Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Business des vaccins - partie 1
Business des vaccins - partie 1 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-04-2009 15:56

Pages vues : 8808    

Favoris : 133

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Argent, Business, Chimie, Grippe, Monsanto, Poison, Vaccins, Virus


1dollar_vaccin.jpg
 
Business des vaccins - partie 1

ou la médecine criminelle !
ou il faut bien refourguer sa camelote !


Vaccination, ne soyez pas complice !
Peur, n’y succombez pas !


Le malheur qui survient prend source en l'homme ;
Le bonheur qui survient prend forme en l'homme.
Malheur et bonheur ont même porte,
Avantage et dommage sont voisins ;
Seuls les esprits et les sains peuvent les distinguer.
[Les grands traités du Huainan zi, époque des Han - 206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.]
 
Mon père né en Russie, et ma mère né en France, tous deux à la fin des années 1900 n’ont pas eu à souffrir de la moindre grippe espagnole, sinon, je ne serais pas en train d’écrire ceci.
 
courbe_2000_2012gp.jpg
 
J’ai été témoin de l’épidémie de grippe de 1918
par Eleanor McBean
 
Tous les médecins et les gens qui ont vécu à l’époque de l’épidémie de grippe espagnole de 1918 disent que ce fut la maladie la plus terrible que le monde ait jamais connue. Des hommes vigoureux et robustes pouvaient ainsi mourir du jour au lendemain. La maladie présentait les aspects de la peste noire, comme aussi de la fièvre typhoïde, de la diphtérie, de la pneumonie, de la variole, des maladies paralytiques, comme d’autres maladies contre lesquelles les populations avaient été vaccinées juste après la première guerre mondiale. On avait administré quantité de vaccins et de sérums toxiques à pratiquement toute la population. La situation devint réellement tragique quand éclatèrent tout d’un coup ces maladies engendrées par la médecine.

La pandémie s’éternisa deux ans, nourrie par les médicaments toxiques que les médecins prescrivaient pour supprimer les symptômes. Pour autant que j’aie pu l’observer, la grippe atteignait essentiellement les vaccinés. Ceux qui avaient refusé la vaccination échappaient à la maladie. Ma famille avait refusé toutes les vaccinations. C’est ainsi que nous sommes restés tout le temps en excellente santé. Nous savions de par les enseignements de Graham, Trail, Tilden et d’autres qu’on ne peut contaminer le corps avec des poisons sans que celui-ci ne devienne malade.

Quand l’épidémie atteignit son paroxysme, tous les magasins, les écoles, les entreprises étaient fermés et même jusqu’à l’hôpital. Les infirmières et les médecins qui s’étaient fait vacciner étaient terrassés par la maladie. On ne voyait plus personne dans les rues. La ville était devenue une ville fantôme. Comme notre famille (qui n’avait pas accepté les vaccinations) semblait être une des rares familles à ne pas avoir attrapé la grippe, mes parents couraient de maison en maison pour s’occuper des malades, vu qu’il était impossible de trouver un médecin. Si c’étaient les germes, les bactéries, les virus ou les bacilles qui devaient en fait provoquer la maladie, ils auraient eu cent fois l’occasion de s’attaquer à mes parents qui passaient plusieurs heures par jour dans les chambres de malades. Pourtant mes parents ne contractèrent jamais la grippe et ne rapportèrent à la maison aucun germe qui aurait pu s’attaquer aux enfants. Aucun membre de notre famille ne fut atteint par la grippe. Il n’y eut même pas le moindre rhume alors que l’hiver était rude et la neige épaisse.

On a dit que l’épidémie de grippe de 1918 avait tué 20 000 000 de personnes dans le monde. Mais en fait ce furent les médecins qui occasionnèrent cette hécatombe avec leurs traitements grossiers et meurtriers. C’est une terrible accusation, mais elle n’en demeure pas moins vraie, s’il faut en juger par les succès obtenus par les médecins n’utilisant pas les médicaments.

Alors que pour les médecins et les hôpitaux traditionnels, les décès s’élevaient à 33 %, les autres hôpitaux (non traditionnels) comme Battle Creek, Kellogg, Macfadden's Health Restorium obtenaient pratiquement 100 % de guérisons avec des méthodes naturelles simples comme les cures d’eau, les bains, les lavements, le jeûne, des régimes alimentaires très bien étudiés comprenant essentiellement de la nourriture naturelle. Un médecin que nous avons connu n’a pas perdu un seul patient de la grippe en huit ans...

Si les médecins classiques avaient été aussi éclairés que les thérapeutes utilisant les méthodes naturelles, on n’aurait sûrement jamais parlé de 20 000 000 morts suite au traitement médical officiel de la grippe.
(Extrait du début de la page : source : http://www.noslibertes.org/dotclear/index.php?
post/2009/04/28/263
)



Dans le même sac : la dérive OGM avec la chimie diabolique de Monsanto débouchant sur la même dangerosité que la « grippe porcine » : les « mauvaises herbes » résistent à tous traitements. D’abord les mauvaises herbes ça n’existe pas, il n’existe que des plantes qui poussent là où ça ne plaît pas aux humains, puis à vouloir jouer aux apprentis sorcier, l’homme a ce qu’il mérite... ensuite la vie et la mort sont mouvement et s’adaptent à tout, ce sera toujours le cercle de la prison du mauvais côté de l’Ouroboros (serpent qui se mord la queue).

OGM : la menace des « super mauvaises herbes » s’amplifie
par Jean Étienne (extrait)


Cinq mille hectares de culture de soja transgénique ont été abandonnés par les agriculteurs en Géorgie, et 50.000 autres sont gravement menacés par une mauvaise herbe impossible à éliminer, tandis que le phénomène s'étend à d'autres états. La cause : un gène de résistance aux herbicides ayant apparemment fait le grand bond entre la graine qu’il est censé protéger et l’amarante, une plante à la fois indésirable et envahissante…

En 2004, un agriculteur de Macon, au centre de la Géorgie (à l'est des Etats-Unis), applique à ses cultures de soja un traitement herbicide au Roundup, comme il en a l’habitude. Curieusement, il remarque que certaines pousses d’amarantes (amarante réfléchie, ou Amarantus retroflexus L.), une plante parasite, n’en semblent pas incommodées… Pourtant, ce produit est élaboré à partir de glyphosphate, qui est à la fois l’herbicide le plus puissant et le plus utilisé aux Etats-Unis.

Depuis, la situation a empiré. Actuellement, et rien qu’en Géorgie, 50.000 hectares sont atteints et nombre d’agriculteurs ont été contraints d’arracher leurs mauvaises herbes à la main… quand c’est possible, considérant l’étendue des cultures. A l’épicentre du phénomène, 5.000 hectares ont été tout simplement abandonnés.



Comme l’explique la page sur « l’accident » grippe porcine, ou plutôt, peut-être, manipulation accidentelle de laboratoire : trop de bouches a nourrir sur cette planète et nouvelle arme biologique ? voir la page sur cette nouvelle poussée sur la courbe vers l’infinie de 2012 de tous les possibles.
Il existe certains indices qui suggèrent que la grippe porcine qui tue actuellement des gens au Mexique pourrait être une arme biologique, mais il est évidemment trop tôt pour tirer de telles conclusions. L'Organisation mondiale de la santé (l’OMS) et le gouvernement des États-Unis ont été prompts à réfuter de telles allégations. Suite sur Alter Info.

Voir aussi : la grippe porcine, un bien mystérieux virus.

Il est maintenant confirmé que le virus A/H1N1 de la grippe porcine se transmet d'humain à humain. Un virus inédit qui combinerait à la fois la grippe du porc, la grippe aviaire et la grippe saisonnière humaine, avec des souches provenant d'Amérique du Nord, d'Europe et d'Asie. Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à indiqué dans la nuit que ce virus avait une combinaison unique de gènes qui n'ont « jamais été vu auparavant, ni dans la population animale, ni dans la population humaine ».

On s’avance peut-être là aussi vers le phénomène « mauvaises herbes » résistantes aux traitements...
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 04-06-2009 20:41

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >