Accueil arrow News arrow Dernières news arrow STÉRILITÉ DÉMOCRATIQUE DE LA DUALITÉ POUR-CONTRE
STÉRILITÉ DÉMOCRATIQUE DE LA DUALITÉ POUR-CONTRE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-02-2023 16:37

Pages vues : 1492    

Favoris : 70

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
 
frise_polia_transpa2460.jpg
 
 
STÉRILITÉ DÉMOCRATIQUE DE LA DUALITÉ POUR-CONTRE
Le ”Avec Nous” (pur, aussi au sens protestant de
”Dieu avec Nous”), le ”Contre Nous” (impur, comme si
Dieu avait des ennemis humains alors que ce Dieu serait
le créateur de Tout, et qu’Il n’agirait pas sur les
impurs, comme s’Il voulait couler ses propres
”sauvés-déifiés”, comme si Dieu ”calculait” ou
”opinionait” !).
 
Une strophe ”hollywoodien” athénienne grecque du
5è siècle AVJC dit :
”Le plus grand bien pour un mortel [celui de la
croyance au corps], c’est la santé. Et le second,
d’être un beau garçon bien planté ; puis d’être riche,
gardant l’âme et les mains pures ; enfin de rire avec
des amis sans fêlure”.
Du winnerisme démocratique grec et l’inverse de
l’Orient où l’Univers est contenu DANS le mental :
les Anciens Grecs le voient DEHORS : être né beau,
riche, bien portant, donc être WINNER, plutôt que
malade, laid et pauvre et pédé, soit être LOSER.
Pas ou peu de contemplation chez les Grecs, leur état
de WINNER leur dit de se DIRIGER ET
DIGÉRER AU DEHORS :
prendre le pouvoir ou Pour-Voir dans leur cité, de
sentir que c’est de leurs mains qu’ils tiennent le
destin de leur patrie, et parallèlement ils se livre
à des études sur la Nature au Dehors, dont le ciel,
le corps humain, afin de mieux se rendre capable de
gouverner leur pays en croyant y instaurer une
« belle harmonie » plus ou moins en rapport avec ce
qu’ils ont observé du Dehors : UN UTILITARISME
SOCIALO-POLITIQUE, UN FAIRE/FAIRE MODERNE.
BREF ; LA HAUT C’EST PUR, EN BAS C’EST IMPUR…
C’est bien connu avec en bas : LES FÈCES…
LES BASSES-FOSSES, LE TROU, LA MERDE ET
L’OBSCURITÉ C’EST PAS BIEN……….

Platon, dans le Théétète dit bien que le REMÈDE est
de fuir AU DEHORS : POUR-VOIR, RE-garder la Nature,
de RE : garder à nouveau.

Dans leur concept de Moi-Individuel ou démocratie,
Les Anciens Grecs sont passés du IE (Axe) au J de
‘je’ orgueilleux ou égoïste par ce J qui ne prend
plus sa Source dans son Lit, son Axe, c’est pourquoi
il se développa le Moi-Individuel, l’ÈRE DU POISSON
et du nom-la-forme :
”Tirer son épingle du jeu ou ‘je’”, et de devoir se
Re-l’axer : être au courant, ou dans son LIT,
DANS SES POMPES.


IL SERAIT TEMPS (de se tourner vers le DEDANS).

Car entre 2022 et 202x de conflits Occident contre la Russie, et entre 2028 et 2045 il peut y avoir pire qu’une ”pandémie” hollywoodienne modèle Covid-19.
Le pire : l’astéroïde chutant sur la Terre, ou le tremblement de terre mondialisé de magnitude 6 de cette Terre et pendant plusieurs jours sans arrêt. Alors là, pas question de béquille d’injections à ARNm et autres prothèses de médicaments de Big Pharma.
Pas question de masque ou de confinement : mondialement, dans toutes les villes et villages, les destructions seront immenses, on peut se plaquer au sol entre deux pièces en travers du seuil dans le chambranle restant d’une porte, le temps que ça passe, si on ne prend pas une poutre sur la tête, c’est direct le SURFEU MALGRÉ SOI. Mais si encore vivant, imaginez que ça dure 24 heures ou plus ! Ce sera le VRAI JOUR D’APRÈS, et pas celui du covidisme hollywoodien politico-économique du Pour-Voir !
La famine augmentera la vulgaire loi de succion ; la faim rend les gens en dessous de la ceinture, les ravale au stade pire que l’animal, l’ego est amplifié. Après trois ou quatre jours de désorganisation totale, sans moyen de transport ni électricité, sans eau de tuyau, les rayons de supermarchés et entrepôts d’Amazone sont pillés. Après quatre semaines, les armes à feu ou improvisées à coups de fourchettes et de couteaux de cuisine entrent en action. Après trois, quatre mois, le cannibalisme peut être de retour, malgré le mot ”civilisation” à la mode depuis les ”Lumières” occidentales.
Bref, une pandémie politico-hollywoodienne laisse intact les structures de ”civilisation”, mais dans un tremblement de terre mondialisé et vu la complexité et le cocooning technologique de la civilisation actuelle, les dégâts seront apocalyptiques (plus il y a complexité et plus il y a fragilité).

Dans le Vrai Monde d’Après, ceux qui restent - déjà trop grégaires des millénaires du Néolithique - voudront se socialiser à nouveau, quand il ne restera plus que moins d’un milliard d’humains sur la planète, ceux qui réussissent à survivre par leur croyance au corps et qui sont capable de trouver leur nourriture et de quoi se chauffer, de se vêtir et rester propre.
Cela n’augure rien de bon pour la fameuse « évolution » qui devait ”conduire” la race humaine à sa soit disante Libération ou ”Mise en valeur du temps” : le ”rachat” du péché.

E-tonnant : le winner macron envoie du fric au gouvernement pourri ukrainien alors que la France s’appauvrie de mois en mois, et qu’il n’y a pas assez d’argent pour les retraites prochaines ! Mais avec un tremblement de terre mondial, il n’enverra plus rien nulle part…..

TROISIÈME GUERRE MONDIALE = 202X-2048, avec une courte période d’Eau-Air-Électricité pour les Riches (ceux des bunkers survivalistes et de quelques pouvoirs du complexe militaro-industriel).

PENSÉES = GUERRES ET CALCULS


Un visiteur du Bengale demanda : « Comment contrôler le mental ? »
M. : Qu’appelez-vous « mental » ?
Q. : Quand je m’assieds pour penser à Dieu, mes pensées se portent sur d’autres objets. Je veux contrôler ces pensées.
M. : Dans la Bhagavad-gîtâ, il est dit que la nature du mental est précisément d’errer. Il faut donc rassembler ses pensées et les tourner vers Dieu. Avec une longue pratique, le mental est contrôlé et devient stable.
L’instabilité du mental est une faiblesse qui provient de la dissipation de son énergie sous la forme de pensées. Lorsque le mental est concentré sur une seule pensée, l’énergie est conservée et le mental se renforce.
Q. : Que signifie la force du mental ?
M. : C’est la faculté de se concentrer sur une seule pensée sans être distrait.
Q. : Comment y parvenir ?
M. : Par la pratique. Un bhakta (adorateur) se concentre sur Dieu ; un chercheur, adepte du jnana-mârga, cherche le Soi. La pratique est aussi difficile dans les deux cas.
Q. : Même si le mental est amené à la recherche du Soi, après une longue bataille il commence à s’en détourner, et l’homme ne prend conscience de cet égarement qu’au bout d’un certain temps.
M. : En effet, c’est ainsi. Au début, le mental ne revient vers la recherche qu’après de longs intervalles ; avec une pratique constante, il revient à des intervalles plus courts, jusqu’à ce que, finalement, il ne vagabonde plus du tout. C’est alors que se manifeste la shakti dormante [énergie, Zéro indien, Mère Divine personnifiant le pouvoir latent de Shiva]. Le mental devenu sattvique [pur] est libre de pensées, alors que le mental rajasique en est plein. Le mental sattvique se résorbe dans le Courant de la Vie [la shakti manifestée].
Q. : Peut-on empêcher le mental d’entrer dans la phase de formation des pensées avant d’avoir fait l’expérience de ce courant ?
M. : Oui. Le courant est préexistant.
(Ramana Maharshi, entretien 91 du 6-11-1935).

« L’essence du mental n’est que conscience ou conscience éveillée. Quand cependant l’ego le domine, le mental fonctionne avec les facultés de raisonner, de penser ou de sentir. Le mental cosmique, qui n’est pas limité par l’ego, n’a rien qui soit séparé de lui et il est donc uniquement conscient. C’est ce que la Bible veut dire par « Je suis ce JE SUIS ».
Le mental, dominé par l’ego, a les forces sapées et devient trop faible pour résister aux pensées qui le torturent. Débarrassé de l’ego, le mental est heureux comme dans le sommeil profond, sans rêve. Il est donc clair que la félicité et la souffrance ne sont que des modes mentaux ; mais il n’est pas facile de remplacer le mode faible par le mode fort. L’activité est faiblesse et rend donc malheureux ; la passivité est force et procure de la félicité. La force latente n’est pas apparente, et n’est donc pas utilisée.
Le mental cosmique, se manifestant en de rares individus, est capable d’effectuer chez autrui la jonction entre le mental individuel (faible) et le mental universel (fort) des profondeurs de l’homme.
Un tel être rare est dénommé GURU ou Dieu manifesté ». (Ramana Maharshi, entretien 188 dans : Le samâdhi [contemplation] : Kevala et Sahaja [intuition]).

« Méditation signifie fixer l’attention sur une seule pensée. Cette pensée unique écarte toutes les autres pensées ; la distraction du mental est le signe de sa faiblesse. Par la méditation constante, l gagne de la force, c’est-à-dire sa faiblesse, due aux pensées fugitives, cède la place à un arrière-fond durable, libre de toute pensée. Cette vaste étendue, dénuée de toute pensée, est le Soi. Le mental pur est le Soi [le scribe de cette page souligne].
Et Shrî Bhagavân continua, en réponse à la précédente question : « Chacun dit “Je suis le corps”. C’est l’expérience du sage aussi bien que celle de l’ignorant. L’homme ignorant croit que le Soi est limité au corps, tandis que le sage sait que le corps ne peut exister séparé du Soi. Pour lui, le Soi est infini et inclut également le corps ». (Ramana Maharshi, entretien 293 du 13-12-1936).

« Les pensées ne s’éliminent pas sans effort. Et l’effort n’est pas possible à cause de la faiblesse actuelle du mental. Le mental a besoin de la grâce pour gagner en force. Mais la grâce se manifeste seulement lorsque l’on s’est totalement soumis. Par conséquent, toutes les questions que nous posons ici, sciemment ou non, reviennent à demander la grâce de Shrî Bhagavân.
Celui-ci sourit et dit : « Oui ».
Q. : Il est dit que la soumission est la bhakti. Mais Shrî Bhagavân est connu pour privilégier la recherche du Soi. Il y a alors confusion chez l’auditeur.
M. : La soumission ne peut avoir d’effet que quand elle s’effectue en toute connaissance. Cette connaissance est le résultat de la recherche. Elle aboutit à la soumission.
Q. : La connaissance de l’Être suprême se produit après avoir transcendé le soi individuel.
C’est le jnana. Quelle est alors la nécessité de soumission ?
M. : C’est exact. Il n’y a pas de différence entre le jnana et la soumission. (Sourire)
Q. : Comment le questionneur peut-il alors être satisfait ? La seule alternative qui lui reste est, soit la compagnie des sages (sat-sanga), soit la dévotion à Dieu (îshvara-bhaktī).
Le Maharshi sourit et dit : « Oui »
, est-il expliqué dans l’entretien 462 du 19-2-1938. IMPORTANT.

« …confusion entre la lumière réfléchie du Soi [la Lumière de la conscience conceptualisant ou raison] et la lumière originelle du Soi [la Lumière de l’Essence : aucune discrimination aucune dualité]. L’ego, le monde et les individus sont tous dus aux vâsanâ [tendances, prédisposition latente du mental] de la personne. Quand celles-ci s’épuisent, l’hallucination de la personne disparaît [cela n’a donc rien à voir avec de qui est appelé depuis Freud : ”psychanalyse”], de la même manière que le reflet de la lune disparaît quand un des récipients est brisé.
Le fait est que le Soi n’est jamais dépendant de quoi que ce soit. Il ne peut donc pas y avoir de Libération pour lui. Tous les ennuis n’existent que pour l’ego ». (Ramana Maharshi, entretien 571 du 7-11-1938).
Même entretien :
« La multiplicité des individus est sujette à controverse pour la plupart des gens. Or, un jîva n’est que la lumière réfléchie sur l’ego. L’individu s’identifie avec l’ego et en tire l’argument qu’il doit y avoir d’autres individus comme lui. Il est très difficile de le convaincre de l’absurdité de sa position. Un homme, voyant en rêve plusieurs personnes, persiste-il à croire, à son réveil, qu’elles sont réelles et demande-t-il de leurs nouvelles ?
(Cet argument ne semble pas convaincre l’interlocuteur).
Considérez la lune. Vue sous n’importe quel angle et à n’importe quelle heure, elle n’en demeurera pas moins la même lune. Chacun sait cela. Maintenant, supposez qu’il y ait plusieurs récipients d’eau reflétant la lune. Les images seront toutes différentes de l’un à l’autre, et aussi différentes de la lune elle-même. Si l’un de ces récipients se brise, le reflet disparaît. Sa disparition n’affecte pas la lune véritable ni les reflets des autres récipients. Cet exemple est comparable à l’individu qui atteint la Libération. Lui seul est libéré.
Les défenseurs de la multiplicité utilisent cet argument contre la non-dualité en disant : « Si le Soi est unique et si un seul homme est libéré, cela signifierait que toutes les âmes sont libérées. Or, dans la pratique ce n’est pas le cas ». (Le désordre qui est entier dans le consommateur, du poil jusqu’à son cerveau, se nourrit du désordre qui est autour de lui. Et le désordre qui est entier dans le consommateur, nourrit le désordre autour de lui).

En conséquence, seule la GRÂCE permet LA Libération. Ainsi, aucune importance si le globe terrestre tremble, ou s’il est frappé par une énorme météorite.
NON, NON, la Grâce, ce n’est pas l’« intelligence artificielle », ce n’est la prothèse transhumaniste toujours dépendante du capitalisme, et la prothèse politique socialo-républicaine des Schwab-Harari et leur ”Vous ne posséderez rien et vous serez heureux” !
RAPPEL : CE MONDE EST INVERSÉ, LES SYMPTÔMES OU EFFETS SONT PRIS POUR LA CAUSE : la médecine chimique capitaliste de Big Pharma fait croire qu’elle est la ”médecine traditionnelle” (ou officielle, celle en France soumise à « l’Ordre des médecins »), alors qu’elle n’est que CONVENTIONNELLE OU SOCIALISTE, dénaturée, dérivée. C’est cette médecine socialiste mondialiste en même soupe-médicaments pour tous qui traite ses adversaires de « médecine traditionnelle ». De nos jours d’évolutionnisme, en projet-projection et réformes en tous sens et en toutes transitions-machins à l’envers, au Dehors, la tradition est devenue loser
 
 

Dernière mise à jour : 09-02-2023 16:56

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >