Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La mise en « valeur » du temps transhumaniste
La mise en « valeur » du temps transhumaniste Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-02-2022 02:15

Pages vues : 488    

Favoris : 61

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge

 
cerveau_crane_propr_privee.png
 
 
La mise en « valeur » du temps transhumaniste
c’est terminé,
L’humain n’a pas à « racheter » sa faute :
croire à l’existence d’une erreur ou d’une faute
et qu’il est possible de l’éliminer ou pire :
de la « racheter » façon commerce-échangisme
socialisme c’est l’erreur même, et non une
quelconque « libération ».
Voir que l’erreur est vide par essence, c’est
la Libération, la Sagesse (Ça je Estre, le
« Je suis ce JE SUIS »).
Et cette Sagesse, ce Vide, il faudra l’éliminer
aussi, car on ne s’attarde ou on ne se fixe pas,
ON NE SAISI PAS CE VIDE : un mental vide qui ne
pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle
Véritable Vacuité.
Idem avec l’essence et les caractéristiques de
l’erreur qui quand elles sont épuisées et qu’il
n’y a plus rien à éliminer, là encore c’est
la véritable élimination de l’erreur !
 
Ainsi, ce qu’écrit page 18 Jacques Attali dans
Les Juifs, le monde et l’argent EST FAUX, il
assemble le « libre arbitre » donc l’ego, le
Moi-Individuel à la fonction économique comme
« moyen de réinvention du paradis perdu ».
LA CONSOMMATION ALIÉNANTE SERA, POUR ATTALI,
CETTE RETROUVAILLE DU PARADIS. ET POUR CELA,
IL FAUDRA EFFECTIVEMENT INVENTER OU « METTRE
EN VALEUR LE TEMPS »
, L’HISTOIRE, ce que mettent
en valeur les marxengelsistes qui opinionnent
que parce qu’ils voient le monde (et en même temps
l’inconscient collectif) comme si icelui viendrait
leur dire qu’il « existe », c’est selon eux la
« réalité » (2) ; ils appellent ça « dialectique
matérialiste historique », ils sont ainsi dans
le total conventionnel, le commun(isme).
Le socialiste John Stuart Mill (1806-1873)
était un prêtre avant l’heure du marxengelsisme :
selon lui, c’est l’environnement, donc le monde,
le Dehors, qui fabrique la nature humaine et
l’environnement, si bien que pour lui le « progrès
social »
et politique, donc l’étatisme, allaient
« transformer la nature humaine » ! Totale
contamination par la racine du mal : la dualité
Dedans-Dehors et la SAISIE (le libéralisme).


MENG SUNYANG : Certains valorisent la vie et aiment leur corps [tels les paroissiens de J. Attali et autres messianistes transhumanistes] au point de tenter de ne pas mourir. Est-ce possible ?
YANG ZHU : La loi naturelle [de naître puis de mourir] est que l’on ne peut pas ne pas mourir.
MENG : Peut-on tenter de prolonger la vie ?
YANG : La loi naturelle est que l’on ne peut pas prolonger de beaucoup la vie. Ce n’est pas en valorisant la vie [comme le font les paroissiens d’Attali] qu’on peut la conserver, ce n’est pas en aimant son corps qu’on peut le protéger. À propos, pourquoi prolonger la vie ? Les cinq sentiments, l’amour et la haine existent depuis l’Antiquité. Les quatre membres, l’utile et le nuisible existent depuis l’Antiquité. Les affaires du monde, les peines et les joies existent depuis l’Antiquité. Le devenir, le changement, le gouvernement, les troubles existent depuis l’Antiquité [depuis le Néolithique et la voie de l’Agriculture]. Avec ce que l’on entend, voit et vit, cent ans semblent déjà beaucoup. Pareille vie prolongée ne serait-elle pas remplie de souffrances ?
MENG : Alors, mourir jeune vaut mieux que prolonger la vie. Jetons-nous sur la pointe d’une épée ou sautons dans un feu, et le but sera atteint.
YANG : Non, lorsque l’on vit, supportons-le, et examinons nos désirs [les samskâra : tendances innées, impressions, les tendances ou les modes d’une époque] en attendant la mort. Lorsque l’on meurt, supportons-le, et examinons le passage vers l’évanescence [le Gate gate pâragate… ou INSAISISSABLE, la Réalisation du Soi]. On ne peut pas ne pas les supporter, ne pas les observer. Dans ces transitions, où est la différence entre tôt ou tard [et l’invention du temps et du marxengelsisme et de la « mise en valeur du temps » des paroissiens d’Attali] ?
(Lie Tseu, Traité du Vide parfait, chapitre Yang Zhu 10).

Idem : pas de paradis à re-trouver, à racheter :
Échapper à la création de la mise en valeur du temps juif :
NE PAS POSSÉDER = ÊTRE DANS L’INSTANT :
La mort de son fils n’affligea nullement le Liangois [habitant du Liang] Wu de la Porte de l’Est.
- L’intendant : Nul au monde n’aime son fils autant que vous aimiez le vôtre. Pourquoi n’êtes-vous pas affligé de sa mort ?
- Wu : Je n’ai plus de fils. Je n’étais pas affligé lorsque je n’avais pas de fils. Mon fils est mort. La situation est identique à celle où je n’avais pas de fils. Pourquoi serais-je affligé ? (Lie Tseu, Traité du Vide parfait, chapitre Nature et Destin 13).

EXEMPLE DE « MISE EN VALEUR DU TEMPS ».

Le nouvelle idiot-logie politique étatique étant celle du capitalisme, c’est lui le Pater ; l’assistance publique libérale :
La députée danoise Ida Auken peut dire : « Je ne possède rien. Je ne possède pas de voiture. Je ne possède pas de maison. Je ne possède ni électroménager ni vêtements ». « Le shopping n'est plus qu'un lointain souvenir dans la ville smartcity de 2030, dont les habitants ont craqué pour l'énergie propre et empruntent ce dont ils ont besoin à la demande… ». La mode de la voiture électrique a étonnement le vent en poupe…. symptôme du recyclage capitaliste en son « Sleep no more ».
MAIS QUI CONTRÔLE ET PROGRAMME CES SMARTCITY ? QUI LES FABRIQUENT ? QUI FABRIQUE VOTRE VOITURE ÉLECTRIQUE ET VOS VÊTEMENTS MADAME IDA AUKEN ? QUI DÉCIDE DE CECI OU DE CELA ?
Ce recyclage « responsable » du citoyen-roi aboutit à une Singerie du bouddhisme :
« Vous n’aurez rien et vous serez heureux »,
une singerie du nirvana et la pollution
ne sera qu’un lointain cauchemar, mais
le cauchemar capitaliste-oiseau-phénix
sera encore là dans le masque du nihilisme
devenant une énième dualité.

Qui contrôle les smartcity ? Mais les grandes entreprises du capitalisme qui contrôlent déjà l’État des pays qui se disent « république » ; l’hégémonie monarchique et ecclésiastique n’était qu’une façade car derrière c’était encore et toujours l’argent des a-faires, représenté par le pouvoir ou pour-voir qui géraient les grandes entreprises de l’État.
Dans ce ÉNIÈME RECYCLAGE DU CAPITALISME, le « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux » c’est ainsi ce PATERNALISME MONDIALISÉ où l’État mondialisé prend sur lui les dettes en échange, évidemment selon le principe de la mise en valeur du temps, d’une identité numérique où vous n’avez aucun  argent à débourser, ça s’appellerait « le revenu universel » ; bref, la concrétisation de ce que le régime de l’URSS a plus ou moins loupé , où effectivement les Russes ne possédaient même pas leurs vêtements :

« Vous ne posséderez rien et vous serez heureux », comme dans les camps de la morts.
Les camps de la mort en URSS, référence à S. Malsagov et N. Kisselev-Gromov, dans leur livre : Aux origines du Goulag :
L’OGPU doit faire travailler les esclaves, ils doivent rapporter de l’argent, il faut trouver une solution de COMMUN ou communisme : « Faire travailler tous les déshabillés en leur attribuant les vêtements des détenus revenant du travail après avoir rempli leurs objectifs chiffrés » : c’est une instruction que la direction du SLON a envoyée à tous les camps dès qu’elle a pris conscience du problème [travail de 15.000 prisonniers]. Désormais, le détenu de retour du travail, épuisé, affamé, trempé de neige et de sueur, à peine capable de mettre un pied devant l’autre, doit avant toute chose ôter ses vêtements et les donner à un camarade. Tant qu’il avait ses vêtements, il pouvait encore se réchauffer et reprendre un peu de force. Et voilà que même cela, on le lui prend. Il ne lui reste qu’à ramasser des branches de sapin, à les poser sur les planches nues qui lui servent de lit et à se coucher dessus pour essayer de dormir », mais comme il n’arrive pas à dormir et grelotte de froid, il court jusqu’à un maigre poêle et s’y réchauffe un court instant, et revient à son « lit » et se rendort, pour à nouveau courir vers le poêle quelques instants après... »
Voilà comment se passe la nuit du « propriétaire » des vêtements et la journée de celui qui les « emprunte ». En revanche, le bois d’exportation soviétique ne cesse d’augmenter, et l’URSS fournit du bois à de nombreux pays du monde ! C’est donc bien également un système capitaliste... étatisé, prenant modèle social sur 1789, et sur son passé d’esclavagiste avec Pierre le Grand pour la construction de Saint Petersbourg.

Le MASQUE covidisme fabrique de la peur et numérique (aliénation des chiffres de l’humain) est la mise en « valeur » du temps transhumaniste avec ses f(r)ictions en injections DE LEUR MONDE DU FRIC/FLIC CAPITALISTE (le flic étant la protection du Saint Graal : la possession, ce que tentèrent monstrueusement d’éliminer les socialistes cancéreux du pouvoir dans l’URSS, comme dans l’exemple cité des vêtements dans l’institution du Goulag).

TRÈS IMPORTANT ET À NOUVEAU EN REFRAIN, TANT LE DILEMME ANTIQUE MOI-INDIVIDUEL/MOI-COLLECTIF FAIT TOUJOURS DES RAVAGES.

Selon le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ », du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante et Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), IL N’EST PAS NATUREL D’AVOIR RAISON PAR LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS, SOIT AVOIR RAISON PAR LA LOI DE SUCCION ET PAR L’INCONSCIENT COLLECTIF, COMME SI C’ÉTAIT NATUREL D’AVOIR « RAISON À PLUSIEURS » ! C’EST CONTRAIRE AU « GATE GATE… ». Car quelques que soient les personnes procurant des enseignements ici-bas, elles ne font que reproduire les croyances issues de l’inconscient collectif et donc DES CROYANCES INCULQUÉES, PROGRAMMÉES, DES CROYANCES AYANT NAISSANCE DANS L’HISTOIRE.
L’historien des événements politiques ou religieux, l’ethnologue, le sociologue, le psychologue, l’archéologue, le « scientifique » ne sont pas des entités qui opèrent en dehors du temps qui coule dans le spatio-temporel. Ce ne sont que des humains engagés, d’une part, dans une situation « concrète », et d’autre part, dans une logique déterminée par la mode du moment, suivant une évolution (histoire), dont ils prétendent rendre compte. Ainsi cette « logique » n’est pas autonome, elle n’est pas un étalon, une Essence, mais une opinion ISSUE D’UN DEHORS, soit elle ne représente qu’une superstructure qui recouvre, dans le mental de l’observateur, tout une idéation caché (dans l’inconscient collectif), où des mythes nouveaux ont été substitués par la culture, par l’opinion de l’enseignement universitaire, associé à des opinions de mythes anciens (eux-mêmes issus de l’inconscient collectif) !


L’histoire ou le mot-à-dire (la dialectique matérialiste historique) : en Occident la « pensée moderne » est une pensée CONDITIONNÉE, et plus que jamais avec l’Empire anglo-saxon et judéo-maçonnique spéculatif (née à Londres en 1717). En Occident, le mythe de la « raison » qui, lui-même, a été élaboré à partir d’éléments irrationnels multiples qui donneront des « évidences » sur lesquelles reposeront les « principes d’intelligibilité » que finalement, personne ne saurait expliquer ni définir de façon rationnelle, puisque des pensées construites sur l’inconscient collectif.

« Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » [spectacle] de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique entre des moments abolis en tant que tels, elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions (1). Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables » car, dans les sciences humaines, l’observateur est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité ».
(En référence à René Alleau : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle, qui donne une bonne définition du sens « moderne » de l’histoire).

INCONSCIENT COLLECTIF = PREUVES ÉCLATANTES = FAUX (le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu ou possédé). TOUTES PAROLES OFFICIELLES SONT PAR ESSENCE : FAUSSES.
TOUT CE QUI EST « ÉCLATANT » COMME UNE PUB EST DESTINÉ À SAISIR, POSSÉDER, FAUSSER, RENDRE ARTIFICIEL.
INCONSCIENT COLLECTIF = ÉGRÉGORES : ceux qui jouent et vous-nous agitent les fils des marionnettes que vous-nous sommes ; très réelles maintenant sous leur forme du virtuel informatique, les nouveaux tireurs de ficelles très bien cachés qui vous-nous fabriquent une réalité virtuelle ou augmentée, une « bulle » de rêves nouvelle drogue qui vous-nous inclue à l’intérieur de ce virtuel-bulle.
DROGUE = ÉVASION DU QUOTIDIEN, comme celui ou celle qui fume une cigarette ou qui « boit un verre », ou qui « va en boîte » ou « au restaurant »… Ainsi en France le « passe vaccinal » est un boulet ou une ATTRACTION UNIVERSELLE pour empêcher de s’évader du quotidien : ÇA PLOMBE, ÇA PERD ! COMME SI L’INSTANT ÉTAIT INSUPPORTABLE !…


La libération, si elle existe puisque fabriquée, n’est pas dans le collectif style « groupe communiste » (à la Francis Cousin et son « Nous » faisant mine d’éluder l’ego par sa paroisse au « savoir absolu » à la marxengelsisme, que Cousin appelle « collectivité organique », donc la non-résolution du dilemme Moi-Collectif/Moi-Individuel), mais dans le ni individuel ni collectif, le : « Je suis de JE SUIS », ou : « Le Royaume des Cieux est en vous » : LE CENTRE EST NULLE PART ET POURTANT, SANS LUI, LA CIRCONFÉRENCE NE SERAIT PAS PARTOUT. Ce Centre, ou ce Sommet nulle part, il lui suffit d’être « Je suis ce JE SUIS », sans Lui, il y a pas d’existant. Il est tout entier le Blanc de l’Instant, « mon » ‘Je’ aussi le ‘Je’ de toutes les formes de vie, de tous les noms-les-formes puisque « mon » ‘Je’ est l’Univers de tous, comme tous les rayons sont issus d’un même Centre. C’est donc ce Centre nulle part qui fonde la PERSONNE : Père sonne : rayonnement des ondes (illustré chez les Chrétiens par l’auréole des Saints derrière leur tête, même si c’est encore de l’inconscient collectif).

Tout être humain subissant ou acceptant de subir un modèle, qu’il ne veuille ou non, va se modeler sur ce modèle, soit en prenant une attitude ou une direction d’opinion semblable, parallèle à icelle, soit en opposition, mais évidemment toujours en parallèle ! Voir les tenons et les mortaises dans les assemblages, et l’envers-l’endroit dans un cuivre repoussé. Refuser la réalité de cette influence, c’est être influencé, à un moment ou un autre, À SON INSU, INSIDIEUSEMENT, par certaines influences qui font croire qu’on ne peut pas être influencé ! Même phénomène cité plus haut que de se croire libéré du mental parce QU’ON PENSE qu’il est vidé.
DONC, ACCEPTER D’ÊTRE SOUPLE OU INSAISISSABLE : ACCEPTER LE GATE GATE PÂRAGATE AU-DELÀ DU DÉJÀ CONNU OU DU CONVENTIONNEL, C’EST PARCOURIR LE SENTIER… (La résistance ça chauffe….)

     
Notes.
1. Des « faits » reproductibles dans les mêmes conditions, ou plutôt DANS LES MÊMES CONVENTIONS, car la définition actuel du mot « science » suite au socialisme des Juifs et de l’après 1789 et de leur république : La science est une expérience qui doit être reproductible partout et toujours et sans conditions, selon le principe conventionnel que « les lois de la Nature sont les mêmes partout et toujours ». Alors on peut se demander pourquoi ce monde tourne de plus en plus la tête à l’envers ! Car LA CROYANCE EN UNE « LOI ÉTERNELLE » EST TYPIQUEMENT UNE SAISIE, LE TOUT-CONFORT DE L’HUMAIN EXERCÉ PRÉSENTEMENT PAR SON COVIDISME !!!
« LOI ÉTERNELLE » OU CONSTANTE (de ceci ou de cela) = SAISIE, POSSESSION ET ORGUEIL, et « Circulez ya plus rien à voir », CONSOMMEZ !…. PUISQUE VOUS NE POSSÉDEREZ RIEN……..
« Laissez-moi trouver “moi-même” de manière à ce que je connaisse la relation entre le monde et celui qui le voit. Mais quand je cherche le Soi et demeure comme le Soi, il n’y a plus de monde à voir. Quelle est alors la Réalité ? Seul celui qui voit est réel, et certainement pas le monde.
Ceci étant la vérité, l’homme n’en continue pas moins de discuter en se basant sur la réalité du monde. Qui donc lui a demandé de plaider la cause du monde ?
Le Yoga-vasishtha définit clairement la Libération comme étant l’abandon du faux pour demeurer en tant qu’Être » (Ramana Maharshi, entretien 442 du 8-1-1938).

2.
- Maharshi : Les objets existent-ils en l’absence du sujet ?
- Question : Leur existence est indépendante du sujet.
- Maharshi : Est-ce vous qui dites qu’ils existent ou est-ce eux qui viennent à vous pour annoncer leur existence ?
- Question : Je sais qu’ils existent.
- Maharshi : C’est donc seulement la connaissance que vous en avez qui détermine leur existence. Leur existence n’est pas absolue.
- Question : Même sans ma connaissance, ils continueront d’exister.
- Maharshi : Prétendez-vous qu’ils existent sans que vous ayez connaissance d’eux ?
(Rires)
(Entretien 507 du 22-8-1938).
 
 

Dernière mise à jour : 08-02-2022 03:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >