Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Messianisme-objectif
Messianisme-objectif Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-10-2022 21:34

Pages vues : 717    

Favoris : 37

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
juif_errant_argentvril.jpg
 
 
Messianisme-objectif
Principe de LA VALEUR D’ÉCHANGE :
Selon les Schwabe-Harari : « Vous ne posséderez
rien et vous serez heureux ».
« Et bien les frangins, louez-moi de cet
”Absolument rien” ».
Et s’il ne reste aucun objet à posséder,
IL RESTE ENCORE L’OPINION, LES MOTS/MAUX
APPARTENANT À CHACUN(E) SELON SON HÉRÉDITÉ,
SELON SON SAMSKÂRA (tendance innée, impression).
À moins que les Schwabe-Harari enlèvent aussi
l’hérédité à tous.
 
 
Idem avec la mode de la conspiration ou du complot qui consiste à INQUISITIONER OU À ACCUSER D’HÉRÉSIE LE MOINDRE OPPOSANT À L’OPINION CONVENTIONNELLE ; c’est comme la VACUITÉ qui permet d’échapper à tous les points de vue et d’avoir raison à tous les coups ; ainsi la vacuité-inquisition ou conspirationnisme inquisitorial consiste à FAIRE DE CETTE INQUISITION ET ACCUSATION D’HÉRÉSIE  UN POINT DE VUE ABSOLU, DONC LE COMBLE DE L’OPINION !
L’accusation de conspirationnisme envers les critiques du conventionnel est du nihilisme ; un site qui se prétend « observatoire du conspirationisme » et qui prétend être « déconspirateur » est le principe même du NIHILISME, c’est « CIRCULEZ YA PLUS RIEN À VOIR » (au sens du tout est résolu, tout « baigne », dormez braves gens), CIRCULEZ NOUS DÉTENONS LA VÉRITÉ ET NOUS VOUS EXPLIQUERONS CE QUE VOUS DEVEZ CROIRE.

NON, NON, le « déconspirateur » n’est pas le « Vous ne posséderez rien… », NI LA PERTE, NI LE FLÉAU qui, lui-même disparaît puisque les deux extrêmes n’ont aucun sens.

Le P de Perte, Paix, Pépère, Plein, Près, Poser, Prêt, surtout de Porte : le « GATE GATE PÂRAGATE PÂRASAMGATE BODHI SVÂH », du Soûtra du Diamant et du Cœur de la Connaissance transcendante [Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi]) et dans le Verset 1 du Tao-tö king qui résume l’ensemble du TAO, correspondent à ce que Tout ne peut qu’être Conscience, y compris les objets « extérieurs » c’est-à-dire à l’état de veille et de rêve, et qu’il n’y a pas de conscience sans objet ni sans état de veille et de rêve et jusqu’au sommeil profond où n’existe ni l’un ni l’autre.
LE TROU : LÀ OÙ L’ON ENTRE SANS ENTRER CE NE PEUT QU’ÊTRE L’IMPÉNÉTRABLE, L’INSAISISSABLE. La Vision du Trou ne peut se faire que Dans un Trou, et par conséquence en cette ABSENCE DE DUALITÉ DEDANS-DEHORS il n’y a que le Trou donc pas de Trou à voir ou à posséder : LA RACINE DU MAL EST VAINCUE.

- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou
Eucharistie (dans son sens en la
croyance au corps ou attraction
”universelle”].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme,
du Désir, du Sans-Forme, jusqu’à la
gloutonnerie spirituelle].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans
l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors,
lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable,
chapitre V, 14)

Les « déconstructeurs » du conspirationnisme ne sont pas non plus des maîtres destinés à éveiller les masses. Si c’était le cas le chaos humain actuel n’existerait pas.

Plus haut il est question du « louez-moi de cet ”Absolument rien” » pour être fidèle au projet des Schwabe-Harari. Ce qui est identique à l’histoire d’un moine rendant visite à un maître, et il s’excuse de n’avoir rien apporté avec lui (puisque suivant les S-H, il ne doit rien posséder avec lui). Le maître répondit : « Abandonnez ».
Le monde répondit : « Mais je n’apporte rien. Que dois-je abandonner ? ». Le maître lui répondit : « Si vous ne pouvez rien abandonner, allez-vous en en l’emportant ». Et le moins connu l’Éveil.
Ici ce situe un bon exemple du Gate gate… en négation de négation. Le moine était encore, comme le déconstructeur de conspi. attaché à la prétendue conspiration, IL ÉTAIT ATTACHÉ À CE VIDE, À CETTE ANIHILATION DE LA CONSPIRATION, et ce fut la réponse du maître, niant la négation, PRINCIPE DE LA PERTE, DU FLÉAU, qui lui a fait réaliser que le nihilisme, le néant, n’existait pas vraiment.
C’EST L’AINSITÉ :
Iti désigne l’ainsité (ainsi), le Soi, la Seule Réalité, le « JE SUIS », tathata en sanskrit, shinyo en japonais.

AINSITÉ : ni s’enfuir, ni s’approcher. Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout.
Ni apparaître, ni disparaître, seulement « Je suis ce JE SUIS » ou immortalité, éternité du ‘Je’. Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».

L’œil ne peut fonctionner qu’en utilisant la lumière émanée du soleil, sans cela l’œil est inutile. De même, le jiva ou individu ne peut fonctionner qu’en utilisant la Conscience [le Sel…] qui émane du Soi. Également, de même que l’œil ne peut fonctionner que dans la lumière réfléchie du monde des  Essences. S’il l’œil se tourne pour regarder le Soi, il sera entièrement effacé et se fondra dans le Soi avec lequel il ne fera plus qu’un, comme le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source. C’est le EST, le « Je suis ce JE SUIS ».

LA RACINE DU MAL C’EST LA TYRANNIE DE L’OPINION : LE BINAIRE, OUI PAR RAPPORT À NON.

Une histoire raconte qu’un homme est suspendu à une branche d’arbre en se tenant uniquement par les dents, sans pouvoir se servir de ses mains. Passe alors quelqu’un qui lui demande où se trouve tel endroit. En ne pouvant donner de réponse sans tomber, l’homme suspendu contrevient à l’attente du questionneur. En répondant, il se casse la gueule et en meurt. Que doit-il faire ? C’est ici que l’opinion est détruite car l’impasse est totale. Or c’est aussi le PRINCIPE DE L’ALCHIMIE accusée de chimère et anti-scientifique ; mais l’impasse N’EST QU’UNE CRÉATION DU MENTAL, UNE PORTE BLINDÉE QUI EMPÊCHE, COMME TOUTES AUTRES ILLUSIONS DE CE MONDE. Et encore, il ne s’agit que du MOMENT TEMPOREL où l’homme est grimpé sur l’arbre et s’est suspendu par les dents à une de ses branches : MAIS AVANT, DE MONTER À L’ARBRE ? (identique à Moïse et la Tautologie du ”Je suis ce JE SUIS” le recevant À UN MOMENT, soit s’éveillant…)

LA PERTE OU LE NON-AGIR (Wou-wei ou Wuwéi : le "non-agir", ou plus vulgairement : le "lâcher-prise". Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. Faire le vide, LA PERTE, pour faire le plein !)
Le Wou-wei ou l'enseignement sans parole, PAR LE SILENCE. C'est l'adepte ou l’élève lui-même qui doit progresser, se dépouillant peu à peu des constituants de son moi social et des brouettes de conventionnel qui y sont stockées. Ce sera donc LA PERTE, LE SAINT CHAOS OÙ MÊME LE SACRÉ N’EXISTE PAS (parce que le sacré est la dualité : tantôt un saint, tantôt le Satam ou le Diable : Dieu et Diable ont ce même pouvoir d’annuler que ce qui existe n’a pas d’existence…).
Perte surtout de la LOGIQUE (la raison des « lumières » du 18è siècle français) QUI FOUT LE CHAOS PARTOUT EN VOULANT NORMALISER COMME UNE UNIQUE PENSÉE POUR TOUS : LA DIALECTIQUE C’EST LA MORT, TOUTES CONCEPTIONS C’EST LA MORT, L’ARRÊT, LA FIXATION, LA CONSTANTE, ATTEINDRE UN POINT DONNÉ C’EST LA MORT.

Les « déconstructeurs » du conspirationnisme font dans le WINNERISME : ILS S’ATTACHENT À LA « PURETÉ-VÉRITÉ » EN LA CHANGEANT EN FAUSSETÉ (comme de tenter de « voir le Trou »). LA PURETÉ N’A AUCUN NOM-LA-FORME, et quand les « déconstructeurs » du conspirationnisme définissent une forme censée représenter la « vérité », ils s’opposent à leur propre Nature EN SE RENDANT ESCLAVE DE LA PURETÉ (ils font dans la vulgaire opinion du binaire oui par rapport à non).

PERTE, FLÉAU = NE JAMAIS LAISSER SON MENTAL À S’ATTACHER OU À SE SENTIMENTALISER À QUOI QUE CE SOIT (et tout dans cette sotte société à satiété est construit par la raison à sentimentaliser, à opinioner n’importe quoi, donc À POSSÉDER N’IMPORTE QUOI. Le machin des Schwabe-Harari réussira-t-il à déconstruire la tyrannie de l’opinion après avoir déconstruit la non-possession d’objet, y compris son propre corps-objet ou mental ???).

PERTE = ON NE POSSÈDE PAS, ON NE FIXE PAS, ON NE FAIT QUE PARLER D’ÉVEIL INSURPASSABLE, AUTHENTIQUE ET PARFAIT. C’EST LE TROU, LE FLÉAU, LE DIA-BLE : LA TRANSPARENCE : DIA : À TRAVERS, JETER, TRANS-EN-DENSE. (Or le dictionnaire tel Le Robert sème le trouble, comme le sens chrétien du Diable : semer le trouble, diviser ou organiser ; mais DIA = AU TRAVERS, COMME TRANSPARENCE, au sens de BEAU, comme Belenos, de la racine BL (1).
« Dis-moi encore, Subhûti : le Tathâgata pense-t-il qu’il a libéré des êtres animés ? Ô Subhûti, ne le crois surtout pas ! Et pourquoi ? Parce qu’aucun être animé n’a jamais été libéré par le Tathâgata. Et s’il advenait, Subhûti, qu’un seul être soit libéré par le Tathâgata, cela trahirait de la part du Tathâgata une croyance au soi [ego], à l’être animé, à la vie, à l’individu. Or, ce qu’on appelle ”croyance au soi”, le Tathâgata a déclaré que ce n’était pas une croyance. Et pourtant, les êtres puérils adhèrent à cette ”croyance”. Mais, Subhûti, de ceux qu’on taxe d’êtres puérils, le Tathâgata a déclaré que ce n’étaient pas des êtres réellement existants. ”Êtres puérils” n’est donc qu’une désignation ». (Soûtra du Diamant 25).



« Le maître chan Wuye, de la préfecture de Fen [non loin du Fleuve Jaune], rendit visite à Mazu. Mazu, voyant son allure majestueuse et entendant le son de sa voix pareil au timbre d’une cloche, dit : « Quelle magnifique salle de Buddha ! Mais à l’intérieur il n’y a pas de Buddha ». Wuye se prosterna et dit : « En gros, j’ai épuisé le sens de la littérature des trois véhicules (auditeurs, Buddha, bodhisattva)). J’ai souvent entendu dire que, d’après l’école chan, le Cœur [le Soi] c’est le Buddha, mais vraiment je ne le comprends pas ». Mazu répondit : « Le Cœur qui n’a pas compris, c’est précisément cela et rien d’autre ». Wuye demanda à nouveau : « Quel est le sceau du Cœur [le ”Gate gate” ou Allé de l’Éveil] transmis secrètement par le patriarche venu de l’Ouest ? » Mazu dit : « Votre révérence est en train de faire du tapage ! Qu’elle s’en aille et revienne une autre fois ! » Au moment où Wuye allait sortir, Mazu l’interpella : « Votre révérence ! » Wuye retourna la tête, et Mazu dit :« Qu’est-ce que c’est ? » À cet Instant, Wuye comprit et fut éveillé. Il se prosterna. Mazu dit alors : « Quel gaillard obtus, pourquoi salue-t-il ? »
(Les entretiens de Mazu, introduction, traduction et notes par Catherine Despeux. Mazu Daoyi (709-788) est un des plus grands maîtres chan (Zen) de la dynastie des Tang (618-907)).
(Voir aussi la page PAS PASS PASSABLE)
 

Note.
1. Racine hébraïque BL :
« La racine qui nous occupe en ce moment, est BL c'est, comme l'indiquent les deux signes qui la composent, une force éminemment dilatante, qui, agissant du centre à la circonférence, augmente le volume des choses, en y causant un bouillonnement, un flux, une intumescence [amplification] extraordinaire » (page 196, dans La langue hébraïque restituée, de Fabre d’Olivet, chapitre : La cosmogonie de Moïse).
Et BL renvoie aussi à לבן qui indique BLANC, examen blanc et donc à rapprocher de VIDE. Le BLANC de l’INSTANT OU l’addition des sept Couleurs de l’Arc-en-Ciel.
Bole, Bolide = tournoyer (Glos. Du Cange), et le Chercheur Ugo Morichini aimait à répéter que « Tout est basé sur la spirale ». Voir les pages Outrage au Seul Ré-EL, et Non État, Non débat-opinion, Non lieu.
Spirale, Tore, Torsion, VRIL-le (tarière, foret, mèche, tirebouchon… et ESCARGOT : LA COCHLÉE EN SPIRALE DE L’OREILLE HUMAINE contenant les terminaisons du nerf auditif [organe de Corti]). ET TOUS ANTI LOI DE SUCCION (la fausse, celle de l’attraction ”universelle”……).
Pour le mot Vril, voir aussi la page ”Le Vril et les mystères du feu vivant”

VRIL, la SHAKTI : pouvoir, énergie, Mère Divine personnifiant le Pouvoir latent de Shiva : « Seul l’âtman (le Soi) doit être réalisé. Sa réalisation embrasse toutes choses, y compris la shakti » (Ramana Maharshi 57b du 24-6-1935).
« La karpûra-ârati [flamme de camphre offerte pour une cérémonie) symbolise la destruction du mental par le feu de l’illumination ; la vibhûti (la cendre sacrée) symbolise Shiva (l’Être absolu) et le kumkuma (la poudre vermillon) la Shakti (la Conscience) ». (Ramana Maharshi 89 du 6-11-1935).
« Au début, le mental ne revient vers la recherche qu’après de longs intervalles ; avec une pratique constante, il revient à des intervalles plus courts, jusqu’à ce que, finalement, il ne vagabonde plus du tout. C’est alors que se manifeste la shakti dormante. Le mental devenu sattvique est libre de pensées, alors que le mental rajasique [acif] en est plein. Le mental sattvique se résorbe dans le Courant de la Vie » (entretien 91).

« Le mental en paix est l’état suprême. Il devient agité, quand les pensées le tourmentent [l’espace-temps de l’idéation]. Le mental n’est autre que le pouvoir dynamique (shakti) du Soi. […] Il n’y a aucune différence entre matière et esprit. La science moderne reconnaît que toute la matière est énergie. L’énergie est force ou puissance (shakti). Par conséquent, tout se résout en Shiva et Shakti, le Soi et l’esprit.
Les kosha (enveloppes) sont de simples apparences. Ils n’ont en eux-mêmes aucune réalité » (entretien 268).
 
 

Dernière mise à jour : 05-10-2022 21:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2023 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >