Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Préjugé = croyance-opinion matérialisme et loi de succion
Préjugé = croyance-opinion matérialisme et loi de succion Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-12-2023 14:53

Pages vues : 292    

Favoris : 92

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Pierre, Pont, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
porte_du_soleil_tiwanaku0_gategate.jpg
 
 
Préjugé = croyance-opinion matérialisme et loi de succion
Le temps, ou même la lune, ou même la ”vitesse de la
lumière”
, existent-ils si personne ne les regarde,
ne les mesure, donc si AUCUNE CONSCIENCE ou ”raison”
du siècle des loupiotes françaises ne les regardent ?
Et quel bruit fait un arbre qui tombe, si personne n’est
présent pour l’entendre et donc pour le fabriquer ?
 
 
Quelle était la ”vitesse de la lumière” quand vous dormiez en sommeil profond et ainsi que voulait dire le mot « monde » et son espace-temps ?
Comment pouvez-vous fabriquer la constante ”monde” et celle de ”la vitesse de la lumière” quand vous dormiez ? Et d’où peut provenir cette ”lumière” ?
IL FAUT NÉCESSAIREMENT UNE PERSONNE POUR FABRIQUER LE « TEMPS » ET « LE MONDE », BREF, LE SPATIO-TEMPOREL, L’OPINION : le monde étant constitué d’une acquisition d’informations, d’opinions, selon le conventionnel, qui s’accorde pour reconnaître ou FAIRE que c’est « la réalité ». Ce qui renforce la croyance au corps-mental, son interaction physique et la croyance au spatio-temporel qui fait qu’une « perception » demande un mental (LOI DE SUCCION) et le sens de la vue, donc demande une loi de succion vulgaire ou une dualité sujet-objet. Or, NOUS SOMMES L’UNIVERS, on n’en sort pas comme si on devait être le sujet voyant l’objet Univers et plaçant ainsi entre sujet et objet un ESPACE-TEMPS quel qu’il soit !!!
« Il n’est pas vrai qu’il y ait eu un temps où je n’étais pas, ni toi, ni ces rois des hommes ; il n’est pas vrai non plus qu’aucun de nous ne doive jamais, dans l’avenir, cesser d’être » (Bhagavad-Gîtâ II,12).
Pas de meilleur que le mental de l’humain pour faire CROIRE, DONC POUR FAIRE VENDRE-ACHETER : Si après avoir dit à une personne qu’on allait la toucher avec un objet brûlant, on pose sur son bras un simple crayon à papier, sa peau peut facilement présenter des traces de brûlure.
Le mental humain de plus en plus engorgé est préparé par l’hypnose à percevoir son environnement d’une certaine façon, comme de nos jours de CHANGEMENT DE VÊTEMENTS DU CAPITALISME par le MOT MAGIQUE : « TRANSITION » (énergétique, et de ceci et de cela et du COVIDISME PASSÉ ET À VENIR en forme de contrôle des masses). Ce à quoi s’attend le mental déclenche par loi de succion vulgaire ou pesanteur du PLOMB, une réaction visible au niveau des cinq sens du mental-corps. Si bien que les sens du mental détermine et mine la manière de fabriquer et donc d’appréhender ”le monde”.

LOI DE SUCCION VULGAIRE = RÉALITÉ FABRIQUÉE PAR CE QUE LE MENTAL ATTEND À POUR-VOIR. Ça s’appelle l’opinion, le CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE-CRÉANCE : voir la réalité selon ce que la loi de succion fait attendre à re-ce-et-voir.

LOI DE SUCCION VULGAIRE = ILLUSION DE LA CAUSE-EFFET : LE TEMPS OU ÉVÉNEMENT NE SE PRODUIT QUE S’IL Y A UNE PERSONNE POUR LE VOIR ET AINSI LE FABRIQUER SOUS LE NOM « EFFET » (ou objet du sujet). Bref, le temps ou l’évènement ne se produit qu’en présence d’une conscience.
C’EST LE SENS DE L’ABSENCE DE LA DUALITÉ ET RACINE DU MAL; LE DEDANS-DEHORS (1).
« Il n’est rien en ce monde qu’il puisse gagner par l’action qu’il accomplit, et rien non plus par l’action qu’il n’accomplit pas ; il ne dépend aucunement de toutes ces existences, pour rien [qui soit à gagner] » (Bhagavad-Gîtâ III,18).

En sens diamétralement opposé, en physique socialiste ou conventionnelle (dite ”physique classique”), tout procède dans le bédarrisme judéo-maçonnique spéculatif (2), par le ”Comme si” ou le ”On fait semblant”, comme les images qui défilent dans un film forment un plan puis une séquence, et tout semble se tenir ET ON Y CROIT, ON FAIT SEMBLANT SOUS LA PRESSION DU SOCIAL ET DU TIROIR-CAISSE (puisqu’on paye pour le spectacle).
Le monde actuel du tiroir-caisse fonctionne ainsi : plein de petites vérités ou d’infos récoltées un peu partout, pour en former une grosse et qu’alors ce serait « la Vérité » (modèle ”plénum cosmique”), en somme : L’INDIVIDUALISME TOTAL : examiner, numériser, identifier toutes les parcelles-molécules possibles du monde pour CROIRE CROIRE, appelé : « objectivité ». Laquelle, comme le DEDANS-DEHORS, N’EXISTE ÉVIDEMMENT PAS  !!

Heureusement que la VÉRITÉ est INCONNAISSABLE À JAMAIS, car si c’était le contraire, depuis des millénaires des milliers de générations souffriraient beaucoup tout au long de leur vie….

LE MONDE N’EST QU’UNE CONSTRUCTION MENTALE LIÉE À NOS CINQ SENS, ET À NOS MÉMORISATIONS, C’EST-À DIRE À NOTRE MORT AVANT MÊME D’AVOIR VÉCU UNE SECONDE !
SEULE LA CONSCIENCE, À L’ÉTAT DE VEILLE SEULEMENT, FABRIQUE LE MONDE.
ET ACTUELLEMENT, SI VOUS NE VOULEZ PAS ÊTRE BOUFFÉ PAR LA CONSCIENCE MONDIALISTE DES ATTALI, BILL GATE, DU COMMERÇANT DANS LE THÈME DU MACRON-LIBÉRALISME-SALARIAT-OBJET : JACQUES DELORS (qui vient de crever fort vieux : il est ”piqué”…), D’UN POUTINE, D’UN ROTHSCHILD ETC. ET DE LEUR MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN ET MONDIALISTE en ”Vivre ensemble”, accompagnés de leur ”intelligence artificielle”, de leurs vaisseaux tôles-et-boulons et de leur ”nouveau monde”, IL RESTE L’UNIQUE SOLUTION : L’OUROBOROS UNIVERSEL : LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE :

« Demandez-vous alors si vous n’êtes pas le même ‘je’ dans le sommeil (profond) et dans les autres états (rêve et veille). Existe-t-il deux ‘je’ ?
Vous êtes toujours la même personne. Alors, lequel des deux est le ‘je’ réel, celui qui apparaît et disparaît ou celui qui est là en permanence [dans l’Instant ou Ici et Maintenant] ? Ainsi vous découvrirez que vous êtes le Soi.
C’est ce que l’on appelle Réalisation du Soi.
La Réalisation du Soi n’est pas un état qui vous est étranger ou qui est loin de vous et que vous devez atteindre. Vous êtes toujours dans cet état. Vous l’oubliez et vous vous identifiez au mental et à tout ce qu’il crée.
Vous devez simplement cesser de vous identifier au mental. Nous nous sommes identifiés depuis si longtemps au non-Soi qu’il nous est difficile de considérer que nous sommes le Soi [le ‘Je’-‘je’].
Ce qu’on entend donc par Réalisation du Soi n’est rien d’autre que RENONCER [
PUTRÉFACTION] à cette identification au non-Soi. Comment réaliser, rendre réel le Soi ? Nous avons réalisé, considéré comme réel, ce qui est irréel, le non-Soi. Abandonner cette fausse réalisation est la Réalisation du Soi. […] Tout le monde recherche uniquement ce qui lui procure le bonheur [la loi de succion ou attraction ”universelle” copiée par Newton]. Pensant que le bonheur vient de tel ou tel objet [donc du DEHORS], vous cherchez à obtenir cet objet [racine du mal Dedans-Dehors et tentative de ”sortir” de l’Univers et évidemment COMMERCE]. Voyez d’où vient réellement le bonheur, y compris le bonheur qui vous semble provenir des objets des sens [et du capitalisme]. Alors vous comprendrez que la seule source du bonheur est le Soi [Instant, le Blanc du Silence…] et vous demeurerez à jamais dans le Soi ». (Ramana Maharshi au jour le jour, 17-8-1946)
.

L’Alchimie authentique se définie par un seul mot :  « PUTRÉFACTION ». (La Clef du Secret des Secrets, de Nicolas Le Valois, Alchimiste né en 1494 et qui fit construire à Caen, entre 1530 et 1540, l’hôtel d’Escoville).
« Car par icelle Putréfaction, la Nature se convertit et change de forme, et nul changement ny mutation ne peut faire d’aucune chose qui soit au Monde que par la Putréfaction. C’est l’Eau mystique des Philosophes, qui est vile en toutes choses, et sans laquelle rien ne s’engendre [PUTRÉFACTION, AUSSI APPELÉE À JUSTE TITRE « FLÉAU » (ou chez Nephtys : ”Eau de Mort-Colle”, opposée au ”L’Eau de vie” d’Isis qui discrimine, qui ”pique” ; les deux faces du même symbole)]. Et si l’on me demandoit le moyen de faire la Pierre comme aussy toute autre chose, tu pourras enseigner par icelle parole : PUTRÉFIE. Car sans icelle Putréfaction rien ne se fait, et icelle seule suffit. Ainsi ne cherche autre chose, mais qu’à icelle tu puisses parvenir… » (Page 220-221, La Clef du Secret des Secrets, édit. La Table d’Émeraude, Paris, 1992).

« Le moksha [Libération] consiste à savoir que vous n’êtes jamais né. « Reste tranquille et sache que je suis Dieu ».
Rester tranquille veut dire ne pas penser. Ce qu’il faut, c’est savoir et non pas penser ». (Ramana Maharshi, entretien 131 du 6-1-1936).
Ainsi le SILENCE EST-IL LA VRAIE PAIX, LE CALME EN MOI, LE SILENCE EN MOI.
LA PAIX EN MOI, LE SILENCE EN MOI.
PAIX EN MOI, CALME EN MOI, SILENCE EN MOI.
NOËL ou PREMIER DE L’AN DEVRAIT BIEN SIGNIFIER SILENCE (d’ailleurs certains rompent le silence en parlant de ”trêve”).


PUTRÉFACTION OU FLÉAU, DIA-BLE = PIQUE ou TRAVERSE-TRANSPERCE COMME LE FEU,  ou TRANSPERCE COMME LA « CHALEUR INTIME » OU CELLE DU FOYER (Centrum Centri ou Point focal) ; où ni l’œil ni la main ne va, la chaleur comme l’intuition s’insinue comme en supprimant la racine du mal (1).
Alors que le conventionnel pépère rassure et conforte comme une femme (de maison, évidemment pas une actuelle bobonne d’affaires, à ce hui c’est le spartphone qui conforte et qui remplace le ré-confort féminin) : ce conventionnel pépère s’efforce de concilier les « faits » avec la théorie à la mode : une palanquée de petites vérités ou de foi récoltée et partagée en opinion, en conventions par les salariés chercheurs ; et ce qui ne rentre pas dans la théorie sera qualifié de ”terroriste” comme dans le sens d’”anomalie”, parce que ça MENACE le confort pépère des résultats PERMETTANT LE MESSIANISME : PROJETER, PRÉVOIR, OU OPINIONER, PRÉVISIONNER ou POSSÉDER.
C’est pourquoi ce qui sort de la norme du moment sera traité de ”terroriste” en matière d’opinion politique, et d’”aberration” en matière d’opinion scientifique.

La PIQUE DU FEU ou de PUTRÉFACTION chez Jean de la Croix, dans La Nuit obscure, identique à PANique : « Ces luttes et ces combats sont terribles, parce que la Paix que l’on attend doit être très profonde ; et si  la douleur spirituelle est également intime, pénétrante, pure, c’est parce que l’Amour que l’on doit acquérir doit être très élevé et très pur. Plus l’œuvre doit être parfaite et brillante, plus aussi son travail doit être fini et soigné ; un édifice est d’autant plus solide qu’il repose sur de meilleurs fondements » (La nuit obscure, chapitre V).
Et Jean de la Croix poursuit au même chapitre, plus loin, dans le sens que la cause ne doit pas être une cause, ou qu’elle soit une CAUSE-PUTRÉFACTION, une VRAIE DEMEURE SANS DEMEURE : « Il faut donc tout d’abord que d’une manière générale elle se voie et se sente éloignée, privée, dénuée de tous ces biens et étrangère à ces biens. Elle doit se regarder comme en étant si éloignée qu’elle n’y parviendra jamais et que le bonheur est fini pour elle. C’est encore là ce que Jérémie nous fait comprendre quand il dit : « J’ai perdu le souvenir du bonheur ».

Plus loin, Jean de la Croix exprime le sens du mot PANique dans le sens de la pénétration de la LUMIÈRE DE PERFECTION, la PIQUE et ça fait mal : « Or quand cette lumière investit l’âme, pourquoi commence-t-elle par produire en elle ces effets si pénibles et si étranges dont nous venons de parler ? Il est facile de répondre à cette difficulté, en répétant ce que nous avons déjà expliqué en partie. La cause ne vient pas de ce que la contemplation ou l’infusion divine produise par elle-même de la peine ; elle apporte, au contraire, une abondance de suavité et de délices dont l’âme ne tardera pas à jouir. La cause de ces souffrances vient de la faiblesse et de l’imperfection où l’âme se trouve alors, ainsi que de ses dispositions qui sont opposées à la réception de telles faveurs. Voilà pourquoi, lorsque l’âme reçoit cette divine Lumière, elle doit éprouver les souffrances dont nous avons parlé ».
Lumière ou DANS L’INSTANT, est projeté dans la conscience vulgaire le BLANC de l’Instant formé des Couleurs de l’Arc-en-Ciel, d’où le mot PANique : le Tout dans l’Instant et ça fait de la douleur immense : la PANique.
« Comme les étoiles, les mouches volantes ou la flamme d’une lampe,
Comme une illusion magique, une goutte de rosée ou une bulle,
Comme un rêve, un éclair ou un nuage :
Ainsi devrait-on voir tous les phénomènes conditionnés (soumis) »
(Soutrâ du Diamant 32).
Idem à la Stance 17,31-33 de Nagarjuna : « De même que le Maître [le jnani ou Libéré vivant] par son pouvoir miraculeux [le Zéro Indien], crée un être magique [Adam par exemple, ou un big bang] et que cet être magique, magiquement créé, en crée un autre [le ”Croissez et multipliez” tel le FRUIT) à son tour, de même que l’agent se présente comme un être magique, et l’acte accompli par lui est comme un deuxième être magique créé par le premier [une copie, un socialisme, une fractale].
Passions, actes, agents, fruits ressemblent à une ville de génies célestes, sont pareils à un mirage, à un songe ».
De ce fait, Dieu et l’homme sont du domaine du ”COMME SI”, comme LE JEU D’ENFANT : « On fait comme si le loup y était », afin de se CRÉER UNE PEUR, UNE SOUMISSION-FICTION-FRICTION comme dans le cas du judaïsme et de l’islamisme, UNE CAROTTE-MESSIE POUR AVANCER, UN SCÉNARIO, UNE HISTOIRE-ESPACE-TEMPS : un monde ni réel ni irréel, CAR DE L’ORDRE DE L’ILLUSION : ON FAIT ”COMME SI”, tout SEMBLE COLLER, OU TOUT SEMBLE SE COAGULER UN MOMENT (Quand une magie parle, toutes les magies parlent, et quand un se tait toutes se taisent). Donc ON FAIT SEMBLANT D’Y CROIRE….


Nostre monde interne N’EST PAS UN MONDE D’IMAGES SUCCESSIVES à la façon de la stance 17,31-33, comme une SUCCESSION D’INSTANT EN INSTANT OU SUCCESSION D’IMAGES QUI FONT QUE « TOUT SE TIENT », ou « ON Y CROIT », donc un fonctionnement mental EN SÉQUENCES, EN SPATIO-TEMPOREL et quelque soit la « vitesse » des neurones ou de la machine à ”intelligence artificielle”. Cette vision du « réel » est spatio-temporel puisque vu d’un certain point de vue, qui formera avec d’autres point de vue, un « monde » (d'opinions, de conventions).
LA VRAIE « VISION » EST EN ALEPH : DEPUIS PARTOUT, SANS EXCEPTION. Cela semblera étrange voir impossible tellement NOUS SOMMES HABITUÉS À « VOIR » OU À POUR-VOIR EN SÉQUENCE DEPUIS UN POINT PRÉCIS DE L’ESPACE-TEMPS, comme si le cerveau était situé dans ce point précise, localisé dans l’espace-temps, dans cette dualité jour-nuit !!! ET ÇA É-TOUR-DI !


Bien-sûr en ALEPH on ne « voit » pas réellement mais on acquière plutôt de l’information (comme procèdent les Google et autres ”intelligence artificielle” croyant POSSÉDER LE MONDE).
VISION EN ALEPH, ou depuis le TOUT = INFORMATIONS EN PARALLÈLE, SANS LE SECOURS DU CORPS MENTAL, et non plus en séquences comme l’énonce la stance 17,31-33 cité plus haut.

De là EST L’AMOUR GRATUITÉ : l’information EST , ou LA RÉALITÉ EST , qu’il y ait ou non une forme de vie pour l’utiliser par sa naissance. L’Amour Gratuité ou le Soi est LÀ : rien n’est transporté comme un objet ou une info vers le sujet. C’est ici qu’on peut parle du « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi). L’INFORMATION N’EST PAS UN OBJET, UNE POSSESSION, ELLE EST SEULEMENT UNE SIMPLE POTENTIALITÉ À L’IMAGE DU « N’EST PAS X » :

POINTER : si l’on pratique utilitarisme de la formule : « N’est pas X », l’ouverture vers le TOUT ou vers l’Éveil est possible, il n’y a plus la tyrannie de l’opinion qui tente de SAISIR, de POSSÉDER par l’ego, alors les choses ne sont plus que des POINTES ou dé-signations : pion de jeu qui pique, sicotise (voir plus bas) ou qui pointe une marque, comme « LES DÉS SONT JETÉS ».
Donc dans la forme analogique (en continu, alors que le spatio-temporel fonctionne en discontinu) du « N’EST PAS X », tous les possibles ne sont pas limités puisque les choses ne sont que de simples POINTAGES (tha-snyad en tibétain pour ”désignation”), alors ces choses désignés ne sont plus des possessions ou opinions car elles sont dépourvues d’être en, et par soi, ce qui s’approche en fait du FLÉAU, et de « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
C’est-à-dire que comme l’indique et le résume le Yoga Vasistha : « L’apparence de ce monde est une confusion ; de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer » (YV I, 3).
Le Soûtra du Diamant dit la même chose :
« Comme les étoiles, les mouches volantes ou la
flamme d’une lampe,
Comme une illusion magique, une goutte de
rosée sur une bulle,
Comme un rêve, un éclair ou un nuage :
Ainsi devrait-on voir tous les phénomènes
conditionnés ».
Quand il n’y a rien à expliquer et donc à saisir, à com-prendre, la Vraie Paix existe réellement.
Et ci-dessus, le concept de « phénomène » n’est pas une opinion mais simplement une pique, UN VACCIN (qui est un démarquage du principe de l’Homéopathie), une désignation. De là ça rejoint l’HOMÉOPATHIE, l’ACUPUNCTURE ET LES PETIOTES CHOUSES de Cyprian Piccolpassi Durantoys : Les trois Livres de l’Art du Potier (l’ARGILE ADN comme catalyseur pour les processus de combinaison des acides nucléiques : ADN, ARN… L’ARGILE ADN).
L’Homéopathie utilise les petiotes chouses : les pointes ou HAUTES DILUTIONS, à tel point qu’il n’existe plus de matière de molécule présente dans une préparation, mais SEULEMENT SON « ESPRIT » (voir la MÉMOIRE DE L’EAU du médecin homéopathe Jacques Benveniste), comme le FEU est un ESPRIT ou : « un vent de Dieu tournoyait sur les eaux » comme l’illustre la Genèse 1, 2.

Genèse 1, 2 : n’est-ce pas plutôt : « un vent de L’HOMME tournoyait sur les eaux » ? (De l’homme du « futur » enfin re-trouvant ses Eaux Primordiales…..)

UNE PIQUE, SICOTISÉ, UN VACCIN : tous les vaccins sans exception sont des artifices dans le corps ainsi « sicotisé », piqué d’un coup de « poignard » (sicaire, du latin sicarius, de sica : poignard. Sicaire ou tueur à gages) et à ARN MESSAGER TRANSHUMANISTE.


Notes.
1. - Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion vulgaire à distinguer de la Vraie Loi de succion ou Eucharistie, mais ne pas tomber dans la gloutonnerie spirituelle qui existe aussi, c’est-à-dire ne pas tomber dans LA FIXATION OU COAGULATION D’UNE SPIRITUALITÉ COMME FIN EN SOI OU COMME « FIN DES TEMPS » !].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14)

2. « Si vous voulez un livre qui soit à la mesure de notre temple, faites-le avec ce qu'il y a de plus sage, de plus pur, de plus saint, de plus héroïque, de plus noble, de plus culturel, de plus beau, dans tous les livres qui servent de guide à la vie de l'Esprit, dans ceux qui ont servi et servent encore de flambeaux aux consciences dans leur marche vers la perfection toujours fuyante; adressez-vous à tous les pasteurs d'âmes, qu'ils se soient donnés comme représentants de la Divinités ou de la Raison... Des profondeurs des ténèbres primitives la pensée humaine a marché peu à peu vers une lumière toujours plus grande : en des langages divers l'Esprit a tracé les annales de son progrès... N'ayez pas peur de les rapprocher, de les confronter, de les exalter les unes par les autres ; au contraire, vous avancerez ainsi dans la direction de la « Parole Perdue » (3).

Jules Boucher, qui fait cette citation dans sa « Symbolique maçonnerie », cite les textes qui pourraient être rassemblés dans ce livre :

Pour l'antiquité judéo-chrétienne = la Bible.
- l'Égypte = le Livre des Morts
- Chine = Chou-King Y-King ... etc.
- Inde = Manava-Dharma-Sastra - Les Védas - Upanishads - etc.
- Islam = Coran
- Perses = Zed-Avesta
- Scandinaves = Edda

Ainsi, la maçonnerie aussi a des problèmes d'œcuménisme. Certes, il y a en toute civilisation, en toute religion un fond de connaissance métaphysique véritable. On peut comparer cette connaissance, si elle est intégrale, à un polyèdre dont chaque religion qui préside chaque civilisation n'a vu qu'une face et en vit. Le maçon que j'ai cité voudrait reconstituer et voir simultanément toutes les faces du polyèdre et c'est en cela que, selon lui, est la vraie religion. Mais c'est celle de Lucifer, celle du voyeur, non celle qu'à annoncée le Christ: « Lorsque viendra l'Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière ». (Citation de Matagrin, page 44). La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus 'que le total des parties.

Quand j'eus compris qu'aucun peuple, aucun individu, ne peut échapper à la nécessité de la religion qui n'est autre que le besoin incoercible de trouver à l'existant un centre immuable qui ne peut que se situer au-delà de l'espace et du temps, le problème s'est posé de savoir quelle religion est la vraie religion. Le christianisme est affublé d'un isme aussi bien que l'islamisme, le bouddhisme, l'hindouisme, etc. Le « ism » indique le système, le « truc », la construction raisonnée, et je n'avais aucune raison d'opter pour un isme religieux à la convenance de mes sentiments qui n'aurait été rien de plus qu'une « opinion religieuse ». Or, ce dont je cherchais à m'évader, c'était de ce mode d'intellection qu'on appelle l'opinion, et j'y étais conduit par le constat de la vanité des opinions politiques qui conduisent toutes à des impasses logiques, à des apories. Aucune opinion, politique ou religieuse, ne satisfait l'esprit, ne peut donner là Paix ».
(Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, extrait de la lettre 38, le 15-10-1976).

3. MYTHE JUDÉO-MAÇONNIQUE DE ”LA PAROLE PERDUE” : RACHETER LE PARADIS PERDU (La mise en valeur du temps chère à la paroisse de Jacques Attali).
« Puisque nous ne comprenons même pas ces consonnes-là [celles du Nom Divin], il faut encore substituer un secret à cette partie du Nom Divin. « C’est pourquoi on remplaça chaque occurence du nom Yahvé, lors de la lecture de la Loi, par le nom Adonaï - qui signifie « mon Seigneur » ; le mot moderne Jéhovah utilise, quant à lui, les consonnes J H V H et y intercale les voyelles provenant du mot Adonaï. La tradition attend avec impatience l’ère future [le messianisme, le projet-projection et nécessairement un mondialisme] où les conditions seront réunies pour rétablir l’authentique méthode de prononciation [donc utilisation du mental], l’homme rejoignant ainsi le Dieu dont il est issu, et pouvant prononcer le Mot dans toute sa puissance pour commander aux forces latentes dans sa propre divinité ». (Rites mystiques antiques - Une brève histoire de la Franc-Maçonnerie, Charles W. Leadbeater, pages 114-115).
 
 

Dernière mise à jour : 28-12-2023 15:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >