Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Saisie du Vrai = LE FAUX, ET LA FAUX
Saisie du Vrai = LE FAUX, ET LA FAUX Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-01-2022 00:34

Pages vues : 912    

Favoris : 50

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge

 
guillotin_tr.png
 
 
Saisie du Vrai = LE FAUX, ET LA FAUX
au sens de fauché ou ne pas être soi-même.
Fauché par la mort, le seul moment
de Vérité avec soi-même !
Le conte d’Andersen est universel,
il est une mine décrivant le puits sans
fond de la bêtise humaine, ceux qui
sont menés pas la peur, par le Dehors,
de la dualité la racine du mal :
LA SAISIE.


Hans-Christian Andersen et l'Alkaest
 
 
Langage de l’humain ou « dialectique » = saisie, les mots/maux sont tous prisonniers du langage alors que leur essence ne l’est point, puisque l’essence n’est ni quelque chose ni rien, puisque l’essence n’a ni naissance ni corps. SI CE N’EST POUR DÉLICATEMENT DÉVOILER LE SENS RÉEL DES CHOSES, JAMAIS UN ENSEIGNEMENT QUEL QU’IL SOIT NE SE LAISSE GAGNER PAR LES MOTS/MAUX. Et les professionnels des « mots », ce sont les bandes organisées sous le nom de « gouvernement », du régime capitalo-républicain : ces bandes ne sont que des BAVARDS en vadrouille, puisque la nature des choses se passe du langage. En conséquence un Libéré ne donnera jamais d’enseignement sous forme de langage, ou de réponse. Parce que toutes choses sont libres du langage. Et dès que le mental veut « organiser », le langage arrive, la dialectique diarrhée de dia : à travers, arrive, et transperce tout au sens de radiation nucléaire polluante.

Ramana Maharshi est un Maître du CELA (l’Instant, le Ici et Maintenant), avec la Stargate de l’Investigation du soi ou de l’ego (self-investigation) : toujours à chaque seconde de l’état de veille chercher la source de l’ego, le MASQUE, LA PERSONNA OU ACTEUR DE L’HOTC (HISTOIRE-OPINIONS-TEMPS QUI COULE), ET ALORS L’EGO ET SON HOTC S’ÉVANOUIRA : « E FINITA LA COMEDIA ! ».

« Quel est le chemin qui mène à la Libération ? » Le Maharshi répondit : « Le chemin sur lequel on est déjà engagé conduit à la Libération ». (Entretien 38).
     
Les contes sont aussi vieux que l'Alchimie et donc en eux éclate la jeunesse de l'Origine. Expression parfois naïve ou cynique de tous les sentiments humains, premiers balbutiement de la conscience, ils redisent les thèmes immuables de notre destinée.
Les contes font partie des Arts ou de l'Art tout court.
Ci-dessous : un conte d'Andersen illustrant à merveille, l'Alkaest où catalyseur ou ici prise de conscience.
    
Quelques sites sur H.C. Andersen :
http://www.chez.com/feeclochette/andersen.htm
En Anglais :
http://hca.gilead.org.il/
http://www.andersen.sdu.dk/index_e.html     
                        
Les habits neufs de l'Empereur (à ce hui : les masques des citoyens devenus « empereur » depuis le 1789 français sous opinion « d’égalité » : on rase gratis, les têtes : la guillotine ”égalité” tout, elle coupe ce qui dépasse, cette GRANDE NIVELEUSE CHRISTIQUE RÉPUBLICAINE…)
      
Il y avait une fois un Empereur qui aimait tant les beaux habits neufs qu'il dépensait tout son argent pour sa toilette. II ne se souciait ni de passer ses soldats en revue, ni d'aller au théâtre, ni de se promener au bois, s'il ne pouvait y montrer ses habits neufs. Il en avait un pour chaque heure de la journée ; et de même qu'on dit d'un roi qu'il est au Conseil, on disait couramment de lui : « Sa Majesté est dans son cabinet de toilette, à changer d'habits ! »
Or, on s'amusait beaucoup dans la grande ville de l'Empereur et les étrangers y affluaient sans cesse. Un beau jour, il y vint aussi deux fripons qui se donnèrent pour tisserands et déclarèrent savoir tisser la plus magnifique étoffe du monde. Non seulement les couleurs et le dessin en étaient d'une beauté incomparable, mais les vêtements confectionnés avec cette étoffe possédaient la propriété merveilleuse de rester invisibles a toute personne incapable de remplir ses fonctions ou plus bête qu'il n'est permis de l'être !
« Voilà de bien précieux habits, pensa L'Empereur ; grâce à eux, je pourrai reconnaitre ceux de mes sujets qui sont incapables de remplir leurs fonctions et distinguer les sots des gens d'esprit ; oui, il faut à tout prix que je me fasse tisser de cette étoffe ! » Là-dessus, il donna une forte somme aux deux fripons, et les pria de se mettre immédiatement au travail.
Ils dressèrent en effet deux métiers à tisser et firent semblant de travailler, quoiqu'il n'y eùt absolument rien sur les bobines. Sans cesse ils réclamaient de la soie la plus fine et l'or le plus pur ; mais ils fourraient le tout dans leurs sacs et travaillaient jusqu'au milieu de la nuit sur des métiers vides.
« Je voudrais bien savoir où ils en sont ! » pensa l'Empereur, mais au fond il était un peu inquiet à l'idée que cette étoffe était invisible pour les imbéciles et les incapables. Non pas qu'il eût la moindre crainte pour lui-même ! Pourtant il préféra envoyer quelqu'un pour voir si l'ouvrage avançait. Tout le monde avait entendu parler des qualités merveilleuses que possédait l'étoffe, et tous brûlaient d'impatience de savoir à quel point leur voisin était bête ou incapable.
« Je vais envoyer aux tisserands mon bon vieux ministre, pensa l'Empereur ; il saura mieux qu'un autre juger l'étoffe, car c'est un homme d'esprit et personne ne remplit mieux ses fonctions que lui ! »
Le bon vieux ministre, qui était l'honnêteté en personne, entra donc dans la salle où les deux fripons travaillaient devant leurs métiers vides : « Bonté divine ! pensa-t-il, en ouvrant de grands yeux, je ne vois rien du tout ! » Mais il se garda bien de le dire.
Les deux fripons l'invitèrent à s'approcher, et lui demandèrent comment il trouvait le dessin et les couleurs. Devant le métier absolument vide, le pauvre vieux ministre écarquillait de plus en plus les yeux, mais sans rien voir, pour la raison bien simple qu'il n'y avait rien à voir. « Seigneur Dieu ! pensa-t-il, est-il possible que je ne sois qu'un idiot ! Jamais je ne l'aurais cru, mais il ne faut pas qu'on s'en doute ! Ne serais-je pas à la hauteur de ma tâche ? Je me garderai bien de dire que je n'ai pas vu l'étoffe ».
- Eh bien ! vous ne dites rien ? fit l'un des tisserands.
- Oh ! mais c'est charmant ! tout ce qu'il y a de plus ravissant ! dit le vieux ministre en ajustant ses lunettes, ce dessin et ces couleurs... Ah ! oui, je dirai à l'Empereur que cela me plaît beaucoup !
- Nous en sommes enchantés, dirent les deux tisserands » ; puis ils se mirent à énumérer toutes les couleurs du tissu et à en expliquer le dessin. Le vieux ministre écouta de toutes ses oreilles leurs explications, pour les répéter à l'Empereur.
Les fripons demandèrent une nouvelle provision d'argent, de soie et d'or pour le tissu. Comme la première fois, ils fourrèrent tout dans leurs poches, et ils continuèrent à travailler à vide.
L'Empereur envoya bientôt un autre brave fonctionnaire pour voir si l'étoffe n'était pas bientôt prête. Il lui arriva la même chose qu'au ministre ; il regardait et regardait toujours, mais comme il n'y avait rien que les métiers vides, il ne put rien voir.
- N'est-ce pas que l'étoffe est remarquable ? demandèrent les deux fripons, en montrant et en expliquant le superbe dessin qui n'existait pas.
« Cependant, je ne suis pas bête ! pensa notre homme. Serait-ce donc que je ne suis pas à la hauteur de ma tâche ? C'est à n'y pas croire ! Mais je ferai de mon mieux pour que personne ne s'en aperçoive ! » Il fit donc l'éloge de l'étoffe qu'il ne voyait pas, et leur témoigna toute son admiration pour les jolies couleurs et le ravissant dessin : « C'est une merveille ! » dit-il à l'Empereur.
Toute la ville ne parlait plus que de la magnifique étoffe.
Enfin, l'Empereur voulut la voir lui-même, pendant qu'elle était encore sur le métier. Accompagné d'un grand cortège d'hommes d'élite, parmi lesquels se trouvaient les deux braves fonctionnaires, il se rendit auprès des adroits fripons qui travaillaient comme des esclaves, mais toujours sans le moindre fil d'or ou de soie.
- Eh bien, Sire, l'étoffe n'est-elle pas magnifique ? dirent les deux braves fonctionnaires. Que votre Majesté regarde ces couleurs, ce dessin ! Et ils montrèrent le métier vide, pensant que les autres voyaient sans doute l'étoffe.
« Ah, mon Dieu ! pensa l'Empereur. Je ne vois rien du tout, c'est épouvantable ! Serais-je un sot, incapable de gouverner mon empire ? Ce serait le plus grand malheur qui pût m'arriver ! »
– Oui, oui, c'est splendide ! dit l'Empereur à haute voix. Sur quoi il fit un signe de tête plein de satisfaction ; et il regardait le métier vide, n'osant dire qu'il n'y voyait rien. Toute sa suite avait beau regarder, elle n'y voyait rien, pas plus que les autres. Malgré cela, chacun dit comme l'Empereur : « Oui, oui, c'est splendide ! » Ils lui conseillèrent même de revêtir cette nouvelle et superbe étoffe à la procession qui allait bientôt avoir lieu. « C'est magnifique, c'est charmant, c'est admirable ! » entendit-on de tous côtés, et la satisfaction était générale.
L'Empereur daigna décorer les deux fripons de sa propre main et leur donna le titre de « Tisserands de la Cour Impériale ».
Toute la nuit qui précéda le jour de la procession, les deux fripons veillèrent et travaillèrent à la clarté de seize chandelles. On voyait bien qu'ils se donnaient beaucoup de peine pour terminer les habits neufs de l'Empereur. Enfin, ils firent semblant d'enlever l'étoffe du métier, commencèrent à couper dans l'air, avec de grands ciseaux et à coudre avec des aiguilles sans fil, après ils déclarèrent que le vêtement était prêt.
L'Empereur arriva avec tous ses courtisans, et les deux fripons, levant un bras en l'air, comme s'ils tenaient quelque chose, dirent : « Voici les pantalons ! Voici l'habit ! Voici le manteau ! etc. C'est léger comme une toile d'araignée, tellement léger qu'on croirait n'avoir rien sur le corps. C'est la qualité inestimable de cette étoffe ! »
En effet, dirent tous les courtisans, mais ils ne voyaient rien, puisqu'il n'y avait rien.
- Votre Majesté voudrait-elle se laisser déshabiller, dirent les fripons, pour que nous lui essayions les habits neufs devant la grande glace ?
L'Empereur se laissa déshabiller et les deux fripons firent semblant de lui présenter une pièce après l'autre. Ils lui prirent le corps comme pour lui attacher quelque chose : c'était la traîne, et l'Empereur se tournait et se retournait devant la glace.
- Grand Dieu ! que ces habits vont bien ! la coupe en est parfaite ! s'écrièrent tous les courtisans. Quel dessin ! Quelles couleurs ! Quel superbe costume !
Le grand maître des cérémonies vint annoncer :
- Le dais sous lequel Votre Majesté doit se tenir pendant la procession est devant la porte !
- Bien, je suis prêt, dit l'Empereur ; je crois que je ne suis pas trop mal ainsi ! Et il se tourna encore une fois devant la glace, pour se donner l'air d'admirer sa splendeur.
Les chambellans, qui devaient soutenir la traîne, firent semblant de ramasser quelque chose et gardèrent les bras tendus comme s'ils portaient une étoffe ; pour rien au monde ils n'auraient voulu laisser supposer qu'ils ne voyaient rien.
L'Empereur se mit en marche sous le dais magnifique et tout le monde, dans la rue et aux fenêtres, s'écriait :
« Dieu ! que les habits neufs de l'Empereur sont beaux ! Quelle coupe ! Quelle traîne magnifique ! » Personne ne voulait avouer qu'il ne voyait rien : c'eût été se déclarer bête ou incapable. Jamais les habits de l'Empereur n'avaient eu un tel succès.
Mais l'Empereur n'a pas du tout d'habit ! fit tout à coup un petit enfant.
- Seigneur Dieu, entendez la voix de l'innocence, dit le père.
Et le bruit de ce qu'avait dit l'enfant se répandit dans la foule.
- Il n'a pas d'habits du tout, c'est un petit enfant qui vient de le dire ; il n'a pas d'habits du tout !
Mais il n'a pas d'habits du tout ! s'écria enfin tout le peuple. L'Empereur eut un petit frisson, car il lui sembla bien qu'ils avaient raison, mais il pensa : « Il faut pourtant que je tienne bon, jusqu'à ce que la procession soit finie ».
Et il prit une mine plus majestueuse encore, tandis que les chambellans soutenaient respectueusement la traîne d'un manteau qui n'existait pas.
              
(D'après une traduction de Paul Leyssac)

Heureux les simples d’esprit, dans le sens de ceux qui ne sont pas CONTAMINÉS par leur mental, par leur « raison ».

‘CELA’ = « E FINITA LA COMEDIA ! »
Le Saint Chaos (selon ceux qui « raisonnent » à l’état de veille : le sans forme, le désorganisé, le tout virtuel de nostre époque, et le non manifesté, l’indistinct), n’en est pas moins l’Organisé absolu : le CELA ou Sans Pourquoi. Dans le Saint Chaos se cache la Source dans laquelle le Soi commence à s’activer sous forme du symbole : CELA ou Instant qui était au-delà de toute saisie ou distinction, il transcende, par définition, les qualité ontologique de l’Être et du non-Être.

Le Soi est exprimé par l’Auréole illustrée dans l’imagerie chrétienne autour de la tête des saints, au sens de « bien que ne naissant pas », ou n’utilisant pas son mental, sa propre substance, il ne peut que naître et se diffuser à la façon du Zéro Indien (façon illimitée).

L’ORDRE DU MONDE EST DÉJÀ EN PLACE. POURQUOI VOULOIR « L’HABILLER », LE MASQUER, OU « L’ORGANISER », À LA MANIÈRE DES VOLEURS QUI, TELS LES ACTUELS PIRATES INFORMATIQUE, CHERCHENT À VOLER UN MAXIMUM DE PERSONNES, ET EN PREMIER ÉVIDEMMENT LA PREMIÈRE PERSONNE : L’EMPEREUR !
ILS CHERCHENT À VOLER EN FAISANT PEUR : dans le conte, faire peur à l’Empereur pour qu’il ait L’ENVIE, CRÉER LE BESOIN POUR ENGENDRER LA SAISIE, le BESOIN d’acheter sans cesse de nouvelles parures pour AUGMENTER son prestige, son pouvoir, son ego, telle la « réalité augmentée » vendue par toute cette actuelle industrie informatique du virtuel qui RENVERSE LE MONDE À L’ENVERS AUGMENTANT AINSI LE CHAOS HUMAIN !!!

Dans ce conte d’Andersen, le VIRTUEL de l’informatique est annoncé de façon prémonitoire fulgurante !!! Le CHAOS HUMAIN est annoncé de façon transperçante bien réel depuis la psychose du sécuritaire engendrée le 11 septembre 2001 et prolongé par le covidisme tout aussi virtuel du capitalisme et de son régime républicain !!!

Ce monde du FAUX qui cherche son contraire alors qu’il cherche, à l’état de veille, à le faire passer pour « vrai », pour « juste » (égalité comme sur la balance et ses deux plateaux et son FLÉAU). Mais alors : pourquoi il cherche ? Pourquoi il masque, truque, virtualise ???
 
 

Dernière mise à jour : 30-01-2022 01:00

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >