Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La BOUTIQUE marchande du capital qui fourgue
La BOUTIQUE marchande du capital qui fourgue Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-07-2022 01:52

Pages vues : 600    

Favoris : 30

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
logo_repub_conformisme.jpg
 
 
La BOUTIQUE marchande du capital qui fourgue
son capitalisme vert et ses voitures électriques,
 
Sa « guerre au terrorisme » commencée le 11-9-2001,
son covid-19 suivi de son télétravail et de la variole
du singe et pourquoi pas de la rage du souriceau,
sa « guerre en Ukraine »,
ses LGBTQIAisme et ses Metoo, ses avortements
(”libération de la femme” et conséquence ouverture
à l’homoparentalité et aliénation du transgenrisme)
inhérents à ce monde virtuel du SANS CONTACT
COMME SA CARTE BANCAIRE ET SON QR CODE
SANS CONTACT par smartphone, son télétravail
tout par le virtuel du « processus chimique » ou
artificiel,
sa transition écologique,
sa transition sexuelle,
sa transition avortement,
son agriculture industrielle capitaliste (1),
son CO2 et ses effets de serre ou de frigo ou
de clim. et son réchauffisme anthropique
identique à son recyclage des déchets, et
comme le capital a fait remplacer la consigne
des bouteilles en verre qui plombait sa
rentabilité il veut remplacer le moteur à
essence et imposer le moteur électrique,
pour SAUVER SES MICHES ET SES ACTIONNAIRES,
et ça va même jusqu’à un « tour de France
cycliste pour femmes » dans la logique
capitaliste égalitariste (2) des « Plus ça
change et plus c’est la même chose »
, le
conformisme révolutionnaire appelé par les
Juifs de Jacques Attali : ”mise en valeur
du temps”
afin de ”racheter le péché”.

Le libéralisme comme celui des GAFAM
EST PAR ESSENCE ANTI-TERRE, ANTI-VIE
OU ANTI-NATURE (anti-écologie) et par là-même
LE CONTRAIRE D’UNE VALEUR : ce qui n’est
pas rentable ou de VALEUR est plus économique
de le laisser crever, de le jeter, pas besoin
d’eugénisme, LE CAPITALISME EST L’EUGÉNISME
ET LE RECYCLAGE MÊME, CONSTRUIT SUR LA MISE
EN VALEUR DU TEMPS, il a même sadiquement
inventé les « Congés payés » et les « week-ends »
pour renforcer son esclavage du salariat
et son monde mécanique.

MISE EN VALEUR DU TEMPS = ÉGOÏSME SUPRÊME :
à partir où la réalisé devient le ‘je’, l’ego,
IL DEVIENT UNE VALEUR MARCHANDE, alors cet et ces
ego qui en tirent bénéfice ont intérêt à sa
préservation, d’où les « Plus ça change et plus
c’est la même chose »
.
D’où la destruction d’un environnement comme une
forêt compte pour rien tant qu’icelle n’a pas été
mise en valeur par la mise en valeur du temps.
La destruction d’une forêt ou sa pollution ne
devient une « réalité économique » (le Réel tout court)
que s’il existe à proximité une source de revenus
pour le capital qui verra ses revenus baisser si
la forêt est trop polluée ou incendiée sur une trop
grande surface ; la source de revenus étant par
exemple l’exploitation du bois.
Une forêt, une rivière, un fleuve ou un lac
non capitaliste, il y a des siècles que ça
n’existe plus. C’est-à-dire que la SAISIE
marchande de la Nature est la CONDITION DE
SA PRÉSERVATION et c’est la définition du
capitalisme vert et de son écologie et de
ses bagnoles électriques.
DEPUIS 1789 LES BIENS COMMUNS N’EXISTENT PLUS,
C’EST CHACUN POUR SOI DANS CE ”VIVRE ENSEMBLE” SI
GRÉGAIRE !


Tout ce que dit le capitalisme sera mécaniquement une OPINION en mensonge destiné à prolonger sa vie ; si bien que si le capitalisme était « l’autre face de Dieu », comme l’avance Jacques Attali page 693 de : Les Juifs, le monde et l’argent, le capital n’aurait pas besoin de construire le plus petit mensonge : IL SERAIT LA VÉRITÉ MÊME, QUI N’A PAS BESOIN DE SE DÉFENDRE NI D’ÊTRE DÉFENDU : ELLE EST, OU N’EST PAS, et Elle n’a pas besoin de « créer des organisations qui conduisent ou forcent les hommes à suivre un chemin particulier », comme l’exprime Jiddu Krishnamurti ci-dessous. NOUS HUMAINS SOMMES DONC FORCÉS DE SUIVRE PAR NOSTRE INCONSCIENT, PAR NOSTRE IGNORANCE CE CHEMIN PARTICULIER DE LA « VÉRITÉ » DE CETTE RELIGION OBLIGATOIRE, DE CETTE AUTRE FACE DE DIEU : LE DIABLE : DIEU ET DIABLE SE CONFONDENT DANS LE MÊME POUVOIR DE VIE ET DE MORT ICI-BAS, LE MÊME POUVOIR ET D’ANNULER CE QUI A EXISTÉ, DE FAIRE QUE CE QUI A EXISTÉ N’A PAS D’EXISTENCE.

Comme l’exprime si clairement Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux), aucun peuple, aucun individu, ne peut échapper à la nécessité de retrouver son état Divin originel, « qui n’est autre que le besoin incoercible de trouver à l’existant un CENTRE immuable [le Centrum Centri ou le Soi] qui ne peut que se situer au-delà de l’espace et du temps, le problème s’est posé de savoir qu’elle religion ou courant de pensée est la « vraie religion »… Comme le résume Coulonval, la « Vraie Religion » ne peut qu’être la Réalisation du Soi, le ‘Je’-‘Je’, le « Connaître toi-même par toi-même » (qui n’est pas le « développement personnel » à la mode du consommateur winner et goinfre en évolutionnisme sous loi de succion !).
Jiddu Krishnamurti à Omen en 1929 dit la même chose : « La vérité étant illimitée [le Gate gate…], inconditionnée [elle n’a besoin ni de défense ni d’attaque], ne peut être approchée par quelque sentier que ce soit, elle ne peut pas être organisée on ne devrait pas non plus créer des organisations qui conduisent ou forcent les hommes à suivre un chemin particulier. Si vous comprenez bien cela dès le début, vous verrez à quel point il est impossible d’organiser une croyance [sauf que les Marchands de confiance et de croyance l’ont organisée cette croyance, et quasiment tous les Terriens y croient, et l’utilisent par leur fameux ”pouvoir d’achat” dans leur sinistre situation de salariés ou de ”collaborateurs” c’est la même chose mais en un nouveau packaging commercial…] ».

La Vérité, c’est PAN : TOUT, ou ce n’est pas, c’est le RIEN, et dans le ce n’est pas ou le RIEN ne peut que subsister LE MENSONGE ET LA MORALE, DONC LE MÉDICA-MENT, LE TIQOUN OU RÉPARATION.

Vous vous êtes fait injecter contre le méchant Covid-19 ?

Vous allez vous faire injecter à 16 degrés de chauffage cet hiver et vous aurez des coupures d’électricité la nuit (alors qu’il y a des centrales nucléairee françaises qui sont « à l’arrêt » !). Car c’est la même logique que les bouteilles de verre remplacées par les canettes en aluminium : charger les uns, les consommateurs pollueurs gaspilleurs  par le jet de leurs canettes, tout en déresponsabilisant les autres, les industriels du capital chargés de faire ressentir la culpabilité aux consommateurs. C’est le principe du libéralisme érigé en VALEUR MORALE : LA RESPONSABILISATION DU CONSOMMATEUR CAR DEPUIS 1789 IL EST DÉSORMAIS LE ROI, et la fonction première du libéralisme est d’éviter toute régulation. Programmer les comportements par l’activation des bonnes volontés par la stimulation  d’une participation habillé de volonté plutôt que par une loi autoritaire.
Cette responsabilisation du consommateur est le principe même de la LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE : une émule du libéralisme à la John Locke et du Siècle des Lumières ou siècle des perruques poudrées, qui consiste en un système dominant français issue de 1789 et de la franc-maçonnerie spéculative matérialiste, qui s’impose à l’ensemble de la population.
La laïcité française à ceci de plus sournois, voir de plus monstrueux, de plus diabolique, c’est qu’elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de profiter à « l’intérêt général », d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant que cet accord existe déjà, comme s'il était inné. La laïcité française est un killer en forme de neutralité qui déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, puisqu’elle a dénié ce qu’elle était en train de faire ! Il s’agit de défendre un DOGME, appelé aussi ‘Valeur’, c’est-à-dire une position du mental qui, pour l’accusation ou le pouvoir, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme la laïcité, comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux.
La laïcité à la française ou « responsabilisation » du consommateur suite à la mode de la « raison » et de son État de droit invente une technique de gouvernement à l’horizontal, par subjectivité de raison capable d’agir en responsabilité comme le roi puisque tout le monde est devenu le roi depuis 1789, une autonomie subjective ou INDIVIDUELLE. Et dans le cas du passage de la consigne des bouteilles de verre aux canettes d’aluminium où les industriels démantèlent le système de la consigne, s’exonérant ainsi des coûts de retraitement, au moment même où ils prennent des décisions structurellement anti-écologiques (canettes jetées partout et exploitation à outrance de l’aluminium), qu’ils appellent à la responsabilité écologique des consommateurs ; cas typique de morale à deux vitesses : une loi pour les masses, et aucun loi pour l’oligarchie des industriels… Et avec l’annonce des pénuries prochaines vers 2023 et de la re-nationalisation de l’électricité en France, la même chose que les canettes d’aluminium va se produire : l’État conserve une petite marge de manœuvre et le principal va aux industriels du CAC 40 et à leurs actionnaires réparties partout dans le monde (surtout américain).

Depuis 1789 vous êtes devenu non seulement le roi et désormais l’Homo politicus, mais surtout l’Homo œconomicus, et face à la baisse de la loi de succion du capital, vous êtes devenus l’Homo éthicus : le « responsable » chargé de régenter à son microcosme par ses micro-vertus les macros-catastrophes du régime.
Évidemment dans les « Plus ça change et plus c’est la même chose » ou « mise en valeur du temps » il n’en est rien : aucun changement économique à la source même de son « pouvoir exécutif », TOUS LES PROBLÈMES AUGMENTENT.

Le scribe de cette page ayant vécu les époques de René Coty il l’a même aperçu dans sa Citroen au sortir de l’avenue de Marigny, vécu Charles de Gaulle et Georges Pompidou, il a saisit et subit la dégringolade de la France à partir de Giscard d’Estaing qui s’accéléra terriblement sous François Mitterand, sous macron, c’est le chaos total dans la France détruite et totalement dépendante de l’Empire USionistan et tiqouniste (les réparateurs, le peuple élu).

L’Empire, le Washingtonisme, INTERDIT LE PÉTROLE ET LE GAZ RUSSE, POUR MIEUX FAIRE S’EFFONDRER L’EUROPE.

L’effondrement cataclysmique prochain n’est pas « social » mais conséquence du samsâra (le cycle du monde et phénomène des noms-les-formes) qui est souffrance ». (Ramana Maharshi, entretien 29 du 4-2-1935).
« En réalité, le fait de sortir du Soi est la cause de toutes les souffrances ». (Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).
« Si on ne trouve pas la Paix en soi-même, comment peut-on la propager dans le monde ? » (Ramana Maharshi, entretien 331 du 18-1-1937).

« Tant que le mental sera considéré comme une entité de ce genre [situé sous un crâne], les doutes persisteront. Mais, qu’est-ce que le mental ? Réfléchissons-y. Quand l’homme sort de son sommeil, il perçoit le monde. Cette perception vient après la pensée ‘je’. Puis, la tête se soulève et le mental devient actif. Qu’est-ce que le monde ? C’est l’ensemble des objets répandus dans l’espace.
Qui contient cet ensemble ? Le mental. Mais le mental qui contient l’espace (âkâsha) ne serait-il pas lui-même espace ? L’espace est l’éther physique (bhûtâkâsha). Le mental est l’éther subtil (mano’kasha) qui est, lui, contenu dans l’éther transcendantal (chidâkâsha). Le mental est donc le principe éther (âkâsha-tattva). L’éther étant le principe de la connaissance (jnana-tattva), la métaphysique identifie le mental à l’éther. Le considérant comme tel, il ne devrait plus y avoir de difficulté à réconcilier la contradiction apparente contenue dans la question. Le mental pur (shuddha-manas) est éther. Les aspects dynamiques (rajas) et engourdis (tamas) du mental se manifestent sous forme d’objets du monde grossier. Par conséquent, l’Univers entier n’est que mental.

Prenez encore l’exemple d’une personne qui rêve. Elle s’installe dans une pièce dont les portes sont fermées de façon à ne pas être dérangée durant son sommeil. Elle ferme les yeux pour ne voir aucun objet. Et pourtant, lorsqu’elle rêve, elle voit tout un monde dans lequel des gens se meuvent et elle-même parmi eux. Tout ce monde est-il entré par la porte ? Non, il lui a simplement été présenté par son cerveau. Mais s’agit-il du cerveau du dormeur ou du cerveau du personnage du rêve ? Bien entendu, de celui du dormeur. Comment se peut-il alors qu’un monde aussi vaste puisse être contenu dans des cellules aussi minuscules ? L’explication en est que l’Univers entier n’est qu’une pensée ou une série de pensées ». (Ramana Maharshi, entretien 451 du 4-2-1938).

- Question : En ce moment il y a la guerre sino-japonaise. Si elle est purement imaginaire, Shrî Bhagavân ne pourrait-il pas imaginer le contraire et mettre un terme à cette guerre ?
- Maharshi : Le Bhagavân dont vous parlez est tout autant une pensée que la guerre sino-japonaise.
(Rire). (Même entretien 451). Toute la boutique du capitalisme tenant dans le fameux « rapport social » est également une pensée à l’état de veille : pas de « rapport social » dans le sommeil profond !… question de rapport social facilité par cette période bien particulière surtout amorcée par les Karl Marx à une période qui s’y prêtait sans problème comme un gros phare éclairant ces pensées : tout le 19è siècle européen devenu si matérialiste. Question de mode et celle du matérialisme arrivait à son apogée. Les Marx portaient en eux comme une image latente sur les questions de ces rapports sociaux.

Quand le capitalisme émancipe la femme, par exemple par le droit de vote, puis par l’égalitarisme « homme-femme » dans le social donc dans le salaria et le politisme, puis par l’avortement, ce n’est pas pour libérer la femme comme il le fait croire, mais pour en faire un objet de la reproduction marchande aliénante : le « Plus ça change et plus c’est la même chose ». L’avortement est donc une Variation dans le Thème de l’idolâtrie de la marchandise, on n’avorte pas pour se « libérer », mais pour être conforme à ce monde aliénant du salariat et de la production de marchandises.
Il y a donc une corrélation entre la femme qui avorte et sa mise au travail, alors qu’auparavant elle était « femme à le maison pour s’occuper de l’enfant », et la généralisation de « l’armée de réserve émigré » prête à se disséminer sur le marché du travail : avortée et émigré = futurs salariés. À ce hui, le Nigéria fait plus d’enfants que toute l’Europe réunie, c’est le pays le plus peuplé d’Afrique ; c’est une « armée de réserve salariale » (des robots) du capital. La loi Veil est intervenu au moment du regroupement familiale et la logique évolutionniste du capital… TOUJOURS L’OBJET, TOUJOURS LA LOI DE SUCCION : LA RENTABILITÉ, LA MISE EN VALEUR DU TEMPS, LE DEHORS. LA FEMME SALARIÉ OU PDG D’ENTREPRISES, OU À L’ASSEMBLÉE NATIONALE EST UNE GAGNEUSE DU CAPITAL.
Aux États-Unis en 1910 Ellen Richards, fondatrice de l’assistance sociale actuelle affirmait : « Dans la république sociale, l’enfant est, en tant que futur citoyen [et consommateur-contribuable], un bien de l’État, et non la propriété de ses parents.
Son bien-être est donc directement une responsabilité de cet État ». (Ellen H. Richards, Euthnics : The Science of Controllable Environnement, Boston, Whitcomb and Barrows, 1910, p.133). L’utérus de la femme est la propriété du capital : leurs enfants appartiennent aux « fermiers » du capital, leurs enfants sont des animaux de fermes comme l’élevage industrielle des poules et autres animaux de l’industrie alimentaire…. Tous est réduit en des objets de marchandises et de libre échangisme du capital (commerce, tout connecté…). Le sexe pour le capitalisme est un CHIFFRAGE EN PLUS « ÇA CHANGE ET PLUS…. ».

« Parce que vous croyez que vous êtes le corps, vous voyez l’autre comme étant un corps.
Ainsi naît la différence de sexe. Mais vous n’êtes pas le corps. Soyez le vrai Soi. Alors il n’y a pas de sexe »
. (Ramana Maharshi, entretien 169 du 24-2-1936).

- Question : Comment faire cesser l’impulsion sexuelle ?
- Maharshi : Elle cesse quand le sens de la différenciation cesse.
- Question : Comment y parvenir ?
- Maharshi : L’autre sexe et la relation à lui ne sont que des concepts mentaux. Dans une Upanishad, il est dit que tous les êtres sont chers parce que le Soi est aimé de tous [dimanas tu kâmâya sarvam priyam bhavati (BAU II.4,5)]. Le bonheur est intérieur ; l’amour ne vient que du Soi. Il est à l’intérieur de chacun ; ne pensez pas qu’il est à l’extérieur : alors toute différenciation cessera. (Entretien 335 du 21-1-1937).
Dans les tribus encore existantes ici ou là il y a un phénomène homosexuel très restreint. L’homosexualité va prendre une place essentielle en France après mai 1968 quand le capital s’évolutionne, s’augmente d’un seul coup par l’apothéose de l’individualisme, l’apothéose de l’ego en même temps que l’augmentation du socialisme pour former un troupeau ! Paradoxe supérieur faisant croître simultanément l’atomisation (du ‘je’) et l’uniformité (du moi-collectif).

L’homosexualité est naturelle chez l’humain MAIS ELLE PREND UNE PLACE INFIME. Par exemple au 18è siècle dans les tribus Nord et Sud-américain, les chamans et la guérison chamanique étaient l’apanage des hommes et des invertis plutôt que des femmes. (Mircea Eliade, Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, page 264).
Il y a certainement un plus grand nombre d’invertis dans les villes et au gouvernement que chez les Paysans de l’Ardèche !
Le LGBTQIAisme ne peut qu’être un GROS rouage du capitalisme, avant 1968 l’inverti (le gay) était considéré comme une maladie, mais non, à ce hui c’est « normal » (socialisme), d’où le « mariage pour tous » (2), d’où aussi le « coming out » (sortie du placard, genrisme et croyance au corps (3) et au ‘je’ uniquement) tous LGBTQIA, tous QUEER. Le commerce autour du LGBTQIAisme est considérable en comparaison de l’hétérosexualité.
À partir de mai 1968 les invertis font leur « révolution » capitaliste : le FAHR est en gestation, notamment à travers les journaux semi clandestins « Tout ! » et « Le fléau social », et avec des personnages comme Françoise d’Eaubonne. Vous croyez qu’ils vont proposer l’abolition du salariat ? Non, ils critiqueront la « normalité » du bourgeois ou de l’« homosexualité à la papa [ou de vieux] », et réclameront une « homosexualité normale », c’est-à-dire un conformisme révolutionnaire toujours à l’œuvre. Ainsi cette homosexualité qui se voulait « révolutionnaire » n’était que le conformisme révolutionnaire capitaliste de ses « Plus ça change et plus… »
Certain que la « gay pride » ce n’est pas un symbole révolutionnaire mais plutôt LE symbole du CONFORMISME DE L’ORDRE ÉTABLI. À 20 ans âge où on se croit tout permis et où tout semble possible on s’illusionne fort, on rêve fort, et à quarante ont fait du préjugés, de l’idée reçue en forme de « liberté d’expression [CONFORME] ».

Jean Marais qui se disait homosexuel et qui avait pour compagnon Jean Cocteau n’en faisait pas une promotion publicitaire pour faire vendre ou pour la politique ! Jean Marais : « un trait constant de son caractère, son indépendance totale à l’égard de tous et de tout ».
À ce hui, « Mon Coco, si tu vas mal, change d’air, change de sexe ! ». Pourrait dire un parent1 ou un parent2 à son gamin acheté à une mère porteuse.

MISE EN VALEUR DU TEMPS = UNIQUEMENT VALORISATION DU CAPITAL, donc il fait être pour les LGBT etc., pour la contraception, pour le salariat ou le collaborationisme, pour le réchauffisme, etc., le reste, il jette : eugénisme à sa racine même. Tout ce qui remet en cause le capitalisme et ce qui va avec : l’État et le salariat, il le jette, il le tue. Tout ce qui est de la mise en valeur du temps OU DE LA RAISON, SURTOUT DE LA RAISON, reproduit nécessairement le capital.

MISE EN VALEUR DU TEMPS = A-MÉLIORER : rendre « Mieux », « Meilleur » :

- Question : Quelle est votre opinion sur les réformes sociales ?
- Maharshi : La réforme de soi entraîne automatiquement la réforme sociale. Limitez-vous à votre propre réforme. La réforme sociale prendra soin d’elle-même.
(Entretien 282 du 16-11-1936).
« « Les gens disent : Les smriti [mémoire, tradition, Véda : les Dharmashâstra, le Mahâbhârata, les Purâna, etc.] déclarent telle ou telle chose, mais maintenant ce n’est plus approprié. Je vais donc réformer le monde et récrire les smriti. C’est avec ces propos que les hommes, depuis des temps immémoriaux, défont et refont le monde. De tels réformateurs sont apparus et ont disparu ; mais les anciennes smriti sont toujours là. Pourquoi perdre son temps avec de telles questions ? Que chacun s’occupe de ce qui le concerne. Et tout ira bien ». (Entretien 161 du 13-2-1936).

PLUS QUE JAMAIS DANS L’HISTOIRE HUMAINE RÉCENTE, CELLE DES 10.000 ANS DE LA VOIE DE L’AGRICULTURE DU NÉOLITHIQUE, L’HUMAIN DOIT CONSENTIR S’IL VEUT VRAIMENT VIVRE À UN RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE = il doit se dé-couvrir l’objet du sujet qui lui impose sa volonté : l’histoire ou la mise en valeur du temps et donc de la matière, le corps : « QUI SUIS-JE ? », équivalent de l’ouverture ou du « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) vers : « Le Royaume des Cieux est en Vous ». C’est une ascèse inverse de celle de la communauté monastique ou citoyeniste de la présente OMNIPOTENCE INDIFFÉRENCIÉE NOMMÉE « LAÏCITÉ », « ÉGALITÉ », « DÉMOCRATIE », « FRATERNITÉ », « LIBERTÉ », « VALEUR »…. Opposé au Retournement de la Lumière, le ‘Je’-‘Je’.
Cependant, en l’état actuel par le fonctionnement unique de la conscience relativiste, il existe de gros ego : les chefs, les cancéreux du Pour-Voir qui décident du conditionnement des masses humaines, c’est-dire des théoriciens de la dialectique matérialiste historique et mercantile, et idéalement, il ne doit rester qu’un petit groupe de ces cancéreux du Pour-Voir qui décident du DRESSAGE PSYCHOLOGIQUE DES MASSES, conçues comme un total informatique des individus rendus INDIFFÉRENCIÉS, GROUPÉS COMME DES PATATES DANS UN SAC : LE « VIVRE ENSEMBLE » (les réseaux, le mondialisme).
L’idéal républicain est la dictature d’un seul qui « dit la vérité du jour et ce que sera celle du lendemain », qui décide du dogme à tout instant remis en question. C'est Sisyphe qui pousse son rocher. C'est un Pape et une Église à l'envers, en creux, l’Ein sof républicain.


Notes.
1. Avec ses grosses machines agricoles bourrées d’informatique le paysan est devenu un ouvrier salarié ou « collaborateur » du capitalisme de l’industrie de l’agro-business : il ne peut pas payer ses machines, il se situe ainsi dans le Thème du : « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux », l’invention de « communaux » à l’envers, comme de tout maintenant ! Car qui construit et programme ces machines ? Le paysan est donc UN ENGRENAGE DE LA MACHINE CAPITALISTE dans lequel la passivité de l’engrenage se substitue aux rythmes des tenseurs naturels et vitaux et ça va donner une illusion d’unité, un « Mieux », pour obtenir les fameux résultats, plus directs, plus parfaits style « zéro défaut », mais ça n’en reste pas moins totalement anti-naturel et voué, par son essence, aux pires catastrophes.
Les noms-les-formes du pouvoir du mental de l’humain tendent maintenant clairement à supprimer la « gravitation excentrique » ; le sens d’une obéissance qui dépendrait de la loi de succion tend à s’effacer. Si bien que la plus profonde et la plus meurtrière des tyrannies est DÉJÀ présente : l’être humain est une machine, un objet du capital, le mental de l’humain est désormais programmé PAR LE DEHORS.
Cette civilisation est devenu une immense MACHINE informatique en tout connecté, où, comme dans tout ordre mécanique, chaque rouage est condamné à une passivité absolue, ou à une originalité, ou à être un dévergondé et jeté, détruit par la machine. Il n’est plus possible de « servir » avec sa Liberté sans communion telles les EAUX PRIMORDIALES, ce monde est sous le DOUBLE JOUG DE L’ISOLEMENT ET DE L’ESCLAVAGE. L’analogie avec l’enfer, le pays des esclaves solitaires, se présente en ce moment ; esclaves d’autant plus solitaires qu’ils sont, un comble, EN TOUT CONNECTÉ, EN VIVRE ENSEMBLE FACILITÉ PAR LE MÉCANISME TECHNOLOGIQUE AUGMENTANT LA MONDIALISATION !!!

2. Ce n’est pas l’effet du hasard si les époques où le social est dévolu à l’argent sont aussi celles où sévit la pire fièvre égalitariste (réf. à Gustave Thibon : Diagnostics).

3. « Le corps est un cadavre. Tant qu’on est en contact avec lui, on doit se baigner dans les eaux du Soi ». (Ramana Maharshi, entretien 282 du 16-11-1936).
« Pourquoi vous donnez-vous tant de mal pour effectuer des réformes ? Allez dormir et voyez s’il y a des différences dans le sommeil. Là, vous allez effacer les différences sans aucun effort ».
(Rires)
(Ramana Maharshi, entretien 507 du 22-8-1938).
 
 

Dernière mise à jour : 25-07-2022 02:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >