Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Loi de succion et loi de succion
Loi de succion et loi de succion Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-04-2022 22:43

Pages vues : 1000    

Favoris : 51

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, MIB, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
kronos_rubens_saturn_loi_succion_valeur.jpg
 
 
Loi de succion et loi de succion
« Écrasons l’infâme », disait Voltaire
en parlant du Divin, et ainsi amorçant
LA POMPE AMBIGUÏTÉ.
TOUT LE SACRÉ EST DOUBLE, AMBIGUÏTÉ :
Un Saint est l’ombre du Sorcier et le
Sorcier est celle du Saint.
QUAND VOUS RENCONTREZ UN SAINT OU UN
RÉALISÉ, CHERCHEZ SHIVA : la fonction
de dissolution et de destruction, le
transformateur des Êtres. (Le rôle de Shiva
est central dans l’existence du Maharshi).
 
Saint et Sorcier sont les deux pôles d’un
même système : LE SACRÉ. Les Romains déclaraient
”sacer” (sacré) celui qui ne pouvait être touché
sans être souillé et sans souiller, celui qui s’était
rendu coupable d’inceste ou de meurtre, ou qui avait
commerce avec une femme en période menstruelle.

La Réalisation du Soi est aussi paradoxale que
la loi de succion en sa Fontaine de Jouvence :
la « Divine Bouteille » (aussi valable et surtout
au temps des Chasseurs-Cueilleurs)(2).
L’abject et le Divin se côtoient et la Face du
Christ appelle à la fois les crachats et les
rayons de sainteté ou de Réalisé vivant.
Un Dieu fait humain ne peut qu’être A-doré,
dans le sens du A privatif et doré : privé
d’appropriation personnelle, ou foulé aux pieds
comme un vermisseau ou une crotte de bique :
Ego sum vermis et non homo.

Il y a bien Loi de succion et loi de succion
et donc DEUX ATTRACTIONS ”UNIVERSELLES” (l’une
peut s’appeler mais casse-gueule : « Ascension »).
En ce monde actuel c’est maintenant : MALHEUR
AUX RICHES, MALHEUR AUX MACRON : les biens les
plus pauvres, les meubles d’une cabane, d’une
chaumière, les fruits-légumes du jardin, tout ce
qu’enfante le labour uni à la SIMPLICITÉ, tout ce
qui soutient la réalité SANS L’AUGMENTER, SANS LA
PROFANER, porte en soi quelque chose de la
VIERGE NOIRE, de SACRÉ : c’est donc d’une
LOI DE SUCCION qu’émane de façon Maât ou directe
l’Être, dans le mystère du Gate gate pâragate
au sens d’intimité ou d’insaisissable, comme une
pasquerette est Sans Pourquoi, un parfum autour
d’une fleur est Sans Pourquoi.

Plus le capitalisme devient un système et la
richesse devient augmentée (pour certains), plus
le lien entre l’avoir et l’Être s’amenuise et se
relâche : le Labour (sens générique de ”cultiver”)
du  simple ou du pauvre devient la Fontaine qui
remplit la citerne-coffre bancaire du riche industriel
en FAIRE/FER qui rouille.


Et dans ce monde devenant de plus en plus virtuel,
artifice, l’argent non gagné par le labour en
un engagement personnel, DEVIENT UN TALISMAN
ANONYME QUI PROCURE UNE SONGERIE (pas de faute)
de SAINT GRAAL, mais frappe de mort tout ce qu’il
touche, et, s’il peut réunir en une seule
grappe tous les « biens » du monde, il est incapable
de récolter les moindres raisins. Il pollue toutes
les terres et rend incapable la pousse de la
moindre vigne et les fruits qui poussaient
naturellement ne poussent plus que par
artifice chimique de ses usines.
CELUI QUI POSSÈDE NE PEUT QU’ÊTRE
DÉPOSSÉDÉ NATURELLEMENT.

CAPITALISME = INGÉNIERIE DE LA FORTUNE = EGO AUGMENTÉ
PAUVRETÉ = SIMPLICITÉ = ROYAUME DES CIEUX.
Le « Malheur aux riches » de l’Évangile, et celui
de Pétrone dans le Satyricon : « Que peuvent les
lois, où l’argent est seul maître, et où la
pauvreté ne peut avoir raison ? »
ne sont pas un
anathème jeté sur les biens de la terre, mais
plutôt UN CRI DE PITIÉ VIS-À-VIS DE CEUX QUI
SONT CONDAMNÉS À N’EN CONNAÎTRE JAMAIS LA SAVEUR
QUI EST FAITE D’UNE LONGUE TRAVERSÉE DE
SILENCE PONCTUÉE TRÈS RAREMENT DE FULGURANTS
ÉCLAIRS DE JOUISSANCE, FONTAINE DE JOUVENCE
OU TRINQ, résumant ainsi l’autre Loi de succion,
celle décrite par Luc 18,16 : « Laissez venir à moi
les petits enfants, et ne les en empêchez pas ;
car le Royaume de Dieu est pour ceux qui leur
ressemblent ».
C’est le Vrai Saint Graal que décrit Luc, la
Vraie Loi de Succion (Fléau, Renoncement, Putréfaction).
« Demandez à l’homme le plus fortuné du monde, s’il connaît
son Soi. Il vous dira « non ». Que peut-on connaître si
l’on ne connaît pas le Soi ? Le savoir humain est bâti sur
une fondation si fragile ». (R.M. entretien 43 du 28-3-1935).



La TRINQ décrite par Hyacinthe Dubreuil :
Le Merveilleux, le Mystère, est maintenant devenu une industrie notamment de Hollywood, des usines Disnyaiseries et de ses paroisses dans le monde, et aussi dans les jeux vidéo….
Il y a déjà des décennies que l’on ne « souffle plus la chandelle » !…
Technologie et maintenant thérapie génique qui robotise les humains. Avant 1914 et même il y a 60 ans, les enfants de parents pauvres qui n’avaient rien à la Noël inventaient leurs jouets, dans lesquels leur imagination voyait des merveilles. De nos jours ont achète des merveilles en boîtes : chez les « spécialistes », à Hollywood ou dans de grandes surfaces du mercantilisme galopant (merveilles ayant nom « tablettes » ou « smartphones », orange du Noël moderne et totalement mercantile). Tout est Mouvement, mais il y a là tout de même un sérieux problème, même s’il n’est pas question de retourner en arrière à l’éclairage à la chandelle qui coûtait un sou !!! Comme écrit Hyacinthe Dubreuil : « Le soir, un repas plus que modeste étant terminé, il restait du feu dans la cheminée, car c’était le temps où l’on y faisait la cuisine directement. Du feu suffisant pour que sa lumière projette des ombres sur les murs. Alors, sur la table, ma mère « soufflait » la chandelle en disant : après tout, pour causer, on n’a pas besoin d’y voir clair ». Les ombres sur les murs c’était le Hollywood de l’époque que l’on se fabriquait soi-même (pas besoin des « spécialistes », pas besoin des commerçants et autres ”rois”)).
Oui, il y a bien un big problème avec l’évolutionnisme mortifère de la mise en valeur du temps juif institué par les trois religions du Livre et leur Super Carotte « fin des temps » qui ronge cette planète depuis près de 200 ans. Big problème à cause des spécialistes, ces gens EXTÉRIEURS, CES « SPA(é)CIALISTES » de l’indistinction indifférenciée QUI VENDENT LEURS SERVICES, COMME LES BANQUIERS MARCHANDS DE CONFIANCE, DE CROYANCE, COMME CES TROIS RELIGIONS DU LIVRE, DONC DU FIXISME.

« En ce temps là [celui de la bougie] les ombres sur les murs constituaient une sorte d’exercice d’imagination [genre lanterne magique ou spectacle d’ombres chinoises], que les nouvelles inventions ont supprimé. On s’amusait à en composer avec les mains. Est-ce qu’on n’a pas perdu quelque chose par la disparition de ces exercices, qui sont d’ailleurs devenus impossibles avec notre lumière intense et diffuse. Aujourd’hui, on ne compose plus ces ombres qu’on appelait « chinoises ». On va voir les images « préfabriquées » et mécanique du cinéma, qui laissent l’esprit passif. On pourrait dire la même chose au sujet de la multiplication des jouets mécaniques [et aujourd’hui électroniques]. Autrefois les enfants qui n’avaient rien [ou au mieux une Orange à Noël] inventaient leurs jouets, dans lesquels leur imagination voyait des merveilles... », écrit Hyacinthe Dubreuil dans J’ai fini ma journée. Une imagination enfantine, simple mais merveilleuse.

Depuis la perte de « l’Orange de Noël » (ou perte du Merveilleux) et la vie tournée uniquement vers le Dehors (de la dualité Dedans-Dehors engendrant la SAISIE, au Dehors), le merveilleux fabriqué par Hollywood et autres conformités fabriquées par la palanquée de spécialistes du commerce, les masses sont mille fois plus programmables, zombifiables, par LA TECHNOLOGIE, LES MASSES SONT DE MOINS EN MOINS AUTONOMES PAR RAPPORT À AVANT 1914 AVANT LA GUERRE MONDIALE : de moins en moins de gens sont capables d’analyser en conscience les choses en profondeurs, les masses deviennent ainsi beaucoup plus manipulables. ET C’EST LE PARADOXE DES LOIS DE SUCCIONS COMME DE LA RÉALISATION (du Soi) : les masses se noient maintenant sous des déluges d’informations procurées par la technologie et AINSI LES MASSES SONT BEAUCOUP MOINS ÉQUIPÉES POUR DISTINGUER LE VRAI DU FAUX, ELLES DEVIENNENT DÉPENDANTES DES « SPÉCIALISTES » (DÉPENDANTES AU DEHROS) ET SURTOUT ELLES SONT MANIPULÉES PAR LE SENTIMENT, L’ÉMOTION (très visible depuis le 11 septembre 2001, le covidisme et l’ukrainisme avec Boutcha etc.) ; tout ceci augmente la tyrannie de l’opinion en la dualité pur-impur à travers les réseaux de haine sociale en internet, et nourrissent les spécialistes comme le politisme gouvernemental en bandes et institutions organisées, y compris les médias-censures aux ordres et au fric/flic du régime capitalo-républicain.
Les réseaux sociaux de la haine en internet : leurs paroissiens constituants n’ont pas compris que chacun(e) est eux-même et EN MÊME TEMPS TOUS LES AUTRES, LE MONDE, L’UNIVERS, VOUS, MOI, L’AUTRE, LES AUTRES, etc.


COMMERCE, SOCIAL, CES DEUX MOTS/MAUX DÉSORMAIS TRANSFORMÉS EN MAUX, ET QUI USURPENT LE NOM DE L’AMOUR (une femme a ”commerce” avec un(e) amant(e)). AINSI LE COMMERCE EST LA LOI DE SUCCION KILLER, CET AMOUR QUI N’EXISTE PAS, PUISQUE TOUT CE QUE LES HUMAINS ACTUELS NOMMENT « AMOUR » N’EST QUE LE CAPITALISME, LE COMMERCE ÉGOÏSTE, LA SAISIE PAR LOI DE SUCCION DU DIABLE : SYNONYME DE POSSESSION : POSSÉDER LES ÂMES, ET ORGANISER (administrer) DES « VÉRITÉS ».

LE VÉRITABLE AMOUR ET VRAIE LOI DE SUCCION EST INSAISISSABLE : IL ÉCHAPPE À TOUTES LES BALANCES DU COMMERCE ET EN DEVIENT LE FLÉAU DE CETTE BALANCE QUI BALANCE LA VÉRITÉ, L'INSTANT (PAN).
AMOUR = LE CENTRE QUI EST NULLE PART. Car plus l’union entre deux humains est impur, plus elle a besoin, pour vivre, d’alliances étrangères à l’Amour proprement dit : appétit charnel, communauté d’habitudes et d’intérêts, de rituels pervers ou de conventions en contraintes légales et socialistes, etc., valable aussi actuellement dans ce qu’il se passe au printemps 2022 dans l’ukrainisme… Car c’est sur un tel réseau d’alliances que repose par exemple, dans l’immense majorité des cas, la stabilité du mariage ; on devient égoïste à deux ou à plusieurs (en communauté ou dans les nations par exemple genre ”Union européenne”), réciprocité dans le plaisir ou la vanité, soumission aux mêmes conformismes sociaux et commerciaux stériles.
Bref, avez-vous déjà rencontré un humain dont l’amour ne dépende pas de la loi de succion (ses besoins, intérêts et goûts et comptes en banques) ? Et l’amour, ici-bas, peut-il se suffire à lui-même chez un humain non réalisé et dont la substance même est la loi de succion en un tissu commercial : relations, échanges, alliances ou réseaux, etc. ?
Il ne peut donc pas exister un amour humain autonome, LIBRE, il ne peut se passer de la loi de succion : les alliances (vivre ensemble), comme celle qu’il peut porter à son doigt.

Seule, la SOUMISSION À LA GRATUITÉ OU AMOUR ABSOLU SANS CONDITION, tel : « Le Royaume des Cieux est en Vous », c’est gratuit et sans condition, qui libère des chaînes de la nécessité ou de l’utilitarisme, et bien-sûr du mensonge.
Et c’est en ce sens que l’on peut parler de SHIVA, de L’AMBIGUÏTÉ DU SACRÉ (1), et de LA FONTAINE DE JOUVENCE, LA TRINQ.
Alors que dans le spatio-temporel cet « amour » ou commerce risque de rendre faisable la fabrication des besoins et des désirs temporels par loi de succion artifice liée à l’ego, au corps !

AMOUR-GRATUITÉ = LE SENTIER, LE PÉRÉGRIN DESSUS, SOIT LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE : LE « QUI SUIS-JE ? ».
Or rendre les choses temporelles par l’opinion C’EST FAIRE COMMERCE ET ACTIONNER LA LOI DE SUCCION ARTIFICE. L’humain actuel possède seulement le MASQUE de l’amour, il n’en possède pas le VISAGE.


LA FUSION TOTALE EST IMPOSSIBLE : On ne peut pas saisir ce qui sépare sans être aussitôt séparé de ce qu’on saisit.
A - Vouloir saisir l’Âme. Il faut d’abord un corps, mais en considérant l’ensemble, on tient ainsi le corps et pas l’Âme !
B - On ne peut pas saisir une lame de Métal sans se couper les doigts (ou alors du côté non tranchant !), il faut un manche : on appelle cela un couteau. Mais quand on saisit le couteau, on tient alors le manche et pas la lame ! De même un individu ne peut pas être le Suprême et en même temps goûter la Félicité de cet état ; c’est pourquoi l’individualité doit être maintenue d’un côté et la divinité de l’autre pour que la jouissance puisse exister.
Mais Dieu est-Il matière inconsciente comme le sucre [ou le couteau] ? Comment peut-on s’abandonner et cependant conserver son individualité pour jouir du Suprême ?
On ne possède pas l’Amour : « ”Un jour je m’éteindrai, libéré des groupes d’appropriation physique et psychiques, le nirvana m’atteindra”. Prendre les choses ainsi, c’est le comble de l’appropriation », explique Nagarjuna dans la Stance 16,9.
SUIVANT L’ÉVEIL PAR LE GATE GATE… ON RESTE TOUJOURS SÉPARÉ DE CE QU’ON CONTEMPLE ET ENCORE PLUS DE CE QU’ON POSSÈDE (d’où le winnerisme ou succès du capitalisme créateur de besoins sans limite : fabriquer le consommateur pour le rendre perpétuellement drogué au pouvoir d’achat, soit le rendre toujours insatisfait, comme la médecine industrielle ne doit pas guérir mais « soigner » sinon elle fait faillite, rendre le consommateur anxieux et agité et le conforter dans ce style unique de vie : par loi de succion ressentir un appétit insatiable, en produits mais aussi en expériences « d’accomplissement ou de développement personnel ». Comme si le pouvoir d’achat c’était la « liberté » enfin re-trouvée ! Et c’est ceN que pratiquement tous les candidats au TRÔNE français de 2022 vendent aux troupeaux de votants, à commencer par Marine Le Pen : le monde où la vie se résume en UTILITARISME : absolument tout invite à CROIRE que la vie se limite au sensible, au mental ou corps, entre le berceau et la tombe. C’EST LA CHOSIFICATION DE L’HUMAIN, SA NUMÉRISATION ; ET DANS CE CONCEPT, IL N’Y A PAS DE LIMITES, C’EST LE RÈGNE DE LA QUANTITÉ ET DU CHIFFRE PUISQUE ON PEUT DIVISER SANS FIN UN CORPS CHOSIFIÉ, INDIFFÉRENCIÉ (dans le « vivre ensemble » et l’égalitarisme et la pensée unique normalisée).


Au final, l’humain n’a besoin que de la loi de succion non artifice commercial, celle décrite ci-dessus par Luc, puisque l’humain donne le nom « amour » à tant de commerces et NÉCESSAIREMENT AU CAPITALISME de ces amours étrangers et opposés à l’AMOUR-GRATUITÉ, puisqu’il porte seulement le masque d’un amour stérile aussi nommé « économie » : au sens étymologique de la MAISON, donc du Soi synonyme d’Amour-Gratuité, maintenant confondu et totalement fondu avec le social, le commerce et son « vivre ensemble » échangiste (en réseaux) ; si bien que tout ici-bas peut être imprégné et dominé par l’amour (temporel, mais avec Re-tour à l’Amour-Gratuité).

ÉCONOMIE = ÉTYMOLOGIE DE MAISON. MAIS, DE QUELLE MAISON S’AGIT-IL ? DE CELLES DE WALL STREET ET DE LA CITY ? OU :

Ramana Maharshi déménagea d’une grotte à l’autre. « Il y a beaucoup de logis dans la maison de mon Père », disait-il. La grotte qu’il choisit en premier et où il séjourna le plus longtemps était nommée Virupaksha, d’après le nom d’un saint qui y vivait jadis et qui y est enterré.
« Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n'était pas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place » (Jean 14, 2).
Ainsi on confond la loi de succion vulgaire en bouffant de la satisfaction morale que l’on a de son corps-mental, et qui ne conforte ou augmente que l’ego, avec la Vraie Nature de l’humain : l’Être, le seul étage de la Maison.
La satisfaction morale EST LE MÊME COMMERCE QUE CELUI DU CONSOMMATEUR: LA « LIBERTÉ » DE CHOISIR LA COULEUR DE SES CHAUSSETTES IDENTIQUE AUX OBSERVANCES RITUELS : « Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas ! (Colossiens 2, 21), COMPARABLE AUX « VALEURS DE LA RÉPUBLIQUE » QUI CHERCHE A AMENER À LA SAINTETÉ (sens de liberté, de Salut) SES CITOYENS. Or il n’y a pas pire égoïsme et anti-humain que le régime républicain-capitaliste qui place la majorité des humains dans des conditions où le simple accomplissement de leur « valeur républicaine » exige quasiment la Réalisation du Soi : VALEUR DE LA RÉPUBLIQUE = PRÉTENTION À ACCULER LES MASSES À LA SAINTETÉ, À LA LIBERTÉ, CHOSE CACHÉE par ce régime en la forme de la Stance 16,9 ci-dessus, puisque depuis 1789 tous les êtres humains sont devenus ROI et ”responsable”, ”autonome”, et seraient par ce dogme considérés comme « libres » (et égaux), les citoyenisés sont donc dans le NIRVANA RÉPUBLICAIN SOUS LA FORME PROCHAINE ET PROMISE : « VOUS NE POSSÉDEREZ RIEN ET VOUS SEREZ HEUREUX ». ALORS IL N’Y AURA PAS DE MEILLEURE PROTHÈSE POUR TUER TOUTE MORALITÉ (au sens du mental et de l’affectivité consciente) ET AUGMENTER LA SATISFACTION DE LA CHAIR-OBJET : On ne peut pas saisir ce qui sépare sans être aussitôt séparé de ce qu’on saisit, qui est devenu le Saint Graal du capitalisme :
créer des besoins et rendre le consommateur perpétuellement insatisfait, angoissé et blasé, tout en créant de nouvelles formes de mécontentements pour augmenter la loi de succion de l’attraction « universelle ».

A - Vouloir saisir l’Âme. Il faut d’abord un corps, mais en considérant l’ensemble, on tient ainsi le corps et pas l’Âme !
B - On ne peut pas saisir une lame de Métal sans se couper les doigts (ou alors du côté non tranchant !), il faut un manche : on appelle cela un couteau. Mais quand on saisit le couteau, on tient alors le manche et pas la lame ! De même un individu ne peut pas être le Suprême et en même temps goûter la Félicité de cet état ; c’est pourquoi l’individualité doit être maintenue d’un côté et la divinité de l’autre pour que la jouissance puisse exister (voir l’Imagination créatrice dans l’œuvre de Henry Corbin : L’Imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn’Arabi).
Mais Dieu est-Il matière inconsciente comme le sucre [ou le couteau] ? Comment peut-on s’abandonner et cependant conserver son individualité pour jouir du Suprême ?
« O, Arjuna, Je suis le Soi, demeurant dans le coeur de tous les êtres… » Bhagavad-gītā (X, 20). Ce verset montre que le Seigneur est l’ātman (le Soi) de tous les êtres. La Bhagavad-gītā dit-elle « le Soi de tous les soi » [renvoyant au mondialisme actuel] ? Si, par ailleurs, vous vous immergez dans le Soi, il ne restera plus trace d’individualité. Vous deviendrez la Source elle-même.
Dans ce cas, qu’est-ce que l’abandon ? Qui doit abandonner quoi et à qui ? Cela constitue la dévotion, la sagesse et l’investigation ». (Ramana Maharshi, entretien 208 du 18-6-1936)
Rituel de la « valeur républicaine » = non seulement l’élection du roi républicain(e) mais aussi et entre autres « l’offre gratuite soumise à condition » du commerce. Cette singerie de gratuité est bien un rituel, comme celui SAISONNIER des SOLDES (attrapes-couillons). Le rituel du saint graal des soldes et celui des élections.
Le wokisme est aussi une forme de rituel en morale (et de ”bien pensance” conventionnelle) dans ce qu’énonce Colossiens 2, 21 cité plus haut ; idem pour la ”cancel culture” à la mode puritanisme anglo-saxon des « Sorcières de Salem ». De nos jours on ne brûle plus ceux qui ne pensent pas comme la pensée unique, on les dégomme par le feu de l’opinion…

« Est-il possible d’atteindre un état de conscience qui est au-delà des pensées ?
Oui, Il n’y a qu’une seule conscience qui subsiste dans les trois états de veille, de rêve et de sommeil profond. Dans le sommeil profond, il n’y a pas de ‘je’. La pensée ‘je’ s’élève au moment de l’éveil, et alors le monde apparaît. Où était ce ‘je’ pendant le sommeil ? Existait-il ou n’existait-il pas ? Il devait bien exister, mais pas de la façon dont vous le ressentez maintenant. Le ‘je’ de l’état de veille n’est que la pensée ‘je’, alors que celui du sommeil profond est le vrai ‘Je’ qui ne cesse pas d’exister. C’est la Conscience [infinie]. Si vous la connaissez, vous verrez qu’elle est au-delà de toute pensée.
Pouvons-nous penser sans le mental ?
Les pensées sont semblables à toutes les autres activités et ne troublent en rien la Conscience suprême ». (Ramana Maharshi, entretien 43 du 28-3-1935).

La Loi de Succion Ascension ou Diabolique (GATE GATE) chez Lao-tseu, Verset XX du Tao-tö king, trad.
Liou Kia-hway :

Abandonner l’étude c’est se délivrer des soucis.
Car en quoi diffèrent
oui et non ?
En quoi diffèrent
bien et mal ?
On doit redouter cette étude que les hommes redoutent,
Car toute étude est interminable.

Tout le monde s’échauffe et s’exalte
comme s’il festoyait au cours d’un grand sacrifice,
ou qu’il montât sur les terrasses du Printemps.
Moi seul je reste imperturbable
comme un nouveau-né qui n’a pas encore ri.
Moi seul j’erre sans but précis
comme un sans logis.

Tout le monde a sa richesse,
moi seul parais démuni.
Mon mental est celui d’un ignorant
parce qu’il est très lent.
Tout le monde est clairvoyant
moi seul suis dans l’obscurité.
Tout le monde a l’esprit perspicace,
moi seul ai l’esprit confus
qui flotte comme la mer, souffle comme le vent.
Tout le monde a son but précis,
moi seul ai le mental obtus comme un paysan.

Moi seul, je diffère des autres hommes
parce que je tiens à téter ma Mère.


Notes.
1. AMBIGUÏTÉ ET DIVINE BOUTEILLE : le ivrognes ont la réputation de voir DOUBLE : VOIR LE DUALITÉ EN SON ENSEMBLE, SANS DISTINGUER BIEN ET MAL OU PUR ET IMPUR. Bref, l’ivrogne perçoit simple, et le sobre fait dans la dualité et c’est lui qui voit double. Voir cette illustration de l’Éveillé chez Bertolt Brecht dans son Maître Puntila et son valet Matti, dans le contexte ÉVEIL-SOMMEIL, l’Éveil étant provoqué par son état quand il était ivre, à ce moment là il était dans son état ICI ET MAINTENANT, son état d’Éveil. Évidemment cette voie d’accès au Seul Réel n’est pas la plus recommandable…. Parce qu’elle retombe dans la racine du mal : la dualité Dedans-Dehors et la SAISIE (de l’alcool augmenté à rend ivrogne : TRINQ). On comprendra facilement que pour l’État, tout ce qui est alcool et stupéfiant soit interdit… l’Éveil serait dangereux pour lui, ainsi il lui faut garder les masses « sobres »… En contrepartie, l’État autorise toute une palanquée d’autres stupéfiants (dont les anti-dépresseurs) comme sa propagande politicarde, etc…, et surtout autorise LA DROGUE MONDIALE : LA CITY DE LONDRES, SES BANQUES, SON WALL STREET ET TOUTE L’ÉCONOMIE OU MAISON CAPITALISTE ALLANT AVEC.

LA CHOSE SIMPLE STUPÉFIE (PANique), CAR ELLE REND INSOLITE, RARE, ELLE « COUPE LE SIFFLET », LE SOUFFLE. L’ivrogne est comme un ÉVEILLÉ qui s’ignore… Tel peut être le sens de « la Divine Bouteille » comme la décrit Rabelais, donc la TRINQ, la Loi de Succion au sens de Luc et de Hyacinthe Dubreuil ; LA PREMIÈRE ATTRACTION ET SEULE UNIVERSELLE : LE DIABOLIQUE : À TRAVERS, soit le  « GATE GATE PÂRAGATE PÂRASAMGATE BODHI SVÂH » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) du Soûtra du Diamant. « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

2. DIVINE BOUTEILLE ET AMBIGUÏTÉ : DANS UN TROU IL N’Y A PAS DE POUR-VOIR OU POUVOIR : LE BATELEUR (jeu du Tarot) EST UNE VARIATION DE CE TROU : UN FORME DE FLÉAU, LEQUEL EST AUSSI LE MENEUR DU JEU : L’ÉQUILIBRE. Mais le Bateleur est un parfait illusionniste, un manipulateur : il renferme aussi bien le mensonge que la vérité : IL EST L’AMBIGUÏTÉ, L’OUVREUR DU JEU, COMME LE SACRÉ. Comme tout symbole est double le Bateleur les aussi et en pire ! Mais sa place dans le jeu en font un compagnon du « Gate gate pâragate… ».
DIA-ble, DIA-bolique, DIA-lectique.
DIA = AMBIGUÏTÉ, CONTRADICTION COMME LE SACRÉ.
DIA : à travers, comme DIAgonal, Dialogue ou Dialectique : polémiquer sans fin en vue de « démontrer », ou démonter, une supposée « vérité ».
ATTENTION : AMBIGUÏTÉ DUALITÉ DE TOUTE CHOSE.
SACRÉ = ASCENSION : DIA : TRAVERSER, VERTICALE = DIA-BOLIQUE : À TRAVERS, comme parabole : juxtaposé ou en parallèle. AMBIGUÏTÉ : amphibolos, et racine hébraïque BL en force dilatante agissante comme le Centre qui est nulle part et qui augmente les choses comme les Circonférences qui sont partout comme le Christ qui est nulle part augmente les Circonférences qui SONT partout ; mais ces Circonférences N’AUGMENTENT PAS LEUR RÉALITÉ À LA MODE TRANSHUMANISTE ET CAPITALISTE DE LA MISE EN VALEUR DU TEMPS ET TEMPLE JUIF, ELLES N’AUGMENTENT PAS DE VOLUME FAÇON ÉVOLUTIONNISME JUIVO-DARWINIEN ET DE « RÉALITÉ AUGMENTÉE » PAR MÉCANISME ARTIFICIEL. IMPORTANT…
Racine celtique BL :
- BLando : adjectif : doux, tendre (BLati-), caressant.
- BLaros : du vieil irlandais blar, de l’écossais blar (animal à tache blanche sur le front), le gallois blawr (gris) et le vieux français bler (une tache visible sur la robe d’un animal à partir duquel a été formé le nom blaireau).
- BLatu est la farine.
- BLed, BLedinas : monstre marin, loup (à rapprocher de OUPOUAOUT : de l’Égypte ancienne : ”Celui qui ouvre la voie“, comme le Bateleur du Tarot cité plus haut. Les Grecs appelaient Oupouaout ”Ophoïs”, en se basant sur la prononciation de son nom égyptien à l’époque tardive et, voyant en lui un loup, ils nommèrent la vile d’Assiout, siège de son culte : ”Lycopolis”. Réf. Maria Carmela Betro : Les mystères de l’écriture)… Le loup est aussi symbole de la GUEULE (trou) : sens de la dualité jour-nuit et mort-vie : LOI DE SUCCION : LA GUEULE DÉVORE ET REJETTE PAR LE CUL, ELLE EST INITIATRICE, SELON LE SACRÉ DE L’ENDROIT ET LE NOM-LA-FORME DE L’ANIMAL : ici loup, là jaguar, crocodile, etc. En Égypte ancienne Anubis est appelé Impou : ”Celui qui a le forme d’un chien sauvage”, on le révérait à Cynopolis comme le Dieu des enfers (genre chacal). Bien-sûr le loup renvoie à PANique : la terreur genre « Grand méchant Loup ». AMBIGUÏTÉ : pour les Mahométans en chemin vers La Mecque, ou mieux : vers Damas, la femelle du loup devient « la Bête de l’Apocalypse », donc en rapport avec LE DÉVOILEMENT, LA RÉVÉLATION, TIRER LE RIDEAU DANS LE SENS DE LE LEVER…
- Belenos : Dieu guérisseur semblable à Apollon, maître de la Puissance (Belenus) à l’origine de nombreux noms : Belin, Blin, Bon… Remonte à une racine bel : force.
- Belisama = nom d’une Déesse, remonte aussi à la racine bel (ici « la très Puissante »).
- Bélier : ce mot en breton connote une notion de beauté.
(En référence au Dictionnaire Français-Gaulois, de Jean-Paul Savignac). Tout tourne autour de la COULEUR BLANCHE DE L’INSTANT, la réunion des couleurs de l’Arc-en-Ciel, le TORE…
 
 

Dernière mise à jour : 09-04-2022 00:20

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >