Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Lila (3) où le cerveau n’est pas la Conscience
Lila (3) où le cerveau n’est pas la Conscience Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-08-2021 00:32

Pages vues : 291    

Favoris : 47

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Croyance, Feu, Guerre, Nostalgie, Peur, Pointe, Raison, Résistance, Silence, Vie

 
chevaltroie_arnm_cl.jpg
 
 
Lila (3) où le cerveau n’est pas la Conscience.
 
 
 
 
 
Contrairement à la raison devenu l’idolâtrie et le computer de 1789 et de l’État de droit, la Réalisation de la Conscience infinie, qui se réalise aussi dans les accidents de la vie telles les EMI (Expériences dites de ”Mort Imminente”), n’est observable et validée par un quelconque engin de mesure fabriqué par l’ego humain. En d’autres mots, cela signifie que la Réalisation et les EMI sont parfaitement indépendantes du corps et de ses états physiologiques ou matérialistes de la fonction du cerveau ou mental. LA RAISON EST UNE ILLUSION DE PLUS ET UN MACHIN DU DOGME RÉPUBLICAIN ET CAPITALISTE POUR FAIRE MARCHER LES MASSES, LE SOCIALISME ET LES TIROIRS-CAISSES.
« Mais celui qui sait que son corps est subtile, comment ses mouvements peuvent-ils être entravés [par exemple par un virus] ? En vérité, le corps de chacun en tout lieu est pure conscience ; mais, du fait d’une idée qui point dans le cœur [une opinion donc], tout ce va-et-vient donne l’impression d’avoir lieu [par la mémoire ET AINSI JAMAIS DANS L’INSTANT]. Car c’est la même Conscience infinie qui est la conscience individuelle [l’ego, la raison ou mental] et l’espace cosmique [matériel ou spatio-temporel]. Le corps subtil [surtout lors d’une EMI ou d’une clairvoyance] peut donc pénétrer à l’intérieur de toute chose où qu’elle se trouve, et il va là où le conduit le souhait de son cœur.

Ô Rama, la conscience de chacun est de cette nature, et elle possède ce pouvoir. La conscience de chacun abrite une idée différente du monde. La mort et d’autres expériences semblables ressemblent à la dissolution cosmique - la nuit de la conscience cosmique. Quand icelle s’achève, tout homme s’éveille à sa propre création mentale, qui est la matérialisation de ses idées [comme la naissance d’un insecte, d’une plante ou d’une humain] de ses conceptions et de ses illusions [c’est pourquoi il est mortifère de suivre les idées et concepts des autres comme celui du républicanisme capitaliste et transhumaniste à l’œuvre dans l’épisode Covid-19 précédé du terrorisme modèle 11-09-2001]. De même que l’ère cosmique crée l’univers après la dissolution cosmique, l’individu crée son propre monde après sa mort [voir le film Nosso Lar qui retranscrit bien ces propos] ». (L’histoire de Lila, Yoga Vasistha).

« Cependant, des divinités comme Brahmâ, Vishnu, Shiva et les grands sages en état de sainteté [les “vaccinés” ou ”communiants” pourrait-on dire en 2021 tant l’hystérie autour des spikures aux ARN messagers est folie et grave maladie] parviennent à la libération ultime pendant la dissolution cosmique et, pour eux, la création du cycle suivant ne dépend en rien de leur souvenirs [ou phénomènes liés au spatio-temporel]. Dans le cas des autres êtres, la nouvelle création qui succède à la mort qui clôt un cycle dépend de leurs souvenirs [et donc de la croyance en leur naissance suivie de leur mort]. Elle est conditionné par les impressions que les diverses expériences faites au cours de cette existence-là ont laissées dans le mental [et donc dans l’inconscient collectif ou le conventionnel que voudrait fabriquer le transhumanisme et qui rêve de le stocker dans une puce informatique] ». (L’histoire de Lila, Yoga Vasistha).

VASISTHA poursuivit :
« Immédiatement après la mort (l’état où l’on peut dire que nous ne sommes ni ici ni là), quand la conscience, pour ainsi dire, entrouvre les yeux bien qu’elle ne paraisse pas le faire - cet état porte le nom de pradhâna ou état de conscience inerte [sorte de Variation du Thème principal]. Il est aussi appelé nature subtile, nature non-manifeste, et considéré tout à la fois comme doué de sensation et dénué de sensation. C’est lui qui est responsable de la prochaine naissance.
Une fois cette nature subtile éveillée et quand, dans sa conscience, le sentiment de l’ego se manifeste, il donne naissance aux cinq éléments (terre, eau, feu, air et éther), au continuum espace-temps et à toutes les substances indispensables à la naissance et à l’existence dans le plan physique. Icelles se condensent alors en leurs doubles matériels [d’où la réalité des EMI]. Au cours des états de rêve et de veille, iceux génèrent le sentiment d’un corps physique. Mais, en fait, tout cela constitue le corps subtile du jiva [âme individuel]. Quand l’idée « Je suis le corps » est vraiment implantée, ce corps subtil éthérique développe les caractéristiques physiques d’un corps tangibles - comme les yeux, etc. - bien que tout cela ne se produise que comme des vibrations ou des mouvements de l’air. Même si tous ces éléments ont l’air réels, ils sont tout aussi (ir)réels que l’expérience du plaisir sexuel qu’on peut connaître en rêve.

Quel que soit l’endroit où il meurt, le jiva assiste sur place à tout ce processus. Au sein de cet espace, dans ce champ de conscience lui-même, il imagine : « Voici le monde, je suis cela [et l’univers est au-dessus de moi] et, se croyant né, il fait l’expérience du monde qui n’est rien qu’espace. Le jiva, quant à lui, est aussi espace ! Il se dit : « Cet homme est mon père [ou chez l’homme augmenté : « Cette éprouvette est mon père »], cette femme est ma mère [l’éprouvette et ses substances nourricières…], voici mes biens, ”j’ai accompli cet acte merveilleux, hélas j’ai péché”. Il s’imagine : ”Je suis devenu petit enfant et, à présent, le voilà jeune homme” et il voit tout ça dans son cœur” (YV III, 40).

Bref, une forêt de création qui pousse dans le cœur de tout jiva. « Quelque soit l’endroit où une personne meurt, elle voit cette forêt sur-le-champs. C’est ainsi qu’une multitude de mondes nés dans la conscience des jivas individuels a fini par disparaître. De la même manière ont disparu des Brahmâ, des Rudra, des Vishnu, des soleils dans nombre. Ainsi, la perception illusoire de la création [Big Bang ou Genèse dans l’Ancien Testament des Hébreux-Juifs] a eu lieu un nombre incalculable de fois, a lieu maintenant même [Ici et Maintenant puisque Tout est dans Tout : l’Univers est DANS le mental] et aura lieu également dans l’avenir. Car tout cela ne diffère en rien du mouvement de la pensée, lequel n’est pas non plus indépendant de la Conscience infinie. En réalité, qu’est-ce que l’activité mentale sinon la conscience, et cette conscience [infinie] est la vérité suprême ». (L’histoire de Lila, Yoga Vasistha).

LE CONDITIONNEMENT OU PROGRAMMATION DE L’HUMAIN : IL TROUVE QUE TELLE OU TELLE CHOSE « PREND DU TEMPS », PUISQU’IL VEUT TOUT POSSÉDER AVEC SA LOI DE SUCCION… LOI DE SUCCION QUI VA FABRIQUER LE « TEMPS DE TRAVAIL » (MAINTENANT le temps de l'arnaque...), SI « TENDANCE » ET PRODUCTIVISME, DEPUIS LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE EN EUROPE OCCIDENTALE AU 19È SIÈCLE SOUS LA POUSSÉE DES BANQUES NAISSANTES (les couilles en Or Rothschild-Rockefeller et autres Lazard, toutes arrivant à la fin du siècle des « lumières » judéo-maçonniques en réseaux de leur tout connecté d’époque déjà très performant : la preuve actuelle le prouve par la démence utilitariste et aliénation du recyclage par PEUR de se détruire soi-même (son environnement)……).

Ça « prend » du temps, dans le spatio-temporel À L’ÉTAT DE VEILLE mais dans le rêve le temps devient « philosophique » ou totalement concept du mental. « En réalité [dit la Déesse Sarasvati et compagne de voyage de Lila], tu ne naît pas plus que tu ne meurs. ”Tu vois tout cela alors que, pour ainsi dire, tu ne vois pas ; car, tout cela n’étant rien d’autre que la Conscience infinie, qui voit quoi ?” » (YV III,41).

Mais, où sont les autres ? le « social », demandent des personnes ? Il leur fut répondu : « Aux yeux d’une personne éveillée [réalisée] il n’est qu’une Conscience infinie et les pensées « Je suis [ceci ou cela] » ou « Ils ou elles sont [ceci ou cela] » sont absentes ».

« L’univers n’est qu’un long rêve. Le sentiment du ‘moi’ et de l’idée chimérique que les autres existent ont autant de réalité qu’un mirage » (YV III,42).
La seule Réalité est la Conscience infinie qui est omniprésente, pure, tranquille, toute-puissante, et dont le corps et l’être même est Conscience absolue (et donc pas un objet qui se pourrait connaître, donc possédé). Où que se manifeste cette Conscience, sous quelque forme que ce soit, Elle est Cela. Donc, quand celui qui voit s’imagine voir un être humain, c’est un être humain qui apparaît sous ses yeux. Parce que le substrat (Conscience infinie) est réel, tout ce qui y trouve son fondement acquiert réalité, bien que la réalité n’appartiennent qu’au substrat. Cet univers et tous les êtres qu’il contient ne sont qu’un long rêve : à mes yeux tu es réel, et à tes yeux je suis réelle et - et, de la même façon, pour toi comme pour moi, les autres sont réels. Et cette réalité relative fait penser à la réalité des objets d’une monde imaginaire ».

Râma demanda si une grande ville apparue en rêve continue-t-elle d’exister à l’état de veille.
Vasistha [le saint, pas celui du Yoga Vasistha] répondit : « Tout à fait, ô Râma. Puisque le rêve d’une ville ou de tout autre chose a pour support le substrat réel de la Conscience infinie, ces objets rêvés paraissent réels. Mais, alors, il n’y a pas de véritable différence entre l’état de veille de la conscience et l’état de rêve. Ce qui est réel dans l’un est irréel dans l’autre - ces deux états sont donc essentiellement de même nature. Par conséquent, les objets de la conscience de veille sont tout aussi irréels que ceux de la conscience de rêve, contrairement à la Conscience infinie sur laquelle ils sont TOUS SUPERPOSÉS [FRACTAL, AVEC L’ÉVIDENCE DE POUVOIR PASSER EN TOUT CONFORT D’UNE SUPERPOSITION À UNE AUTRE…..] ».

« Ce qui est considéré comme le monde réel et l’objectivité à l’état de veille n’est pas plus réel que le monde connue pendant le sommeil (le rêve). Pendant le sommeil [profond], le monde n’existe pas ; et à l’état de veille, le rêve n’existe pas ! ”Malgré tout, la mort contredit la vie. Pendant que nous vivons, la mort est inexistante. Parce que ce qui donne corps à chacune de ces deux expériences est bsent de l’autre” (YV III, 44).
On ne saurait affirmer que l’une ou l’autre est réelle ou irréelle, mais on peut simplement dire que seul leur substrat est réel. L’univers n’existe en Brahman qu’en tant que mot, idée [opinion]. Il n’est ni réel ni irréel, comme le serpent-dans-la-corde n’est pas plus réel qu’irréel. Il en est de même de l’existence du Jiva. Ce Jiva fait l’expérience de ses propres désirs. Il s’imagine vivre des choses vécues avant ; et certaines de ces expériences sont nouvelles. Il arrive qu’elles soient semblables, et parfois elles sont dissemblables. Bien qu’essentiellement irréelles, toutes ces expériences donnent l’impression d’être réelles. Ainsi en est-il de la nature de ces ministres et autres personnages [ceux qui Pour-Voir et qui questionnent]. De la même façon, cette Lila existe en tant que produit du reflet dans la conscience. Il en va de même pour toi, pour moi et tous les autres. Sache-le et demeure en Paix ». (L’histoire de Lila, Yoga Vasistha).

Les même têtes d’œufs cancérisés de Pou-Voir qui ont saisit l’occasion de fabriquer leur ingénierie socialo-politique à la faveur d’un épisode grippal particulier conséquence d’une expérience de laboratoire qui à mal tournée (intentionnellement ou par accident), sont ceux qui vendent leur « liberté » depuis 1789, et qui déclarent « ennemis de la liberté » ceux qui refusent de s’empoisonner aux OGM pour bestiaux humains, et qui refusent la dictature du traçage omniprésent sous la même ingénierie sociale à coloration « sanitaire », conformément à l’homme augmenté ou piqué aux ARNm transhumanistes utilitaristes anglo-américains.
CE SONT LES MÊMES QUE CEUX DE L’ANCIEN TESTAMENT QUI FABRIQUÈRENT LA CHUTE, ce qui permis la fabrication de la liberté, et de tous les ATELIERS PRODUCTIVISTES DE RÉPARATIONS, DONT LES « GARAGISTES du ”peuple élu” » À CE HUI DE LA CHIMIE DE L’INDUSTRIE MÉDICALE, CELLE QUI FABRIQUE LES MALADIES POUR QUE CE SOIT RENTABLE, CAR, SANS MALADIE, CES INDUSTRIES NE SERVENT À RIEN (et leur argent disparaît en même temps qu’eux !) ; principe de la fabrication du consommateur qui doit être perpétuellement insatisfait, angoissé et blasé selon le messianisme de la CAROTTE OU DE LA CAVERNE DE PLATON : RESSENTIR UNE LOI DE SUCCION IMPLACABLE, VERS LES OBJETS ET MÉDICAMENTS ET ARNm. VERS LES EXPÉRIENCES « NOUVELLES » DE « DÉVELOPPEMENT PERSONNEL » ; PRINCIPE DE L’ÉVOLUTIONNISME JUIF AVEC POUR SEUL REMÈDE LA CONSOMMATION UNIVERSELLE METTANT FIN AUX MAUX HABITUELS OU À L’INSATISFACTION SEXUELLE, MAIS EN MÊME TEMPS SELON CET ÉVOLUTIONNISME ELLE FABRIQUE DE NOUVELLES FORMES DE MÉCONTENTEMENT, CONFORMÉMENT À LA PRISON TEMPORELLE DU « PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE ».

Vasistha le dit bien à YV V,71 : ”Le Soi est Conscience. Pur, éternel, auteur de sa propre lumière [tel que le symbolise PTAH, OSIRIS puis LE CHRIST], il ne subit aucun changement [pas le Graphène ni de protéine spike, pas « d’homme augmenté »…]. Le corps est impermanent et impur [mais les transhumanistes juifs veulent le réparer, l’augmenter]. Comment peut-il y avoir un lien entre les deux ?” Le corps est animé par la force de la vie ; ce corps ne saurait entretenir le moindre rapport avec le Soi. Ainsi, même si Soi et corps sont considérés comme deux réalités distinctes, il ne peut exister de lien entre eux ; mais si cette dualité est irréelle, dans ce cas, ce genre de pensée lui-même est hors de propos. Que cette vérité s’ancre bien en toi : il n’existe ni asservissement ni libération pour personne, à aucun moment et dans aucun endroit ». PAR CONSÉQUENCE IL N’EXISTE PAS NON PLUS DE VACCIN (pendant des millions d’années les vaccins étaient inconnus, et ce qui naît un jour doit disparaître un autre jour…)

Alors, pourquoi les gens veulent-ils s’envoyer en l’R ? Avec la fabrication du contraire : le MALHEUR, la SOUFFRANCE ?
Mais, à cause de la fabrication de l’argent qui est associé au « bonheur » ou « liberté » et « indépendance » DÉPENDANT DE L’OPINION DU « JE SUIS HEUREUX », « JE SUIS MALHEUREUX OU DÉPRIMÉ », « JE SUIS IGNORANT », etc… et USINES À SOUFFRANCES SANS FIN DANS CET ÉVOLUTIONNISME DES RÉPARATEURS JUIFS (puisqu’ils sont « le peuple élu »). PEUPLE ÉLU = ÉVOLUTIONNISME ET USINES À SOUFFRANCES DES MACHINES DE SERVITUDE ET DE LIBÉRATION, DANS LE CIEL, SUR TERRE, OU EN ENFER. LA SEULE LIBÉRATION POSSIBLE, N’EST SEULEMENT QU’UNE APPROCHE VERS UN MENTAL PUR : LA CONNAISSANCE DE SA VRAIE NATURE ET DE VÉRITABLE ÉVEILLÉ, LA TOTALE ABSENCE DE TOUT DÉSIR ET DE TOUT ESPOIR DE LIBÉRATION : « Abandonne ces opinions erronées de servitude et de libération, et deviens « UN HOMME DU RENONCEMENT [PUTRÉFACTION, FLÉAU] SUPRÊME », ô Râma », dit Vasistha dans L’histoire de Bhâsa et Vilâsa.

Cette société de la république et de la démocratie N’EST QU’UNE SOCIÉTÉ DE L’OBÉISSANCE, DE LA MANIPULATION, DE LA SOUMISSION (suffit d’entendre quelques propos des gens sur le « pass sanitaire », on dirait même qu’ils en redemandent, tout au moins nombre d’entre eux trouvent ça « normal »… dans la logique du « moi et les autres » identique à celle des « plus jamais ça » et des « Vous et vos proches », logique de la possession, de l’égoïsme par la peur dont on veut se défaire comme d’un virus ou d’une araignée sur la tronche), et que je t’écrase pour trouver la sortie et fuir l’incendie ou la catastrophe quelconque (les mêmes riches qui se font construire dans leur jardin des bunkers pour leur survie de survivalistes….). Et que je te pirate par faux-vrais mails avec accroche sentimentale pour ensuite te détrousser en te réclamant de l’argent, naguère les faux aveugles mendiants procédaient de même : rien n’a changé dans leur monde des « PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE » (la même chose étant l’argent bien-sûr ou le calcul). Et les chaos et saloperies deviennent de plus en sophistiqués, conformément au principe juif de l’évolutionnisme (Attali page 18, Les Juifs le monde et l’argent).
Le cerveau humain actuel n’est qu’une caisse-enregistreuse….. Un disque dur sur deux jambes et des intestins….

LE PIRE ÉTANT CEUX QUI SONT ATTEINT DU CANCER DU POUVOIR :
Vue la récente manipulation invraisemblable des cancéreux du Pour-Voir pour pousser les masses à se faire piquer aux ARN messagers, il devient transparent que, COMME TOUT CE QUI REPOSE SUR LE MOINDRE POUVOIR ET DUALITÉ SUJET-OBJET : LE BUT DES CANCÉREUX N’EST PAS LA SANTÉ DES MASSES, car aucune preuve n’existe sur les effets à longs termes des ARN messagers sur ces masses humaines (il faut au minimum 10 ans pour étudier et fabriquer un vrai vaccin, ce qui n’est pas le cas des ARNm seulement concoctés en quelques six mois). Le but visé ou « Great Reset » n’est-il pas tout simplement de RÉDUIRE LE NOMBRE DE TERRIENS ? Le ”VACCIN” CHEVAL DE TROIE, quoi de plus sophistiqué que de manipuler les gens sur leur mental ou leur corps déjà si « augmenté » depuis le siècle des lumières et des riches perruques poudrées ou philosophistes et de leurs copains banquiers et commerçants.
Il devient de plus en plus transparent que les « variants » (de virus) et la quincaillerie politique étatique qui va avec est destiné en premier à empêcher la moindre révolte contre CE QUI ARRIVE À SA MORT PROCHAINE : L’ÉTAT, LE SALARIAT ET SA MARCHANDISE.

CHEVAL DE TROIE DU COVID-19 : « CONTROLER LES MASSES À LEUR INSU » (principe fondamental d’Edward Bernays).



À SUIVRE…
 
 

Dernière mise à jour : 25-08-2021 23:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >