Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Métaphore ou Zéro Indien du
Métaphore ou Zéro Indien du Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-01-2023 16:38

Pages vues : 1679    

Favoris : 67

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
metropolis_ville_republique.jpg
 
 
Métaphore ou Zéro Indien du
RIEN N’EST PAREIL D’UN INSTANT À L’AUTRE.
C’est pourquoi il est essentiel de se rappeler
l’avertissement traditionnel :
 
« NE POINT ATTACHER, SAISIR, MÉMORISER, UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». Seul le NON-LOCAL peut fonctionner en une sorte « d’interaction virtuelle » mais qui n’a rien à voir avec l’actuelle connexion modèle informatique avec ses « réseaux sociaux », lesquels ne fonctionnent que par le ‘je’ de l’ego socialisant… et ainsi fonctionnent en « thermodynamique », donc qui ne fonctionne que PAR LE CONTRAIRE DU BÉDARRISME ET DE L’ORGUEIL LUCIFÉRIEN : le dogme du VOYEUR ou POUR-VOIR : BOUT-OEIL, (bouteille) ou VAS-Y-VOIR, comme si la Vérité était une ”varité” en la saisie de plein de petites vérités récoltées un peu partout, pour ”à la fin des temps” en posséder une grosse.
LE TOUT, LE POINT FOCAL, EST AUTRE CHOSE QUE LA SOMME DES PARTIES. Aucun individu humain ne peut échapper à la nécessité vitale ou incoercible de re-tourner à l’existant le Centrum Centri qui est nulle part, parce que se ”situant” au-delà du spatio-temporel.

MÉTA-PHORE : d’après le grec meta : ce qui dépasse, ce qui englobe (un monde-objet). Et PHORE, d’après le grec pherein : porter, contenir, offrir (le contenant). La MÉTAPHORE sera le FLÉAU entre deux plateaux, comme par exemple : l’éloquence de ce politique est un déluge verbal ; soit L’EXPLOITATION DE SIGNES SANS DÉPASSER LA LIMITE DE L’EXPLOITATION OU DE L’UTILITARISME ! Ce sera uniquement un moyen de communication, donc dans la dualité Dedans-Dehors, LE MIROIR, L’ÉCRAN DE CINÉMA : LA MÉTAPHORE DES IMAGES QUI BOUGENT SUR LEUR SUPPORT. SEULEMENT DES IMAGES QUI BOUGENT, DONC LIMITÉES PAR LA REPRÉSENTATION, LE BOUT-ŒIL OU VAS-Y-VOIR, PAR LA SOCIÉTÉ DU SPECTRE-SPECTACLE. IMAGES-SYMBOLES TELLES CELLES DU CONVENTIONNEL OU DE L’INCONSCIENT COLLECTIF, OU CONNECTIF (par prothèse informatique) !
Les signes + ou - etc., et tous les signes mathématiques ne sont que des conventions établies par l’inconscient collectif et rien de plus, idem pour ce qui est appelée ”constante” telle ”la vitesse de la lumière”.
L’abstraction mathématique ou digital et demain l’I.A. tuent le symbole, le BOLG, LA BOULE DU SCARABÉE, ET ENGENDRE LE SIGNE-PUB, SIGNE-SOCIAL, LE COMMERCE OU ÉCHANGISME SOCIALISME, LA MODE EN RACINE DU MAL LE DEDANS-DEHORS (1) ; L’ART AU CONTRAIRE FUIT LE SIGNE-PUB, LA MODE, ET NOURRIT LE SYMBOLE.

MÉTA-PHORE, AMBIGUÏTÉ (non digitalisation informatique) : Chez Tchouang-tseu, chapitre 2 : La réduction ontologique : « C’est ainsi que le saint dose l’affirmation et la négation [au sens d’opinion] en se reposant sur le cours du Ciel. Cela s’appelle une Validité ambivalente », c’est-à-dire le « N’EST PAS X » (2), MAIS AUSSI LE SPONTANÉ DE L’OPALE (voir ci-dessous).
Tchouang-tseu se situe dans la dimension du spirituel où TOUT EST CHANGEMENT D’INSTANT EN INSTANT. Cela veut dire que le saint, le RÉALISÉ, le Libéré vivant, POINTE une certaine vérité quand l’objet devant lequel il se trouve DANS UN ÉTAT DE CIRCONSTANCE, ET QU’IL DIRA LE CONTRAIRE QUAND LE MÊME OBJET SE TROUVE DANS UN ÉTAT DE CIRCONSTANCES DIFFÉRENTES ; et c’est le cas de Ramana Maharshi au cours de ses entretiens….

Même chapitre 2 de Tchouang-tseu, dans le sens de ON NE SORT PAS DE L’UNIVERS, COMME DANS LA LOGIQUE ÉVOLUTIONNISTE DANS LE SPATIO-TEMPOREL : « À combien d’opinions parviendra-t-on si l’on veut déduire [calculer, raisonner] de l’être à l’être ? [au sens du Néant qui automatiquement échappe à tout langage possible. Et si l’on part de l’un verbal, la cause, pour conclure son effet en nom-la-forme d’un autre ”Un” également production du langage par le mental, combien de Un ou de DIVERSITÉ obtiendra-t-on alors ? Cette phrase signifie que le néant ontologique une fois chutant dans l’espace-temps du langage humain et du nombre SERA LA DÉFINITION DE L’ÉVOLUTIONNISME… LA DÉFINITION DE L’OPINION-POLÉMIQUE QUI N’A PAS DE FIN MAIS A TOUJOURS FAIM].
C’est en ne déduisant pas qu’on a raison [sens de ’tout oui fait’. Bref, c’est en oubliant le mental et son concept de langage humain qu’on peut RE-trouver sa Vraie Nature originelle qui repose sur le Soi ou le TAO Lui-même] ».

COMME TOUS LES DIEUX ONT UNE MÈRE-MAISON, il ne peut qu’en être de même POUR LES TROIS RÈGNES : Minéral, Végétal, Animal-Humain. Ainsi l’OPALE aura une Mère-Maison plus particulièrement comme le Centre qui est nulle part et la circonférence qui est partout ; l’Instant de chaque Instant QUI EST NOUVEAU, et chaque Instant en à Lui seul LE Big Bang, Il est même AUCUN BIG BANG, AUCUNE NAISSANCE NI AUCUNE MORT. Ainsi l’OPALE = LE SPONTANÉ, L’ABSENCE DE DUALITÉ SUJET-OBJET. OPALE = ZÉRO INDIEN. Le seul D’Anger sera de vouloir SAISIR un moment particulier et chuter dans ce monde où rien ne change tel le monde de l’étatisme, et capitalisme des « Plus ça change et plus c’est la même chose » et leur monde du langage, de parlote évolutionniste ou politique.

Parler de Dieu, du Verbe, ou d’un incroyance, est déjà un langage de l’humain comme parler de commencement genre Big bang ! Le titre ”Christ” au même titre que ”Prince” n’est qu’un symbole : le mental n’est pas une entité de chair : LE VERBUM EST TYPIQUE DU « COMME SI », ON Y JOUE À LA MÉTAPHORE, À LA FAÇON DE PARLER, ON JOUE À S’ÉMOUVOIR, OU À S’HORRIFIER, DURANT CE PASSAGE ICI-BAS, DONC DEDANT L’INSAISISSABLE MYSTÈRE DE LA VIE ET DE SON CONTRAIRE, ET SON DANGER DE LA LOI DE SUCCION SUCCÉ PAR LES DÉSIRS ET ANGOISSES MULTIPLES. C’EST LA DUALITÉ CORPS-ESPRIT ou MATIÈRE-DIVIN. Le Verbe va devenir croyance au Corps : Verset 14 du Nouveau Testament : ”Et le Verbe devint chair…”, ON Y JOUE, ON FAIT ”COMME SI”, ON S’ILLUSIONNE, ON CROIT À L’HISTOIRE À DORMIR DEBOUT. Quand une magie parle, telle celle de la république actuelle, toutes les magies parlent, le monde entier (sauf désormais rares exceptions comme le Japon impérial), est républicain ; mais quant une magie se tait toutes se taisent, voilà bien le danger de ce régime et le danger de l’État en général et de son salariat….

L’Opale (Système cristallin : Amorphe, classe minéralogique des Oxydes, irisation de toutes couleurs) pourrait-être à elle seule ce que redoute tous les Pour-Voir, toutes les bouteilles (bout-œil ou ”vas-y-voir”) : l’envers du monde matérialiste, car dès que Nous sortons du monde de la veille et de sa croyance au corps-ego, Nous vivons enfin nostre Vraie Nature en voyant régner la loi du Saint Chaos : LA MÉTAMORPHOSE D’INSTANT EN INSTANT, et non celle du spatio-temporel et de son immobilité de monde ”civilisé”. Dans le Saint Chaos, le vieux devient dans l’Instant un jeune, et le jeune se fait vieux grabataire, et ainsi de suite. Dans le Saint Chaos TOUT est Eaux Primordiales, tout est FLUIDE et TRANSPARENCE, ce qui évidemment ne sera pas bon pour le commerce….
L’Opal porte autant chance que malchance, puisque tout symbole est double et jamais fixe. Sur le plan spirituel elle donne plaisir à la vie ici-bas, elle renforce le désir, comme un moteur favorisant l’optimisme. Sur le plan mental, elle rend léger, un peu insouciant, dans le sens de favoriser le spontané, l’Instant, ce qui la rend favorable aux arts. Sur le plan corporel elle favorise la santé par la plus grande volonté de vivre qu’elle confère.


Encore une fois, lorsque Nous sortons de ce monde matérialiste infernal, RÈGNE DE L’IMMOBILITÉ PAR L’EGO, Nous retrouvons l’ÂGE D’OR, LE SAINT CHAOS : RIEN N’EST PAREIL D’UN INSTANT À L’AUTRE INSTANT, C’EST LA LOI DE LA MÉTAMORPHOSE CONTINUEL : TOUT SE TRANSFORME TEL LE TOUT EN SYMBIOSE AVEC N’IMPORTE QUEL ENVIRONNEMENT : TEL LE RÈGNE MINÉRAL, VÉGÉTAL, ANIMAL ; quant-à l’humain, celui de la dernière dizaine de millénaires, il est en symbiose avec peu de choses, surtout depuis la révolution occidentale industrielle au cour du 19è siècle, avec encore de moins en moins de symbiose avec LE TOUT, le HAUT ET LE BAS (1).
Au niveau de la SANTÉ, toutes les plantes ont, comme les Dieux, une MÈRE au sens de Jacob Boehme : UNE SIGNATURE (vibration). Si bien qu’un très grand nombre de maladies pourraient être soigné SI LA PLANTE LE VEUT BIEN : UN VRAI ÉCHANGE DOIT S’Y RÉALISER…. Ou peut en conclure que l’harmonisation avec les YOKAI au sens japonais : les esprits de la Nature du monde minéral et végétal, est construite sur une logique de PENSÉE MÉTAPHORIQUE, évidemment depuis longtemps absente surtout dans les sociétés occidentales actuelles ! Encore une fois, au Japon les esprits des Minéraux et Plantes s’appellent Yokaï (sans s), parce que ce peuple est très lié à la Terre, qui gronde…… son territoire est particulièrement sismique et cela SIGNE le Japonais que le scribe de cette page qualifierait de ”Champignon”, en Chine symbole de longévité, et l’Agaric symbolise la Paix dans ce pays. Tchouang-tseu, au chapitre 2 (La réduction ontologique (3) ), considère la diversité des champignons NÉS D’UNE MÊME HUMIDITÉ, comme l’image des productions conditionnées permanentes de l’être, apparitions fugitives d’une seule et même essence. Pour certains peuple Bantou du Congo, le champignon serait un symbole de l’âme. Bref, toutes les croyances ont en commun de faire du champignon LE SYMBOLE DE LA VIE : LA FERMENTATION SUIVIE DE LA PUTRÉFACTION : LE SURFEU PAR LA MORT SYNONYME DU RIEN N’EST PAREIL D’UN INSTANT À L’AUTRE INSTANT. Voilà ce que peut représentant le peuple Japonais indissoluble de ses YOKAÏ, malgré sa singerie de l’univers capitalisme anglo-américain, il conserve intact ses racines, et c’est d’ailleurs ce qui séduit de nombreux Occidentaux, surtout les jeunes, à travers son industrie ”volcanique” du manga et de l’entertainment.

aucun brin d’herbe chez
les MALGRÉ-NOUS de la république,
tous enrôlés, starisés de force,
exiger l’impossible par le DEHORS
du spatio-temporel en oubliant
l’E-SS-EN-CI-EL : le SURFEU.
La démence révolutionnaire de 1789
ou du ”Great Reset” de 2030 consiste à
exiger l’impossible : l’infini dans le fini,
le bonheur dans la croyance au corps mortel,
le divin dans le mental humain. Exactement ce même
impossible que la GRÂCE NOUS DONNE : ”Le Royaume
des Cieux est en Vous”
, pour tous, sans condition
donc sans ”Great Reset”, sans 1789, sans
”réforme des retraites” et donc sans
État et son capitalisme et son salariat….
Car l’humain ne s’accomplit que PAR LE
SURFEU, au sens de PUTRÉFACTION,
LE SANS LIMITE VÉRITABLE (pas celui du capital
et du transhumanisme), LE ZÉRO INDIEN.
Or ce monde MÉCANISTE, NON ORGANIQUE, DEVENU
NUMÉRIQUE, NE VEUT EN AUCUN CAS CHANGER,
IL Y A VA DE LA SURVIE DE SES POUR-VOIR !
AINSI IL SERA DE PLUS EN PLUS RÉDUCTIONNISTE.
RAPPEL : il y a une différence infinie entre
la substance DMT naturelle produite par les plantes
et celle de la chimie de Big Pharma !
Les hallucinations sont différentes et pourtant
c’est en apparence la même molécule !
Comme il y a une différence infinie entre les
hallucinations récréatives à la mode « loisir » ou
consommation du 21è siècle capitaliste, et celles
de l’élévation au Plan Divin….
Aucun brin d’herbe naturel chez les ”Malgré-Nous”
du ”Great Reset” mécaniste des riches Mahométans
de The Line
(1).


Notes.
1. Par exemple le Pour-Voir en l’ego du Prince actuel d’Arabie Saoudite du pétrole américain veut faire construire SA cité du futur pour 2045 : The Line : un HLM de 170 km de long, de 500 mètres de haut et de 200 mètres de large, avec extérieur en miroir, et tout dans le Dedans en ce coupant du Dehors, donc une si(o)ngerie ou rêverie de pétrodollars d’un faux sans Dedans-Dehors !!!
Que sera l’« impact écologique » sur la géographie alentour ? Voilà typiquement l’exemple d’un projet Luciférien ; par exemple les animaux ne pourront pas traverser ce mur de 500 mètres de haut, pas même les oiseaux qui se fracasseront dessus (quel oiseau peut voler jusqu’à 500 mètres de haut, où l’air est raréfié ?). Donc ce Pour-Voir veut tout simplement REFAIRE SA MURAILLE DE CHINE EN ARABIE SAOUDITE, ou mieux, LA MÉTROPOLIS(CE) de Fritz Lang.
Et avant-tout, problème de l’eau, et donc inévitablement un politisme des ”Plus ça change et plus v’est la même chose” : le politique ou chefferie qui rationne (qui ”socialise” le partage] les losers habitants du mur. En organisant l’eau, on fabrique la dépendance, la soumission, donc toujours les ”plus ça change et plus…”. Celui qui organise la distribution de l’eau sera alors légal de Dieu….
The Line d’Arabie Saoudite = la cité future dans le ciel telle celle du film Elysium, avec les « riches winners en haut » et « en bas les pauvres losers ». Idem dans le film Metropolis. C’est dans la logique du « Great Reset » COPIE DU 1789 FRANÇAIS : TOUJOURS LE FRIC/FLIC ET SES OBJETS… TOUJOURS LA MALADIE DE L’ÉGALITÉ DÉVELOPPÉE DANS LE LIBÉRALISME DU CAPITALISME….

The Line, la ville ”intelligente” AVEC SES HABITANTS SOUMIS À CE DEHORS, À CETTE I.A.
The Line, LA NOUVELLE TOUR DE BABEL, qui, comme tout rêve d’un État mondial, s’écroulera ou ne sera jamais achevé.

Augmentation de l’homme augmenté dans son domaine en tôle-boulons-béton-acier-verre-goudron tel sera ce mur : « Line »… LA MACHINE-HOMME telle celle de Métropolis qui ne se distinguera pas entre une machine et un humain ; mythe évoqué par l’Ève future, l’andréide de Villiers de l’Isle-Adam. Là encore, comme écrit plus haut : « Aucun individu ne peut échapper à la nécessité vitale ou incoercible de re-tourner à l’existant le Centrum Centri qui est nulle part, parce que se ”situant” au-delà du spatio-temporel ».

MUR, MURAILLE : comme tout symbole est DOUBLE, et JAMAIS FIXE UNE FOIS POUR TOUTE, ici dans The Line il peut avoir le sens de l’amplification de la racine du mal : le DEDANS est augmenté et le Dehors rejeté « au dehors » (par le miroir du revêtement du mur). Le mur LIMITE le domaine qu’il enclôt. Ce symbolisme est familier à l’ésotérisme musulman, et aussi chez les Hindous avec une montagne circulaire : muraille de rochers avec au centre le Mont Meru. Si le mur ou les murs se fissures, il y aura d’Anger que le Dehors y pénètre… The Line avec ses 500 m de hauteur se veut ORGUEIL : hors du commun, telle la Tour de Babel défiant le Ciel, se voulant LA vertical, de DIA- à travers. Ne pas oublier la fameuse Ville de Ptah : Mur-Blanc, comme le FLÉAU équilibrant la Haute et Basse Égypte. À ce hui Nous avons le ”Mur des lamentations”, qui ne pouvait exister que par l’invention de l’État…
MUR = AMBIGUÏTÉ, à la fois sécurité et défense, étouffement et prison. Le mur, The Line, rejoint alors le sens de l’élément féminin et passif : LA MATRICE TERRE-MÈRE ou NOUVELLE MÈRE-NATURE OU MÈRE-DIVINE (Brahmâ, Linga, Pierre levée), qui peut alors avoir le sens de RÉGÉNÉRATION SPIRITUELLE, mais vu le contexte actuel, même en 2045 cette The Line n’augure rien de la fameuse ”Paix” tant recherchée AU DEHORS depuis des millénaires !!!
MATRICE = MYTHE DE L’ÉTERNEL RETOUR (au Soi, à sa Vraie Nature). Ainsi The Line sera ce qui est dénoncé sur des pages de ce site  : républicaniser ou porter au divin MALGRÉ EUX l’ensemble des riches habitants et touristes de cette ”Line”.
En arabe matrice se dit rahim (miséricordieux), qui a la même racine que le Nom divin ar-rahman : le Clément, équivalent du ”Comme si”, soit les ”possibilités” contenues DANS. Ainsi ar-rahmâniyah, est la béatitude et miséricorde de Dieu, au sens de Matrice universelle. (En réf. du dic. des symboles, de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant).

FLÉAU : parce qu’intraitable à la DIFFÉRENCE, tel que l’expose Tchouang-tseu à la fin du chapitre 2 : Tchouang Tcheou rêva qu’il était un papillon voltigeant en ignorant le règne humain. Puis brusquement il s’éveilla et s’aperçu avec étonnement qu’il était Tcheou. Il ne sut plus si c’était Tcheou rêvant qu’il était un papillon, ou un papillon rêvant qu’il était Tcheou. Bref, entre lui et le papillon il y avait ce qu’on appelle : UNE DIFFÉRENCE, C’EST AUSSI CE QU’ON APPELLE LE CHANGEMENT DES ÊTRES (ce qui n’est pas le cas des humains de ce monde actuel…)
Cependant, quand on rêve que l’on se trouve dans une situation fâcheuse ou menaçante, il est facile d’en sortir en se disant que c’est seulement un rêve et qu’il faut SORTIR du rêve EN CHUTANT, en S’ALLONGEANT DE NOUVEAU DANS SON LIT comme pour s’en échapper (un double lit comme être DANS SES POMPES), comme pour REMETTRE À ZÉRO (”Great Reset”). Cette ”Chute” sera alors salvatrice ou d’une grande douceur…..

2. « N’est pas X » laisse la porte à tous les possibles, tout bouge d’Instant en Instant, puisque cela revient à  dire que les choses n’ont pas d’être en et par soi, elles ne sont que de simples imputations nominales, elles sont SANS POURQUOI. C’est-à-dire que la Chose par la désignation du « N’est pas X » est saisie dans sa Singularité, une unicité qui contribue à la faire apparaître comme extra-ordinaire et comme phénomène INCONNAISSABLE, INSAISISSABLE, INCOMPRÉHENSIBLE.
Insaisissable comme le Zéro Indien :
« Shûnya (le vide), l’ati-shûnya (l’au-delà de shûnya), mahâ-shûnya (le vide immense), ont tous la même signification, à savoir l’Être réel ». (Ramana Maharshi, entretien 333 du 18-1-1937).

« N’EST PAS X » = « LE CLÉMENT » DES MAHOMÉTANS.

3. « La joie et la colère, la peine et le plaisir, l’anxiété et le regret, le caprice et la crainte, la frivolité et la négligence, l’exaltation et l’arrogance, tout cela jaillit de lui-même comme la musique sort d’un tube creux ou comme les champignons naissent des vapeurs de la terre. Le jour et la nuit se succèdent devant nous, mais personne ne connaît leur origine. Hélas ! Hélas ! Quand pourrons-nous saisir d’où cela naît [tout se passe ”Comme si” le jour faisant place à la nuit, comme la musique sort d’un tube de bambou quand on souffle dedans, comme les champignons naissent de la terre humide et tiède. Tout se passe en des phénomènes de l’empirisme pour des choses indépendantes. Bref, il est impossible de saisir quelque chose déterminant l’existence d’une chose dans l’empirisme dans l’univers phénoménal des noms-les-formes, samsâra en sanskrit] » (trad. Liou Kia-hway).
 
 

Dernière mise à jour : 21-01-2023 17:32

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >