Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Toute Conscience naît en même temps qu’elle s’éteint
Toute Conscience naît en même temps qu’elle s’éteint Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-07-2021 23:23

Pages vues : 206    

Favoris : 33

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Caverne, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Laïcité, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Transhumanisme, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
oro_contre_menora_vrai_faux.jpg
 
 
Toute Conscience naît en même temps qu’elle s’éteint
Quand elle n’est pas éteinte, les spa(é)cialistes
naissent, dont l’État, dont les réparateurs ou
peuple élu et autres médecines, commerçants
et « services » (payants).
Les « spécialistes », commerçants et institutions
naissent dans la conscience en dualité DEDANS-DEHORS,
quand il y a quelque chose à saisir, que saisira
la conscience ou mental non éteint, non pur.
 
Avec les spécialistes, les institutions surtout,
rien ne change, ils fabriquent constamment leur
« Plus ça change et plus c’est la même chose »,
parce que par leur dualité Dedans-Dehors ils
engendrent le temps, et les lieux communs ou
CONVENTIONNEL, ILS ENGENDRENT EN PREMIER
LEURS POSSESSIONS.
Langue anglaise et informatique sont par
essence le CONVENTIONNEL de ce monde mercantile.
LES SPÉCIALISTES FABRIQUENT LE LIEU COMMUN,
LES CONVENTIONS OU CONTRATS : LES LOIS.
Et tout ce qui impose à l’ensemble, tout ce
qui se prétend « vérité » par amalgame d’opinions
entre des personnes ayant « passé contrat » social
et qui s’incarnent dans des « partis » qui
n'existent en tant que tels que parce qu'ils
prétendent être détenteurs de la Vérité, du centre
de toutes choses, ce qui fait que tous sont des
dictatures, des totalitarismes, en acte ou en puissance.

La Vérité, pour l'Homme et pour chaque homme,
c'est l'idée qu'il se fait de sa nature d'homme.
Et il se trouve que, de même que l'équerre à centrer
situe le centre d'une façon subjective, par
approximation imaginative, aucune idée de l'Homme
acquise par le discours logique, et qu'on appelle
« opinion », n'a de valeur de réalité, quoi qu'elle
en prétende en parlant d’« objectivité » (1).
Par essence il en est de même du « contrat social »
ou d’une loi.


Dans l’invention de l’État, la politique est la science de la gestion des sociétés selon l'idée qu'on se fait de l'Homme (au sens générique). En conséquence, elle implique, de la part de ceux qui exercent le pouvoir politique, la connaissance des essences de l'Homme, de son ontologie. Connaissance qui ne peut s'acquérir à partir des accidents ou spatio-temporel (l’empirisme à la John Locke qui ne connaît que le corps, l’ego), pas plus que l'équerre à centrer ne peut définir un centre absolu, géométriquement vrai, lequel ne peut absolument pas être une opinion.

Le système politique du régime républicain est typiquement une construction mental par contrat d’un ensemble de mental : un grégarisme, des grumeaux, une opinion publique dominante ou un psychisme de groupe, de « vivre ensemble » par contrat, qui agglutine les consciences en un paquet visqueux, comme les paquets d’œufs de crapauds qui se trouvent aux bords des étangs, il est alors dangereux d’être un têtard qui veut vivre seul en tête à tête avec ses lois de vie de têtard (avec son EST ou son Soi, son Sans Pourquoi), car sans la protection de gélatine ou du grégaire, du social, il y toujours un goujon ou une truite pour le bouffer (d'où le social doit fabriquer des lois).
Tout peuple sous gélatine étatique en contrat social est, paradoxalement, mais temporairement, en état de légitime défense s’il ne veut pas être étouffé par cette gélatine ; la dernière preuve en date étant la fabrication en laboratoire de la friction covid-19 nous prouve le danger de ce paquet de gélatine plus dangereux que le covid lui-même (d’où l’invention du mot « confinement » ou « quarantaine »).

Ce qui m’interroge à l’Instant présent constitue ton trésor [un dehors ou un vaccin est une PROJECTION, comme un MESSIANISME, comme un PANSEMENT-PRÉCAUTION engendrant du même coup LA CHUTE, comme la valeur engendre le voleur et les verrous]. Toutes choses sont parfaites en soi, rien ne manque [sinon on tombe dans les réparateurs juifs ou peuple élu peuple-prêtres et leur évolutionnisme]. Utilise-les-spontanément, à quoi bon rechercher vers l’extérieur [comme il n’y a ni dedans ni dehors, il n’y a pas non plus de loi dans cette dualité dedans-dehors : aucune loi ne peut se fabriquer là-dedans ; il faut une CHUTE pour réparer ou faire une loi réparatrice]. (En référence à Mazu Daoyi, 709-788, un des plus grands maîtres chan (Zen) de la dynastie des Tang (618-907).

La PEUR est nécessairement liée à la loi (qui punis et peur d’être punis). DONC LA PEUR PROVIENT DE LA CROYANCE À L’EGO, AU CORPS, À LA SOUFFRANCE ET À SA DUALITÉ NAISSANCE-MORT OU VIE-MORT. De même la peur provient du concept de HIÉRARCHIE : maître-disciple, chef-soumis. Seule l’absence de peur est un des signes visibles du Libéré vivant. En raison de son absence de peur, le Libéré vivant ou Bienheureux est comparé à un lion :
« Un moine expert en explications des Soûtra vint un jour demander à Mazu : « Je n’ai pas encore compris quelle doctrine transmet l’école chan ». Mazu lui demanda :
- Et vous, Maître, quelle doctrine transmettez-vous ?
- Le moine : J’ai déjà expliqué plus de vingt soûtra et shastra [écritures sacrées].
- Mazu : N’êtes-vous pas un lion ?
- Le moine : Je n’oserais le prétendre.
Mazu souffla deux fois Xu Xu.
- Le moine dit : C’est là une méthode d’enseignement.
- Mazu : Quelle méthode est-ce ?
- Le moine ; Le lion sort de sa tanière.
Mazu resta silencieux.
- Le moine : Ça aussi, c’est une méthode.
- Mazu : Quelle méthode est-ce ?
- Le moine : Le lion entre dans sa tanière.
- Mazu lui demanda : Quand il sort ni n’entre, quelle méthode est-ce ?
- Le moine resta sans réponse.
- Mazu dit : Quel maître stupide !
(Les entretiens de Mazu, intro., traduction et notes par Catherine Despeux)

Se libérer des lieux communs et autres « contrats sociaux » c’est se purifier le mental et entrer sur le Sentier du Soi : la vue juste, la pensée juste, la parole juste, la finalité du faire/fer juste (alors il n’y a pas de fer : ça ne rouille pas), les moyens d’existence justes, l’effort juste, l’attention juste, le recueillement juste. Sentier alors nommé : « Noble Sentier octuple » (Soûtra du Diamant).
Au nom de quel contrat social et de quelle gélatine d’opinons en « liberté » - parce que le mot opinion renvoie une singerie de liberté - a-t-on sacrifié des centaines de millions d’êtres humains dans des guerres depuis les millénaires que l’État existe ? Et le plus tragique, les « droits de l’Homme » enfin assurés, certifiés, et pour « durer éternellement » et mettre fin « définitivement » aux guerres, les masses enfin libérées de jougs millénaires, retombaient dans la mystification de la liberté (et du ”pouvoir du peuple”); mystification parce que l’humain CROIT À L’EGO ET DONC À LA LOI DE SUCCION.

Tous les sauveurs de l’humanité parlent de changement : style évolution : ce sera mieux après qu’avant (que de se battre avec des arcs et des flèches par exemple) ; ces sauveurs sont tous des « plus rien ne sera comme avant », on en a l’exemple éternuant du covid-19 ! CE QUI EST LA RÉALITÉ, MAIS EN SENS INVERSE : TOUT, EN GÉNÉRAL, EST DEVENU ET DEVIENT DE PIRE EN PIRE ET EN ÉVOLUTION CONSTANTE.

Dans l’état actuel des consciences agglutinées en œufs de crapauds par le tout connecté informatique et en même temps par la distanciation, non seulement en fiction sanitaire covidesque, mais par ego en culte du narcissisme ou du consommateur et du ‘moi’, le contrat social est impossible, L’ACTUEL CONTRAT SOCIAL EST UNE MONSTRUOSITÉ, UNE ABOMINATION QUI PERDRA L’HUMANITÉ, car, comme le pointe une shastra occidentale : aimer son prochain comme soi-même : TOUT ÊTRE HUMAIN DOIT AINSI FAIRE « SOCIÉTÉ » AVEC LUI-MÊME AU PLUS PROFOND DE SON ÊTRE, AVANT DE SE LANCER À FAIRE SOCIÉTÉ OU AVANT DE « SIGNER UN CONTRAT SOCIAL » AVEC LES AUTRES. DES RELATIONS AUTHENTIQUES NE PEUVENT AVOIR LIEU QU’ENTRE PERSONNES AUTHENTIQUES. L’actuel vivre ensemble en tout connecté technologique et donc totalement artificiel est une aliénation qui perdra l’être humain en empirant les choses en évolution permanente dans le mauvais sens.
Tout être humain, quel qu’il soit, ne peut donner à son semblable à son semblable que ce qu’il est lui-même ; et le paquet de gélatine sociale nommé « république » est un étouffoir de première classe : tout l’édifice république et ses « valeurs » repose sur la CROYANCE ou FOI : en l’enseignement, en l’appartenance à un groupe et à l’ambiance sociale qui a confectionné le citoyenisé consommateur. Que le citoyenisé en vienne à douter de l’école, du social, et de la légitimité de son contrat social où il a vécu son « catholicisme » républicain, et sa foi en Christ-République s’écroule : c’est donc une foi en l’air, qui ne tient pas, car cette foi républicaine est nécessairement tributaire du temporaire et du sensible par les cinq sens du corps, ou du mental, une foi à la John Locke ou une foi d’État de Droit… elle ne peut pas revivre. Il faudra re-trouver la vraie Foi qui ne peut qu’être une expérience dans la non-dualité, sans le temps qui coule, et qui bien-sûr ne doit rien à une éducation ni à un bagage universitaire et scientifique, ni à un empirisme ou à un « isme » tout court : ce sont les accidents ou le spatio-temporel qui engendre les essences, dans lesquelles se trouvé évidemment la fameuse « liberté ». IL Y A INVERSION (comme l’envers d’un cuivre repoussé).

Il n’y a aucune liberté dans le contrat social des humains liés par l’ego, car seul un TOTAL peut vivre et connaître un TOTAL. Or le ‘moi’ du citoyenisé et consommateur NE PEUT PAS ÊTRE UN TOTAL, EN CONSÉQUENCE LE CITOYEN-CONSOMMATEUR NE PEUT PAS ÊTRE LE ROI COMME LE PRÉTEND LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DE 1789, puisque le citoyenisé se définit par son social par rapport à un autre citoyenisé, d’où d’ailleurs l’obligation d’engendrer des lois style « droits de l’Homme », de ce fait il est limité par ce qui le différencie de cet autre, de ce DEHORS. C’est ce que la théologie exprime en disant qu’il ne peut y avoir qu’un seul Dieu, car, s’il y en avait deux, chacun serait limité par ce qui le différencie de l’autre, et ne serait donc pas infini. En l’état actuel des consciences il en est ainsi du ‘moi’ ou ego de chaque individu consommateur qui ne peut être un TOUT, un INFINI.
Seul le ‘Je’ du Soi-Conscience n’est pas une partiellité à côté d’autres. Il n’est pas non plus perception d’un social ou collectivité, une multitude. Le ‘Je’ ou Soi est au-delà du spatio-temporel et de la quantité façon évolutionnisme. En ce ‘Je’, dans la non-différenciation entre sujet et objet disparait l’opposition du Moi-Individuel et du Moi-Collectif qui est la toile de fond du politisme de l’État et toile de fond de tous conflits sociaux ou politiques.

Mazu Daoyi dit que toutes les choses sont dans leur état de EST ou état d’Être de ce fait RIEN NE MANQUE ; alors, pourquoi un ego fabriquerait-il une loi ? Et s’il n’y a pas de loi extérieur il n’y en a pas non plus au dedans. De là découle aussi l’ENSEIGNEMENT VÉRITABLE, sans loi : les activités du Seul Réel permettent d’aider tous les noms-les-formes et de les amener dans l’Absolu, QUI N’A NI MÉTHODE NI LIEU ; l’enseignement étant dispensé à tous les êtres sans que jamais la moindre des pensées de l’enseignant ne dévie de l’Instant (neti neti : ni ceci ni cela, méthode d’investigation exhaustive de l’illusion, et donc pratique du REJET. « Mais vous ne pouvez le faire qu’en vous attachant fermement à ce qui ne peut être rejeté. Et cela est iti seul » [iti veut dire « ainsi »]. Ramana Maharshi, entretien 366 du 20-2-1937). Dans l’Instant signifie aussi : patience née de la foi dans le néant de la naissance, autrement dit : la connaissance Maât ou directe de la vacuité : ce qui EST, comportant la dualité en forme de double vacuité : irréalité du ‘moi’ individuel, et insubstantialité de tous les noms-les-formes du réel ; et par là-même voir l’ignorance réunissant les interminables processus psychiques qui se trouvent à l’origine de la multiplicité ou diversité des faire/fer ; les choses se suivent comme dans l’effet sucre ou domino en créant des causes et en formant des habitudes : causes qui engendrent de la souffrance.

Le contraire de la souffrance s’appelle : PAIX, et aussi MERVEILLEUX : inutilité du mental. C’est aussi cela le Merveilleux. Le Merveilleux ce n’est pas l’intelligence même exceptionnelle ou le machin « augmenté » à la mode transhumaniste !!! Le fin des souffrances cède la place au ZÉRO INDIEN (comportant aussi la grande compassion).

Le contrat social est impossible, il sera toujours BANCAL, COMPROMIS OU CONVENTION, pour la raison que par leur naissance les êtres sont des phénomènes CONDITIONNÉS QUI VIENNENT À L’EXISTENCE ICI-BAS, CHACUN SELON SON KARMA (fruit de l’action ou effet de la cause). Tout commence, pour les noms-les-formes, lorsque une conscience s’introduit dans l’embryon.
« Le nom et la forme suivent le développement des quatre grands éléments, et lorsqu’ils se modulent en six pour séjourner dans les facultés, ils provoquent le sentiment de réalité. Le contact précède la différenciation en agréable et désagréable ; suit la sensation, qui est triple et peut être agréable, désagréable ou bien neutre. Se répétant, les sensations créent l’attachement, et les sensations n’ont pas de fin [comme l’opinion]. La soif, le mot ‘moi’, les opinions et la discipline [les lois, règles] sont prétextes à appropriation : voilà le bien et le mal dont est fait l’être-en-devenir [en évolutionnisme]. Le premier instant de conscience porte alors le nom de NAISSANCE, et le dernier instant de conscience le nom de MORT », dit lumineusement le Soûtra du filet de Brahmâ, qui par là-même donne une définition de la LOI DE SUCCION.

Quiconque voit la production interdépendante (2) marche sur le Sentier ; quiconque marche sur le Sentier voit le Soi rayonner.


Notes.
1. À cause du mental discriminant, l’objectivité ne peut pas exister, comme elle se CROIT libéré de l’ego et ainsi se veut « impersonnalité » ; UN COMBLE !
UN COMBLE parce que dans la dualité d’un sujet examinant un objet, or comme l’objectivité dans le conventionnel est désigné comme « qualité de ce qui est exempt de partialité ou de préjugés, (donc neutre par rapport à l’opinion) », paradoxe ! La recherche de l’objectivité et une impossibilité parce qu’il est impossible d’identifier ce qui est précisément OBJECTIF, RÉEL, lesquels ne supportent par la dualité sujet et objet ou qui ne supportent pas la copie, le double ; l’objectivité demeure réfractaire à toute entreprise d’objectivité comme à toute entreprise d’identification !!!
Seul en somme est visible le faux, l’objectivité ; le Vrai ou l’objectivité supposée cesse d’être vrai ou objectif dès qu’il est vu ou objectivé !

La reconnaissance de l’original ou de l’état d’objectivité passe nécessairement PAR SA DISPARITION MÊME : LE VRAI NE SE RECONNAÎT QU’UNE FOIS DÉFUNT, COMME DÉTRUIRE LE FEU DE NOSTRE VIE PAR UN SURFEU SURHUMAIN, SANS THERMODYNAMIQUE TOUJOURS POUSSIVE ET DANGEREUSE, SURFEU QUI ENGENDRE LE NÉANT DE L’ÊTRE OU NON-NAISSANCE : L’OUROBOROS SE DÉVORE LUI-MÊME QUAND LA PUISSANCE SE RETOURNE CONTRE LUI, ALORS IL SE TOTALITARISE OU S’INSTANTE PAR SA PERTE, PREUVE INTENSE EN ZÉRO INDIEN MONTRANT LA PREUVE ABSOLUE DE SON EXISTENCE PAR SA DESTRUCTION.
L’OUROBOROS QUI SYMBOLISE CE PARADOXE DE LA RACINE MÊME DE L’ÊTRE EST LA FONTAINE DE JOUVENCE OU ZÉRO INDIEN, LE SANS LIMITE, LE TOUT EST POSSIBLE. Ce tout est possible passe bien-sûr par le Soi.


2. Production interdépendante : enchaînement sans fin des causes et effets, ou ”ceci étant, cela se produit” ; de la production de ceci naît cela. En d’autres termes, l’ignorance conditionne les formations karmiques ; les formations karmiques conditionnent la conscience conceptualisante, qui calcul ; conscience qui calcul fabrique le nom-la-forme ; le nom-la-forme conditionne les sources des cinq sens ; les sources des sens conditionnent le contact et les échanges ; le contact du social conditionne les sensations ; la sensation conditionne la loi de succion ou soif ; la loi de succion conditionne la possession ; la possession conditionne le devenir ou évolution, le messianisme ; l’évolution conditionne la naissance ; la naissance conditionne le vieillissement et la mort, les afflictions, les lamentations, la souffrance, la tristesse et les tourments. C’est ainsi qu’une énorme masse de souffrance se produit.
Il en résulte que quand cesse l’ignorance ou que lorsque le rideau s’ouvre, les formations karmiques cessent ; quand les formations karmiques cessent, cesse la conscience conceptualisante ; quand cesse cette conscience cessent les noms-les-formes, et ainsi de suit jusqu’à ce que cesse la naissance, la vieillesse et la mort. « C’est cela que le Vainqueur [sens de Réalisé et non pas du winner actuel] appelle « production interdépendante ». (Pour référence au Soûtra du Diamant [Soûtra de la Pousse de riz]).
 
 

Dernière mise à jour : 11-07-2021 23:54

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >