Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le drame du Monde commence au CALAME
Le drame du Monde commence au CALAME Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-05-2023 21:07

Pages vues : 633    

Favoris : 32

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Calame, Calcul, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Eau, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Scarabée, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Transition, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
 
 
Le drame du Monde commence au CALAME
qui donnera le mot ”Calamité” (le roseau, du grec
kalamos, qui servira à l’écriture AVANT TOUT
UTILITAIRE, COMPTABLE, quand va naître l’ère actuelle
du Néolithique et du productivisme de l’Agriculture
qui engendre nécessairement le mot ”ÉCONOMIE” :
la technique de PRODUCTION/STOCKAGE ;
STOCKAGE AU SENS DE ”MAISON”, DE LIEU,
de GRENIER (aux grains, aux infos), le FIXE (appointements).
 
ÉCONOMIE : du grec oikonomia, famille de oikos
”maison”, administration de la maison, du lieu.
CALAME = FORME GRAPHIQUE née suite aux peintures
graphiques sur les parois des cavernes au Paléolithique.
Mais un problème MAJEUR demeure : comment ces graphiques
qui représentent des choses sur les parois des cavernes
ont-ils fini par devenir des signes qui représentent
des MOTS ?

LE CALAME-CALAMITÉ DU VENTRE-VENDRE ET DU
BAS VENDRE-VENTRE.
LA PREMIÈRE CALAMITÉ : L’AGRICULTEUR CAÏN, LE PREMIER
EXEMPLE DU TRAVAIL SERVILE, SOUS LA PEUR DE MANQUER,
EN S’HUMILIANT, EN SE SOUMETTANT AUX CHOSES
MATÉRIELLES DU VENTRE ET DU BAS-VENTRE.

Nous pouvons trouver des éléments bien minces de réponses
dans la forme graphique née au neuvième millénaire avant
nostre ère, en Mésopotamie, où elle a avant tout
été utilisé a des fins comptable suite à la naissance
de cette actuelle voie de l’Agriculture.

Signaux comptable, PREMIER COMPUT-ORDINATEUR,
PREMIÈRE NUMÉRISATION DU MONDE DES SUMÉRIENS,
qui vivaient alors dans ce qui est l’actuel Sud
de l’Irak, à peu près à l’époque où les Chasseurs
Cueilleurs laissaient la place au mode de vie
agricole.

Leur système « calamiteux » sera façonné par le calame
enfoncé dans des tablettes d’argile [ADN…] qui leur
permettra de TENIR LE CALCUL DES MOUTONS, DES BŒUFS ET
AUTRES ANIMAUX NOUVELLEMENT DOMESTIQUÉS, ET LE CALCUL
DE L’HUILE EST DES GRAINS.

Vers le quatrième siècle avant nostre ère, soit à
l’époque de la naissance des cités, de l’urbain donc.
ces symboles du CALAMITÉ seront fortement augmenté,
évidemment par que la mode de l’agriculture prenait du
succès, il fallait alors « PLUS DE PUISSANCE DE CALCUL »
pour inventorier et classer un nombre croissant de
denrées et d’objets.

Les tablettes d’argile furent percées, pour être reliées
ensemble.
Puis quelque temps ensuite ces tablettes ont été placées
dans des sortes d’enveloppes, ou ”bullae”, qui, comme le
lien, LE TROC, peuvent avoir servi à concrétiser un
simple TROC.
Le contenu d’une bullae était indiqué sur leur surface,
en poinçonnant une marque sur l’argile molle avant de
la durcir par cuisson.
Or si le contenu est gravé sur l’enveloppe, il n’est plus
nécessaire d’y enfermer d’autres petites symboles en
argile.
Désormais l’enveloppe constitue bien LA PREMIÈRE
ÉCRITURE : LES SYMBOLES QUI REPRÉSENTENT DES
UNITÉS DE MARCHANDISE SONT À L’ORIGINE DES SIGNAUX
SUMÉRIENS ASSUMANT LA MÊME FONCTION.

Les 18 signes qui désignent, par exemple, le GRAIN,
les ANIMAUX, L’HUILE, apparaissent sur les tablettes
qui sont nées de ces symboles d’argile, PREMIER
ORDINATEUR.


Mais ces enveloppes étaient-elles destinées à représenter des mots ou des choses ? Le pas avait-il été franchi vers ce qu’à ce hui nous appelons une écriture ? Parce nous changeons radicalement de concept : au lieu de représenter un ensemble de 3 moutons en réunissant 3 symboles d’argile représentant chacun un mouton (mouton + mouton + mouton), on a recours à deux symboles : un pour le mouton, l’autre pour le nombre ; ce sera alors une SYNTAXE (une grammaire au sens d’un ARRANGEMENT nommé ”ORDRE”, et aussi nommée ”COMBINAISON”, qui plus tard donnera ”l’algorithme” (automate, et depuis peu   ”intelligence artificielle”).

Les signaux vont alors ne plus représenter des marchandises de la productivité de la voie de l’agriculture, mais aussi des MOTS.
Par exemple sur une tablette d’Ur, 2960 avant nostre ère, est représenté de la bière, et non le mot ”bière”. Un autre tablette peut représenter une abeille, à savoir un simple insecte. Mais si le signe, le logo, est conceptualisé pour représenter le son « be » (en anglais, be : être) se prononce comme bee (abeille), ce signe devient un SIGNE-MOT, UN LOGOPRAPHE. Le principe est celui du RÉBUS : le signe qui représente habituellement une seule chose est utilisé pour représenter une entité linguistique qui a la même prononciation ; cette entité sera un MOT, mot porté à la conscience.

Quatre moutons peuvent être représentés par quatre encoches sur une baguette de bois, ou par quatre cailloux dans un petit sac, ou par quatre symboles d’argile en forme de mouton. Les Sumériens avec leur système de symboles, disposaient de symboles variés pour vaches, moutons, etc. Mais lorsque quatre marques de moutons sont remplacés par deux marques, une représentant des moutons, et l’autre représentant leur NOMBRE, LEQUEL PEUT ÊTRE LU COMME UN MOT AUTONOME OU ENTIER : « QUATRE » ; AINSI L’INVENTION OU LA NAISSANCE DE L’ÉCRITURE SYNTAXIQUE AURAIT, PEUT-ÊTRE, AMENÉ À LA NAISSANCE DU CONCEPT DE NOMBRE (abstrait).

Avant la naissance du Néolithique, le concept de « classe » dans une communauté humaine n’existe pas. Le mot CLASSE envoie direct aux Sumériens et à leur NUMÉRISATION DE MARCHANDISES : on calcul, on classe ou catégorise, on divise donc.
Quand le groupe premier des Chasseurs-Cueilleurs ou de L’ÂGE DE PIERRE OU ÂGE D’ABONDANCE, pour référence à Marshall Shalins, car les sociétés dites ”primitives”, ou mieux : ORIGINELLES, REFUSAIENT LE GRAAL ACTUEL TENANT DANS UN SEUL MOT : ÉCONOMIE (l’actuel loi de succion : le PROFIT).

À L’ARRIVÉE DU NÉOLITHIQUE VA SE CRÉER LA TERRIBLE DUALITÉ RICHES-PAUVRES, TOUJOURS À L’OEUVRE. Avec cette division va naître l’esclave acheté comme objet par les riches du pouvoir. Avec la division un des membres de la communauté va se mettre à commander les autres, il va s’imposer, et obliger les autres à être tels qu’il le veut, ou bien il va pousser les autres, par ses manigances, à faire toutes ses volontés. L’insistance, la persuasion, ou tout autre moyen de pression, tout semble bon au chef ; mais jamais d’argument logique : il s’agit toujours, dans cette domination, de quelque chose de spontanée, de presque instinctif (pour réf. à Fernando Pessoa : Le banquier anarchiste, pages 42-43).

POUR DOMINER : IL FAUT UN DOMINANT ET UN DOMINÉ ET LA CIRCONSTANCE QUI VA PRODUIRE CETTE DUALITÉ. FONDAMENTALEMENT, LA CIRCONSTANCE N’EST PAS L’HISTOIRE MODÈLE DU PRODUCTIVISME ”VALEUR D’ÉCHANGE” À LA KARL MARX, MAIS EN RAPPORT AVEC LE CENTRUM CENTRI : car comme pour le temps qui coule, il faut une personne ou conscience pour le voir et donc pour le créer.

« L’autre [le Dehors] ne peut être connu que si le Soi est admis. Sans le sujet, les autres n’existent pas », dit Ramana Maharshi à l’entretien 380 du 2-4-1937.
De même, pour manifester un ou des pouvoirs, il faut comme pour le temps, une conscience-sujet en face d’une autre conscience-objet AFIN QU’ELLE RECONNAISSE-ACCEPTE CE POUVOIR.

Avec le concept économie va se créer l’État, sa trinité armée-police-justice et avec le CALAME-CALAMITÉ la palanquée de LOIS pour régenter cet État-Commerce.
Donc la CLASSE a une naissance à cette période du Néolithique, et NON ORIGINELLEMENT. NÉE UN JOUR, LA CLASSE OU DIVISION DOIT MOURIR PROCHAINEMENT, et, ce n’est pas la république de la France de 1789 qui a changé quoi que ce soit dans la division AMPLIFIÉ DE MOIS EN MOIS DEPUIS PLUS DE DEUX SIÈCLES MAINTENANT : pour preuve, elle affiche sur ses calicots : ”République une et indivisible”, telle une religion, ou se nomme : ”République universelle”.

Donc le CHAOS COMMENCE À LA CALAMITÉ DU CALAME DES SUMÉRIENS : PREMIÈRE LANGUE ÉCRITE, PREMIÈRE NUMÉRISATION DU MONDE : LA VOIE DE L’AGRICULTURE ENGENDRE NÉCESSAIREMENT L’INVENTION DE LA CULTURE ÉCRITE QUI VA MÉCHAMMENT FORMATER LA PENSÉE ACTUELLE : NOUS SOMMES DEPUIS PASSÉS D’UNE PENSÉE SUR LES CHOSES À UNE PENSÉE SUR LES REPRÉSENTATIONS OU NUMÉRISATIONS DES CHOSES, DONC NOUS SOMMES PASSÉS À UNE PENSÉE SUR LA PENSÉE. NOSTRE CONCEPTION DU MONDE, ET DONC DE NOUS-MÊMES, EST COMME UN SOUS PRODUIT DE L’INVENTION DU MONDE SUR LE PAPIER, ET DEPUIS QUELQUES ANNÉES, DE L’INVENTION DU MONDE PAR LES JUIFS GOOGLE ET AUTRES PAROISSIENS DE LEUR VALLÉE SILICONÉE et de leurs ”intelligence artificielle”.
LA PENSÉE SUR LA PENSÉE SUR LA PENSÉE DEVIENT CETTE ALIÉNATION DU MONDE INFORMATISÉ.


Tant que la CÉRÉALE n’est pas devenu le déclencheur de la réorganisation de la communauté humaine, qui abolit « L’âge de Pierre, âge d’abondance » du Paléolithique, il n’existe pas la culture écrite qui commence par le CALCUL : LA DIFFÉRENCE, LA FAMEUSE DIVERSITÉ chère à l’Union européenne mercantile présente.
À partir de la voie de l’Agriculture et du CROÎTRE, le stock nécessairement va produire une culture écrite comptable et le CROÎTRE de la céréale va produire le concept D’ÉC(V)OLUTIONNISME.

ÉCONOMIE = MAISON-CAVERNE, LE DEDANS-DEHORS = EMPLACEMENT (l'urbain donc) : LA CLASSE OU LE RANGER : SE RANGER, SE METTRE À LA NORME. Emplacement : ”on classe” les dossiers, les choses, les infos, dans un CLASSEUR.
Dans la communauté de l’Âge de Pierre, l’harmonie est la règle : tout le monde chasse, pèche, dessine sur les parois de la caverne ou sculpte des figurines.
À un moment donné cette HARMONIE ORIGINELLE EST DÉTRUITE, SCINDÉE, DISSOCIÉE.
Cette dissociation va produire des ”MAISONS” OU EMPLACEMENTS, LIEUX (l'urbain) diversifiées et aussi contradictoire que le concept de démocratie qui repose sur les conflits d’intérêts, elle est donc condamnée à la frustration par ses propres limitations, puisque l’ego, le ‘moi’, censé représenter la ”démocratie”, le votant, ne peut pas être LIBRE, donc ne peut pas être un TOTAL, une GLOBALITÉ, l’État lui-même, un infini, puisque l’usager de l’État se définit par rapport à un autre usager ou autre ”consommateur”, il est donc limité par ce qui le différencie de cet autre, de ce DEHORS.

MAISON ou CLASSE NAÎT DE L’EMPLACEMENT DIVERSIFIÉ et CONTRADICTOIRE, parce que par rapport à la production agricole, QUI STOCKE, QUI VA PRODUIRE LE TROC, L’ÉCHANGE (LE MARCHÉ, LA BOURSE), LOI DE SUCCION QUI VONT ENGENDRER DES CONTRADICTIONS DE MAISONS OU EMPLACEMENTS, DONC DES CONTRADICTIONS ÉCONOMIQUES, contradiction dans la circulation du stock ou de surplus céréalié. Et à partir de là, ces emplacements, ses maisons, vont produire des positions sociales diversifiées et contradictoires, avec des situations en dualité winners-losers. Ce sera la création du concept de CLASSE. On passe de la communauté harmonieuse à la société-social (les associés leur contrat social, le COMMERCE).

La DIVISION arrive au moment de la culture écrite au Néolithique chez les Sumériens devenus progressivement agriculteurs et donc COMPTABLES CASSANT L’UNITÉ ORIGINELLE : LA NUMÉRISATION, L’ALIÉNATION DU MONDE PAR LE CHIFFRE COMMENÇAIT, À TUER LE UN.
La division, le TROC vont engendrer LA VALEUR d’échange loi de succion détruisant ce qui est très visible maintenant par l’absence depuis des millénaires des CONSTRUCTIONS MÉGALITHIQUES, que l’on retrouvait PARTOUT SUR LA PLANÈTE ET QUI POUVAIENT SYMBOLISER CETTE HARMONIE DÉTRUITE PAR L’ARRIVÉE DE L’ÉCONOMIE-VALEUR D’ÉCHANGE, HARMONIE DÉTRUITE PAR LE POUVOIR DE LA VULGAIRE LOI DE SUCCION.
L’harmonie du mégalithique détruit par les différents modes de productions : chez les Mayas la production sera différente de celle de l’Égypte ancienne par exemple.

ÉCONOMIE = POUR-VOIR, CALCULER OU POUVOIR (sur ceci ou cela) : LE PRINCIPE SELON LEQUEL « LA LIBERTÉ DE GAGNER », LE WINNERISME, AUX DÉPENS D’AUTRUI, ÉTAIT INCONNU DES COMMUNAUTÉS DE L’ÂGE D’ABONDANCE, SANS ÉCONOMIE, SANS « MAISON » (on ”campait” : SÉJOURNER, pour ceux qui ne vivaient que dans des cavernes).

Avec l’apparition des MAISONS-CLASSES nécessairement l’État va prendre naissance, puisque la communauté est devenu divisée, il va falloir ”recoller les morceaux”. Il va donc falloir produire une ”norme supérieure”, artificielle, qui s’appelle l’État (la classe et caste dominante au pouvoir du moment), qui va synthétiser ce qui s’était ”désynthétisé”.

LE WINNERISME N’EST PAS LA DUALITÉ RICHE-PAUVRE, MAIS LA « MAISON-ÉCONOMIE » OU LE LIEU DANS LE RAPPORT DE PRODUCTION, DANS LE RAPPORT DU FAIRE/FER. Il y autant de divisions chez les winners que chez les losers, cependant naturellement beaucoup plus de divisions chez les dominants, le POUVOIR ENGENDRE DES DÉSIRS EN TOUJOURS PLUS ET TOUJOURS PLUS DE F(R)ICTIONS.

Il y a une différence entre la personne qui SE CROIT LE PRODUCTEUR DU FAIRE/FER, ET CELLE QUI PRODUIT SANS SE PRENDRE POUR L’AUTEUR DE SES ACTES.
« Même quand il exerce une activité, l’être réalisé n’éprouve pas le sentiment d’en être l’auteur. Ses actions ne sont qu’involontaires et il en reste le témoin sans éprouver aucun attachement. Son activité n’a aucun but » (Ramana Maharshi, entretien 17 du 21-1-1935).
« La difficulté actuelle est que l’homme s’imagine qu’il est l’auteur de ses actes. Mais c’est une erreur. C’est le Pouvoir supérieur qui fait toutes choses et l’homme n’est qu’un instrument. S’il accepte cette position, il est libre de tout ennui ; sinon il les invite ». (Ramana Maharshi, entretien 63 du 6-7-1935).

PRODUCTIVISME ET NOTION DE VALEUR :
« Tant que vous vous prendrez pour l’auteur des actions vous en serez le jouisseur ». (Ramana Maharshi, entretien 116 du 25-12-1935).
« Pour se défaire du sentiment d’être l’auteur de ses actions, on doit chercher qui en est l’auteur.
Cherchez en vous-même ; le sentiment d’être l’auteur disparaîtra. La méthode est le vichāra (l’investigation). (Ramana Maharshi, entretien 429 du 13-12-1937).

CALAME-I-T DU Soi = « QUI SUIS-JE ? »
RÉALISATION DU Soi = A-temporel.
Néolithique des céréales et son économie = temporel.

« L’activité est création ; l’activité est la destruction du bonheur inhérent à chacun. Si une activité est recommandée, celui qui la recommande n’est pas un maître mais un tueur. C’est comme si le Créateur (Brahmâ) ou la Mort (Yama) se manifestaient sous l’apparence d’un tel maître. Celui-ci, au lieu de libérer l’aspirant, renforce ses chaînes.
- Q. : Mais le fait de vouloir cesser toute activité est en soi une activité. L’activité semble donc inévitable.
- M. : Exact. Thâyumanâvar a fait allusion à cela : Un docteur recommande à un malade de prendre un remède, mais à la condition de ne jamais penser à un singe pendant qu’il l’avale. Le malade pourra-t-il prendre son médicament ? Ne pensera-t-il pas au singe chaque fois qu’il essayera de ne pas y penser ?
De la même manière, quand les gens essayent d’abandonner les pensées, leur objectif est voué à l’échec de par leur tentative même.
- Q. : Alors, comment peut-on atteindre cet état ?
- M. : Qu’y a-t-il à atteindre ? On ne peut atteindre que quelque chose qui n’est pas encore atteint.
Mais ici, l’être propre à chacun est Cela.
- Q. : Pourquoi ne le connaissons-nous pas ?
- Annāmalai Swāmi : Je devrais toujours essayer de penser « Je suis Cela ».
- M. : Pourquoi devriez-vous penser « Je suis Cela » ? Vous n’êtes que Cela. Un homme passe-t-il son temps à penser qu’il est un homme ?
- Mr. Anantachari : La croyance « je suis un homme » est si ancrée en nous que nous ne pouvons pas nous empêcher de penser de la sorte.
- M. : Pourquoi devriez-vous penser « je suis un homme » ? Si cela est contesté, vous pouvez affirmer « je suis un homme ». Aussi la pensée « je suis un homme » ne se justifie-t-elle que lorsqu’une autre pensée telle que « je suis un animal » se présente. De même, la pensée « je suis Cela » n’est nécessaire qu’aussi longtemps que l’autre pensée, « je suis un homme », persiste.
- Q. : La pensée « je suis un homme » est si ancrée en nous que nous ne pouvons plus nous en défaire.
- M. : Soyez votre vrai Soi. Pourquoi devriez-vous penser « je suis un homme »?
- Q. : Parce que cette pensée est si naturelle…
- M. : Pas du tout. Seule la pensée « Je suis » est naturelle. Pourquoi la qualifiez-vous en y ajoutant « un homme » ?
- Q. : « Je suis un homme » est une notion si évidente, tandis que « je suis Cela » est incompréhensible pour nous.
- M. : Vous n’êtes ni ceci ni cela. La vérité est « Je suis ». « Je suis ce Je suis », déclare aussi la Bible. Simplement ÊTRE est naturel [le scribe de la page souligne]. Le limiter à « être un homme » ne se justifie pas.
- Q. : Si on décidait de voter, la majorité serait de mon côté. (Rire)
- M. : Je voterai également en votre faveur (Rire).
Je dis, moi aussi, « je suis un homme » ; mais je ne me limite pas au corps. Le corps est en MOI. Voilà la différence.
- Un visiteur : Cette limitation (upâdhī) d’être un homme est impossible à déraciner.
- M. : Comment étiez-vous dans le sommeil profond ? La pensée d’être un homme n’y était pas.
- - Un autre visiteur : On doit donc rester en état de sommeil même quand on ne dort pas.
- M. : Oui. C’est la jâgrat-sushupti [sommeil éveillé (1)]. Certaines personnes vont même jusqu’à dire que lorsqu’elles dorment, elles sont enfermées quelque part dans leur corps. Elles oublient que cette idée n’a pas cours dans le sommeil mais qu’elle ne se présente qu’au réveil. Elles transposent leur état de veille dans leur état de sommeil.
(Ramana Maharshi, entretien 601 du 27-12-1938).

[Souvent cité sur le site, en référence à David R. Olson : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée. David R. Olson est professeur de science cognitive appliquée à l’Institut Ontario de recherche en éducation de l’Université de Toronto].

Note.
1. État de jâgrat-sushupti : « Il n’est pas ennui, mais il est Félicité ; il n’est pas transitoire, mais il est éternel. C’est de lui que procèdent les pensées. Que sont toutes nos expériences sinon des pensées ? Plaisir et souffrance ne sont que de simples pensées.
Elles sont en nous. Si vous êtes libre de pensées tout en demeurant éveillée, vous êtes cet Être parfait ». (Ramana Maharshi, entretien 609 du 18-1-1939).
 
 

Dernière mise à jour : 14-05-2023 21:54

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >