Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Ce monde INVERSÉ par l’ego de certains
Ce monde INVERSÉ par l’ego de certains Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-03-2023 19:19

Pages vues : 1083    

Favoris : 30

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
cubique_terre.png
 
 
Ce monde INVERSÉ par l’ego de certains
comme un cuivre repoussé
 
 
Le règne de l’opinion arrivé à sa maturation depuis le 1789 français, prend le masque de l’Universel en en renversant les rôles : CE SONT LES ACCIDENTS [la loi de succion] QUI ENGENDRENT LES ESSENCES (1), ce qui INVERSE TOUT, comme l’envers d’un cuivre repoussé. (En réf. à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 57 au Père Bruckberger, le 21-1-1978).

Les masses veulent bien « un peu de vérité », mais pas trop, SANS CELA, C’EST LA PANique, la PEUR DU VIDE :

« L'opinion prétend toujours se baser sur une logique. L'ennui, c'est que tout système logique, si correct qu'il soit, part toujours de prémisses qui sont nécessairement, par définition, des postulats incontrôlables, adoptés pour le seul motif de la satisfaction de penchants sentimentaux fort obscurs. Ces prémisses prennent nécessairement valeur de dogmes, qu'on en soit conscient ou pas. Et ce dogmatisme est d'autant plus intraitable qu'il est plus inconscient, parce que tout danger de n'y plus croire crée la panique devant le vide, devant la possibilité de ne plus avoir de raison de vivre.
Le vrai mystique n'a pas à craindre cette panique, parce qu'il ne croit pas le dogme, il le sait ; et c'est pourquoi, s'il a des dogmes, il n'est pas dogmatique. […] Parmi les choses qu'on ne sait pas, il y en a qu'on croit sur le témoignage d'autrui, c'est ce qu'on appelle la foi ; il y en a sur lesquelles on suspend son jugement, avant et après l'examen, c'est ce qui s'appelle le doute. Et quand dans le doute on penche d'un côté plutôt que d'un autre sans pourtant rien déterminer absolument, cela s'appelle « opinion ». L'opinion est une connaissance douteuse qui n'est pas sans apparence et sans fondement mais qui n'a point de certitude [opinion = naissance et mort, donc aucune stabilité, aucune valeur, aucun guide].
- Adhérer. Adhésion. C'est donner son accord à une doctrine et au programme qu'elle engendre, au groupe humain qui se crée pour l'appliquer, et au maître doctrinal de ce groupe ». (Jean Coulonval, lettre 26, le 25-11-1973).

OPINION = DUALITÉ = LE POUR, LE CONTRE ET DONC LA LOI DE SUCCION, LA SAISIE.

À ce hui dans les médias du capitalisme; on y parle de l’« extinction ».
Or, la seule extinction réalisable est celle de L’EXTINCTION DE L’EGO. « C’est alors que la réalisation de l’unique Existence infinie devient possible. Dans cet état il n’y a pas d’individus en dehors de l’Existence éternelle [donc pas de racine du mal avec le Dedans-Dehors]. Il ne peut donc plus y avoir de pensée de mort ni de lamentations.
Si l’homme considère qu’il est né, il ne peut pas éviter la peur de la mort. Qu’il cherche donc s’il est né ou si le Soi a quelque naissance [comme le Big Bangisme]. Il découvrira que le Soi existe depuis toujours, que le corps qui est né se réduit à une pensée et que l’émergence de celle-ci est la racine de tout le mal [le scribe de cette page souligne].
Trouvez d’où jaillissent les pensées. Alors vous demeurerez dans le Soi toujours présent au plus profond de vous-même et vous serez libéré de l’idée de la naissance ou de la peur de la mort ». (Ramana Maharshi, entretien 80 du 3-10-1935).

Même entretien : « Ce qui est né doit mourir. L’illusion est concomitante à l’ego qui s’élève et disparaît. Mais la Réalité ne se lève ni ne disparaît jamais. Elle demeure éternelle. Le Maître qui l’a réalisée dit ainsi ; le disciple écoute, réfléchit sur ses mots et réalise le Soi. Il y a deux façons d’envisager cela.
Le Soi toujours présent ne nécessite aucun effort pour être réalisé, la Réalisation est déjà là. Il suffit de faire disparaître l’illusion. Certains disent que la parole venant de la bouche du Maître la fait disparaître instantanément. D’autres disent que la méditation et autres pratiques sont nécessaires pour arriver à la Réalisation. Les uns et les autres ont raison ; seuls leurs points de vue diffèrent ».

Pour qu’il y ait « extinction », il faut inventer une cause, comme la naissance de quelque chose, et la commerçante ou mise en valeur du temps : « loi ou date de péremption » ; comme il faut une personne pour voir le temps et ensuite parler d’« évolution » comme l’évolution de l’ombre du soleil de l’aiguille sur un cadran solaire gradué.
POUR QU’IL Y AIT ÉVOLUTION IL FAUT UN EGO, DONT UN ÉTAT DE VEILLE, CELUI TYPIQUE DE NOS JOURS : LE SALARIAT ET SON MARCHÉ AUX ESCLAVES QUI SE VENDENT AU MARCHÉ (des entreprises du régime capitaliste et républicain). Il n’existe pas encore de marché de l’emploi dans l’état de rêve… À moins de rêver que l’on est au chômage…. Ou que l’on vient de gagner au Loto 150 millions d’euros…
La ”baisse du taux de profit” ou de la loi de succion n’existe pas dans le sommeil profond !
Dans le sommeil profond il n’y a pas de ”lutte de classe” !
Dans le sommeil profond il n’y a pas d’ego donc pas de commerce !


Dans le sommeil profond n’existe que le ‘Je’, le TOUT. Or seul un Total peut connaître un Total, mais le je’ ou le ‘moi’ du consommateur, le citoyen, N’EST PAS LE TOUT COMME TENTE DE LE FAIRE CROIRE L’ÉGRÉGORE NÉ EN FRANCE EN 1789, puisque ce citoyen se définit pas rapport À LA RACINE DU MAL, DONC PAR RAPPORT AU DEHORS, AU SOCIAL OU PAR RAPPORT À UN ‘TOI’, ET QU’AINSI IL EST LIMITÉ PAR CE QUI LE DIFFÉRENCIE DE CE ‘TOI’.
Par exemple s’il y avait deux Soi ou deux Conscience infinie, chacune serait limitée par ce qui la différencie de l’autre et ne serait donc pas infinie. Il en est ainsi à l’état de veille et donc du ‘moi’ de chaque citoyenisé ou consommateur qui ne peut être un infini, un TOUT, comme tente de le faire croire l’égrégore-conscience française de 1789.
Seule la Réalisation du Soi est ce TOUT, le ‘Je’ vécu dans la plénitude océanique  (2) qui n’est plus une partiellité ou individualité aux côtés d’autres individualités genre ”Vivre ensemble” ou ”société” ; LA QUANTITÉ SI CHÈRE AU PRODUCTIVISME CAPITALISTE : AU MENTAL QUI CALCUL ET CONTE (en rajoute une couche).

Or il n’existe aucune réalité qui passe du présent au passé, mais seulement des productions de l’illusion créé par les causes qui, elles, sont l’effet karmiques ou de loi de succion des faire/fer : le citoyenisme et ses inter-actions….
Il en est comme d’un visage reflété dans un miroir : le visage apparaît dans le miroir sans y être introduit. Il s’y manifeste consécutivement aux causes qui, elles-mêmes, ne sont que des opinions trompeuses, comme toutes opinions ou pensées engendrant l’égrégore-conscience. OPINION = TÊTE, MENTAL et « CHERCHEURS » qui se prennent pour des dieux, ou des athées qui, sans en avoir conscience, en font autant, telle la laïcité à la française, qui n’est que l’opinion arrivée à sa maturité.

Notes.
1. ESSENCE : dans le sens par exemple du principe de l’outil appelé tour : déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne, produisant des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe SERAIT, Essence éternelle du tour ; mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret, et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe ou Essence : l’ex-istant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine, même construite par un transhumaniste : la recherche ou le bricolage peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas.…. Quand un humain découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être.

ESSENCE : ce qui existe de toute éternité à l’état latent, en Vraie Télépathie, et qu’on a appris à connaître au fur et à mesure de l’évolution de notre cerveau. Ce qui n’a pas l’Essence ne peut produire l’Essence. « L’essence qui voit est la seule chose qu’on ne puisse attribuer à rien » dit Le Secret de la Fleur d’Or. « Mais, lorsqu’on voit le voir, si ce voir n’est pas le voir, l’essence qui voit est alors aussi attribuable à quelque chose. Cela renvoie à l’essence qui voit, telle qu’elle s’exerce dans la continuité répétitive de la conscience habituelle - ce que les Écritures bouddhiques évoquent en ces termes : « Faire usage de la conscience habituelle et répétitive [la raison], c’est faire erreur ».

Comme tout est conscience, y compris les objets ou le monde extérieur, et qu’il n’y a pas de conscience sans un monde ou sans des objets extérieurs, RESTE À RE-TROUVER CE QUI EST ESSENCE OU CONSCIENCE INFINIE SEULEMENT (à retrouver par le « QUI SUIS-JE ? »).

Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 du 20-2-1937 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que ce mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».

ESSENCE = CE QUE NE PEUT JAMAIS ÊTRE ILLUSOIRE, PARCE QUE LA SEULE RÉALITÉ.
« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ». (Entretien 363).

ESSENCE-MIROIR : le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant est comparé au reflet dans un miroir sans tâche [miroir clair] dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938)

UN PHÉNOMÈNE NE PEUT EN EXAMINER UN AUTRE ; soit une forme donnée que l’on voit apparaître dans un clair miroir en pensant que l’on voit une image. La forme et l’apparence de son reflet se manifestent comme deux choses différentes. De même en est-il pour la pensée ainsi produite et pour l’objet de recueillement (saisie) appelé « reflet », ou « image » : ils nous apparaissent comme des objets différents. Bref, ces images ne sont que des pensées et rien de plus.

COMPARABLE AU TROU : dans un Trou, il n’y a rien d’autre que le Trou, donc pas le Trou à voir. Le sujet qui réalise le Soi ne voit pas sa propre forme ou Vraie Nature, laquelle étant sans double, DEMEURE RÉFRACTAIRE À TOUTE ENTREPRISE D’IDENTIFICATION OU DE LOI DE SUCCION : LE POUR-VOIR, LA SAISIE. Mais si le sujet ne peut voir sa propre forme comme le mental ne peut se voir lui-même, est LUI-MÊME MIROIR DIVIN, LA MANIFESTATION DU SOI, et dans cette « Forme-Miroir-Divin » il re-connaît sa Vraie nature : il ne voit pas Dieu en son Essence : la réponse donnée à Moïse est éternelle : « Tu ne me verras pas » (Lan tarânî). De même il en est dans le miroir matériel : en contemplant sa forme, le sujet ne voit pas le miroir, idem avec le film déroulant ses images sur l’écran : on regarde le film, on ne regarde pas l’écran : on ne peut regarder à la fois l’écran et les images défilantes du film, comme on ne peut regarder à la fois l’image qui apparaît dans le miroir et le corps du miroir lui-même. Et c’est une définition de l’Essence.

LE TROU : LÀ OÙ L’ON ENTRE SANS ENTRER (comme l’absence d’espace-temps) CE NE PEUT QU’ÊTRE L’IMPÉNÉTRABLE, L’INSAISISSABLE.



2. Le « sentiment océanique » par Ramana Maharshi dans l’entretien 92 du 7-11-1935 : « Le ‘Je’-‘Je’ ininterrompu est l’océan infini ; l’ego, la pensée ‘je’, n’est qu’une bulle à la surface de cet océan ; on l’appelle jiva ou âme individuelle. De même, la bulle d’eau, lorsqu’elle éclate, ne fait que se mêler à l’océan ; et quand elle est bulle, elle fait toujours partie de l’océan. Dans l’ignorance de cette vérité simple, d’innombrables méthodes, sous différentes dénominations, telles que yoga, bhakti [dévotion], karma, etc., ont été enseignées. Chacune apportant de nombreuses modifications, elles ont été enseignées avec beaucoup d’habileté et des détails compliqués seulement pour séduire les chercheurs et semer la confusion dans leurs esprits. Il en va de même pour les religions, les sectes et les dogmes. À quoi servent-ils ? Uniquement à faire connaître le Soi. Ce sont des aides et des pratiques dont on a besoin pour connaître le Soi ».
 
 

Dernière mise à jour : 05-03-2023 19:42

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >