Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow ESSENCE, définition 2
ESSENCE, définition 2 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-03-2022 04:18

Pages vues : 540    

Favoris : 50

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, MIB, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
 
frise_moulin.png
 
 
ESSENCE, définition 2
Mise au point dans cette époque qui CROIT
parce qu’elle PENSE qu’elle usine le « sait »
et fout le chaos partout.
 
 
ESSENCE : dans le sens par exemple du principe de l’outil appelé tour : déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne, produisant des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe SERAIT, Essence éternelle du tour ; mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret (le tour-histoire ou manifesté), et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe ou Essence : l’ex-istant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine, même construite par un transhumaniste : la recherche ou le bricolage peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas.…. Quand un humain découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être.
C’est vrai quand l’opinion ne vient pas parasiter, pour se justifier, imaginer des principes ou des essences à sa mesure, soit les saisir ! Que dirait-on d’un mécano qui prétendrait monter une machine à coudre avec les pièces d’une bagnoles ? C’est pourtant ce que font les marxengelsistes, les freudistes et leurs paroissiens, et Teilhard de Chardin dans leur dualité Dedans-Dehors ou Spiritualité-Matière.

Si chacun suivait son Sentier, son TAO ou son Soi, il n’y aurait pas de querelle.
Tel que le Soi ou Signature (mais évidemment pas au sens actuel de « l’ADN », énième forme de saisie ou d’identification-possession) : « C’est pourquoi il existe ce qui engendre, ce qui forme, ce qui sonne, ce qui colore, ce qui épice. Chacun de ces cinq existants est soumis à un principe [une Essence] qui le fait agir. Ce qui naît, c’est la mort, mais le principe [l’essence] de vie est inerte. Ce qui est formé, c’est le fruit, mais le principe de forme est impalpable. Ce qui est sonné, c’est le son, mais le principe de son est inaudible. Ce qui est coloré, c’est l’ornement, mais le principe de la couleur est incolore. Ce qui est épicé, c’est la saveur, mais le principe de goût est insipide. Chacun ces principes [ou Essences] est régi par une inaction qui peut produire Yin, souple, court, circulaire, vie, chaud, profond, aigu, apparition, azur, salé, parfum et leur contraire. Ignorante et impotente, cette inaction est omnisciente et omnipotente [puisqu’elle est ESSENCE).
(Définition de l’Essence par Lie Tseu : Traité du Vide parfait, chapitre : Présages célestes, dernière partie du Verset 4).

Moi aussi, comme Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux lettre 47, et comme « le serviteur qui adore son Seigneur sur sa terre. Le prêtre funéraire, le prophète Pakhroef », de l’invocation à Ptah cité page précédente, JE VEUX ÊTRE PLACÉ SOUS SES PIEDS, CEUX DES ESSENCES : « Mais je ne veux pas être ”fabriqué”. Je veux être soumis aux Essences mais non aux accidents [de ce monde du spatio-temporel et du marxengelsisme]. C’EST CELA LA « LIBERTÉ ». écrit Coulonval dans sa lettre 47. Les Essences contenu dans l’Universel, sans isme, Universel synonyme de CHRIST, ou Soi.

Si la république n’est qu’une opinion parmi d’autres, parce son principe repose sur l’opinion de celui ou celle qui va voter, alors ce régime étatique et de politique n’a aucun droit de se présenter comme une transcendance par-dessus toutes les opinions possibles en se nommant « universel ». Car dans la croyance au corps il y a autant d’opinions que de Terriens sur Terre, parce qu’il n’y a pas deux individus qui aient vécu la même série d’événements dans le temporel, soit dans le monde de la croyance au corps et par là même au mental. Et si deux citoyenisés ont vécu le même événement, ils ne l’ont pas interprété de la même façon, n’en ont pas tiré la même leçon. Ce qui est normal, puisque c’est la dimension des accidents, ou du spatio-temporel, et non des Essences.

Seul le CHRIST peut apporter cette universalité, mais les religions ou « langage verbale » n’apportent que du stérile (et le politique lié à l’étatisme est par principe ce langage stérile des « Plus ça change et plus c’est la même choses » ; c’est pourquoi les élections sont la Stérilité même : ELLE FONT CROIRE QUE… Suffit de suivre le battage invraisemblable en France pour l’érection [pas de faute] présidentielle de 2022).

ESSENCE : ce qui existe de toute éternité à l’état latent, en Vraie Télépathie, et qu’on a appris à connaître au fur et à mesure de l’évolution de notre cerveau. Ce qui n’a pas l’Essence ne peut produire l’Essence. « L’essence qui voit est la seule chose qu’on ne puisse attribuer à rien » dit Le Secret de la Fleur d’Or. « Mais, lorsqu’on voit le voir, si ce voir n’est pas le voir, l’essence qui voit est alors aussi attribuable à quelque chose. Cela renvoie à l’essence qui voit, telle qu’elle s’exerce dans la continuité répétitive de la conscience habituelle - ce que les Écritures bouddhiques évoquent en ces termes : « Faire usage de la conscience habituelle et répétitive, c’est faire erreur ».

Comme tout est conscience, y compris les objets ou le monde extérieur, et qu’il n’y a pas de conscience sans un monde ou sans des objets extérieurs, RESTE À RE-TROUVER CE QUI EST ESSENCE OU CONSCIENCE INFINIE SEULEMENT.

Lumière de l’Essence et lumière de la conscience sont donc totalement différentes (la ”lumière de la conscience” ressemble à la ”raison”). « Si ceux qui étudient la Voie ne connaissent pas la réalité, c’est parce qu’ils n’ont reconnu que la partie ”conscience” de l’esprit, racine d’une succession infinie de naissances et de morts depuis des temps sans commencements [évolutionnisme, samsara : cycle des naissances et des morts et monde du phénomène des noms-les-formes], et que pourtant les imbéciles appellent ”l’être originel” », dit un grand maître chan du 9è siècle du nom de Tchangsha, cité dans Le Secret de la Fleur d’Or.

Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 du 20-2-1937 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que ce mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».

ESSENCE = CE QUE NE PEUT JAMAIS ÊTRE ILLUSOIRE, PARCE QUE LA SEULE RÉALITÉ.
« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ». (Entretien 363).

Les « Plus ça change et plus c’est la même chose » existeront, comme la Réincarnation, tant que l’ignorance existera ! « La réincarnation ne peut exister qu’aussi longtemps que l’ignorance existe. Il n’y a pas d’incarnation, il n’y en a jamais eu et il n’y en aura jamais. Cela est la Vérité », dit Ramana Maharshi à l’entretien 363.
Ainsi la politique a encore de « beaux jours » pour opinioner et foutre le chaos partout.
 
 

Dernière mise à jour : 14-03-2022 04:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >