Accueil arrow Yôkai arrow Dernières news arrow Commémoration entre bandes organisées
Commémoration entre bandes organisées Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-11-2023 11:14

Pages vues : 443    

Favoris : 33

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
keep_republic_labobservatoire_du_conspiration.jpg
 
Commémoration entre bandes organisées et réseaux du conformisme des « plus ça change et plus c’est la même chose ».
 
Au nom de quoi entre 1914-1945 surtout en Europe, sans oublier le Japon et l’URSS, a-t-on laissé tuer des millions d’êtres humains ?
« La France, hier soldat de Dieu, aujourd’hui soldat de l’humanité », gueulait Clemenceau en croyant à des lendemains qui chantent sur des « droits de l’homme ”pour toujours” », à la façon des mêmes bandes organisées et de leur « Plus jamais ça », qui allait accoucher quinze plus tard d’Adolphe Hitler !
Ces mêmes bandes organisées sont bien-sûr celle de l’argent et de la marchandise, le fameux socialisme : le Commerce échangiste.
Le drame, c’est le PLOMB, la SAISIE, la SUCCION : ATTEINDRE (un but), tel le messianisme, le projet-projection, tout pour l’extérieur, rien pour l’intérieur.
La pire des possessions est annoncée dans le : « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux ! » ; le « co-voiturage » en est déjà une graine semée : suppression de la propriété privée pour tomber dans :

Le TOTALITARISME et l’institution communiste du Goulag : les « biens » furent récupérés et donc n’appartenaient plus à leur possesseur, tout le monde devenait « locataire » de l’objet mutualisé, singerie de la suppression de l’ego, ou diablerie du libéralisme, pouvant être poussé jusqu’à la folie comme en URSS où votre corps ne vous appartenait plus mais appartenait à l’État, et donc vos vêtements ne vous appartenaient plus : « ”Faire travailler [au Goulag] tous les déshabillés [tels ceux qui se reposaient nus sur leur paillasse] en leur attribuant les vêtements des détenus revenant du travail après avoir rempli leurs objectifs chiffrés [déjà !]” : c’est une instruction que la Direction du SLON a envoyée à tous les camps dès qu’elle a pris conscience du problème. Désormais, le détenue de retour du travail, épuisé, affamé, trempé de neige et de sueur, à peine capable de mettre un pied devant l’autre, doit avant toute chose ôter ses vêtements et les donner à un camarade. Tant qu’il avait ses vêtements, il pouvait encore se réchauffer et reprendre un peu de forces. Et voilà que même cela, on le lui prend. Il ne lui reste qu’à ramasser des branches de sapin, à les poser sur les planches nues qui lui servent de lit et à se coucher dessus pour essayer de dormir. Mais il n’a toujours pas de quoi se couvrir… La nuit, quand il commence à grelotter de froid, il saute au bas de sa couche, court jusqu’au poêle et s’y réchauffe quelques instants. Puis il revient à sa place et se rendort pour une courte période, avant de se réveiller de nouveau… C’est ainsi que se passe la nuit du « propriétaire » des vêtements, et la journée de celui qui les lui « emprunte ». En revanche, le bois d’exportation soviétique ne cesse d’augmenter, et l’URSS fournit le bois à de nombreux pays du monde [tel est le capitalisme d’État, qui lui, possède tout, du moins son oligarchie…] ». (Nikolaï Kisselev-Gromov, Les camps de la mort en URSS, Shanghai 1936, page 282 de l’édition française chez François Bourin Éditeur).

Dans cette république mondialisée, Nous ne nous appartiendront plus, surtout les ENFANTS, ils appartiennent à l’État, comme l’annonçait aux États-Unis en 1910 Ellen Richards, fondatrice de l’assistance sociale actuelle qui affirmait :
« Dans la république sociale, l’enfant est, en tant que futur citoyen [et consommateur-contribuable], un bien de l’État, et non la propriété de ses parents.
Son bien-être est donc directement une responsabilité de cet État ». (Ellen H. Richards, Euthnics : The Science of Controllable Environnement, Boston, Whitcomb and Barrows, 1910, p.133).
Le totalitarisme est réellement en marche : corps et âme n’appartiennent qu’à…. La City, au sens générique étatique….
 
 

Dernière mise à jour : 11-11-2023 11:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >