Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le ‘Je’ n’a pas a évoluer puisqu’il EST
Le ‘Je’ n’a pas a évoluer puisqu’il EST Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-07-2022 03:03

Pages vues : 733    

Favoris : 30

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
pyrite4_460.jpg
 
 
Le ‘Je’ n’a pas a évoluer puisqu’il EST
comme les lampes n’ont pas à s’éclairer
puisqu’on n’y trouve aucun ténèbres.
De même qu’une lame de couteau ne se
coupe pas elle-même et la lampe ne`
s’éclaire pas elle-même !

« En découvrant que ce ‘Je’ est pure conscience,
au-delà de l’action et du plaisir, on obtient
la liberté et le bonheur. Car le Soi est parfait,
et il ne reste plus rien à obtenir [pas
d’évolution, pas de « mieux » ou de ”réparation”
de péché] ». (Ramana Maharshi 209, 19-6-1936)
 
L’illusion n’est pas différente du mental,
il est impensable qu’elle en soit non-différente.
Si le mental est réel, comment l’illusion
n’en est-elle pas différente ?
Si elle n’est pas différente, ce mental
n’est pas réel.

Cependant l’illusion est visible par le mental,
le ‘je’ du corps-ego du samsâra a pour support
quelque chose de réel, autrement il sera
comparable à l’espace.
Comment prenant appui sur une chose réelle,
une chose irréelle pourrait-elle remplir une
fonction.
Sans compagnon le mental ne serait que solitude
(comme la Pyrite de Fer sans le Cristal de roche).
Si la conscience était dépourvue d’objets,
tous les êtres seraient des Libérés : pourquoi une
utilité à imaginer que tout est seulement conscience ?
ce serait probablement une goinfrerie spirituelle.

Avec l’habitude de la Vacuité l’habitude des
choses disparaît, et l’habitude qu’il n’y ait
rien finit pas disparaître aussi,
c’est le VAURIEN !
Même pour nier qu’il n’y ait rien,
il faut quelqu’un, le vaurien !
Il est ainsi le seul qui vaille quelque chose !
Les derniers, les losers, seront les
premiers, les winners.

« Si vous n’existez pas, il n’y a pas de
questionneur ni de question [ni de polémique] »
(Ramana Maharshi 295, 16-12-1936).
Question : Aidez-moi à obtenir un jyotir-darshana
(une vision de lumière)
Maharshi : Le darshana (la vision) implique un
drashtâ (celui qui voit).
Cherchez ce dernier et vous découvrirez que
le darshana est inclus en lui.
(Même entretien, et définition de la FRACTALE).



LA SUCCION JUDAÏQUE DU « MIEUX »

Les disciples de la judéo-maçonnerie spéculative se sentent en voyage entre un Alpha et un Oméga, en un point focal de l’Instant un fois instantanéisé est « rejeté en arrière » ; mais ils ne bouclent pas sur le TRIANGLE DE LA PYRITE DE FER, le ‘Je’ premier Cycle de la Pyrite (FeS2), celui du « Je suis ce JE SUIS », à la fois Alpha et Oméga dans le Ici et Maintenant, l’A-temporel.

L’humain, dans sa confusion du corps avec le Soi devient un monument d’orgueil en se croyant évoluer et en se prenant pour un démiurge. À ce hui il y a plein de démiurges ou de Joseph Staline qui parlent du haut de leur pyramide de winner du dogme selon l’évolution, l’Agenda 2030 en est un exemple, ou le covidisme futur mis au point par la Rockefeller Fondation and Global Business Network en 2010 : ”Scenarios for the Future of Technology and International Development”. Ces « Staline » du capital agissent comme un simulacre de moteur immobile, le Ici et Maintenant, la monade du capital non affecté en elle par l’évolution puisque le capitalisme se croit éternel comme sa démocratie et comme sa république, alors ils la dirigent-digèrent en leur évolution et les masses des peuples dedans.
C’est donc la monade du capital qui fonde la catholicité de la marchandise et des échanges aliénatoires commerciaux.

L’évolutionnisme juif en forme de LOI DE SUCCION résumé page 18 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent : « Pour la première fois, une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique [Tore, Circulus trinitaire, Ouroboros trinitaire] ; elle ne se donne pas pour but le retour du même [l’Éternel retour]. Elle fixe un sens au progrès ; elle fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [dans un seul sens et concept du mental par l’idéation] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin : le libre arbitre [et par là l’individualisme, l’opinion, la démocratie et le consommateur et forcément des limites]. Ainsi est posé la fonction de l’économie [et du capitalisme] : cadre matériel de l’exil et moyen de réinvention du paradis perdu [donc la religion du monothéisme de l’argent et du salariat, de la marchandise idole et de la consommation loi de succion unique modèle de vie]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute [le ”MIEUX” et inventer la liberté, l’évolution, le tiqoun, la succion du « mieux »]. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : mettre en valeur le temps [la carotte du messianisme et de leur ”Jour du jugement dernier”…] ».
« Mettre en valeur »…. Là est le problème !!!

Comme s’il y avait une PERTE, l’humain a une tendance invincible à rechercher ce CENTRUM CENTRI comme le Tournesol cherche le soleil, parce que l’humain a soif de ce qu’il appelle « paix ». Et de nous jours cette soif, cette succion de « paix », il en fait un UNIQUE commerce de valeurs, et il en devient fou, aliéné : privé de sa Vraie nature, privé de son ‘Je’.

Le républicanisme de 89 ayant remplacé le républicanisme ou le socialisme de l’Église de Rome, leurs concepts senti-mentaux et donc moraux ou d’opinions remplaçant la vraie ÉTHIQUE (E tu es HI) ou MORALE (MOR-AL) impersonnelle pour en faire une ESTHÉTIQUE DE VIE (une sensation, une consommation donc augmentation du moi-individuel) ont dénaturé (d’E) le Gate gate… (1) en concepts qui angoissent les inquisiteurs consommateurs de ta-bous (le Graal de la glèbe adamique).
Perdre toute retenue en une Vacuité est nommé par le conventionnel du dictionnaire : « Dévergondé », du dé- (du latin dis-, qui indique l’éloignement, la séparation, la privation que le A privatif), donc qui ne met aucune vergonde (du latin verecundia (retenue, réserve, une pondération ou un calcul), bref, qui est dans l’Instant, DIRECT.
Ainsi, « L’âme individuelle (le Soi du jiva) qui est en chaque être est captive du monde [le samsâra] retrouve sa Vraie Nature du Soi lorsqu’elle est libérée des entraves que sont le désir [la loi de succion], la passion […] la honte, la crainte, le malheur. Je vais te dire comment délivrer l’âme de ses liens » (Yogatattva Upanishad).
DÉVERGONDÉ renvoie dans un dictionnaire à VERGOGNE : sans pudeur, sans retenue, étymologie de garder (sens de garder donc SPONTANÉ, DANS L’INSTANT, MAÂT ou direct, conforme). Les RETENUES, L’EMBAUMEMENT naturel ou artificiel, sens du latin condere, qui donne vergogne, le conforme à la Vérité (vere), sont la capt-I-Vie-T : qui arrêt sa vie en T, comme le T du Christ (et non la Croix, car les ouvriers de l’Empire romain n’allaient pas de casser le tronc pour construire un grand nombre de croix pour supplicier leurs opposants, fabriquer un T, un Tau ou croix de Saint-Antoine ça coutant moins cher), le T qui refuse (RE, manifeste des choses) d’itérer.
Les Vérités sont Maât comme la Déesse Égyptienne et n’ont jamais été d’autres conseils, en cela complètement à l’opposé d’une « Éducation nationale » (qui conduit… le E).
C’est pourquoi l’ego ou le corps, le mental captif du spatio-temporel, Re-trouve sa Vraie Nature lorsqu’il est libéré des chaînes de loi de succion : désirs, colères, peurs, égarements, concupiscence, orgueil, passion et faire/fer, crainte, souffrance.

Le plus tendre en ce monde
domine le plus dur.
Seul le rien s’insère dans ce qui n’a pas de failles.
À quoi je reconnais l’efficace du non-agir.

L’enseignement sans parole
L’efficace du non-agir,
Rien ne saurait les égaler.
(Tao-tö king, Verset 43, trad. Liou Kia-hway).

L’évolutionnisme c’est JUGER, FAIRE « MIEUX », d’où le concept de « PEUPLE ÉLU » : CEUX QUI SONT « MIEUX » QUE LES AUTRES, CEUX QUI SONT « MIEUX » VENDABLES-RENTABLES, CEUX QUI FONT MIEUX PARCE QU’ILS FONT DES COMMANDEMENTS OU DES DROITS DE L’HOMME, CEUX QUI SONT AUGMENTÉS COMME LEUR « RÉALITÉ AUGMENTÉE ».
« Le saint vit parmi les êtres du monde sans en blesser aucun. S’il n’en blesse aucun, personne ne pourra non plus le blesser. Seul celui qu’aucun être ne blesse peut entrer dans le commerce [le social] des hommes ». (Tchouang-tseu, chapitre Intelligence voyage dans le Nord, trad. Liou Kia-hway, qui explique que seul celui que personne ne parvient à blesser peut aller au devant des humains et les reconduire. D’après le contexte qui la précède, cette phrase veut dire aussi que seul celui dont le tact évite la blessure de l’âme peut entrer en relation avec les humains du monde. En d’autres termes, le saint est celui qui ne blesse jamais l’amour-propre de ses semblables et dont l’amour-propre ne saurait être blessé pas eux. Lui seul peut vivre en paix avec ses semblables. Correspond à : seul l’être humain qui a fait « société » avec lui-même au plus profond de sa Vraie nature, peut, éventuellement, se lancer à faire société avec le monde ; des relations authentiques ne peuvent avoir lui qu’entre personnes authentiques. Ce qui n’est pas le cas à ce hui parce que absolument tout est dans la monade capitaliste).

Depuis les dialoguistes historiques des Hegel et autres Marxengelsistes ou « Samsâramistes » (du cycle de naissances et de morts et du phénomène des noms-les-formes), la pensée dite « moderne » a renversé le EST, le ”Je suis ce JE SUIS” : ce sont plus les objets qui vivent de la conscience relativiste, c’est le calcul du mental qui structures les choses, qui les fait telles qu’ensuite nous croyons les découvrir, et à l’état de veille, comme si les choses étaient « pour nous » (à consommer…), elles ne sont pas ”en elles-mêmes” ce qu’elles sont, elles n’ont pas de EST ou de ”Je suis ce JE SUIS”. Elles sont devenu la dualité du sujet devant l’objet, ou du mental devant la chose à identifier.
Dans cette dualité sujet-objet la connaissance n’est qu’un simple enregistrement mécanique comme l’appareil photo, ou le disque dur, ou le micro qui enregistre des sons sans que sa Nature de micro soit responsable du « Je suis ce JE SUIS » des sons enregistrés.
Si ce qu’on appelle « connaissance » était quelque chose d’aussi simple, si les deux « Je suis ce JE SUIS » étaient deux moi-individuel dans leur singularité indifférents l’un a l’autre, comme si les Eaux Primordiales n’avaient jamais existées, comment alors le Christ-Jésus à la Cène, eût pu transformer en autre chose le « Je suis ce JE SUIS » du pain et du vin qu’Il avait devant Lui ?

Les dialoguistes historiques des « Samsâramistes » CROIENT pouvoir rendre « vrai » la Vraie Loi de Succion ou Eucharistie en « radicalisant » que c’est notre conscience et connaissance qui structure les objets, c’est-à-dire que les objets sont indépendants de la conscience, comme si le monde existait alors qu’on dort d’un sommeil profond où le monde n’existe pas.
Comme l’exprime Ramana Maharshi à l’entretien 39 du 22-3-1935 : « Le monde est-il à l’intérieur ou bien à l’extérieur de vous-même ? Existe-t-il indépendamment de vous ? Vient-il vous dire : “j’existe” ? ».

EN RÉSUMÉ : la Connaissance n’est pas la dualité du sujet dialoguant ou dialectisant temporellement ou historiqueent avec l’objet ou les « faits », mais d’un RAPPORT TEL CELUI DE LA PYRITE DE FER : LE TRIANGLE, LA TRIPÛTI (en sanskrit) :
‘Je’ - le TOUT (PAN) - le CONNAÎTRE.
Le Connaisseur - le Connu - la Connaissance, en retenant que la TRIADE PURE EST LA TRIADE NON-DIFFÉRENCIÉE (R.M. 303, 25-12-1936).
La Vraie Connaissance n’est pas un enregistrement sur un disque dur ou dans un appareil photo comparés au mental qui stocke des pensées ; la Vraie Connaissance est Amour : la non-dualité, le mariage sujet-objet ; et de nos jours de tout connecté paradoxalement l’Amour est devenu HAINE, CHAOS, lorsqu’il y a confusion et distorsion entre le corps et le Soi, ou entre le corps du spatio-temporel et le Soi.

Lorsqu’il y a confusion entre le corps et le Soi la dialectique historique s’installe : tout est histoire, tout s’écoule sur la ligne droite de la géométrie euclidienne entre un passé indéfiniment reculé et un futur également indéfini en des lendemains ou en une fin des temps qui chante (le DORG : Demain On Rase Gratis), si bien qu’il n’y a pas de CIRCUSUS où le Soi est l’Alpha et l’Oméga. Dans l’évolutionnisme judéo-islamique où il n’y a pas la Circumincession de la Trinité, le Triangle de la Pyrite de Fer, le Fils descend du Père, ensuite l’Esprit du Fils et le Circulus est absent.

- Maharshi : Comment pouvez-vous connaître l’existence des choses, plutôt que votre propre existence ?
- Question : Qu’y a-t-il de nouveau dans l’existence de quelque chose ? Je prends votre livre et je lis que la seule question que l’on doit se poser est « Qui suis-je ? ». Je veux savoir : « Qui êtes-vous ? »
J’ai ma propre réponse. Si quelqu’un d’autre dit la même chose, et des millions d’autres personnes aussi, il est probable que le Soi existe. Je cherche une réponse positive à la question et non à jouer avec les mots.
- Maharshi : De cette manière, vous êtes au mieux dans le domaine de la probabilité.
- Question : Oui, il n’y a pas de certitude. Même l’existence de Dieu ne peut être prouvée avec une certitude absolue.
- Maharshi : Pour le moment, laissez Dieu de côté. Qu’en est-il de vous-même ?
- Question : Je veux la confirmation du Soi.
- Maharshi : Vous cherchez la confirmation chez les autres. Bien qu’on s’adresse à une personne en disant « vous », elle se désigne elle-même en disant ‘je’. La confirmation ne vient donc que du ‘je’.
En fait, il n’y a pas de « vous » du tout. Tout est inclus dans le ‘Je’. L’autre ne peut être connu que si le Soi est admis. Sans le sujet, les autres n’existent pas.
- Question : Ce n’est encore rien de nouveau. Un jour, Sir C. V. Raman m’a dit que la théorie de l’odorat pouvait être expliquée par sa théorie de la lumière. L’odorat n’a plus besoin d’être expliqué en termes de chimie. Voilà quelque chose de nouveau ; c’est le progrès. C’est ce que je veux dire quand j’explique qu’il n’y a rien de nouveau dans toutes les déclarations que j’entends ici.
- Maharshi : Le ‘Je’ n’est jamais nouveau. Il est éternellement le même.
- Question : Voulez-vous dire que le progrès n’existe pas ?
- Maharshi : Le progrès est perçu par le mental extériorisé. Quand le mental est tourné vers l’intérieur et que le Soi est recherché, tout est tranquille.
- Question : Mais alors les sciences, que deviennent-elles ?
- Maharshi : Elles aboutissent toutes dans le Soi. Le Soi est leur finalité.
(Entetien 380 du 2-4-1937).

Et dans l’entretien 442 du 8-1-1938 : « Il a fallu plusieurs incarnations pour rassembler toutes les impressions qui se manifestent sous la forme actuelle. Par conséquent, j’ai dû exister auparavant, de la même manière que j’existe maintenant ! Le chemin direct pour trouver une réponse consiste à chercher si le monde existe vraiment. En admettant l’existence du monde, je dois admettre quelqu’un qui le voit et qui n’est autre que moi-même. Laissez-moi trouver “moi-même” de manière à ce que je connaisse la relation entre le monde et celui qui le voit. Mais quand je cherche le Soi et demeure comme le Soi, il n’y a plus de monde à voir. Quelle est alors la Réalité ? Seul celui qui voit est réel, et certainement pas le monde.
Ceci étant la vérité, l’homme n’en continue pas moins de discuter en se basant sur la réalité du monde. Qui donc lui a demandé de plaider la cause du monde ?
Le Yoga-vâsishtha définit clairement la Libération comme étant l’abandon du faux pour demeurer en tant qu’Être ».

« La Libération comme étant l’abandon du faux pour demeurer en tant qu’Être ». À rapprocher pourquoi pas du phénomène lumineux de "Mamma Rosa" (le Rose de l’Aurore lié à l’Instant) et Rosa Qattrini à laquelle la Vierge est apparue le 16-10-1964 à San Damiano al Colle. Voie aussi la vidéo sur Mama Rosa. Il y a un rapport à l’Archange Michel et le Padre Pio.
Le ROSE DU BLANC DE L’INSTANT (dans le « Tore lumineux » au Blanc de l’Instant avec dessus, à côté, et plus loin dans le Tore les variations très douces des couleurs de L’Arc-en-Ciel pour aller jusqu’à un « fond » vers le Noir ou l’Invisible Vierge Noire (rêve du scribe de cette page au début des années 1970).

viernoir300.jpg.


L’ARC-EN-CIEL PEUT ÊTRE LE SYMBOLE DU « GATE GATE… »(1) : le SENTIER entre ici-bas et le Ciel. C’est une fonction quasi universelle DÉTOURNÉE À LA FAÇON DU DIABLE PAR LES VENDEURS D’ÉGALITÉS MARCHANDES : « Ce n’est pas l’effet du hasard si les époques où le social est dévolu à l’argent sont aussi celles où sévit la pire fièvre égalitariste » (réf. à Gustave Thibon : Diagnostics).
Les rubans utilisés par les chamans bouriates portent le nom d’Arc-en-Ciel, ils symbolisent la MONTÉE AU CIEL : le vécu du EST du Soi, le ’Je’ intemporel spectateur et artiste faisant un avec le Tout car ce qui est dans l’Instant, ce qui est Maât est Art, TOUT EST POSSIBLE PAR LE MAÂT SINCÈRE MAIS TOUT N’EST PAS PERMIS COMME DE CHAMBOULER L’ENSEMBLE. Le EST du ‘Je’ débarrassé du corps-mental-ego est comparable à « la Montée au Ciel » en termes chamaniques. Les Pygmées d’Afrique centrale croient que Dieu leur montre son Désir d’entrer en contact avec eux par l’Arc-en-Ciel.
L’Ancien Testament fait de l’Arc-en-Ciel la matérialisation de l’Alliance ; et manifestement à ce hui l’arc-en-ciel des PMA-LGBT etc. est l’Alliance avec le diable Grand Architecte De L’Univers (GADLU), le Monde capitaliste, un arc-en-ciel annonciateur de catastrophe majeur, alors que l’Arc-en-Ciel est annonciateur de Félicité et d’un renouveau cyclique, mais comme tout symbole est double, effectivement l’Arc-en-Ciel peut aussi annoncer une situation redoutable et mortelle.
L’évolutionnisme des Juifs et leur « mise en valeur du temps » c’est SATURNE, L’OGRE QUI DÉVORE SES PROPRES ENFANTS ET MODIFIE, ARRANGE AU « MIEUX » TOUTES CHOSES ; IL EST L’EMPEREUR DE CETTE ILLUSION QU’EST LA DESTRUCTION ET LA MANIFESTATION ; il est Lucifer (Luci-faire et fer qui rouille) le Maître du Cercle de la Manifestation : O-géré ou Ogre et ses A-p-oarences : sans accord avec la Source, il est loi de succion ou attraction ”universelle” c’est le MIROIR DE LA MÂRATRE questionnant ce Mi-roir sur sa beauté.
L’actuel arc-en-ciel est celui DES TUEURS.

tore_couleurs_ouroboros_ptah.jpg
 
« Comment pouvez-vous connaître l’existence des choses, plutôt que votre propre existence ? », dit le Maharshi cité plus haut. Parce que tout être humain, parce qu’il est en son Être ou Essence, un résumé de tout ce qui existe dans l’Univers et du Divin qui EST, a un besoin invincible du TOUT : les Eaux Primordiales. Ce besoin est inscrit dans sa Vraie Nature, comme le polygone dans un cercle. Alors, ce polygone il essaie de le voir selon son hérédité familiale et sociale, selon sa spécialité donc, il en fait un centre, alors que sa spécialité n’est qu’une face du polyèdre de la Connaissance du TOUT. Avec cette spécialité comme centre, il construit des systèmes, des opinions, des sectes, des partis ou mouvements politiques ; il a des opinions, il construit des trucs, des faire/fer qui rouillent.

Note.
1. Le « QUI SUIS-JE ? », équivalent de l’ouverture ou du « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) vers : « Le Royaume des Cieux est en Vous ».
 
 

Dernière mise à jour : 27-07-2022 03:38

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >