Accueil arrow Yôkai arrow Dernières news arrow Spontané ou Instant = VIDE
Spontané ou Instant = VIDE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-11-2023 11:48

Pages vues : 290    

Favoris : 38

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
tore_couleurs_amourdivin_vide.jpg
 
 
Spontané ou Instant = VIDE
aucun spatio-temporel qui salope tout.


E-vidence ou le VIDE DANSE ET DENSE : VOIR ABSOLU SANS SUJET NI OBJET, SEUL,
ou le EST demeure, le Soi est E-vident par Lui-Même.

Notre Véritable état : la Félicité dans la Vacuité (1)
Si le Vi(d)e ou PANique survient : À QUI SURVIENT-IL ?
Interrogation qui peut se nommer « Éveil ».
 
« Le mental sattvique [pur] est, en fait, la conscience absolue. L’objet vu et celui qui voit finissent par se fondre l’un dans l’autre et seule demeure, suprême, la conscience absolue. Ce n’est pas un état de shûnya (vide) ou d’ignorance. C’est le svarûpa, le Soi réel. Certains disent que le mental s’élève en premier de la Conscience, suivi par la conscience réfléchie (âbhâsa). Pour d’autres, l’âbhâsa s’élève d’abord, suivie par le mental. En fait, les deux sont simultanés ». (Ramana Maharshi, entretien 68 du 21-7-1935).

- 1. Le sat, l’Être dans l’individu, est mis en évidence par le jeûne [aussi au sens de Putréfaction ou Renoncement].
- 2. Cet Être (sat) est identique en tous, comme le miel recueilli de différentes fleurs.
- 3. Il n’y a pas de différence dans le sat des individus, ainsi que le montre l’état de sommeil profond. Alors se pose la question : puisqu’il en est ainsi, pourquoi chacun de nous n’en a pas connaissance durant son sommeil ?
- 4. Parce que l’individualité a disparu. Seul le sat perdure. Exemple : les rivières se perdent dans l’océan. L’individualité, une fois disparue, le sat reste-t-il ?
- 5. Assurément, un arbre émondé repousse. C’est un signe certain qu’il est en vie. Mais le sat existe-t-il dans cet état de sommeil ?
- 6. Oui, prenez le cas du sel et de l’eau. La présence du sel dans l’eau est subtile ; bien qu’invisible à l’oeil, elle est reconnue par d’autres sens. Comment peut-on le reconnaître ? Quels sont les autres moyens ?
- 7. Par l’investigation. Comme l’homme perdu dans la forêt de Gandhâra et qui rejoint sa demeure.
- 8. Dans l’évolution comme dans l’involution, dans la manifestation comme dans la résorption, le sat seul existe. Tejah parasyâm devatâyâm (la lumière s’immerge dans le Suprême) [ChU VI. 10].
- 9. Un homme insincère se brûle au cours de l’épreuve du feu. Son absence de sincérité est dévoilée par le feu. La sincérité est évidente en soi. Un homme sincère ou un homme qui a réalisé le Soi reste heureux sans être affecté par de fausses apparences (à savoir, le monde, la naissance et la mort), alors que l’homme non sincère ou l’ignorant en souffre.
(Ramana Maharshi, entretien 105 du 28-11-1935).

POUR-VOIR = LE DRAME HUMAIN (le pouvoir), avec la
différence que l’Être réalisé de son vivant ne
voit pas le monde séparé du Soi, c’est-à-dire
QU’IL NE SORT PAS DE  L’UNIVERS : IL EST L’UNIVERS.
Si bien que la connaissance par l’humain de sa
Vraie Nature est impossible puisque toute SCIENCE
naît du dialogue sujet-objet, et l’humain étant
Lui-même l’Univers, la globalité de l’ex-istant :
« Je suis ce JE SUIS », LE UN, IL L’EXISTE PAS
conformément à l’entretien 264 du Maharshi,
parce que, COMME DIEU OU « COMME SI », IL
EST EN DEHORS, ou plutôt NI DEDANS NI DEHORS DE
SA CRÉATION-NAISSANCE, SANS RACINE DU MAL (2).
Ce qu’on appelle L’ÊTRE n’est que l’ex-istant.

« Tourner le mental vers l’intérieur est le plus important. Les bouddhistes considèrent que la prise de conscience du courant de la pensée ‘je’ [ego] constitue la Libération ; là où nous disons qu’un tel courant provient du substrat sous-jacent, la seule Réalité.
Pourquoi devrait-on méditer sur « Je suis le brahman » [Être suprême, qui sera repris par les ignorants au pouvoir dans le 1789 français appelé ”république universelle” sous la forme du ”citoyen”, l’actuel consommateur] ? Seule l’annihilation du ‘je’ est Libération. Mais on ne peut y parvenir qu’en gardant le ‘je’-‘je’ toujours en vue. C’est pourquoi l’investigation sur la pensée ‘je’ est nécessaire [le Retournement de la lumière (3)]. Si on ne lâche pas le ‘je’, aucun vide ne peut se présenter au chercheur [notamment pendant la méditation]. Autrement, la méditation conduit au sommeil.
Il n’y a qu’un ‘je’ tout au long du chemin et ce qui s’élève de temps en temps est la fausse pensée ‘je’ [le possessif, l’opinion]. Alors que le ‘Je’ intuitif brille toujours de sa propre lumière, avant même que le faux ‘je’ ne se manifeste.
La naissance du corps physique n’est pas la naissance de chacun. La naissance de l’ego est la vraie naissance [celle qui va former, par exemple, la ”société”].
Quant à la libération, il n’y a rien de nouveau à gagner. Elle est l’état originel qui demeure toujours inchangé ». (Ramana Maharshi, entretien 139 du 19-1-1936).

LA VRAIE DEMEURE.
« La méditation sur le nâda [son subtil accompagné par une lumière, terme tantrique] est l’une des méthodes recommandées. Ses partisans prétendent qu’elle possède une vertu toute particulière. Selon eux, elle est la méthode la plus facile et la plus directe. De même qu’un enfant s’endort au chant d’une berceuse, ainsi le nâda apaise au point de provoquer le samâdhi [absorption totale dans la contemplation, transe]. Ou bien, tout comme un roi dépêche ses musiciens pour accueillir son fils au retour d’un long voyage, le nâda mène agréablement l’adorateur dans la demeure du Seigneur [au sens par exemple d’Ibn’Arabi]. Le nâda favorise la concentration. Mais une fois que le son a été perçu, la pratique ne doit pas rester une fin en soi [sinon ce serait une SAISIE, UNE FIXATION ou COAGULATION]. Le nâda n’est pas l’objectif. On doit s’agripper au sujet, sinon l’on aboutit à un vide. Car, bien que le sujet soit encore présent dans ce vide, il ne serait plus conscient de la cessation des différents nâda. Pour rester conscient, même dans ce vide, il faut se rappeler son propre Soi. La (nâda-upâsanâ (la méditation sur le son) est une bonne discipline ; mais elle est encore meilleure associée à l’investigation (vichâra). Dans ce cas, le nâda est chinmaya et aussi tanmaya (constitué de Connaissance et du Soi). Le nâda facilite la concentration ». (Ramana Maharshi, entretien 148 du 27-1-1936).

« Vous êtes toujours dans le Soi – maintenant, en transe, en sommeil profond ou en état de Réalisation. Si vous lâchez le Soi et vous identifiez avec le corps ou le mental, ces états semblent s’emparer de vous et cela ressemble au vide de la transe, etc. ; alors que vous êtes le Soi et que vous êtes éternellement présent ». (Ramana Maharshi, entretien 159 du 12-2-1936).

« Soyez ce que vous êtes. Il n’y a rien qui doive descendre ou se manifester [pas de messie (4)]. Tout ce qui est demandé est de perdre l’ego. Ce qui est est toujours là. Même en cet instant, vous êtes Cela. Vous n’en êtes pas séparé. Le vide mental, c’est vous qui le voyez. Vous êtes là pour le voir. Qu’attendez-vous ? La pensée « je n’ai pas vu », l’attente de voir et le désir d’obtenir quelque chose, sont tous l’oeuvre de l’ego. Vous êtes tombé dans les pièges de l’ego. C’est l’ego qui dit tout cela, et pas vous [le scribe de la page souligne].
Soyez vous-même et rien de plus ! »
(Ramana Maharshi, entretien 183 du 13-3-1936).

SALARIAT OU COLLABORATEUR = DIALECTIQUE MATÉRIALISTE HISTORIQUE = LA COPRODUCTION CONDITIONNÉE : attacher un Instant à un autre Instant et que ça formerait l’histoire, genre : ”Ceci étant, cela est”, soit la cause-effet, comme : ”Ceci n’étant pas, cela cesse”, donc l’antithèse de l’idée d’être Soi-Même, ainsi par l’histoire, par la f(r)iction les êtres sont conditionnés, soumis, CE SONT DES PRODUITS, DES OBJETS : manger, chier, inspiration, expiration, opinionner…. BREF, LE CAUSISME, LA MANIFESTATION OU LE SPECTACLE.
HISTOIRE-F(R)ICTION  = ÊTRE SOUMIS AU MESSIANISME, SOUMIS AU DEVENIR, SOUMIS À LA FLÈCHE DU TEMPS.

Notes.
1. Nostre État ou Vraie Nature étant la FÉLICITÉ, le monde du travail-salariat ne devait pas exister, C’EST LUI L’ENFER SUR TERRE, DÉSIGNER PAR LE TERME : « GAGNER SA VIE », comme s’il s’agissait de « gagner au Loto » !

Vacuité le Saint Chaos, le Temps sacré ou sans espace-temps, à exemple du soubresaut avorté de la période autour des années 1960-70 avec le monde HIPPIE (refus de la société de consommation et de cette société technologique aliénante).
RETROUVER LE TEMPS SACRÉ, LE SAINT CHAOS, en une IMPLOSION dérivée des années Hippies : tous les salariés ou « collaborateurs » des industries des multinationales du capital SE METTENT À RÊVER ÉVEILLÉS SUR LE TAS, DANS LEURS « OPEN-SPACE », DANS LEUR « TÉLÉ-TRAVAIL ». TERMINER LE SALARIAT : DU RÊVE, DU DÉLIRE, DE L’ORGIE, UNE FÊTE DIONYSIAQUE SURGIRAIT COMME PANique des abîmes de l’homme-machine déjà injecté transhumaniste et se propagerait de salarié en salarié entraînant peu à peu jusqu’aux grands syndicats collaborateurs de l’État et des grands patrons dans la monstrueuse saturnale qui transformerait l’Occident industriel et jusqu’a Japon tout aussi industriel en un gigantesque asile d’aliénés autres que les aliénés qu’ils sont tous déjà devenus à cause de cet enfer de civilisation, de cet A-vide. Et les soignants de cet ASILE MONDIALISÉ seraient les ”primitifs” tant opinionés par les ”civilisés” !

2. Comme le signalait en son temps Mazu Daoyi (709-788), un des grands maîtres chan (Zen) où il décrit l’essentiel de la vie ici-bas : l’Instant : « Ce qui m’interroge à l’Instant présent constitue ton trésor. Toutes choses sont parfaites en soi, rien ne manque. Utilise-les spontanément, à quoi bon rechercher vers l’extérieur [s’il n’y a pas de loi à l’extérieur, il n’y en a pas non plus qui puisse être saisie au-dedans de vous-même] ».

- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou Eucharistie. Mais ATTENTION, il y a deux racines du mal, tout symbole est double].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14)

3. « Lorsqu’on utilise cette technique pour la première fois, on a l’impression d’un non-être dans l’être. Mais une fois le travail achevé, quand on a un corps au-delà du corps, on a l’impression d’un être dans le non-être [le « sentiment océanique » de Jean Coulonval, dans Synthèse et Temps Nouveaux] ».
« Ce n’est qu’au bout de cent jours de travail concentré que la lumière est réel, qu’elle est le feu du mental. Car au bout de cent jours, la lumière jaillit spontanément : de même que le rapport entre une femme et un homme forme l’embryon, soudain, d’un point d’authentique énergie positive, surgit une perle. Il convient de l’observer, calmement, tranquillement. Le retournement de la lumière est le processus de « mise à feu ». […] La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le soleil, la lune et toute la Terre participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du ciel et de la terre emplit l’univers, la Lumière d’un seul Être s’étend naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit si clairement le Secret de la Fleur d’Or. Centrum Centri, se concentrer là-dessus « pour passer la Porte [Stargate] », pour vivre le Point Focal…
Riplée (Ripley) définit la Putréfaction, la mort des corps et division de la Matière, comme la conduisant à la division, donc au démontage, soit LA CORRUPTION SUIVIT DE LA GÉNÉRATION (voir plus bas la recomposition de la Barque du Passeur (a)) : « La Putréfaction est l’effet de la chaleur des corps entretenue continuellement, et non d’une chaleur appliquée manuellement. Il faut donc se donner garde de pousser la chaleur excitante et extérieur au-delà d’un degré tempéré : la matière se réduirait en cendre sèche et rouge, au lieu du noir, et tout périrait », dit fort à propos Dom Antoine-Joseph Pernety à l’article Putréfaction dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique.

a. La MAIN VIVE EST DU THÈME DU PASSEUR, DU PONTIFE, CELUI QUI FAIT PASSER LE PONT, CELUI QUI OUVRE, comme l’Égyptien ancien qui arrivé à un cours d’eau aurait besoin de le traverser, il appellerait alors un passeur et lui demanderait de lui amener la barque et de le faire traverser, comme le Pontife, comme la Main vive ou la Main Ouverte (rien à cacher).

4. L’Ainsi-Venu NE DOIT PAS ÊTRE CONFONDU AVEC LE MESSIE JUIF OU MASHIA’H, LE MESSIE OU LE BOUDDHA N’EST PAS UNE PERSONNE EN CHAIR ET EN OS ET NUL N’EST LE MESSIE, LE MASHIA’H, LE CHRIST OU LE BOUDDHA !!! S’IL « ARRIVE », C’EST UN FAUX, C’EST UN POUR-VOIR DANS LE PRINCIPE DES « PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE », CONFORMÉMENT À L’IGNORANCE DE L’AVERTISSEMENT TRADITIONNELLE (« NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT », LA PARADE, LA POMPE, LA DIALECTIQUE HISTORIQUE SPATIO-TEMPORELLE, CROQUER LA POMME OU CONSOMMER, SUCCOMBER À LA LOI DE SUCCION, LE PLOMB, SATURNE).
 
 

Dernière mise à jour : 28-11-2023 12:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >