Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le Nirvana la Nuit obscure
Le Nirvana la Nuit obscure Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-12-2022 12:14

Pages vues : 328    

Favoris : 26

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
ma_gamelle_maat_la_verite.jpg
 
 
Le Nirvana la Nuit obscure
Dans le sans Dedans-Dehors,
le RIEN, il y a TOUT.
« Ainsi, comme l’âme est sevré de toutes ses
tendances et de toutes ses attaches [loi de
succion], et que ses puissances [le Zéro Indien]
sont dans les ténèbres [le ”Gate gate…”(1)],
elle est affranchie de toutes les imperfections
qui étaient étaient en opposition avec son Soi,
comme de la chair et de tout le créé.
Elle peut donc dire à bon droit qu’elle marche
”Dans les ténèbres et en sûreté” », autre
définition du Gate gate par Jean de la Croix
dans La nuit obscure, chapitre 16.
 
Nuit obscure ou Eaux Primordiales, le Gate gate.
Le RIEN du TOUT parce que le EST, ou le
« Je suis ce JE SUIS » est toujours dans l’Instant.
Il n’y a pas deux Instant : « Il n’y a pas deux
âtman [le Soi], un qui connaît [dont fait la partie
l’horrible concept égoïste d’humanisme] et un qui
est à connaître.
Le Connaître [con : avec et naître : naître AVEC,
signifie l’ÊTRE, sans espace-temps].
Ce n’est pas un état où l’on est conscient [la raison]
de quelque chose d’autre [comme la loi de succion,
la saisie, la possession].
Il est Conscience même ».
Et Nous avons ainsi la définition claire de
la Déesse égyptienne MAÂT, représente de la Vérité,
et comme le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu,
ou comme l’action juste, Maât, est celle qui ne
cherche pas de résultat ou de saisie : rien ne
pèse ou pèze… aucune loi de succion.

Elle est représentée par une PLUME, symbole de
l’anti loi de succion et donc de l’antigravitation…
dans cette définition de l’âtman ou Soi, en sa
Variation chez Maât :
Elle aussi la Conscience même, la NUIT OBSCURE
tant elle incarne l’IDÉAL OU L’ATMAN, L’ABSOLU.
Aucun sanctuaire ne lui est construit avant le
Nouvel Empire.
Plume = légèreté ou antigravitation : aucun
poids (sur la balance) donc aucune pesanteur.
Maât est le Saint Chaos, la Vierge Noire,
tout commence par la PERTE, la LÉGÈRETÉ,
la PUTRÉFACTION, LE NOIR : LA FERMENTATION
LE PASSAGE OU LE GATE VÉRITABLE, car la
Fermentation change les corps de nature, alors
que dans la Putréfaction : le corps échange
ses vêtements…
Le Mercure Universel est ainsi :
1) FERMENTATION – Feu acide et froid.
2) PUTRÉFACTION – Feu alcalin et chaud (matière
Vase et Fourneau puisque le Feu introduit est
le Feu Naturel qui cuit la Matière…).
Le Mercure Universel dissout et fixe en même temps,
car il provient de l’union de 2 feux en
contraire l’un de l’autre,
MAIS DE MÊME Origine, Sel.

Maât est une définition du mot ”Conscience infinie”,
le Gate ou PASSAGE, le SEUIL intouchable,
insaisissable, permettant le VRAI ÉCHANGE OU
FLUIDE, COURANT, FLUX, LES EAUX LE
SEUL « ROUAGE ».

Cette définition de la Déesse Maât est donnée
grâce notamment à Ramana Maharshi au jour le
jour, 28 décembre 1945 après-midi, cette page
est écrite par le scribe un 20 décembre…

Nirvana, Maât, ne peuvent être des Êtres.
Si RIEN dans le TOUT et TOUT dans le RIEN,
alors si tout ce qui est fourgué par l’expérience,
le corps ou mental, EST VIDE, le concept de
”libération” ou de chose à réparer ou à
tiqouniser ne tient plus : la saisie est
inexistante, le Vrai Insaisissable, pas celui
de Schwab-Harari et son ”Vous ne posséderez rien
et vous serez heureux”
(leur ”insaisissable” est
le MÊME PIÈGE QUE LE ”PEUPLE DEVENU LE ROI” en
1789 en France).
De même, si tout ce qui est donné dans l’expérience
dans la croyance au monde ou au corps est PLEIN,
notamment au sens de la fameuse ”valeur”,
aucune raison d’inventer le VIDE ou la racine
du mal le Dedans-Dehors : rien n’entre ni le sort.

Sans élimination ni possession, donc sans opinion,
rien n’est détruit, rien ne dure, aucune production
du genre du concept ”nirvana” identique au
concept ”liberté” ou ”paix”.

Nirvana ressemble fort au concept d’humanisme,
cette croyance au corps ou mental, cette
chose-objet qui naît et meurt et donc qui
ne « vaut pas le coup » de raison raisonner.

Si le nirvana était un être, la plume de Maât
serait un mensonge, une attraction, DU PLOMB,
DU DUR, UNE DÉPENDANCE, dans la croyance au
corps-mental le mot DÉPENDANCE ÉTANT L’EMPEREUR
(on ne trouve ici-bas aucun être indépendant,
ne serait-ce qu’à cause de la CROYANCE à la
naissance et à celle de la mort physique,
ne serait-ce surtout à cause du social…).

Déjà le concept de ”non-être” est identique au
concept d’”humanisme” : LA DÉPENDANCE PARFAITE,
LE CONDITIONNÉ AU VA-ET-VIENT DU MONDE,
UN CONDITIONNÉ ENSEIGNÉ COMME NIRVANA AU SENS DU
TIQOUNISME RABBINIQUE : RÉPARER LA FAUTE OU RÉPARER
CE QUI EST CASSÉ (par la Chute, par la Mal-a-D.I.T.)

Samsara [cycle des naissances et des morts, monde des
noms-les-formes] et nirvana : nirvikalpa-samâdhi
[état temporaire de Conscience pure ou Paix suprême]
sont une seule chose : le temps n’existe que s’il
y a une personne pour le voir, le Pour-Voir.

LE MAL EN CE MONDE : L’INSTINCT DE CONSERVATION
IDENTIQUE À CELUI D’HUMANISME (se rappeler de
l’incendie du Bazar de la Charité et de toutes
les catastrophes où la foule se précipite sur les
issues de secours ou sur les canots de sauvetages en
s’écrasant les uns les autres car il n’y a pas
pire démonstration de la croyance en l’ego humain :
LA PEUR DE MOURIR, qui déteint sur d'autres
noms-les-formes...).
L’instinct de conservation dont fait la partie
l’écologie et la « préservation de la planète »
et autres « transition machin-chose » DE LA
LOI DE SUCCION…
La TAUTOLOGIE « NATURE HUMAINE » EST LE PIRE
CONCEPT-OPINION POSSESSION INVENTÉ PAR LE MENTAL
« MODERNE » (occidental surtout et depuis les
Anciens Grecques) DE L’HUMAIN : C’EST CE CONCEPT
QUI EST À L’ORIGINE DE LA DESTRUCTION DE LA
PLANÈTE ET DE SES NOMBREUX NOMS-LES-FORMES.

PRÉSERVATION (de la planète, etc.) EST DEVENU
LE COMBLE DE LA POSSESSION, DOUBLÉ DU
REDOUTABLE ET ÉGOÏSTE ”INSTINCT DE CONSERVATION”
QUI CONSISTE À ”LAISSER SA CROTTE” APRÈS
SA MORT, DONC HYPOSTASIER UN ÊTRE HUMAIN DANS
LEQUEL NOUS POURRIONS TROUVER REFUGE OU SÉCURITÉ
APRÈS NOSTRE MORT, ET C’EST EXACTEMENT LA SAISIE
DU TRANSHUMANISME : le suicide devrait être
un non-sens pour un transhumaniste !!!


SANS POURQUOI = VACUITÉ, NON-OPINION,
NON-DUALITÉ. Tant la Vacuité n’est pas synonyme
de zéro ou de néant, ainsi toute interprégtation
nihiliste de la Vacuité est une erreur.
SANS POURQUOI EST LE FLÉAU (telle celui de la
balance)

SOCIAL ou SOCIAMIAM = SE FAIRE-VALOIR DU MENTAL :
CHERCHER ”QUELQU’UN” POUR OPINIONER
QU’IL N’Y AIT NI ÊTRE NI NON-ÊTRE !
OR DANS L’INSTANT IL N’Y A ”PERE-SONNE”
(persona : masque) OU VIBRATION (le monde ou
la manifestation, le phénomène, la RÉSONANCE
ou la résistance du spatio-temporel),
ou DANS LE NIRVANA IL N’Y A ”PÈRE-SONNE”,
PAS DE DIFFÉRENCIATION OU D’IDENTIFICATION
DONC PAS DE SAISIE POUR LE NI, NI ou l’opinion.
Père-sonne : point de maison donc point de
lieu ni de racine du mal Dedans-Dehors (Per en
Hiéroglyphe égyptien signifie ”maison”)
Père : celui qui diffuse, comme ”Père et Fils”
évidemment comme ”Dieu le Père”
SEUIL = INSAISISSABLE.
(Seuil, suel, du latin solum (sol), et du
latin solea ”sandale” et ”plancher”, la ”masse”
et ”être à la masse” (sens électronique ou
”mettre à la terre” dans une prise de terre)
or le PIED, Padam en sanskrit, est le symbole
du Soi, comme dans le conte de Perrault Cendrillon
trouve CHAUSSURE À SON PIEDS et ainsi elle
réalise le Soi, ou ELLE EST BIEN DANS
SES POMPES, DANS SON JUS…)
La Masse, le G de Ground et de la clé de SOL
en musique et de Gamme et Gamelle (voir en
haut de page…), le G de Gosier et de Gorge de
l’humain et son verbiage-opinion ou ”dialectique”.

La vérité tout entière ne peut
consister en un puzzle de vérités
partielles cueillies un peu partout.
Le Tout est autre chose et plus
que le total des parties.


Note.
1. « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi). Le Saint Chaos.

 
ptah_26d_lecaire120.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 20-12-2022 12:27

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2023 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >