Accueil arrow News arrow Dernières news arrow UN-S-temps
UN-S-temps Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-12-2022 11:40

Pages vues : 2390    

Favoris : 86

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
michel_ange_dieu_grande_oxydation.jpg
 
 
UN-S-temps
du S comme Sage, Serpent, Saint, Sécure,
Sifflement, Souple, Source, Sang, Silence,
Simple, Sot, ayant sa base dans l’Axe du I
cette lettre renvoie l’idée de perfection,
mais demeure à la relation de la Manifestation :
elle présente l’Essence (1) en formes,
en vagues, comme en témoignent les
monogrammes de Jésus-Christ IHS et XPS.
Essence : S en CE-la ; C ou CELA étant
l’équivalent du Soi, du ”Royaume des Cieux est
en vous”
(pour tous et sans condition).
Essence sonne comme S en Ciel.
Escompter se rapproche du sens de A-teindre,
du A privatif : ne pas teindre (pas de but)
et S-per-E (S autour du E).
 
Instant et Paradoxe : TROUVER CELUI QUI AGIT.
Paradoxe parce que le Vrai cesse d’être vrai
dès qu’il est vu ou possédé comme l’ego disparaît
dès qu’il est identifié ; la recherche ou A-teindre
sa propre identité ou sa propre Vraie Nature semble
impossible car le Réel ou le Vrai étant sans double,
étant SINGULARITÉ, demeure réfractaire à toute
tentative d’identification, ce qui prouve
l’illusion du concept corps ou mental, par
là-même la ”mise en valeur du Temps” ou ”Création”.
Cette ILLUSION EST IDENTIQUE SINON, presque, la même
que la Grande Oxydation, avant, c’était le
Saint Chaos, les Eaux Primordiales, le surnaturel
et le sur-prenant (au-delà du prenant ou de la
saisie) étaient la Nature même, c’était l’Âge d’Or.

Mais un « Jour », un parasite, une OXYDATION
se produit avec la conséquence dramatique
D’ORGANISER, de POSSÉDER OU POUR-VOIR PAR
DES LOIS : organiser = créer Adam et Ève à
partir des « bulles » des Eaux Primordiales
en leur enlevant toute la possibilité de
passer d’un état en un autre en cette labilité
règle essentielle de l’Âge d’Or.
LA MISE EN VALEUR DU TEMPS ÉTAIT INVENTÉ,
ON NE RECULAIT PLUS, SEULE LA FLÈCHE DU
TEMPS ÉTAIT PERMISE PAR LA GRANDE OXYDATION,
OU CATASTROPHE OXYGÈNE NOMMÉE YAHVÉ.
LE TEMPS NE RECULAIT PLUS ET
DEVENAIT LA LOI DE SUCCION :
KRONOS LE BOULIMIQUE PAR LA MISE EN
VALEUR DE SON TEMPS PERSONNEL, DE SON
TEMPS DÉJÀ MONDIALISÉ.

Cette Grande Oxydation ou ”Création” allait
s’appliquer à la Manifestation : continents,
mers et océans, montagnes furent également
distribués dans cette flèche du temps mis en
valeur.
L’ÂGE D’OR DEVENAIT GÉOGRAPHIQUE, MATÉRIALISTE.
L’ORGANISATION S’INSTALLA ET SES LOIS AVEC.
LE PRINCIPE DU CAUSISME S’INSTALLAIT DURABLEMENT
EN WINNER FACE AU LOSER DE L’INCERTITUDE ET
DE L’OMNIPOTENCE MAGIQUE.
LE MOI-INDIVIDUEL : LE CORPS POSSÉDAIT
NOMS-ET-FORMES (le ”croissez et multipliez”
ou la ”culture”).


Paradoxe de la Réalisation par le « Qui suis-je ? », LA VOIE MAÂT OU DIRECTE.
En fait et en apparence, la CHOSE LE PLUS SIMPLE ET LA PLUS DIFFICILE AU MONDE.
Alors que ce qui est DIRECT, SIMPLE : « Alors qu’il Nous est si facile de Nous tourner vers des choses qui nous sont étrangères [le Dehors], comment peut-il être difficile de Nous tourner vers nostre propre Soi ? Vous demandez par où commencer. Il n’y a ni début ni fin. Vous êtes Vous-même le début et la fin. Si le Soi n’était ailleurs qu’en vous [comme un ”Dieu” dans le ciel] et que vous deviez l’atteindre, on pourrait vous expliquer par où commencer, comment avancer et comment y arriver. Supposons que vous, qui êtes maintenant à Ramanâshram, demandiez : ”Je voudrais aller à Ramanâshram, d’où partir et comment y arriver ?” Qu’est-ce qu’il faudrait répondre ? Il en va de même pour l’homme qui cherche le Soi. Il est toujours le Soi et rien d’autre [la Simplicité].

Vous dites que ”Qui suis-je ?” devient un japa [répétition d’une formule sacrée ou d’un nom divin]. Il n’est pas demandé de le répéter continuellement, car alors les pensées périront plus difficilement. Le but de tout japa est d’exclure toute autre pensée en se servant d’une seule pensée, le mantra [formule ou syllabes sacrées dépendants d’une aptitude initiation à les recevoir]. Avec le japa toutes les pensées, excepté la pensée du mantra, disparaissent progressivement, et pour finir, même cette unique pensée disparaît.
Nostre Soi est de la nature du japa. Le japa se poursuit sans cesse. Si Nous abandonnons toutes nos pensées, Nous constatons que le japa est toujours présent, sans effort de nostre part.

Dans la méthode directe, comme vous l’appelez, se demander ”Qui suis-je ?”, c’est se concentrer en soi-même, là où la pensée ‘je’ (racine de toutes les pensées) s’élève. Le Soi ne se trouve pas à l’extérieur [le scribe de cette page souligne] mais à l’intérieur de vous, c’est pourquoi on vous demande de plonger en vous-même au lieu de vous tourner vers l’extérieur [la Chute, la racine du mal la dualité Dedans-Dehors].
Qu’y a-t-il de plus facile que d’aller vers vous-même ?
Cependant, cette méthode paraît difficile à certains et ne les attire pas. C’est pourquoi tant d’autres méthodes sont enseignées. Chacune d’elles est la meilleure et la plus facile selon les personnes. Cela dépend de leur maturité.
D’autres ne sont intéressés que par la voie de vichâra [recherche, investigation]. Ils demandent : ”Vous voulez que je connaisse ou que je perçoive telle ou telle chose ? Mais qui est celui connaît, celui qui perçoit ?”

Quelle que soit la méthode choisie, il y aura toujours quelqu’un qui agit, c’est inévitable. Il faut trouver qui est celui qui agit. Tant qu’on n’y est pas parvenu, la sâdhana [moyen, méthode, pratique spirituelle] ne peut prendre fin. Ainsi, tous arriveront finalement à découvrir qui ils sont.

Vous vous plaigniez qu’il n’y ait rien de préliminaire ou de concret pour commencer. Vous avez le ‘je’ pour commencer. Vous savez que vous existez en permanence, alors que le corps n’existe pas toujours, comme par exemple dans le sommeil profond. Le sommeil montre que vous existiez même sans le corps [voir notamment ce qu’on appelle à ce hui : NDE ou EMI].
Nous identifions le ‘je’ à un corps [la Grand Oxydation…..] et Nous considérons le Soi comme ayant un corps et des limitations [surtout pour les transhumanistes….], de là tous nos problèmes. Tout ce que Nous avons à faire est de cesser d’identifier nostre Soi au corps, aux formes et aux limitations. Alors Nous saurons que Nous sommes le Soi et que Nous n’avons jamais cessé de l’être [l’Âge d’Or….].

Quelqu’un se demanda si après la Réalisation du Soi on devait encore s’occuper des besoins corporels, comme la faim, le sommeil, le repos, la chaleur, etc., si bien que : « à quoi sert la Réalisation ? »
Bhagâvan : Pourquoi vous préoccupez maintenant de l’état après la Réalisation du Soi ?
Atteignez-là et voyez par vous-même. Mais pourquoi vouloir atteindre la Réalisation ? Même à cet INSTANT êtes-vous dépourvu du Soi ? Et d’ailleurs, toutes ces choses, comme manger, dormir, etc., sont-elles séparées du Soi ? »
(Ramana Maharshi au jour le jour, 8-10-1946).

Création = Grande Oxydation ou monde inversé : prendre l’état de veille pour la réalité ou pour « le monde ».
Or cet état de « création » EST SA CHUTE, L’ARRIVÉE DES PENSÉES, ET INÉVITABLEMENT L’ARRIVÉE DES TIQOUNISTES (tiqoun ou tikkoun] OU RÉPARATEURS : LE PEUPLE PRÊTRES…

Note.
1. ESSENCE : dans le sens par exemple du principe de l’outil appelé tour : déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne, produisant des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe SERAIT, Essence éternelle du tour ; mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret, et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe ou Essence : l’ex-istant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine, même construite par un transhumaniste : la recherche ou le bricolage peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas.…. Quand un humain découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être.

ESSENCE : ce qui existe de toute éternité à l’état latent, en Vraie Télépathie, et qu’on a appris à connaître au fur et à mesure de l’évolution de notre cerveau. Ce qui n’a pas l’Essence ne peut produire l’Essence. « L’essence qui voit est la seule chose qu’on ne puisse attribuer à rien » dit Le Secret de la Fleur d’Or. « Mais, lorsqu’on voit le voir, si ce voir n’est pas le voir, l’essence qui voit est alors aussi attribuable à quelque chose. Cela renvoie à l’essence qui voit, telle qu’elle s’exerce dans la continuité répétitive de la conscience habituelle - ce que les Écritures bouddhiques évoquent en ces termes : « Faire usage de la conscience habituelle et répétitive, c’est faire erreur ».

Comme tout est conscience, y compris les objets ou le monde extérieur, et qu’il n’y a pas de conscience sans un monde ou sans des objets extérieurs, RESTE À RE-TROUVER CE QUI EST ESSENCE OU CONSCIENCE INFINIE SEULEMENT (à retrouver par le « QUI SUIS-JE ? »).

Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 du 20-2-1937 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que ce mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».

ESSENCE = CE QUE NE PEUT JAMAIS ÊTRE ILLUSOIRE, PARCE QUE LA SEULE RÉALITÉ.
« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ». (Entretien 363).
 
 

Dernière mise à jour : 14-12-2022 12:07

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >