Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Toujours la même psychose multi-millénaires
Toujours la même psychose multi-millénaires Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-06-2022 22:44

Pages vues : 613    

Favoris : 40

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Hulkerie, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Métal, MIB, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
drapeau_americain_colonialism.jpg
 
 
Toujours la même psychose multi-millénaires
« d’améliorer la Nature », ou
« améliorer le monde », comme le rêve
le transhumanisme.
Depuis le Néolithique et l’invention de l’État,
le mental de l’humain n’a cessé, chez ceux
qui ont un gros ego, de rêver à l’institution
d’un « royaume universel » réunissant sous
la direction d’un seul individu ou d’un petit
groupe (à ce hui : la schwaberie de Davos),
tous les peuples de la planète.
Jusqu’à ce hui, ce but ne fut jamais atteint,
comme en témoigne la succession discontinue
dans le spatio-temporel des États, royaumes
et empires les plus insolites et improbables.
Même les plus grands s’écroulèrent à cause
de la croyance à leur mental et leurs calculs.


Page dédiée à la « complotiste » et « désinformatrice » Marguerite Porete.
 
Mais, à quand la découverte du gène du
complotisme/anti-juivisme ?
Car c’est officiel, donc mensonge, le
complotiste est nécessairement aussi
un négationniste et évidemment, le plus
souvent, anti-juiviste (ou anti-sioniste).
Si bien qu’il faudrait traiter ces
DÉVERGONDÉS dès le berceau, donc demander
au bon docteur boutiquier informaticien
Bill Gates de nous faire fabriquer un
vaccin pour « soigner » ces dramatiques
dévergondés.

Dire : « c’est évident pour tout le monde »,
est un gros exemple de la poursuite infernale
de cette TYRANNIE DE L’OPINION voulant
imposer la pensée unique de l’égrégore de
service, cette « raison » MÉCANISÉE D’UN
BOUT À L’AUTRE DU GLOBE (ou de la Terre
plate pour les platistes).
C’est surtout le prolongement du rêve d’un
« royaume universel ».

Les anti-complotistes ces inquisiteurs actuels
genre « observatoire du conspirationnisme » sont
des maîtres en hérésie, dont l’hérésie suprême
est de démonter leur dogme « démocratie » (1)


Qui a demandé à ce « peuple élu », DE MILLIARDAIRES, DE WINNERS, de s’occuper des affaires des autres, les non-élus, les pauvres, LES LOSERS ?

- Maharshi : Voyez-vous le bien ou le mal dans votre sommeil ? N’existiez-vous pas dans le sommeil ?
Restez comme dans le sommeil, même à l’état de veille, demeurez le pur Soi et ne vous laissez pas contaminer par ce qui se passe autour de vous.
De plus, vous aurez beau vouloir conseiller les gens, ils ne changeront probablement pas. Soyez vous-même dans le bien et restez silencieuse. Votre silence aura plus d’effet que vos paroles ou vos actes. Ainsi, le pouvoir de volonté se développera. Et le monde devient le Royaume des Cieux qui est en vous.
- Question : Si l’on doit se retirer en soi-même, pourquoi le monde existe-t-il ?
- Maharshi : Où se trouve le monde et où va-t-on en se retirant ? Prend-on un avion pour s’envoler au-delà de l’espace ? Est-ce cela se retirer ?
Le fait est que le monde n’est qu’une idée. Dites-moi : Êtes-vous dans le monde ou le monde est-il en vous ?
- Question : Je suis dans le monde. J’en fais partie.
- Maharshi : Voilà l’erreur. Si le monde existe indépendamment de vous, vient-il vous dire qu’il existe ?
Non, vous voyez qu’il existe, mais vous ne le voyez qu’à l’état de veille et non pas quand vous dormez profondément. S’il avait une existence indépendante de la vôtre, il devrait vous le dire et vous devriez en être consciente même dans votre sommeil profond.
- Question : Je prends conscience du monde dans le jâgrat [état de veille].
- Maharshi : Prenez-vous d’abord conscience de vous-même, puis ensuite du monde ? Ou bien, prenez-vous conscience d’abord du monde et ensuite de vous-même ? Ou prenez-vous conscience des deux simultanément ?
- Question : Je dirais que je prends conscience des deux simultanément.
- Maharshi : Avant de prendre conscience de vous-même, étiez-vous ou n’étiez-vous pas ? Admettez-vous votre existence continue avant et au moment où vous prenez conscience du monde ?
- Question : Oui.
- Maharshi : Si vous existez depuis toujours, pourquoi n’êtes-vous pas consciente du monde en sommeil profond si celui-ci a une existence indépendante du Soi ?
- Question : Je prends conscience de moi-même et du monde également.
- Maharshi : Vous prenez donc conscience de vous-même. Qui devient conscient de qui ? Y a-t-il deux soi ?
- Question : Non.
- Maharshi : Vous voyez alors qu’il est faux de supposer que la conscience passe par différentes phases.
Le Soi est toujours conscient. Quand le Soi s’identifie à celui qui voit, il voit des objets. La création du sujet et de l’objet est la création du monde. Sujets et objets sont des créations dans la pure Conscience. Vous voyez des images bouger sur un écran de cinéma. Quand vous portez votre attention sur les images, vous n’êtes pas consciente de l’écran. Pourtant les images ne peuvent pas être vues en l’absence de l’écran. Le monde équivaut aux images et la Conscience à l’écran. La Conscience est pure. Elle est identique au Soi qui est éternel et immuable. Éliminez le sujet et l’objet, et seule demeurera la pure Conscience.
- Question : Mais pourquoi le pur brahman est-il devenu Ishvara et a-t-Il créé l’Univers, s’il n’en avait pas l’intention ?
- Maharshi : Est-ce le brahman ou Ishvara qui vous l’a dit ? Vous dites que le brahman est devenu Ishvara. Vous ne dites pas cela dans votre sommeil profond. Ce n’est qu’à l’état de jâgrat [ét    at de veille] que vous parlez de brahman, Ishvara et l’Univers. L’état de jâgrat est l’état de dualité sujet-objet [la conscience relativiste, qui calcul, raisonne], provoqué par la naissance des pensées. Aussi sont-ils des créations de vos pensées.
- Question : Mais le monde existe dans mon sommeil, même si je n’en suis pas consciente.
- Maharshi : Quelle est la preuve de son existence ?
- Question : Les autres en sont conscients.
- Maharshi : Vous le disent-ils quand vous dormez ou êtes-vous consciente des autres en train de voir le monde dans votre sommeil ?
- Question : Non. Mais Dieu est toujours conscient.
- Maharshi : Laissez Dieu tranquille. Parlez pour vous-même. Vous ne connaissez pas Dieu. Il n’est que ce que vous pensez qu’il est. Est-Il séparé de vous ? Il est cette Conscience pure dans laquelle toutes les idées se forment. Vous êtes cette Conscience.
(Entretien 453 du 8-2-1938. ENTRETIEN IMPORTANT…

Qui a demandé à ce « peuple élu », DE MILLIARDAIRES, DE WINNERS, de s’occuper des affaires des autres, les non-élus, LES LOSERS ?
Les winners s’occuperont même de la qualité de vos excréments, puisque vous n’êtes que des objets, LEURS CHOSES, ILS VOUS MESURERONT DONC « VOTRE PROPRE EMPRUNTE CARBONE », COMME UNE BAGNOLE, OU UN FRIGO ! Comment vous vous déplacez ? qu’est-ce que vous mangez et donc vous chiez ? idem à : qu’est-ce que vous consommez ? Comme répété un grand nombre de fois sur le site, C’EST LA MISE EN PLACE DE CE ROYAUME ”UNIVERSEL”, LA SOCIÉTÉ FOURMILIÈRE, où seul un petit groupe d’individus, tels VOS PROGRAMMEURS, aura le droit de vu(i)e et de mort sur vous. Ainsi, INTERDIT DE PÉTER, ça augmente les « gaz à effet de serre » (même mythe que le réchauffisme, ou la croyance que L’OBJET ”voiture électrique” améliorera la condition humaine…).

CE « PEUPLE ÉLU », DE MILLIARDAIRES, DE WINNERS = LES ÉGOCENTRIQUES DE CETTE PLANÈTE ET PARFAITS IGNORANTS.
Comment se fait-il qu’il n’y ait pas LE CONTRAIRE : LE DAVOS, plutôt LE VOLVIC DU PAUVRE, qui se réunirait tous les ans dans ce magnifique petit village d’Auvergne ?

Les MILLIARDAIRES VENDEURS DE LIBERTÉ ET D’AMÉLIORATION DE LA CONDITION HUMAINE ONT CESSÉ DEPUIS LONGTEMPS DE VOULOIR DU BIEN À QUICONQUE.
Ces milliardaires de Davos qui se prennent pour des « sauveurs » de l’humanité n’ont pas compris qu’ils allaient mourir et tous leurs compléments d’objet possibles avec : CE QUI SIGNIFIE QUE TOUT CE QUI INTÉRESSE PAR EXEMPLE UN BILL GATES, OU UN KLAUS SCHWAB, EST AUSSI FRAGILE QU’EUX-MÊMES QUI S’Y INTÉRESSENT. Cela est du dur, et l’amplitude du désastre laisse dans l’ombre la souffrance personnelle de leur mort personnelle, qu’ils essayeront peut-être d’offrir par béquilles transhumanistes en échange de cet holocauste universel !!!
Ces milliardaires ne se sont pas aperçus qu’ils vivaient dans le spatio-temporel : « Demandez à l’homme le plus fortuné du monde, s’il connaît son Soi. Il vous dira « non ». Que peut-on connaître si l’on ne connaît pas le Soi ? Le savoir humain est bâti sur une fondation si fragile », dit le Maharshi à l’entretien 43 du 28-3-1935.

« Le savoir humain est bâti sur une fondation si fragile ». Le savoir, ou Cela voir, dans le sens de CELA, synonyme du Soi, synonyme de l’Instant : car dans le messianisme ou la carotte comme carburant attachée à distance de l’âne pour le faire avancer, FAIT VOIR AILLEURS, LE « C’EST NOTRE PROJET », DONC PROJETTE, INVENTE DES HISTOIRES, COMPTE ET RACONTE DES CONTES : regarder ailleurs, soit regarder le doigt de celui qui montre la Lune au lieu de regarder directement la Lune indiquée du doigt ; aller voir ailleurs, en Chine, au Pérou, ou dans la mer des Sargasses (sans côte), en n’importe quel lieu pourvu que l’on soit assuré de n’y jamais rien trouver. Car on n’y trouvera jamais rien d’autre que ce qu’on cherchait en vain : RIEN ! NADA (de l’espagnol des conquistadors : ca-nada, ici rien).

Pour ceux qui alimentent la tyrannie de l’opinion avec leur « c’est évident pour tout le monde », de ce colonialisme à l’anglo-américain de leur « Ce qui est bon pour nous est bon pour vous » (d’un bout à l’autre de la planète ou trouve des récipients de Coca-Cola, comme en trouve des « récipients » qui s’appellent « monnaies »), ILS VEULENT NOUS COLONISER, NOUS METTRE DANS LEUR CERVEAU.


HISTOIRE : Les Hébreux inventent l’histoire : les premiers ils « font descendre Dieu sur Terre » probablement en copiant les Anciens Égyptiens pour qui la fonction de Pharaon étant l’égale d’être un Dieu vivant ici-bas : les faits mémorisés, « stockés » comme « histoire » avoir un package « sacré » en les collant à une sacralité, à un Dieu, et comme tels les faits vont acquérir une valeur religieuse que rien auparavant ne pouvait leur assurer.

La pensée unique s’installe surtout dans l’Ancien Testament qui est un système de dressage copié sur les ”Sagesses”, un des principaux genres littéraires dans les civilisations de l’Orient ancien ; ces recueils de préceptes éthiques et pratiques, énoncés par une personne de longue expérience, étaient à l’intention d’un jeune homme visant à lui faire connaître LES NORMES DE CONDUITE DANS LA VIE SOCIALE, donc dans le politisme déjà urbanisé de l’opinion puisque construit sur le spatio-temporel et nullement sur le spirituel. Par exemple les fausses nouvelles ou mensonges sont déjà mentionnées dans l’Enseignement d’Aménemopé (Dixième chapitre), qui aborde même la psychanalyse : « Dieu déteste qu’on fausse une parole ; Sa grande abomination : la contradiction intérieure ». Au chapitre 2 : « Garde-toi de dépouiller le miséreux, et de brutaliser le faible. Ne porte pas la main pour agresser un vieillard, ni ne critique les propos d’un supérieur [ou d’un aîné], etc. ». Les actuels « droits de l’homme » sont une singerie de ce genre littéraire de l’Ancienne Égypte… Enseignement : les Égyptiens disaient que les oreilles de l'étudiant étaient dans son dos, ce qui signifiait qu'il apprenait grâce aux raclées ! (Notes p.266 de la Sagesse de l'Égypte pharaonique, de Pascal Vernus, Imprimerie Nationale Éditions, Paris).

Les « commandements » de Moïse, l’Ancien Testament et les « droits de l’homme » sont une copie du « manuel politique » tel par exemple l’Enseignement pour Mérykaré (papyrus de Saint-Pétersbourg et deux autres papyrus) adressé par son père à un roi dont le prénom est Mérykaré.
« Mets en œuvre la maât [l’Instant, le Soi] et tu durera sur terre.
Apaise celui qui se lamente. N’opprime pas la veuve.
Ne prive pas un homme du bien de son père.
Ne lèse pas les dignitaires dans leurs positions.
Garde-toi de punir à tort… »

« Les hommes, le troupeau du dieu sont (fondamentalement) bien pourvus.
C’est à leur intention qu’il a créé ciel et terre
Après avoir repoussé l’avidité de l’eau.
C’est dans l’intention que vivent leurs narines qu’il a fait le souffle,
(Car) ce sont ses répliques, issues de ses chairs.
C’est à leur intention qu’il se lève dans le ciel.
S’il fait pour eux les végétaux, le bétail, les oiseaux, les poissons,
c’est pour les nourrir.
De même qu’il a tué ses ennemis… »
(Ici on est déjà dans une sorte de winnerisme de l’humain mélangé de code moral… on est surtout dans un monothéisme avec un dieu EXTÉRIEUR)

Comme cela les Hébreux donnèrent une VALEUR AU TEMPS VULGAIRE OU HISTORIQUE, SPATIO-TEMPOREL : Moïse reçoit la Loi à une date et en un lieu géographique : FIXE, DANS UN TEMPS, COMME SI L’ÉGRÉGORE QUI EN DÉCOULE DEVENAIT AUTONOME, FABRIQUANT AINSI COMME UN COMMENCEMENT ET UNE FIN « FIXÉ », OPINIONNÉE, POSSÉDÉE.
Pour inventer l’histoire il faut croire à son mental, calculer, conter une histoire donc enregistrer ou mémoriser des choses, selon sa conscience relativiste d’un sujet face à un objet à SAISIR. Si bien que l’authenticité de la « réalité » de tout ce qui arrive est « bien » simplement PARCE QUE c’est arrivé, et pensé par les penseurs et la croyance à la fonction de leur mental, ET DONC DANS LA MISE EN VALEUR DE LA FLÈCHE DU TEMPS PAR L'IDÉATION !
POUR FAIRE DE L’HISTORICISME IL FAUT UNE CONSCIENCE CONCEPTUALISANTE !

SANS CETTE CROYANCE AU MENTAL, L’HISTOIRE N’EXISTE PAS : ELLE SE FAIT TOUTE SEULE SANS INVENTION DU MOT « HISTOIRE » (lequel ne peut qu’être lié à la flèche du temp, et dans la fiction du mental, dans les « voyages dans le temps »).
A PARTIR DU MOMENT OÙ L’HISTOIRE SERA INVENTÉE, CEUX QUI SONT CONTAMINÉS PAR LE POUVOIR TENTERONT INÉVITABLEMENT DE MANIPULER L’HISTOIRE : ILS INTERDIRONT AUX MASSES D’INTERVENIR DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DANS L’HISTOIRE QU’ILS (ou qu’il) FABRIQUENT, ET DISPOSANT EN PLUS DE MOYENS SUFFISANTS POUR OBLIGER CHAQUE CITOYENISÉ À SUPPORTER LES CONSÉQUENCES DE CETTE HISTOIRE.


La Liberté de construire l’histoire dont s’orgueil l’être humain actuel est ILLUSOIRE POUR L’ENSEMBLE DES TERRIENS. Il ne lui reste que la liberté de croire qu’il est un corps, ou non.
Dans le cas du choix du corps, s’il s’oppose à l’histoire, donc aux cancéreux du Pour-Voir ou Pouvoir, il risque la mort sociale parce que ce pouvoir fera tout pour le ruiner, et dans un totalitarisme il sera envoyé à la mort dans un Goulag ou poussé au suicide de façon déguisée ; deuxièmement dans cette même croyance au corps, il peut se réfugier ou dans l’évasion, ou en une existence sous-humaine. Dans cette croyance au corps, l’existence dans cette « mise en valeur du temps », implique la hiérarchie pyramidale avec le chef au sommet, le seul vraiment lib(v)re, et l’osmose ou magnétisme du chef, ses paroissiens découvrent PAR L’EXISTENCE HISTORIQUE DU CHEF, ou du ROI, le législateur des faits et gestes qui leur sont autorisés au jour le jour. C’est proche de la société fourmilière vers laquelle nous nous dirigeons avec les Davos-milliardaires des Schwab-Gates et Cie.


L’historien des événements politiques ou religieux, l’ethnologue, le sociologue, le psychologue, l’archéologue, ne sont pas des entités qui opèrent en dehors du temps qui coule dans le spatio-temporel. Ce ne sont que des humains engagés, d’une part, dans une situation « concrète », et d’autre part, dans une logique déterminée par la mode du moment, suivant une évolution (histoire ou mise en valeur de la flèche du temps), dont ils prétendent rendre compte. Ainsi cette « logique » n’est pas autonome, elle n’est pas un étalon, un dogme, MAIS UNE OPINION, soit elle ne représente qu’une superstructure qui recouvre, dans le mental de l’observateur, tout une idéation caché, où des mythes nouveaux ont été substitués par la culture, par l’opinion de l’enseignement universitaire, associé à des opinions de mythes anciens, SANS OUBLIER LE PHÉNOMÈNE DE L’ÉGRÉGORE trop peu expliqué actuellement !

L’histoire ou le mot-à-dire : en Occident la « pensée moderne » est une pensée CONDITIONNÉE, et plus que jamais avec l’Empire anglo-saxon et judéo-maçonnique spéculatif (née à Londres en 1717), À Y AJOUTER LE PHÉNOMÈNE DE L'ÉGRÉGORE. En Occident, le mythe de la « raison » qui, lui-même, a été élaboré à partir d’éléments irrationnels multiples qui donneront des « évidences » sur lesquelles reposeront les « principes d’intelligibilité » que finalement, personne ne saurait expliquer ni définir de façon rationnelle.

« Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique entre des moments abolis en tant que tels [ou passé dans l’inconscient], elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions. Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables » car, dans les sciences humaines, l’observateur est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité ».
(En référence à René Alleau : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle, qui donne une bonne définition du sens « moderne » de l’histoire).

NON, NON, l’histoire ne donnera jamais « raison » à quoi que ce soit parce que HISTOIRE = OPINION  (toute conception de l’Être en soi à partir du corps, à l’état de veille, donc issu de l’expérience vécue par les cinq sens dans le spatio-temporel), et OPINION = POLÉMIQUE SANS FIN DANS LA CHAÎNE SANS FIN DE CAUSES ET EFFETS QUI ALIMENTE L’EGRÉGORE DU MOMENT.

Le terme avancé par certains « bien pensants » de : « scientifiquement validé » = le dogme, la constante, l’opinion publique telle décrit ci-dessus dans la fabrication de l’histoire ou des « faits », des arguments, des opinions, des POUR-VOIR, des choses donnant l’ILLUSION D’EXISTER SEULEMENT À L’ÉTAT DE VEILLE : dans le sommeil profond personne ne va probablement fabriquer une « terre plate », ou un Goulag, ou un « trou noir »
Le « scientifiquement validé » n’est qu’une opinion en package du consensus d’opinions, et rien de plus !
Les mêmes « bien pensants » de leur : « scientifiquement validé » parlent de « nos démocraties » (pays libres de commercer en ”paix”) comme s’ils parlaient de nos portefeuilles, nos objets, nos biens ou « la foi de nos pères ».

Histoire = mémorisation (met I à mort, met l’Axe à mort) qui conditionne un autre JET ou une flèche du temps à la lace du ‘Je’ ou JEt, donc un JET de proJET et de messianisme à la place du ‘Je’ aussi le IET.
Flèche du temps = histoire ou ÉLABORATION, ORGANISATION COMME LE FAIT LE DIABLE (2) soit l’installation DANS L’OBJET QUE LE MENTAL PREND POUR LE SUJET EN OUBLIANT LE SOI. ALORS COMME ÇA SE CONSTRUISENT LES OBSTACLES, LES LOURDEURS DE LA PESANTEUR DE L’ATTRACTION ”UNIVERSELLE” OU LOI DE SUCCION : LES CHOSES QUI ATTACHENT, LES CHOSES QUI TACHENT, QUI SONT AINSI « INNOMMABLES » PARCE QUE NON SAISISSABLES PAR LE MENTAL DE L’HUMAIN.
Messianisme ou proJET = foi en un terminus du processus dialectique ou bidouillage du mental, en des « lendemains qui chantent », comme s’il devait y avoir un commencement et une fin, comme dans un film au cinéma. Ce genre de « foi » construit sur les cinq sens du mental est purement sensiblerie, toute faite d'opinions morales « a priori », entièrement tributaire du pathos social et éducatif et de l’ingénierie sociale, ou même simplement est une esthétique culturelle ; et en ce sens cette foi est perdable comme certains perdent de l’argent en Bourse.


Notes.
1. Dogme de la démocratie dont la LAÏCITÉ fait la partie : La laïcité est une culture, un système dominant français issue de 1789 et de la judéo-maçonnerie spéculative matérialiste, sous principe de « liberté d’expression », ou liberté de pensée, ouvrant la porte à la tyrannie de l’opinion, qui s’impose à l’ensemble de la population. La laïcité française est un killer de police politique en forme de neutralité (comme les anti-conspirationnistes) qui déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, puisqu’elle a dénié ce qu’elle était en train de faire !
La laïcité publique française possède un code non écrit d’une extrême subtilité (puisque c’est judéo-maçonnique spéculatif) qu’il faut, premièrement, maîtriser et, deuxièmement, décoder. C’est exactement le principe de l’INQUISITION et de la Tchéka (et ensuite NKVD) qui copie l’Inquisition. Car en URSS comme en république il s’agit de défendre un DOGME, appelé aussi ‘Valeur’, c’est-à-dire une position du mental qui, pour l’accusation ou le pouvoir, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme la laïcité, comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux (voir le schéma ci-dessous). Aussi, si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux. Tout accusé qui se reconnaît lié à la foi d’une religion (par exemple c’était le cas de Galilée, et c’est le cas de tous membres d’un parti, surtout communiste ou socialiste ou d’une république) est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental. Il est donc normal que le tribunal lui demande : « Sais-tu pourquoi tu es là ? » S’il le sait, il se condamne lui-même par auto-critique et ne subit qu’une peine légère ou ne subit pas une condamnation imposée. S’il ne sait pas pourquoi on lui reproche quelque chose, c’est qu’il est fou, et pour ce cas là le post-stalinisme des années 1960-1970 a institué des hôpitaux psychiatriques spéciaux. L’inquisition brûlait ses opposants comme possédés de Satan, les « dévergondés » comme Giordano Bruno, Marguerite Porete), c’était moins barbare que n’importe quel hôpital psychiatrique moderne et ses camisoles chimiques. Inquisition et Tchéka, « observatoire du conspirationnisme » ont la même configuration mentale pour les per-sécutions : pour suivre ou pour-voir et couper ou diviser comme la Guillotine républicaine de 1789.
Comme le dit bien Émile Poulat, la laïcité est un confessionalisme retourné.

sch_ouv_coul.jpg

L'équerre à centrer ci-dessus. C'est un outil qui sert à trouver le centre approximatif d'une surface qui ressemble plus ou moins à une circonférence. A la façon dont on a décidé (par convention) que Bourges est le centre géométrique de la France.
La circonférence fort irrégulière représente la section d'une barre d'acier plus ou moins cylindrique. En portant l'appui des tétons en plusieurs points on trace autant de lignes AB. On obtient un petit polygone irrégulier qui est le centre approximatif. Ce sont les accidents externes du contour de la pièce qui en ont décidé. En quelque sorte, ils l'ont imaginé, fabriqué. C'est ce que fait le mode de pensée qu'on appelle « opinion », politique, scientifique, métaphysique, ou même religieuse, quand l'homme se fait de l'Absolu une conception qui convient à ses appétits, dans le monde des accidents, du spatio-temporel.
Le discours logique qui cherche les essences au travers des accidents opère à la façon de l'équerre à centrer qui ne peut tenir compte de toutes les lignes AB possibles pour la simple raison qu'elles sont en nombre inépuisable, in-défini (ce qu'on appelle à tort l'infini). Pas plus que l'équerre à centrer, il ne peut tenir compte de tous les accidents existants ou possibles dans le spatio-temporel, et en conséquence aucun discours logique (tous les philosophismes, et la ”dialectique” sont des discours logiques) ne peut atteindre à la vision de l'Absolu. Il est toujours couillonné. L'Homme ne peut atteindre l'Absolu que si le Soi vient lui-même le chercher pour le placer au centre, c'est-à-dire en LUI : « Le Royaume des Cieux est en Vous », ou « Je suis ce JE SUIS ». (En référence à Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux).

2. Et définition du mot TECHNIQUE-TECHNOLOGIE, soit dans le sens du mot « science » seulement dans le sens du CONVENTIONNEL, DU CONSENSUS, donc le contraire du mot Science qui devrait être synonyme du Soi ou Conscience infinie. Ainsi actuellement le mot science veut dire dans le sens officiel :
" Expérience reproductible en tout temps et en tous lieux et contrôlable par d'autres ". Il s'agit alors d'une technique, et non d'une science ! Comme tout le monde est devenu le roi depuis le 1789 français, tout le monde devient le « spécialiste », le « scientifique », et peut ainsi reproduire une expérience en tous lieux et en tout temps… On peut appeler ce fait ”scientifique” moderne : OPINION.
Science devrait simplement signifier : « QUI SUIS-JE ? ».

À ce hui la technologie est destinée à peaufiner la société fourmilière prochaine, dont un bon exemple est le smartphone devenu le Saint Graal de l’industrie du capitalisme.
Par exemple le smartphone va devenir d’ici quelques mois QR CODE à lui seul avec l’application FR-Alert : nouvelle mouture de PROTHÈSE TRANSHUMANISTE DANS LE THÈME DES INJECTIONS À ARN MESSAGERS ET DU « PASSE SANITAIRE » nouvelle carte d’identité numérique dans la vie numérisée et contrôlée-validée par l’inform-atique et l'anti-conspirationnisme.

PROTHÈSE TRANSHUPMANISTE INVERSÉE : FABRIQUER, INDUIRE LA PEUR. CAR ENFIN, QU’EST-CE QUE LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION ? C’EST L’ŒUVRE DU DIABLE : ORGANISER.
Extrait de la conférence de Jiddu Krishnamurti à Omen en 1929, où il expliquait que « La Vérité est un pays sans chemin ».
« Peut-être avez-vous souvenir de cette histoire du diable et de son ami : ils marchaient dans la rue quand ils virent devant eux un homme se baisser pour ramasser quelque chose et le mettre dans sa poche. L’ami dit au diable : « Qu’est ce que cet homme vient de ramasser ? » « Un petit bout de Vérité », répondit le diable. « Mauvaise affaire pour vous, alors ! », remarqua l’ami. « Oh, pas du tout, répliqua le diable, JE VAIS L’AIDER À L’ORGANISER ! »
Je maintiens que la vérité est un pays sans chemin que vous ne pouvez l’approcher par aucune route, quelle quelle soit : aucune religion, aucune secte. Tel est mon point de vue, et j’y adhère d’une façon absolue et inconditionnelle. La vérité étant illimitée, inconditionnée, ne peut être approchée par quelque sentier que ce soit, elle ne peut pas être organisée on ne devrait pas non plus créer des organisations qui conduisent ou forcent les hommes à suivre un chemin particulier. Si vous comprenez bien cela dès le début, vous verrez à quel point il est impossible d’organiser une croyance ».
On y vient, on y vient à cette société fourmilière : « La France a commencé à déployer le système FR-Alert, qui doit permettre, en cas d’incident grave [catastrophe naturelle, épidémie, terroriste, attentat, etc., et forme d’ingénierie politique déguisée pour empêcher le recommencement d’un mouvement tel les Gilets Jaunes…], d’avertir le plus grand nombre possible de personnes présentes dans la zone concernée. Voici en quoi consiste ce nouveau dispositif qui sera généralisé d’ici à la fin du mois de juin, selon le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin ».
 
 

Dernière mise à jour : 10-06-2022 23:53

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >