Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La seule façon de devenir immortel
La seule façon de devenir immortel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-03-2022 22:04

Pages vues : 2871    

Favoris : 98

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, MIB, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
smartphone_slave_horiz_augment.png
 
 
La seule façon de devenir immortel
c’est :
- ou bien de rester Conscience, comme TOUJOURS,
- ou bien de DEVENIR OBJET (Attali à 7’42’’),
évidemment selon les Juifs créateurs de
besoins (ce que dit d’ailleurs Jacques Attali,
qui ajoute : « Les machines son beaucoup plus
efficaces que l’homme ». À la fin de la vidéo
Attali dit que « l’objet est mort » cela
signifie-t-il que « la conscience est morte ? »,
ou que « le temps est mort ? »).


Pitié, Délivrez-moi de l’a-venir (ou du messianisme utilitaire) !!!
 
 
Rappel chronologique :
- Arrivée des Hébreux-Juifs en Palestine qui lancent la guerre contre les Païens qu’ils accusent de « prostitution » parce que les Païens se livrent à l’idolâtrie sous forme de spiritualité de la fertilité, la PREMIÈRE forme de spiritualité en ce monde, soit : LA LOI DE SUCCION QUI N’EST PAS LA LOI DE SUCCION MAIS UNE LOI ‘X’…
- Renaissance européenne : invention de l’imprimerie, Galilée astronomie, la Réforme, la technologie se met en place, l’Église de Rome perd du terrain dans les cerveaux.
- 18è siècle français, tout commence à se « digitaliser » : Encyclopédie des Diderot et Cie., machine à calculer et autres inventions en horlogerie et en automates comme le canard de Vaucanson et les serinettes ou machines produisant de la musique (boîtes à musique ancêtre des orgues mécaniques du 19è siècle européen et première mouture d’une forme de transhumanisme).

Tout cela ne pouvait que préfigurer l’aliénation technologique et l’ORDINATEUR de l’après 1945, conséquence du développement à la fin et début du 20è siècle du tube électronique à vide (ampoule), suivi du transistor qui va « augmenter » effectivement cette civilisation devenant CHIFFRES ET QUANTITÉS, et en conséquence ALGORITHME (automate exécutant une tâche ou plusieurs, ce qui va « soulager » grandement l’humain, au sens excrément, oui, oui, et sens boursier, au sens « intelligence artificielle »).
Et c’est là que pouvait s’inventer le concept ANGLO-AMÉRICAIN de transhumanisme, né dans la vallée siliconée, DONC NÉ DANS LE PUR CAPITALISME MATÉRIALISME (1) JUIF : Google Ray Kurzweil, etc., et dans cet utilitarisme anglo-américain.
ON COMMENÇAIT À « METTRE EN VALEUR LE TEMPS », puisque le rêve anglo-américain transhumaniste est de vivre, ici-bas : 1000 ans !
Le temps étant un concept ou objet du mental, comment ces transhumanistes peuvent-ils : dans un premier temps améliorer leur corps, façon de voir mieux que voir ou de raisonner mieux que résonner… ? Ils se situent exactement comme le policier devant arrêter le mental-voleur, donc lui-même :
Sentiment = le policier du mental : « En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler, cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l’instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même », explique Ramana Maharshi à l’entretien 43 du 28-3-1935.
De la même manière, même entretien : « Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ».
Et à l’entretien 615 du 24-1-1939 : « Un voisin avait anticipé la visite d’un voleur dans sa maison. Il avait pris des précautions pour l’attraper en plaçant des policiers en civil pour surveiller les deux bouts de la rue, l’entrée et la sortie de sa maison. Lorsque le voleur s’était présenté comme prévu, les hommes de guet s’était précipités sur lui pour l’attraper. Le voleur, jugeant d’un coup d’oeil la situation, s’était mis à crier : « Au voleur ! Attrapez-le, attrapez-le ! Il court par là ! là ! » Et ce faisant, il était parvenu à s’enfuir [à rapprocher de l’histoire du « Petit Coq »].
Il en est ainsi avec l’ego. Partez à sa recherche et vous ne le trouverez pas. C’est la meilleure façon de s’en débarrasser ». (Entretien 615).

Le seul inconscient collectif possible est énoncé dans l’entretien 92 du 7-11-1935 :
« Les perceptions sensorielles ne peuvent donner qu’une connaissance indirecte et non une connaissance directe. Seule notre propre conscience est connaissance directe : c’est l’expérience commune à tout le monde. Aucune aide n’est nécessaire pour connaître son propre Soi, c’est-à-dire pour être conscient.
L’unique totalité, infinie et indivisible (le plenum), devient consciente d’elle-même en tant que ‘Je’. C’est son nom originel. Tous les autres noms, tels que OM, ne viennent qu’après. La Libération consiste uniquement à rester conscient du Soi. Le mahâvâkya « Je suis le brahman » en est l’affirmation qui fait autorité. Bien que l’on ait toujours l’expérience du ‘Je’, l’attention doit y être dirigée [Retournement de la Lumière]. Alors seulement, la Connaissance émerge. C’est pourquoi l’on a besoin de l’enseignement des Upanishad et des Sages » (entretien 92 du 7-11-1935).
« Le mental changeant (c’est-à-dire le mental associé à rajas = activité et à tamas = obscurité) est communément connu comme le mental. Dépourvu de rajas et de tamas, il est pur et brille par lui-même. C’est la réalisation du Soi. C’est pourquoi on dit que le mental est le moyen pour l’atteindre » (entretien 100 du 19-11-1935).

Dans le même entretien 615 : « Saisissez d’abord l’ego et demandez ensuite comment il peut être détruit. Qui pose cette question ? C’est l’ego. L’ego serait-il d’accord pour se détruire lui-même ? Cette question est la meilleure façon d’entretenir l’ego et non pas de le détruire [comme dans l’exemple du policier ci-dessus]. Si vous cherchez l’ego, vous constaterez qu’il n’existe pas. Voilà la façon de le détruire ».
PAS DE MEILLEUR VACCIN QU’AVEC AUCUN VACCIN… COMME PAS DE MEILLEURE LIBERTÉ AVEC AUCUNE INVENTION DE LIBERTÉ, OU PAS DE MEILLEURE VALEUR SANS AUCUNE INVENTION DE LA VALEUR.

LE TRANSHUMANISME N’EST QU’UNE TENTATIVE DRAMATIQUE D’AUGMENTER L’EGO, ce que révélait prémonitoirement François Michelin (des pneus), quand il disait lors d’un entretien à la télévision du temps du noir-blanc, qu’« il ne pouvait pas manger pour vous », c’est-çà-dire qu’il ne pouvait pas vivre à votre place, ou qu’il ne pouvait pas mourir à votre place ; ET C’EST CE QUE TENTE DE RÉALISER LE TRANSHUMANISME : amplifier le mental-corps, une machine décide que votre cœur va flancher dans x mois, alors elle décide de vous remplacer votre cœur naturel par un truc artificiel pour vous « prolonger », horrible mot…. Bref, SOUMISSION AU DEHORS….

AU CHOIX :
- ou bien de rester Conscience, comme TOUJOURS,
- ou bien de DEVENIR OBJET-TEMPS dans le RELATIF DEVENU COMMERCIAL OU LOI DE SUCCION DU SUJET FACE À SON OBJET-OBJECTIF. L’homme-objet-marchandise, le consommateur du capitalisme, le consommateur du transhumanisme.
Les transhumanistes se situent dans les « Plus ça change et plus c’est la même chose », le conformisme révolutionnaire ou de l’anti-conformisme : ILS NE FONT QUE « PROLONGER LE CORPS-OBJET-TEMPS », FAÇON UTILITAIRE À L’ANGLO-SAXON, comme de remplacer les yeux manquants ou malades d’un aveugle, etc., AFIN DE NORMALISER LES HUMAINS ; alors que Tous les Anciens Éveillés, dont Ramana Maharshi nous disent : « VOUS N’ÊTES PAS LE CORPS ! » :
« Ceux qui pensent que la disparition physique est importante pour la liberté se trompent. Rien de tel n’est nécessaire. Vous n’êtes pas le corps ; alors qu’est-ce que cela peut faire qu’il disparaisse d’une façon ou d’une autre ? Il n’y a pas grand mérite à de tels phénomènes » (Ramana Maharshi, entretien 32 du 4-2-1935).
Et qui dit « corps » dit nécessairement SEXE : « Parce que vous croyez que vous êtes le corps, vous voyez l’autre comme étant un corps.
Ainsi naît la différence de sexe. Mais vous n’êtes pas le corps. Soyez le vrai Soi. Alors il n’y a pas de sexe ». (Entretien 169 du 24-2-1936).
« Qu’êtes-vous en réalité ? Vous n’êtes pas le corps. Vous êtes pure conscience. Le grihastha-dharma et le monde ne sont que des phénomènes qui apparaissent à la surface de cette pure conscience [comme les images qui apparaissent sur l’écran de cinéma, exemple souvent donné par le Maharshi]. Celle-ci n’en est pas affectée. Qu’est-ce qui vous empêche d’être votre propre Soi ? »
Idem en ce qui concerne le spatio-temporel :
« Où allez-vous ? Vous n’allez nulle part. À supposer même que vous soyez le corps, votre corps est-il venu de Lucknow à Tiruvannâmalai ? Vous étiez simplement assise dans la voiture ou autre moyen de locomotion qui a bougé ; pour finir, vous dites que c’est vous qui êtes venue ici. Le fait est que vous n’êtes pas le corps. Le Soi ne bouge pas. Le monde bouge en lui. Vous êtes seulement ce que vous êtes. Il n’y a pas de changement en vous. Par conséquent, même après un soi-disant départ d’ici, vous êtes ici, là-bas et partout. Ce ne sont que les scènes qui changent.
Quant à la grâce, elle est en vous. Si elle était extérieure, elle n’aurait aucune valeur. La grâce est le Soi. Vous n’êtes jamais hors de son activité. La grâce est toujours présente ». (Entretien 251 du 29-9-1936).

Spatio-temporel et Dedans-Dehors tant qu’on veut SAISIR le mental pour le contrôler :
« Aussi longtemps que vous cherchez la réalisation du Soi, le guru est nécessaire. Le guru est le Soi. Considérez le guru comme étant le Soi réel, et vous-même comme étant le soi individuel.
La disparition de ce sentiment de dualité amène la dissipation de l’ignorance. Mais tant que la dualité subsiste en vous, le guru est nécessaire. C’est parce que vous vous identifiez au corps que vous pensez que le guru est, lui aussi, un corps [principe aussi du transhumanisme, considéré COMME UNE PROTHÈSE, UN SOUTIEN, UN OUTIL]. Vous n’êtes pas le corps, pas plus que le guru. Vous êtes le Soi, comme l’est aussi le guru. Cette connaissance est obtenue par ce que vous appelez la réalisation du Soi ». (Ramana Maharshi, entretien 282 du 16-11-1936).

« Vous n’êtes pas le corps. Tant que vous vous identifiez au corps, vous voyez des fourmis, des plantes et tout le reste. Si vous demeurez dans le Soi, il n’y a rien qui soit séparé du Soi ». (Entretien 341 du 23-1-1937).

Laurent Alexandre veut UNIQUEMENT changer son corps pour un « corps meilleur », comme si la Nature était une IMPERFECTION, c’est aussi simple que ça. LE TRANSHUMANISME EST UN « MESSIANISME TECHNOLOGIQUE », ni plus ni moins, dans la tradition des « Plus ça change et… ».
Laurent Alexandre et ses patrons-gurus de leur Vallée Siliconée se situent DANS CES EGO QUI VEULENT VOIR LE TROU (ou qui veulent sortir de l’Univers pour voir « comment ça marche » et si possible l’« améliorer »). Mais « voir le trou » est une impossibilité, dans un trou il n’y a rien d’autre que le trou, donc pas de trou à voir ! C’est la définition du N’EST PAS X : RIEN À SAISIR, AUCUNE LOI DE SUCCION OU AUCUNE ATTRACTION UNIVERSELLE ET EUCHARISTIE.
« N’est pas X » laisse la porte ouverte à tous les possibles, puisque cela revient à dire que les choses n’ont pas d’être en et par soi, elles ne sont que de simples imputations nominales. C’est-à-dire que la Chose par la désignation du « N’est pas X » est saisie dans sa Singularité, POINTAGE, une unicité qui contribue à la faire apparaître comme extra-ordinaire et comme phénomène INCONNAISSABLE, INSAISISSABLE, INCOMPRÉHENSIBLE (2), ÉCHAPPANT À LA LOI DE SUCCION.

Le transhumanisme ne concernera donc QUE LES OBJETS-CORPS. Et si la conscience a le pouvoir de prouver son objet, SUR QUOI REPOSE LA CONSCIENCE ? Sur les programmateurs et les firmes construisant les prothèses transhumanistes ???
Si au contraire, c’est l’objet, donc le robot ou l’« intelligence artificielle » qui prouve la conscience, QUEL EST LE POINT D’APPUI OU AXE DE CET OBJET ? S’ILS DÉPENDENT L’UN DE L’AUTRE POUR EXISTER, AUCUN DES DEUX N’EXISTENT RÉELLEMENT ET AUCUNE « RÉALITÉ AUGMENTÉE » N’EST AUGMENTÉE, NI N’EST MÊME LA SIMPLE RÉALITÉ !

S’IL N’EXISTE PAS DE TEMPS SANS UNE CONSCIENCE QUI LE VOIT, D’OÙ VIENT CE TEMPS ?
De même l’existence de la graine d’une plante est constatée par une conscience différente de la graine. Mais qui constate l’existence de la conscience à laquelle l’objet est révélé, ou, qui constate la réalité virtuelle du méta fabriqué, évidemment par un Dehors, par d’autres ? (À moins que dans le transhumanisme il existe : ceux qui se construisent eux-mêmes de A à Z leur « augmentation », et ceux qui sont soumis au Dehors par ceux qui leur construisent leur « prothèse en augmentation »).

Formule d’éternité dans le « N’est pas X » : Savoir, Pouvoir, Oser, Se TAIRE (le dernier terme étant le X, l’INSAISISSABLE).
Si ZUCKERBERG est la cause de mondes virtuels, tel son Dieu de son Ancien Testament, dites-moi donc, ceux qui s’a-musent à la réalité virtuelle, ce que ce nouveau Dieu est pour vous, et ce monde qui y est contenu ?
Comme votre Créateur n’est que virtuel, il est inconcevable, non-né, alors vous ne pouvez le saisir au sens que vous ne pouvez rien affirmer de Lui, alors que vous croyez à l’ego possesseur et suceur.
S’il a désiré crée, tout ce qui a une naissance a nécessairement une mort.
LA CONSCIENCE NAÎT NÉCESSAIREMENT SANS OBJET (de son objet), SANS LOI DE SUCCION OU SANS ATTRACTION « UNIVERSELLE ».
Si la cause première n’a pas de commencement, ZUCKERBERG, dit-nous quand ton Big bang Meta commencera son effet : une Nouvelle Terre « augmentée », des Nouveaux Cieux « augmentés » ?
Pourquoi ZUCKERBERG ne crée-t-il pas constamment puisqu’Il ne dépend de rien d’autre (il est du « peuple élu » et donc ne dépend de rien d’autre que de « lui-même » tel un Réalisé, un Bienheureux, tel Ramana Maharshi.
Si ZUCKERBERG n’est rien qu’il n’est crée, de quoi dépendrait-il ?
S’il était dépendant (par exemple des financiers ou des banques), la combinaison des causes serait la cause, et non Dieu (ZUCKERBERG).
La combinaison réalisée, il ne pourrait empêcher la production de l’effet ; et dans le cas contraire, il ne pourrait la provoquer.
Si contre sa Volonté, ZUCKERBERG crée, Il obéit à cet âge du Kali yuga, soit à un Dehors en tombant et dans la racine du mal et dans la saisie.
Ainsi, ZUCKERBERG est soumis au DÉSIR, à LA LOI DE SUCCION. Alors, ZUCKERBERG est-il Dieu (transhumaniste) ?
Bien pire : Pourquoi une Cause ? Pourquoi serait-elle nécessaire, utilitaire, à ce qui existe ? réellement ou dans le Meta ?
Et quelle Cause, encore, est nécessaire à ce qui n’existe pas puisqu’alors insaisissable, virtuel ?

Même virtualisées, numérisées, les causes n’existent pas car elles ne peuvent modifier ce qui n’existe pas.
Qu’est-ce qui, dans l’insaisissable (2), le non-être, pourrait devenir quelque chose ?…
Comme écrivait Gustave Thibon dans : L’ignorance étoilée :
- Soit on met son espérance suprême dans l’éternité, ou dans l’avenir (SI ON SAISI LE TEMPS-OBJET ON TOMBE DANS UN AVENIR SANS ÉTERNITÉ).
- Soit on opte pour le Dieu qui s’est fait Homme (Christ, Réalisé ou Bienheureux), tel le « Je suis ce JE SUIS », et dans le Thème paradoxal du « Qui suis-je ? ». On a alors UNE ÉTERNITÉ SANS AVENIR.

Donc si on opte pour l’utilitarisme anglo-américain et la facilité du transhumanisme, c’est-à-dire pour l’Homme qui s’est fait Dieu, Nous avons UN EYES CANDY ÉCLATANT EN UN MESSIANISME OU EN UNE CAROTTE SANS ÉTERNITÉ.

(La carotte étant attachée à distance devant la tête de l’âne pour le faire avancer).

Qu’est-ce que c’est l’ANTÉCHRIST ?
C’est Celui (ou Ceux) qui fait disparaître le commerce….



Notes.
1. Leur Jehovah, qui n’est évidemment pas le JEHOVAH du « Je suis ce JE SUIS » ou du « Le Royaume des Cieux est au Dedans de Vous » (le JEHOVAH-SHIVA-PTAH-ISIS, etc.).

Le « vrai » JEHOVAH est donc le nom Élohim qui veut dire « puissance du jour » ; il correspond à Phœbus (Apollon) le fauve ou l’orangé, jaune sombre du FAUVE (du grec xanthos : jaune). Le nom de JEHOVAH se compose en deux temps du verbe Être (ou vivre), en hébreu : Éheiéh (il vivra) ; havah (il a vécu). Quant au point de jonction entre passé et futur, IL RESTE COMME LE CENTRE NULLE PART : l’insaisissable Blanc de l’Instant formant les sept Couleurs de l’Arc-en-Ciel tout aussi insaisissable.
Hélas, s’il y a bien une distinction entre l’Élohim et le Jéhovah concernant le buisson ardent, ça reste de la géométrie euclidienne de la ligne droite…

Comme déjà souvent écrit, les Univers sont FRACTALES, et nous sommes ces Fractales, nous sommes dedans. Le Point est ce qui « relie » les Univers. Le Point ou SOI, CENTRUM CENTRI ou PILIER-AXE-STARGATE d’où l’Eau jaillit. C’est-à-dire que rien n’est fixe, il n’y a pas de naissance et son corollaire la mort. Par exemple il n’y a pas une « naissance de la Terre », il ne peut y avoir qu’une PRÉ-TERRE, BIEN AVANT LA « NAISSANCE DE L’UNIVERS » (théorie du Big Bang), ou sa « création » par un-des Elohim-YHWH, à distinguer du malade sanguinaire YHWH monothéiste Jéhovah : Yahvé Sabaot, celui qui veut ravager tout le pays (Isaïe 13, 4-6). Donc l’Univers et les Univers n’ont ni naissance ni mort.
(Elohim-YHWH = DES Dieux et non pas un Dieu… Comme Shiva est aussi Ishvara [Dieu] et Shakti [énergie], ou comme Orisis étant aussi Seth le mauvais côté d’Osiris, ou Chaos…).

2. INSAISISSABLE, INCOMPRÉHENSIBLE telle la définition du Paradoxe de la Réalisation du Soi : « Le ‘Je’ [le Soi] rejette l’illusion du ‘je’ [ego] et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).
INSAISISSABLE, INCOMPRÉHENSIBLE : la recherche de sa propre identité rejoint l’exemple ci-dessus du policier devant procéder à sa propre arrestation, comme chercher à sortir de l’Univers ou tenter d’identifier ce qui est LE SEUL RÉEL, lequel étant précisément ce qui, pour être SANS COPIE, non numérisable, demeure insaisissable à toute entreprise d’identification ou de mise en informatique, ou en prothèse transhumaniste. Une identification est typiquement loi de succion : ramener un nom-la-forme inconnu à un nom-la-forme connu ; opération impossible dans le cas du Seul Réel qui est SINGULARITÉ, UNITÉ, UN, IDIOTÈS : IL EST SEUL À ÊTRE SEUL, d’où à nouveau le renvoie à François Michelin cité plus haut… Le Seul Réel est INSAISISSABLE, ÉTRANGER À TOUTE CARACTÉRISATION, et c’est précisément là son caractère unique que d’être sans caractère assignable ; IL EST INSOLITE : « Je suis ce JE SUIS », seul, UNIQUE : « Le Royaume des Cieux est en Vous ».
 
 

Dernière mise à jour : 25-03-2022 22:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >