Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Réseaux sociaux réseaux d’argent ou d’opinions
Réseaux sociaux réseaux d’argent ou d’opinions Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-04-2023 19:34

Pages vues : 936    

Favoris : 65

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Calcul, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
lingo_or250kgdieu-merde-caches.jpg
 
 
Réseaux sociaux réseaux d’argent ou d’opinions
Dans tous les cas on échange des opinions
comme on échange des sous, une opinion en
appelant une autre, comme les images se
déroulant dans les rêves ou sur l’écran
de cinéma-ordinateur-smartphone.
Le Christ ou Soi Nous offre GRATUITEMENT
la Félicité, la Vraie Paix, alors que l’État
ou le césarisme républicain prétend Nous faire
tous « égaux » sous sa loi droit de l’hommiste
et commerçante-socialiste.


Le NIRVANA du I’M SAFE.
 
 
« Le bien et le mal, qui sont employés comme noms communs, ne sont en réalité que des adjectifs. N'étant pas des entités, ils ne peuvent évidemment pas s'incarner. Parler d'un bien, d'un mal incarné, c'est un non-sens. La personnification mythique du bien et du mal est le moteur psychologique de toute vision manichéenne. Et c'en est une de voir dans les pays marxistes l'empire temporel du mal, et dans les pays capitalistes, qu'on dit libres (?), celui du bien.
Les choses ne sont pas si simples.

2° La seconde erreur est celle des progressistes qui s'imaginent que les pays marxistes peuvent devenir catholiques tout en gardant leurs structures sociales et économiques, celles-ci s'identifiant pour eux au politique, en quoi ils sont victimes de la confusion du politique et de l'économique. Ils y voient la part de César, radicalement différente de la part de Dieu. Ils ne voient pas que ces structures sont à l'image de la conception de l'homme que se font les dirigeants politiques, officiels ou occultes, qu'elles ont des rapports d'image à objet avec les concepts marxistes de l'homme, et qu'elles sont en somme une métaphysique agie. Toute erreur politique est une erreur théologique agie dans le social.
Les progressistes ne veulent tenir compte que des bonnes dispositions du cœur, qui existent effectivement chez les communistes. Et ils ont raison tant qu'ils ne visent que des conversions individuelles. Tous les miracles s'accomplissent par le cœur. Mais ils ne voient pas que les structures marxistes ne se contentent pas d'écraser, d'étouffer la « personne », ce que le capitalisme réussit fort bien lui aussi, mais prétendent en plus la faire accéder - par descente vers le bas - à cette spiritualité renversée qu'est la mystique marxiste-léniniste.
C'est cela que signifie la dictature du prolétariat il faut que tout le monde passe par l'état d'impersonnalité spirituelle du prolétaire avant d'accéder par descente vers le bas à la foi marxiste, qui confère à nouveau la (une fausse) personnalité, comme une renaissance, mais dans un sens renversé, comme sentiment d'être une « cellule », au sens biologique, d'une humanité divinisée.
A la théandrie du Corps mystique se substitue ainsi une physico-andrie. Les progressistes voient bien que le capitalisme est un système social pervers dont les prolétaires sont victimes, mais ils ne voient pas que le communisme ne fait qu'en prendre le relais pour conduire la Révolution, commencée à la Renaissance, à ses ultimes conclusions dialectiques.

Si le communisme combat le capitalisme, il lui doit pourtant d'exister : c'est la Révolution qui se dévore elle-même. Pour l'instant, ils co-existent, on peut même dire qu'ils se conditionnent l'un l'autre. Et si l'on pouvait fouiller assez profond dans les instances occultes qui mènent le monde, on trouverait certainement des hommes qui influencent à la fois la Russie et les États-Unis.

Que conclure de tout cela ?
Rien à attendre d'aucune forme de démocratie, y compris la dictature hitlérienne ou stalinienne, ou toute autre, qui n'est que la démocratie à sa maturité. Rien à attendre d'aucune des options politiques actuelles des laïcs catholiques qui, il faut bien le dire, portent aujourd'hui toute la responsabilité de l'avenir.
S'accrocher au capitalisme occidental comme dans une forteresse pour résister au communisme, c'est une faute. Une faute, d'abord parce que dans ce combat c'est le communisme qui a l'initiative des opérations, le capitalisme étant acculé à la défensive. Ensuite parce que c'est considérer ces deux formes politiques comme des systèmes clos, alors qu'ils ont entre eux d'étroites affinités. Rejeter le communisme et garder le capitalisme, c'est rejeter le fleuve et vouloir garder sa source ».
(Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, texte 1 de 1960).

Le socialisme ou communisme républicain est l’héritage du THÉODOSISME (1) DE ROME LE PREMIER MONDIALISME : protégés par les forêts des millénaires, puis massacrés par les colons, les Conquistadors portugais et espagnoles, puis par les épidémies apportées d’Europe, les peuples natifs d’Amazonie sont TOUJOURS EN DANGER, ENCORE PLUS DE NOS JOURS INDUSTRIELS, ET TOUS CHRÉTIENS QUI SE RESPECTE A UNE DETTE ENVERS CES AMÉRINDIENS QUI NOUS ONT TRANSMIS LEURS CONNAISSANCES À LEURS DÉPENS.

De nos jours de « république injectable » (ses ”valeurs”) pour tous il est interdit de « MONTER L’ÂNE », on fait plutôt dans le messianisme juif et républicain de la PROJECTION ou MISE EN VALEUR DU TEMPS : la carotte attachée à distance de la tête de l’âne pour le faire avancer.
Mais l’âne est la monture de Dionysos, et son homologie, le Christ, rentra dans Jérusalem monté sur un ânon :
L’ÂNE = LE SPATIO-TEMPOREL par la Carotte-Messie.
Jean 12,14 : « Jésus trouva un ânon, et s'assit dessus, selon ce qui est écrit ». L’âne monture de Jésus et de Dionysos. En Chine l’âne blanc est parfois la monture des Immortels ou Réalisés. Mais Jésus monte en fait LE PETIT DE L’ÂNESSE : L’ÂNON, parallèle avec L’ENFANT DE LA VIERGE NOIRE… Puis, avant sa Passion, le Chris-Jésus fait son entrée triomphante dans Jérusalem sur une ânesse. Les premiers Chrétiens sont représentés par des crucifiés à tête d’âne.
ÂNE EN CROIX OU CRUCIFIÉ = LE POINT FOCAL, LE CREUSET : L’ÊTRE, le ”Je suis ce JE SUIS”.
RAPPEL : l’âne et le boeuf (ou buffle la monture de Lao Tseu) sont symbolique de la crèche dans la tradition populaire chrétienne : le boeuf ou buffle et monture de Lao Tseu.

Croix, Creuset (Croisel ou lampe à quatre lobes : ”J’étais Un je devins Trois”) ou Point Focal  = PTAH : LE NÉ DE LUI-MÊME, Shiva en Inde…

MESSIE ou CAROTTE, DIEU ou Soi : si ce même Thème est CACHÉ, comme l’excrément dans les intestins, comme la lumière cachée aux yeux sensibles des habitants de la caverne de Platon ; qu’elle intérêt de « Réaliser le Soi » s’Il est caché ? Et nécessairement avec ”mise en valeur du temps” ? Voilà à nouveau LE PARADOXE de la Réalisation : le ‘Je’ et son double le ‘je’. On ne peut voir le Trou puisque dans un Trou il n’y a rien d’autre que le Trou, donc pas de Trou à voir ; comme on ne sort pas de l’Univers pour le voir. PARADOXE de la Réalisation comme s’il y avait deux QUALITÉS dont l’une contredit l’autre.

Paradoxe de la Réalisation : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la Réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction. Prenez la bhakti [dévotion] : Je m’approche d’Ishvara et je prie afin d’être absorbé en Lui. Je m’abandonne dans la foi et le recueillement. Que reste-t-il après ? À la place du ‘je’ initial, ce qui subsiste après l’abandon total de soi-même est Dieu, dans lequel le ‘je’ s’est dissous. C’est la plus haute forme de dévotion, l’abandon total ou le niveau suprême de vairâgya [détachement, lâcher-prise, être Cour] », Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935.

Paradoxe de se « découvrir » soi-même par soi-même, le Réel étant précisément ce qui est sans double (L’UN ou Dieu), pas de dualité sujet-objet, donc le Réel demeure réfractaire à toute entreprise d’identification). Se découvrir soi-même équivaudrait à « sortir » de l’Univers pour s’examiner, car NOUS sommes l’Univers, nous sommes DEDANS.
L’identité d’un « ceci » est d’être « ceci », comme la Super Tautologie : « Je suis ce JE SUIS », et non d’être identique ou assimilable, bouffé, à quelque « cela » que ce soit, bouffé par l’opinion et tyrannie de l’autre. L’égalitarisme judéo-maçonnique du républicanisme est un mensonge de plus. Car la seule Réalité n’est possible que quand il est impossible de la reconnaître, de l’identifier sans tomber dans la dualité sujet-objet, et donc de la comparer en tant que semblable à une autre : chaque « humain » est un Univers à lui tout seul : IL EST SINGULARITÉ, IDIOT…
Le Janus au double visage regardant deux directions contraires, l’opinion de l’identité rassemble et confond les deux opinions contraire du même et de l’autre : désignant à la fois et en contradiction ce qui est « sans égal » et ce qui est « égal à quelque autre chose ». Bref, impossible de penser le même sans penser en même temps à son propre contraire.

SEUL RÉEL = L’INSTANT : l’identité d’un EST, ou CELA, demeure aussi étrangère à la somme de ses égalités possibles, étrangère même à une égalité avec son ‘je’ considéré comme MISE EN VALEUR DU TEMPS (addition de plusieurs Instant : l’écart entre deux Instant des deux CELA créant une MARQUE, un SIGNE de DIFFÉRENCE OU DE MISE EN VALEUR DU TEMPS QUI SUFFIT À FAIRE DE CETTE IDENTIFICATION OU SAISIE UNE AFFAIRE D’ÉGALITÉ À LA RÉPUBLICAINE SOCIALISTE DE L’APRÈS 1789 FRANÇAIS, ET NON UNE IDENTITÉ AU SENS DE LA PERSONNE [au sens de Réalisé, au sens de QUALITÉ, de LIBÉRÉ]).
Ce qui fait l’identité d’un CELA : « mais libérez-vous de l’association avec leur auteur (le ‘je’ ou ego). Le Soi est le témoin, vous êtes Cela. […] Ne vous faites pas d’illusions, vous êtes déjà Cela, il n’y a rien de plus à obtenir, il n’y a que la fausse association à éliminer, la limitation à reconnaître comme illusoire [qui constituera le Paradoxe de la Réalisation] », dit Ramana Maharshi dans la préface de ses entretiens.
La méthode du Maharshi pour atteindre Cela est bien connue : c’est l’âtmavichara [Retournement de la Lumière ou recherche du Soi par analyse introspective]. « Toujours et à tout moment, cherchez la source de l’ego, l’acteur apparent, et lorsque ce but sera atteint, l’ego s’évanouira de lui-même, et rien ne subsistera à part le Soi qui est toute Félicité ».

« En la recherche constante du ‘je’ [définition de la pratique de la Réalisation], la source de l’ego. Cherchez « Qui suis-je ? ». Le ‘je’, à l’état pur, est la Réalité, l’absolu Être-Conscience-Félicité. Lorsqu’on oublie Cela, toutes les misères surgissent ; lorsqu’on fixe son attention sur Cela, les misères passent ». (Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).

Nous sommes CELA, Nous sommes l’INSTANT. Alors : pourquoi ”devenir” ?

« Le penseur a toujours été le Réel. Il finira bien un jour par le réaliser. Parfois nous oublions notre identité – comme en sommeil profond et en rêve. Mais Dieu est conscience perpétuelle ». (Ramana Maharshi entretien 31 du 4-2-1935).

Mise en valeur du temps : impossible de penser le même sans penser dans l’Instant son propre contraire, d’imaginer une saisie ou identification qui ne passerait pas par le biais nécessaire d’un ”Ne pas être identique”, ce qui est résumé par la banale carte d’identité qui n’assure de la personne que seulement si elle la présente comme DIFFÉRENTE de toutes les autres, non identique à quelque autre citoyen consommateur, garantissant ainsi son «  dentité » possessive par l’exhibition d’un certificat général de « non-identité ».

Cette dualité du même et de l’autre, ou du Dehors, donc de l’identique et du différent, n’est pas un social ou une complémentarité. Car le même et l’autre relèvent de deux domaines hétérogènes : le même appartient au Seul Réel, l’autre appartient au Dehors ou ILLUSION.
Bref, l’identité est comme le Trou dans lequel il n’y a rien d’autre que le Trou, donc pas de Trou à saisir ou à voir.
Le CELA et insolite par Nature, non qu’il puisse lui arriver de trancher le cours ordinaire des choses, mais parce qu’il est LUI-MÊME toujours EXTRAORDINAIRE en tant que SEUL, en tant que CELA.

Notes.
1. Passage d’un Christ Intérieur ou de Réalisé vivant à un Christ-objet ou incarnationniste et politique qui donnera le vaticanisme (en France jusqu’à la séparation de l’Église et de l’État), AVEC INTERDICTION DE LA RÉALISATION DE LA COINCIDENTIA OPPOSITORUM OU MARIAGE DU YIN ET DU YANG : LE MARIAGE DU MOI-INDIVIDUEL ET DU MOI-COLLECTIF. Le mondialisme s’installait, ce que l’égrégore de 1789 faisait appeler « Convention » (opinion inculquée, de force en 1789, au plus grand nombre, évidemment AU NOM DU POUR-VOIR OU POUVOIR ET DE L’ARGENT-UTILITARISME [des Bourgeois]) jusqu’à nos jours de l’actuelle aliénation par la technologie dépendante de ces même riches bourgeois : les habitants de l’URBAIN, DU BÉTON. L’intelligence artificielle ne pouvait pas naître à la campagne !…..
Cet impérialisme mondialisme date en fait du totalitarisme de religion-politique depuis Théodose 1er faisant du christianisme une religion d’État (passage d’un Christ Intérieur ou de Réalisé vivant (2) à un Christ-objet ou incarnationniste et politique qui donnera le vaticanisme)

2. COMME TOUT EST DANS LE MENTAL, LES THÉOPHANIES SONT COMME LES MODES : CHANGEANTES, NOUVELLES, CAR LEUR HISTOIRE EST CELLE DE L’EGO, ET NULLEMENT LA TRAME MATÉRIELLE LIÉ À LA CAUSALITÉ DU DEHORS POURTANT EN ILLUSIONS LE POURVOYEUR DU DEDANS ! SI ON SUCCOMBE À LA RACINE DU MAL : LA SAISIE PAR LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS S'ACTIVE, DUALITÉ POURTANT INEXISTANTE : AUCUNE SAISIE DANS L’INEXISTANT !!! LES FAMEUX « FAITS » SONT INEXISTANTS EN TANT QUE FAITS PUISQUE « DEHORS », IRRÉELS. MAIS POUR NOUS QUI SOMMES DEPUIS TANT DE MILLÉNAIRES PRIS AU PIÈGE DE LA DIALECTIQUE ET DU MENTAL ET DE SON USINE À CAUSALITÉS, LES « FAITS » DEVIENNENT TEMPORELS, DES OBJETS-OBJECTIVITÉ DONC HISTORIQUES, MÉMORICIDES : LES FAITS DEVIENNENT « OBJECTIFS », INCARNÉS.
EN REVANCHE, IMPOSSIBLE DE FAIRE UNE MÉTAPHYSIQUE DE L’HISTOIRE, AVEC DES THÉOPHANIES NI AVEC L’IMAGINATION THÉOPHANIQUE.
TOUT CELA EST FONDAMENTAL POUR COMPRENDRE CE MONDE PRÉSENT, QUI PASSA EN FAIT, NON D’UN MOI-COLLECTIF À UN MOI-INDIVIDUEL, MAIS BIEN D’UN MOI-INDIVIDUEL À UN MOI-COLLECTIF DONT LE DERNIER EXEMPLE FUT L’URSS DE STALINE JUSQU’EN 1991.
 
CE SERA CET ACTUEL MONDE DE LA CROYANCE COLLECTIVE : LA MÊME SOUPE POUR TOUS, LA MÊME PENSÉE UNIQUE POUR TOUS, (d’autant facilitée par l’actuelle technologie informatique, et par les manipulations du mental des masses par le sentiment, donc par le corps, le mental). OR LA RÉALISATION DU SOI OU LE « CONNAÎTRE TOI-MÊME PAR TOI-MÊME » NE PEUT PAS ÊTRE IMPOSÉ PAR UN DEHORS : LE MYSTIQUE, LE RÉALISÉ, LE LIBÉRÉ NE PEUT PAS ÊTRE IMPOSÉ PAR UNE CROYANCE COLLECTIVE, CAR LA RÉALISATION DU SOI EST TOTALEMENT INTIME, ET LA CROYANCE COLLECTIVE EN UN MOI-COLLECTIF, C’EST CE QUE TENTE D’IMPOSER L’ACTUELLE OLIGARCHIE DU RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLICAIN. IL Y A BIEN L’INVERSION DU MOI-INDIVIDUEL ANTIQUE À LA NAISSANCE DE L’HELLÉNISME (APRÈS ALEXANDRE) VERS LE MOI-COLLECTIF ET DE L’ÉGLISE DE THÉODOSE 1er, PUIS DE LA RÉPUBLIQUE JUDÉO-MAÇONNIQUE SPÉCULATIVE ET SON « VIVRE ENSEMBLE » SOCIALO FAUSSE LIBÉRATION TRÈS GUEULARD SUITE À LA F(R)ICTION UKRAINIENNE PRENANT LA SUITE DE LA F(R)ICTION COVID-19 DANS LA CATÉGORIE SENTIMENT ET PEUR (de mourir, ou d’être soumis à un Dehors….)

Stance 16,9 de Nagarjuna : « ”Un jour je m’éteindrai libre de toute appropriation, le nirvana m’adviendra”. Prendre les choses ainsi, c’est le comble de l’appropriation ». C’est l'appétit enfantin du merveilleux, notamment à travers le transhumanisme qui promet « l’immortalité »…. ICI-BAS. Il faut veiller, toujours : « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
Le NIRVANA OU I’M SAFE des injections contre le covid-19. Ce même ”I’m safe” des bourgeois français de l’après 1789….. LE PÉRIL FÉCAL DU 19È SIÈCLE TRANSFORMÉ EN PÉRIL AIR DU COVID-19 PRENANT LA SUITE DE LA MODE DE LA RAISON DES PERRUQUES POUDRÉES DU 18È SIÈCLE, CES « LUMIÈRES » SI OBSCURES DES RICHES « PHILOSOPHISTES » ET DE LEUR EXPLICATION « RATIONNELLE » À TOUT ET TOUTE MANIFESTATION DE SENSIBILITÉ, ALORS L’IDÉOLOGIE DE CES RICHES PERRUQUES POUDRÉES S’ATTAQUERA À CE QUI PRIVE DE LIBERTÉ : LES RACINES DU DÉGOÛT DANS LEUR DUALITÉ PUR-IMPUR.

Le NIRVANA du I’M SAFE.
Ainsi l’impur, le SALE, c’est ce qui est CACHÉ, COMME L’EXCRÉMENT, COMME DIEU, COMME LE DIABLE, COMME L’OR MÉTAL, COMME LA VÉRITÉ.
DÈS LORS QUE LE SALE EST IDENTIFIÉ, IL DEVIENT LE PUR OU L’EXISTANT DANS LA MISE EN VALEUR DU TEMPS. On comprendra alors ce désir du Pour-Voir de VOIR ou de NUMÉRISER LE MONDE POUR MIEUX LE CONTRÔLER….
Car enfin, qu’est-ce qui peut être considéré comme « sale » ou « impur » ?
La réponse est simple : est considéré comme impur ou sale tout ce qui, après identification, ne fût apparu ni comme excrément, ni comme tâche d’huile, ni comme tâche de goudron, etc., ni comme quoi que ce soit d’identifiable. Seul serait impur ou sale l’objet caché, non identifié, c’est-à-dire « INNOMMABLE », le TERRORISTE CACHÉ, LE DÉVIANT TOUT AUSSI CACHÉ, L'OR, DIEU SONT CACHÉS. Alors il sera très facile de comprendre le sens républicain des ”LUMIÈRES” ET DE L’ACTUELLE NUMÉRISATION DE LA PLANÈTE AFIN DE CONTRÔLER TOUS LES TERRIENS PAR UN POUVOIR OMNIPOTENT PYRAMIDALE, CERTIFIÉ D’UNE ”INTELLIGENCE ARTIFICIELLE”.

 
 

Dernière mise à jour : 22-04-2023 20:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >