Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les Autres ou le Dehors
Les Autres ou le Dehors Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-05-2023 00:09

Pages vues : 797    

Favoris : 68

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Calame, Calcul, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Eau, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Scarabée, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Transition, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
colin_powell_fiole.jpg
 
 
Les Autres ou le Dehors
Bien dans la logique des CORPS-OBJETS-MARCHANDISES
de cette démocratie marchande.

Les Autres, le DEHORS ou
le VIRUS (la potion, le stupéfiant :
photo ci-dessus), le RIDEAU-MONDE ou
MASQUE pour CACHER.

Les Autres = la pensée ‘je’ à l’état de veille
ou du TEMPS (et le ”monde”).
 
Pouvoir = dualité : celui qui expose ses pouvoirs
à besoin d’un ou des autres, sinon, à quoi
sert son pouvoir, sinon à la recherche
de RECONNAISSANCE ? Et s’il ne perçoit pas
de reconnaissance, il devient malheureux,
voir dangereux. C’est le winnerisme actuel.


- M. : Oui, certainement [à propos d’aider ”les autres”]. C’est la meilleure aide possible. Mais il n’y a pas d’« autres» qui doivent être aidés. Car un être réalisé voit le Soi, tout comme un orfèvre qui évalue la quantité d’or contenue dans divers bijoux. C’est seulement lorsque vous vous identifiez avec le corps qu’il y a des formes. Mais quand vous transcendez votre corps, les autres corps disparaissent en même temps que votre conscience du corps.
- Q. : En est-il de même pour les arbres, les plantes, etc. ?
- M. : Ont-ils quelque existence en dehors du Soi ? Trouvez cela. Vous pensez que vous les voyez.
Cette pensée est projetée hors de votre Soi. Cherchez d’où elle s’élève. Les pensées cesseront de s’élever et seul le Soi demeurera.
- Q. : Théoriquement, je comprends. Mais les arbres et les plantes sont encore là.
- M. : Oui. C’est comme une séance de cinéma. La lumière est projetée sur l’écran et les ombres qui y passent donnent l’impression aux spectateurs d’une représentation de film [voir aussi le célèbre exemple de la Caverne de Platon]. Et ce serait pareil si dans ce même film on montrait aussi des spectateurs. Celui qui voit et ce qui est vu ne seront alors rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous-même. Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe.
(Ramana Maharshi, entretien 13a du 7-1-1935).

- Q. : Le monde n’existe-t-il pas pour les autres même lorsque je dors ?
- M. : Un tel monde se moque aussi de vous de vouloir le connaître sans vous connaître vous-même.
Le monde est le produit de votre mental. Connaissez d’abord votre mental et ensuite voyez le monde. Vous réaliserez qu’il n’est pas différent du Soi.
(Ramana Maharshi, entretien 53 du 15-6-1935).

« Une femme portait un collier autour du cou. Ne s’en souvenant plus, elle se mit à le chercher, questionnant son entourage. Une de ses amies, se rendant compte de ce qu’elle cherchait, lui désigna le collier autour de son cou. La femme le toucha de ses mains et fut aussitôt rassurée. Avait-elle récupéré le collier ? Là encore, l’ignorance causa la douleur et la connaissance, le bonheur.
Il en va de même en ce qui concerne l’homme et le Soi. Il n’y a rien de nouveau à gagner.
L’ignorance du Soi est responsable de la souffrance présente ; la connaissance du Soi apporte le bonheur.
De plus, si quelque chose de nouveau doit être obtenu, cela implique que c’était absent auparavant. Ce qui a été une fois absent peut disparaître encore. Ainsi, le salut ne serait pas permanent. Mais le salut est permanent parce que le Soi est ici et maintenant, et éternel.
Les efforts de l’homme sont donc dirigés vers la disparition de l’ignorance. La Sagesse semble survenir, alors qu’elle est naturelle et toujours présente ».
(Ramana Maharshi, entretien 63 du 6-7-1935).

« Tournez-vous vers l’intérieur. Concentrez toutes vos recherches sur la quête du Soi. La force qui se trouve en vous opérera également sur autrui ».
(Ramana Maharshi, entretien 109 du 13-12-1935).

Les ”Autres” ou le monde ne peuvent exister sans celui qui les voit, ou qui les pense. « Par conséquent, ils ne sont pas différents du Soi. Même l’ignorant ne voit que le Soi lorsqu’il voit les objets. Mais son esprit est confus et il identifie le Soi avec l’objet, c’est-à-dire avec le corps et les sens, en participant au jeu du monde.
Sujet et objet – tout se fond dans le Soi. Il n’y a ni observateur ni objet vu. Celui qui voit et ce qui est vu sont le Soi. Il n’y a pas non plus plusieurs soi. Tout n’est qu’un seul Soi ». (Ramana Maharshi, entretien 145 du 23-1-1936).

Les Autres = la pensée ‘je’ à l’état de veille ou du TEMPS : la flèche du temps chère aux Juifs (page 18, Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent).
CETTE FLÈCHE DU TEMPS FAIT LA PARTIE DE LA « MODERNITÉ » DU NÉOLITHIQUE JUSQU’À CE HUI.
Avant le Néolithique et pendant des millénaires l’humanité ignorait ce seul sens du temps qui coule ; elle ignorait l’HISTOIRE : la fuite en avant, l’éco-évolutionnisme et donc le NEUF ET SA DATE DE PÉREMPTION, liée au productivisme de l’aliénation par la marchandise.

- M. : La Bible dit : « Le Royaume des Cieux est en vous »… Si vous vous considérez comme étant le corps [le consommateur], vous éprouverez quelques difficultés à comprendre cette affirmation. Si, en revanche, vous savez qui vous êtes réellement, vous découvrirez que le Royaume des Cieux et tout le reste sont inclus en votre Soi véritable. Tous ces concepts prennent naissance après que l’ego s’est manifesté. Drishtim jnanamayîm kritvâ, pashyed brah-mamayam jagat [La vision rendue pleine de sagesse, on doit voir le monde en tant que brahman]. Dirigez donc votre regard vers l’intérieur et il deviendra absolu. Une fois cette conscience absolue réalisée, dirigez votre regard vers l’extérieur et vous découvrirez que l’Univers n’est pas séparé de l’Absolu réalisé [le Po(I)nt Focal].
C’est parce que votre vision est dirigée vers l’extérieur que vous parlez d’un extérieur [et du monde]. Aussi vous conseille-t-on de tourner votre regard à l’intérieur. Cet intérieur est en relation avec l’extérieur que vous avez l’habitude de chercher. En réalité, le Soi n’est ni extérieur ni intérieur.
En parlant des Cieux, on s’imagine qu’ils sont au-dessus ou au-dessous, intérieurs ou extérieurs, car on est habitué à la connaissance relative [et donc de la FLÈCHE DU TEMPS]. On ne cherche que le savoir objectif [LA FLÈCHE DU TEMPS], d’où ces idées. En fait, il n’y a ni haut, ni bas, ni intérieur, ni extérieur. Si ces notions étaient réelles, elles devraient aussi être présentes pendant le sommeil profond. Car ce qui est réel doit être continu et permanent.
Quand vous dormez, vous sentez-vous à l’intérieur ou à l’extérieur ? Bien sûr que non.
- Q. : Je ne m’en souviens pas.
- M. : Vous vous en souviendriez s’il y avait quelque chose dont il faille se souvenir. Vous admettez cependant que vous existiez durant votre sommeil. C’est le même Soi qui parle maintenant ; le Soi qui était indifférencié dans le sommeil est différencié dans l’état présent et voit la diversité.
L’existence réelle est la seule qui soit dépourvue de connaissance objective. C’est la conscience absolue. C’est l’état de bonheur que tout le monde admet. C’est l’état qu’il faut susciter, même à l’état de veille. On l’appelle jâgrat-sushupti. C’est la mukti [Libération].
(Ramana Maharshi, entretien 311 du 2-1-1937).

- Q. : Si l’on doit se retirer en soi-même, pourquoi le monde existe-t-il ?
- M. : Où se trouve le monde et où va-t-on en se retirant ? Prend-on un avion pour s’envoler au-delà de l’espace ? Est-ce cela se retirer ?
Le fait est que le monde n’est qu’une idée. Dites-moi : Êtes-vous dans le monde ou le monde est-il en vous ?
- Q. : Je suis dans le monde. J’en fais partie.
- M. : Voilà l’erreur. Si le monde existe indépendamment de vous, vient-il vous dire qu’il existe ?
Non, vous voyez qu’il existe, mais vous ne le voyez qu’à l’état de veille et non pas quand vous dormez profondément. S’il avait une existence indépendante de la vôtre, il devrait vous le dire et vous devriez en être consciente même dans votre sommeil profond [le scribe de cette page souligne].
- Q. : Je prends conscience du monde dans le jāgrat.
- M. : Prenez-vous d’abord conscience de vous-même, puis ensuite du monde ? Ou bien, prenez-vous conscience d’abord du monde et ensuite de vous-même ? Ou prenez-vous conscience des deux simultanément ?
- Q. : Je dirais que je prends conscience des deux simultanément.
- M. : Avant de prendre conscience de vous-même, étiez-vous ou n’étiez-vous pas ? Admettez-vous votre existence continue avant et au moment où vous prenez conscience du monde ?
- Q. : Oui.
- M. : Si vous existez depuis toujours, pourquoi n’êtes-vous pas consciente du monde en sommeil profond si celui-ci a une existence indépendante du Soi ?
- Q. : Je prends conscience de moi-même et du monde également.
- M. : Vous prenez donc conscience de vous-même. Qui devient conscient de qui ? Y a-t-il deux soi ?
- Q. : Non.
- M. : Vous voyez alors qu’il est faux de supposer que la conscience passe par différentes phases.
Le Soi est toujours conscient. Quand le Soi s’identifie à celui qui voit, il voit des objets. La création du sujet et de l’objet est la création du monde. Sujets et objets sont des créations dans la pure Conscience. Vous voyez des images bouger sur un écran de cinéma. Quand vous portez votre attention sur les images, vous n’êtes pas consciente de l’écran. Pourtant les images ne peuvent pas être vues en l’absence de l’écran. Le monde équivaut aux images et la Conscience à l’écran. La Conscience est pure. Elle est identique au Soi qui est éternel et immuable. Éliminez le sujet et l’objet, et seule demeurera la pure Conscience.
- Q. : Mais pourquoi le pur brahman est-il devenu Ishvara et a-t-Il créé l’Univers, s’il n’en avait pas l’intention ?
- M. : Est-ce le brahman ou Ishvara qui vous l’a dit ? Vous dites que le brahman est devenu
Ishvara. Vous ne dites pas cela dans votre sommeil profond. Ce n’est qu’à l’état de jâgrat [état de veille] que vous parlez de brahman, Ishvara et l’Univers. L’état de jâgrat est l’état de dualité sujet-objet, provoqué par la naissance des pensées. Aussi sont-ils des créations de vos pensées.
- Q. : Mais le monde existe dans mon sommeil, même si je n’en suis pas consciente.
- M. : Quelle est la preuve de son existence ?
- Q. : Les autres en sont conscients.
- M. : Vous le disent-ils quand vous dormez ou êtes-vous consciente des autres en train de voir le monde dans votre sommeil ?
- Q. : Non. Mais Dieu est toujours conscient.
- M. : Laissez Dieu tranquille. Parlez pour vous-même. Vous ne connaissez pas Dieu. Il n’est que ce que vous pensez qu’il est. Est-Il séparé de vous ? Il est cette Conscience pure dans laquelle toutes les idées se forment. Vous êtes cette Conscience.
(Entretien 453 du 8-2-1938).

POURQUOI LA POSSIBILITÉ DES « PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE » ?

PARCE QUE L’IRRÉEL SERA TOUJOURS IRRÉEL, ET QUE LE RÉEL SERA TOUJOURS RÉEL ET NE CESSE JAMAIS D’ÊTRE (il y a incompatibilité absolue entre ce monde de plus en plus illusoire amplifié par sa technologie et le Seul Réel qui ne cesse jamais d’être).
LA « FLÈCHE DU TEMPS » C’EST L’IRRÉEL : CE QUI NAÎT ET QUI MEURT quand le corps est anéanti.
IL N’Y A DONC NI NAISSANCE NI MORT comme l’écrit la Bhagavad-Gîtâ, chapitre II, 19-21 : « Celui qui regarde ceci [l’âme] comme ce qui tue, et celui qui pense que ceci est tué, ni l’un ni l’autre ne perçoivent la Vérité. Ceci ne tue pas, ni n’est tué.
Ceci ne naît ni ne meurt, et ce n’est pas une chose qui un jour commença d’exister [façon ”Big bang”], et qui, s’en allant, ne reviendra jamais plus à l’existence. C’est non-né, ancien, éternel ; ce n’est pas tué lorsqu’est tué le corps ».

ET LA FERMENTATION-PUTRÉFACTION à BhG II,22 : « L’âme incarnée rejette les vieux corps et en revêt de nouveaux, comme un homme échange un vêtement usé contre un neuf ».

ILLUSION DES AUTRES = LE VIRTUEL
(informatique robotisation, la société anonyme par actions où les actionnaires ne possèdent rien mais GÈRENT leurs industries, c’est la naissance effective de la Schwabe-Harari et leur ”vous ne posséderez rien et vous serez heureux”).

ILLUSION DU PRODUCTIVISME ET DE LA ROBOTISATION DE L’HUMANITÉ = LA LOI FRANÇAISE DU JACOBINISME (État winner ou centralisé) LA LOI DES SPÉCIALISTES PAR CONSÉQUENT LA LOI DU CITOYENISME = LE DÉLUGE DES SPÉCIALISTES : CHACUN(E) EST DEVENU LE ROI DEPUIS 1789 ET AINSI CHACUN(E) EST DEVENU LE « RESPONSABLE » (le citoyenisme), UNE SINGERIE DU « LE ROYAUME DES CIEUX EST EN VOUS » : cette illusion de spécialisation ou de ”réalisation de son Soi” RÉSULTE DE L’UNIFORMITÉ, DE LA ROBOTISATION DE L’HUMAIN ET, PAR LÀ MÊME, GRÂCE AUX MACHINES, ELLE NE CONNAÎT PAS DE LIMITE : ON PEUT DIVISER SANS FIN UN CORPS INDIFFÉRENCIÉ ! C’EST LA FLÈCHE DU TEMPS, L’ÉVOLUTIONNISME JUIF (page 18 du livre d’Attali cité plus haut).
Tel est le paradoxe cinglant qui fait croître en même temps l’atomisation et l’uniformité : il n’y a aucune harmonie avec le TOUT, et le pouvoir politique de ce qui reste de la France s’émeut de la mort de ses 3 jeunes flics et d’une infirmière tué par un inconscient dans une économie de santé publique tout aussi inconsciente (conséquence du capitalisme et du toujours plus de fric alors que le fric baisse de plus en plus et donc que l’État réduit ses salariés…… mais pas ses flics pour garder ses ”biens”, ses ”valeurs”…)

La récente grosse conséquence d’un capotalisme qui capote dur fut la fabrication d’un virus : épisode du covid-19, afin de redonner un peu d’R aux Washingtonisme, Westminsterisme et à leurs actionnaires qui voient des trous dans leurs comptes en banques, soit une éthonomie [du grec êthos : mœurs et citoyenisme] politique mondiale en une technologie visant à modifier les façons de se conduire soi-même et de se comporter avec les ”autres” (covidisme, ”guerre en Ukraine”, réchauffisme, écologie, transition de ceci et de cela, sont tous de la MÊME LOGIQUE DU LIBÉRALISME MARCHANDISE-SALARIAT).
Washingtonisme, Westminsterisme = altérer radicalement les capacités de penser et les manières d’agir, CECI À UN NIVEAU ANTHROPOLOGIQUE ENCORE JAMAIS ATTEINT DANS TOUTE L’HISTOIRE HUMAINE (le transitionisme de ceci et de cela en est le SYMPTÔME PRINCIPAL, avec par exemple la démence de la voiture électrique, les Schwab-Hariri et autres Davos, Bilderberg, Google etc., de tous ces ”sauveurs du monde” ou actionnaires du SATAM, Grand Architecte ou GRAND ÉGRÉGORE…..).

Washingtonisme, Westminsterisme = un État TOTALITAIRE MONDIAL pour une « économie libre » (démocratie ou ”valeurs de la république”), résumé par la schwaberi-harari : « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux ».

70mm_pour-voir.jpg 
 

Dernière mise à jour : 25-05-2023 00:29

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >