Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Tous les problèmes viennent du mental humain
Tous les problèmes viennent du mental humain Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-06-2023 00:24

Pages vues : 250    

Favoris : 5

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Mental, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
couronne_epine_dijon_fontanelle1.jpg
 
 
Tous les problèmes viennent du mental humain.
SA LOI DE SUCCION, SA SAISIE, SA BOULIMIE.
Mental = soumission à un amas de pensées,
”objets” ou ”valeurs” fourbissent le scientisme
ou la démence mercantile technologique
héritière de la ”raison” du siècle français des
loupiotes : l’entrée effective dans les siècles
d’obscurantisme du FAIRE/FER qui rouille (productivisme) !
Les siècles du ”Marché” des deux WW
(Washingtonisme, Westminsterisme).
 
« La vie de l’humain est ce qu’elle est. Ce qui est EST [sens du ”Le Royaume des Cieux est en Vous”]. Tous les problèmes viennent du fait d’en avoir une certaine conception [”certaine conception” qui s’appelle OPINION, la chose possédée par le mental. ”Certaine conception” comme la fameuse ”amélioration” qui entre dans l’évolutionnisme et la RÉPARATION des juivistes : la tiqunerie]. Le mental entre en jeu [en ‘je’]. Il a une certaine conception [l’icarisme, telles les ailes de cire d’Icare ; de nos jours les ”ailes d’Icare” sont L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : LA CAROTTE du TRANSHUMANISME-TECHNOLOGIE-CONCEPT]. Tous les problèmes viennent de là. Si vous êtes tel que vous êtes, sans le mental avec ses concepts [ses opinions donc et ses ”améliorations”], tout ira pour le mieux pour vous. Si vous cherchez la source du mental, toutes les questions seront résolues ».
(Ramana Maharshi au jour le jour, 31-12-1946).

Sous le ciel, vrai et faux
Ne sont jamais déterminés une fois pour toutes.
De par le monde, chacun décrète vrai ce qu’il tient pour vrai
Et faux ce qu’il tient pour faux.
Ce qui est appelé vrai et faux est différent pour chacun ;
Et tous, sûrs d’être dans le vrai, de réfuter les autres.

On peut donc en inférer que
Ce que j’agrée en mon fort intérieur
L’est avant même d’avoir été trouvé vrai
Et que ce qui rebute mon cœur
Le fait avant même d’avoir été trouvé faux.

La recherche du vrai
N’est donc pas recherche des principes naturels du Tao
Mais recherche de ce qui m’agrée en mon for intérieur,
Et rejeter le faux
N’est pas empêcher le mal de se propager,
Mais rejeter ce qui rebute le cœur.

Ce qui me rebute,
Est-ce pour autant que d’autres ne l’agréent pas ;
Et ce qui m’agrée à moi,
Peut être tenu, communément, pour faux.

Le caractère vrai inhérent à la vérité Suprême
Fait qu’elle n’a rien de faux ;
Et le caractère faux inhérent à la fausseté Suprême
Fait qu’elle n’a rien de vrai :
C’est là le vrai et le faux authentique.

Si donc ce qui est vrai pour les uns est faux pour les autres
Et que ce qui est faux pour les premiers est vrai pour les seconds,
On dira que c’est vrai d’un côté et faux de l’autre.
Cela c’est le vrai et le faux pour un recoin de l’Univers.
à un autre niveau, il y a le vrai et le faux
Pour l’immensité des Espaces et des Temps.

Nous avons tendance à choisir ce que nous jugeons vrai
Pour nous y tenir,
Ou bien à prendre ce que nous jugeons faux
Pour le rejeter.
Mais nous ignorons ce que notre siècle appelle vrai et faux
Comment savoir qui est dans le vrai, qui est dans le faux.

(Les grands traités du Huainan zi, époque des Han, 206 av. J.C. - 220 ap. J.-C. Traité : Que toutes les coutumes se valent)

Le Traité Que toutes les coutumes se valent débute ainsi :
Se laisser conduire par sa nature propre,
C’est cela le TAO ;
Et assumer pleinement cette nature reçue du Ciel,
C’est cela la Vertu.

Quand cette nature fut perdue,
On donnera de la valeur à l’humanité [la fameuse valeur si aliénante à nostre époque, où l’on mesure tout dans la folie de la quantité. Tao-tö king 18 se termine par : ”La nuit et le désordre du royaume provoque la loyauté [les serviteurs de l’État} et la bonne foi [la tyrannie du ”bon sens”]. Tao-tö king 38 résume ainsi : ”Après la perte du TAO [le Soi, Christ, la Voie, le Sentier], vient la vertu [la morale]. Après la perte de la vertu vient le bonté. Après la perte de la bonté, vient la justice. Après la perte de la justice, vient le rite. Le rite est l’écorce de la fidélité et de la confiance, mais il est aussi la source du désordre. L’intelligence prévoyante est la fleur du TAO, mais aussi le commencement de la bêtise [ce qui arrivera si mauvaise utilisation d’une I.A.]. Ainsi le Grand Homme s’en tient au fond et non à la surface [du social et de sa couverture…], il s(en tient au noyau et non à la fleur [le eyes candy], il rejette ceci et accepte cela].
Et quand le TAO fut perdu, au Respect des devoirs [nécessairement lié à l’espace-temps et donc à l’HOTC, Histoire-Opinions-Temps qui Coule].

Traité Le ”yaolue” (le sommaire)
Lanmin, Vision dans l’Obscur
déclare
Que l’essence suprême circule librement dans les Neufs Cieux,
Que l’imperceptible disparaît dans le Sans forme,
Que l’Immaculé a le pouvoir de pénétrer la Pureté (4),
Que l’éblouissant communique avec la Ténèbre obscure [comme la nuit obscure de Jean de la Croix].
(Début du Lanmin).

« Toute vision se rapporte toujours à un objet. L’objet implique l’existence d’un sujet. La valeur de la vision est la même que celle de celui qui la voit. (En d’autres termes, la nature de la vision est au même niveau que la nature de celui qui voit.)
L’apparition implique aussi la disparition. Tout ce qui apparaît doit aussi disparaître. Une vision ne peut jamais être éternelle. Mais Shiva, Lui, est éternel.
Le pratyaksha (la vision (1)) de Shiva, visible à l’oeil, implique l’existence des yeux pour voir ; derrière la vue se trouve la buddhi (l’intellect) et derrière les deux se trouve celui qui voit et qui a la Conscience pour base. Ce pratyaksha n’est pas aussi réel qu’on se l’imagine, car il n’est pas intime, inhérent à l’être. Il n’est pas une donnée de première main. Il est le résultat de plusieurs aspects successifs que prend la Conscience [LA VIERGE NOIRE ET SON ENFANT]. Mais tandis que ces aspects varient, la Conscience, elle, ne varie pas. Elle est éternelle. Elle est Shiva [LA NOIRE ou ”Le Grand Noir”]. Elle est le Soi.

La vision implique celui qui voit. Ce dernier ne peut nier l’existence du Soi. Il n’y a aucun instant où le Soi, en tant que Conscience, n’existe pas [D’où le sens de LA VIERGE NOIRE ET SON ENFANT : le complément en miroir n’existe pas, l’Univers est sans ailleurs… Aucun miroir ne peut refléter le corps de la Vierge ; le monde et tout ce qu’il contient EST NOIR PUISQU’ILS NE PEUVENT ÊTRE VU OU POSSÉDÉ]. De même, celui qui voit ne peut être séparé de la Conscience. Cette Conscience est l’Être éternel et le seul Être qui soit. CELUI QUI VOIT NE PEUT SE VOIR LUI-MÊME [le scribe de cette page souligne LA VIERGE NOIRE ET SON ENFANT : LA SINGULARITÉ]. Nie-t-il son existence parce qu’il ne peut pas se voir lui-même avec ses propres yeux comme dans une vision (pratyaksha) ? Non ! Donc pratyaksha ne signifie pas voir, mais ÊTRE.
ÊTRE, c’est réaliser : « Je suis ce JE SUIS. » « JE SUIS » est Shiva. Rien ne peut exister sans Lui.
Tout a son existence en Shiva et par Shiva.
Ainsi, cherchez : « Qui suis-je ? » Plongez profondément en vous et demeurez le Soi. C’est Shiva en tant qu’ÊTRE. N’espérez pas avoir de Lui des visions répétées. Quelle est la différence entre les objets que vous voyez et Shiva ? Il est les deux, le sujet et l’objet. Vous ne pouvez pas être sans Shiva. Shiva est toujours réalisé ici et maintenant. Si vous pensez que vous ne l’avez pas réalisé, vous avez tort. C’est là l’obstacle qui empêche de réaliser Shiva. Abandonnez cette pensée aussi et vous parviendrez à la Réalisation ».
(Ramana Maharshi, entretien 450 du 3-2-1938).


« Nous disons qu’il nous est impossible de voir le Soi, qui est pourtant une évidence [l’Instant, le Cour : sens du Vase-Vallée, sens de l’Athanor], qui va de soi et nous est le plus immédiat. Or, Nous soutenons que seulement ce que Nous voyons de nos propres yeux est pratyaksha (perception directe, qui n’est qu’opinion découlant des sens, du conventionnel et de l’apprentissage ou en langue actuelle : ”programmation”. Un ”direct” dramatique confondu avec le Vrai Direct telle que le symbolise Maât (2)). Mais avant qu’on ne puisse voir quoi que ce soit, il doit y avoir quelqu’un qui voit [comme pour le temps, il fait une personne pour le voir et donc l’inventer ou ”en prendre conscience”]. Vous êtes vous-même l’œil qui voit [le voyageur sur la planète]. Pourtant vous dites que vous ne connaissez pas l’œil qui voit, que vous connaissez seulement les choses que vous voyez. Mais pour le Soi, l’œil infini dont il est question dans la quatrième strophe de Ulladu-Narpadu (3), qu’y a-t-il à voir ? Vous voulez sâkshâtkâram (perception directe ou Maât), cependant vous ”réal-isez” toutes choses que vous voyez en leur donnant une réalité [la fameuse ”objectivité”, les fameux ”faits”, les fameuses ”preuves”, bref, le POUR-VOIR ou POUVOIR ET TYRANNIE DE L’OPINION QUI VOUS FORMER LE MONDE-MONDIALISME] ET AINSI VOUS RENDEZ RÉEL CE QUI EST IRRÉEL.
Si vous cessez de ”réal-iser” (relier) l’irréel, ce qui subsiste est le Réel, la perception immédiate [sans la ”mise en valeur du Temps” et par là-même du commerce, du Pour-Voir……] ». (Ramana Maharshi au jour le jour, 11-10-1946).


flammes_conso_mateurs380.jpg

Le ”Manifeste communiste” procède de la RACINE DU MAL : LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS.
Il faut une conscience pour percevoir le TEMPS-OBJET-MARCHANDISE, sans la conscience, le temps n’existe pas. Mais les masses du ”Manifeste communiste” parlent « d’immense majorité », soit l’UNIQUE perception d’une collectivité, d’une multitude, en contradiction de l’inverse : le citoyenisme en un ensemble de multiples séparatifs, d’unités qui consomment cahin-caha dans leur dualité sujet-objet. Ce ”Manifeste communiste” reste donc dans la dualité du Moi-Collectif face au Moi-Individuel.
MOI-COLLECTIF = ILS PERÇOIVENT LE TEMPS, LE MONDE OU L’HISTORICISME (”les faits”), PARCE QU’IL EXISTE, LÀ-BAS, DEHORS, COMME SI CE MOI-COLLECTIF « SORTAIT » DE L’UNIVERS POUR-VOIR COMMENT ÇA FONCTIONNE.
Mais, comment ces communistes du Moi-Collectif si épris de raisonnements ”scientifiques” ou ”radicaux” pourraient-ils faire la preuve ”scientifique” de ce qui n’est qu’une opinion, puisque toute expérience que Nous avons du monde DEHORS se présente finalement comme une pensée, comme un amas de pensées ?


EN HAUT DE PAGE :

PIVOT, AXE, LE TROU : Pourquoi le Christ Jésus a-t-Il une couronne de Ronce sur le CRÂNE ?
En rapport avec le Point Focal ou Trou : un diction picard énonce : « Lorsque les fontanelles se ferment, l’enfant se coupe des Anges ». Ainsi l’Éveil authentique et parfait est le jaillissement de la Conscience : PANique, le TOUT DANS L’INSTANT, ET ÇA PIQUE : AUCUN TEMPS POSSIBLE, AUCUNE SAISIE POSSIBLE, QUE DU DIRECT DE CHEZ MAÂT (la Déesse égyptienne synonyme de Point Focal, la PLUME OU FLÉAU QUI COORDONNE et symbole ANTI-LOI DE SUCCION ! Dans le plateau de la BALANCE elle ne pèse rien, l’attraction ou pesanteur n’a pas prise sur elle. La plume est tombé bien bas quand elle sera la PESANTEUR utilisée comme CALAME, qui ensuite sera remplacé par la plume pour écrire, synonyme de lois et d’organisation du chaos fabriquées par les ego humains).
Lorsque les fontanelles s’ouvrent le CRÂNE sait tout de lui-même : Crâne, C.R.N., le Christ Jésus a été cloué, PIQUÉ, sur le Golgotha, le « Mont du Crâne » et il était Roi en vérité : Couronne = C.R.N. phonétiquement à la manière des Hiéroglyphes égyptiens.


Notes.
1. ”[MâU II.2, 8] « Le noeud du coeur est tranché ; les doutes sont dissipés ». C’est cela la signification de pratyaksha et non pas ce que vous pensez. Seul l’avidyâ-nâsha [la suppression de l’ignorance] est la réalisation du Soi. Mais la notion de la réalisation du Soi est aupachârika [métaphorique]. Ce n’est qu’un euphémisme pour désigner l’élimination de l’ignorance”. (Ramana Maharshi, entretien 500 du 10-6-1938).

2. MAÂT : Plume de la Vérité (la plume ne fait pas fléchir le plateau de la balance, elle symbolise le FLÉAU). Ce qui est direct.
Maât : la “Femme de ménage“ du cosmos, le non-agir de Lao-Tseu : dans son aspect supérieur ou plume de Chou ; dans son aspect inférieur ou plume de Maât elle maintient la “tension“, l’équilibre suffisant entre les polarités. C’est aussi la Thémis grecque. La plume sur la tête de Maât peut rompre le juste Horizon si délicat du Fléau de la Balance. Et pourquoi n’aurait-elle pas un rapport avec la gravitation loi de succion ? Et avec le 3ème Feu alchimique : le Feu Contre Nature : un des principes matériels, le Portier du Palais : Saturne, matérialisation du mental, la chute dans la Matière terrestre, involution. Dans ce 3ème Feu se trouve le Feu naturel du Mercure philosophique, le Vase. Mais c’est la Nature elle-même qui façonne son propre vase, en amalgamant en des proportions toutes naturelles les principes complémentaires de la Matière : le Soufre et le Mercure. (Ce qu’on appelle le Poids de Nature ! Proche de la ”Signature” au sens de Jacob Boehme ; ”Poids de Nature”, autre nom pour le Soi, le EST, CELA).
Les emblèmes de Maât sont le Coin, la Base, la Plume. Thot est Scribe de Maât. Elle est la réalisatrice ; le Verbe divin est défini par elle et prend ses noms par elle.
La plume évoque une fibre, un fil, une voie, un flux. Dans de nombreuses civilisations la plume est un symbole lunaire et représente LA CROISSANCE (au sens de ne plus subir l’attraction ”universelle” ou loi de succion vulgaire).

3. Strophe 4 de Verses on Reality - Ulladu Narpadu, Ramana Maharshi (translation et commentaire par S.S. Cohen, 2011) : La forme et l'informe de Dieu dépendent de la conception que l'ego a de lui-même [comme le temps, il faut une personne pour l’apercevoir, sinon il n’existe pas : il ne vient pas du DEHORS, du ”monde” dire : ”J’existe”].
”Si le Soi est avec la forme, Dieu et le monde le seront aussi. Si un Être soi-même [dans sa Vraie Nature] est sans forme, comment et par qui leurs formes peuvent-elles être vues ?
Leur vue peut-elle être sans yeux ? Le Soi est l'œil illimité”. REJOINT D’AILLEURS LE PARADOXE DE L’EXISTENCE, OU NON, DE L’EXTRATERRESTRE. Si l’extraterrestre est pure Conscience, il ne sera pas vu par une grossière conscience humaine et encore moins avec ses machines y compris son I.A. !

« Cela fait référence au jnani [celui qui a réalisé le Soi], qui bien qu'ayant un corps semble lui-même comme sans corps et sans forme, et ne peut donc pas voir Dieu, ou en fait voir quoi que ce soit [dans la dualité sujet-objet]. L'ajnani (le non-réalisé), se percevant comme un corps, prend Dieu aussi pour être un corps et le vénère dans toutes sortes de représentations matérielles et formelles.
Pourtant, le fait demeure que même Lui perçoit tout à travers son propre Soi sans forme, auquel nous avons accordé d'être les seuls voyants, la seule connaissance : l’Œil illimité. Ceux qui condamnent le culte des idoles [les Hébreux-Juifs suivis des Mahométans] oublient eux-mêmes qu’ils adorent des symboles matériels et des icônes [l’argent, la loi de succion ou profit], et attribuent à Dieu formes, dimensions, positions, même sentiments et perceptions sensorielles [le colérique Yahvé] exactement comme ils le font pour eux-mêmes. N'ayant aucune expérience ou conception d'une Conscience informe et omnisciente, ils se sentent littéralement perdus à l'idée d'adorer une chose non représentée sous une forme [c’est la PANique et la PEUR DU VIDE qui va engendre le commerce ou social]. Dieu apparaît donc selon le degré de réalisation de soi-même.
”Peut-il y avoir de la vue sans yeux ?" signifie que sans conscience il ne peut y avoir aucune connaissance de quoi que ce soit, tout comme sans lampe aucune des les objets présents dans une pièce sombre peuvent être vus. Peut-il y avoir un monde à un homme inconscient ? »

4. L’INSIGNIFIANT l’anti-monde actuel. L’insignifiant mais pas le petit petit petit : le nano-machin industriel et commercial !

« Grandes vertus gisant es chouses petiotes créées par Dieu »
, dit une note de bas de page du livre de Cyprian Piccolpassi Durantoys : Les trois Livres de l’Art du Potier (l’ARGILE ADN comme catalyseur pour les processus de combinaison des acides nucléiques : ADN, ARN… L’ARGILE ADN…).
La vie survient à la POINTE DU JOUR (par exemple Orestes ”se tient debout sur une montagne”, c’est l’AUBE, équivalence du christianisme et des trois religions abrahamistes du DÉSERT, partir du vide de ce désert…) :
Les POINTES ou AIGUILLE (Isis, la Chaise : pique, pointe) rejoignent l’HOMÉOPATHIE, l’ACUPUNCTURE ET LES PETIOTES CHOUSES, le SPIKE (évidemment pas celui de l’industrie capitaliste de Big Pharma et ses quantités !).
 
 

Dernière mise à jour : 08-06-2023 01:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2023 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >