en TOUT…
Bref :
- Les sauveurs parlent (le silence est le pire ennemi de l’homme ou de la femme politique en religion républicaine).
- Les Réalisés SONT.

Ce monde et LES mondes ont besoin d’une personne ou d’une conscience pour exister : « Les autres mondes ont besoin du Soi comme spectateur ou penseur. Leur degré de réalité est le même que celui qui les voit ou les pense. Ils ne peuvent exister sans celui qui les voit ou qui les pense. Par conséquent, ils ne sont pas différents du Soi. Même l’ignorant ne voit que le Soi lorsqu’il voit les objets. Mais son esprit est confus et il identifie le Soi avec l’objet, c’est-à-dire avec le corps et les sens, en participant au jeu du monde.
Sujet et objet – tout se fond dans le Soi. Il n’y a ni observateur ni objet vu. Celui qui voit et ce qui est vu sont le Soi. Il n’y a pas non plus plusieurs soi. Tout n’est qu’un seul Soi ». (Entretien 145 du 23-1-1936 avec Paul Brunton).


La Vraie Piqure ou Chaise d’Isis (3) : « Quand vous vous concentrez sur un seul point, vous vous fondez en lui et cette fusion est appelée transe [PAN, Blanc ou Noir de l’Instant]. Les autres formes disparaissent et il ne reste plus que le Soi ». (Entretien 159 du 12-2-1936).


 
Notes.
1. « C’est parce que les limitations ont été faussement acceptées, qu’il devient nécessaire de les dépasser » : c’est PANique, l’effroi devant le Gratuit, devant l’Instant, devant l’absence de temps ou HOTC, ce qui va effectivement engendrer PANique devant le non-nécessaire et fabriquer tous les FAIRE/FER possible, et engendrer la résignation de sa propre liberté au profit de celle des AUTRES, DU DEHORS, SOIT AU PROFIT D’UN ORDRE IMPOSÉ.
Nul doute que le refus Gratuit est le principal aspect du refus de l’Instant ou Seul Réel, le refus du Soi.
Le refus du Soi ou de l’Instant, du Gratuit, est un des mécanismes de défense qui entre en marche dés que l’Instant est perçu comme PANique, comme Cru-EL (EL ou le Divin trop cru, pas cuit, et alors indigeste…, sans HOTC… sans Verbum ou « Commencement » façon Big Bang….).

2. Dans le Secret de la Fleur d’Or : « Un mental purifié est élixir, un mental vidé est remède. On dit du mental qu’il est purifié quand il ne s’attache plus à rien. On le dit vidé lorsqu’il ne garde plus rien en lui. Mais si l’on s’attarde sur le vide de cette vacuité, c’est que la vacuité n’est pas encore vide. Un mental vide et qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle la véritable Vacuité » (traduction de Thomas Cleary).

3. Comme dit le Maharshi ci-dessus : « En fait, il n’est personne qui ne puisse dire : « Je suis » : « Lorsque les fontanelles se ferment, l’enfant est coupé des Anges », dit un dicton picard, c’est-à-dire que par la Réalisation du ‘Je’ les fontanelles (”petites fontaines”) s’ouvrent et le « crâne » (C.R.N. comme le Christ qui fur crucifié sur le Golgotha, le « Mont du Crâne », et ce Christ était COURONNE : C.R.N., voir aussi la Licorne ou Licrane...) se découvre comme la POINTE ULTIME, LA CHAISE D’ISIS ; le Christ ou ‘Je’ est ce Centre qui n’existe pas mais sans lequel le ‘Je’ ne peut pas exister, comme la Circonférence ou la sphère ne serait pas sans ce Centre qui est nulle part. Ce Centre, ce sommet, n’ex-iste pas : il est seulement le EST, car sans Lui il n’y a pas d’existant, pas de ‘Je’ ni de ‘je’. TOUT EST DANS TOUT, FRACTAL.
 
 

Dernière mise à jour : 03-07-2021 22:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >