Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le lien entre le langage et la violence apparaît
Le lien entre le langage et la violence apparaît Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-06-2024 22:05

Pages vues : 160    

Favoris : 35

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dieu, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
comme_si_ailleurs.jpg
 
Le lien entre le langage et la violence apparaît
très clairement dans la grandiloquence de l’État
et ses « valeurs » (républicaines) : l’écriture
politique est par essence OUTRANCE verbale aussi
routinière qu’inépuisable en opinions sans fin et
qui ont toujours faim.
 
Le renoncement au Seul Réel y est systématique,
puisque l’objet dont traite le discours du
politisme étatique ne fait que désigner un
réseau de signaux : droits, valeurs, démocratie,
égalité, etc., coupé de racine vers toute
confirmation ou infirmation dans le Réel.
Si bien que le langage politique étatique ne
nie jamais l’insignifiant et l’intègre de force
dans un réseau de signaux, car pour celui qui
parle politique, forcément étatique, tout comme
le psychotique paranoïaque, tout devenant ”valeur”
rien ne saurait être insignifiant, est également
en même temps le seul langage permettant en
toutes circonstances, D’ÉNONCER N’IMPORTE QUOI.

D’où le lien qui unie constitutionnellement et
forcément le tempérament doctrinaire, législatif,
au tempérament hypocrite, menteur, égoïste :
l’énonciation de ce que le doctrinaire politique
tient pour réalité n’étant possible qu’à la
condition d’aménager sans cesse des démentis (ou
par des manifestation populaires) offerts par
la Réalité elle-même ! Principe de la laïcité :
elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de
”profiter à l’intérêt général” (le DEHORS),
d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant
que cet accord existe déjà, comme s'il était inné
ou issue de Dieu. La laïcité française est un
killer en forme de neutralité qui déniera ce
qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin
de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer
puisqu’elle a dénié ce qu’elle était
en train de faire !

EGO = ÉCRITURE + DÉMESURE + NARCISSISME et
VIOLENCE. Comme écrivait Antonin Artaud dans le
Pèse-nerfs : ”Toute l’écriture est une cochonnerie.
Les gens qui sortent du vague pour essayer de
préciser quoi que ce soit de ce qui se passe dans
leur pensée, sont des cochons”
.

TOUTE PAROLE PARLE TROP, ET TUE L’INSTANT.
Les Ancien Chinois de l’école du Dhyana (chan,
méditation, contemplation) disaient : « Dès que
l’encre est sèche [langage écrit, établissement de
lois ou d’organisation, d’administration],
nos formules sont fausses ».
Ainsi les mots ne servent à rien, il ne correspondent
jamais à ce qu’ils s’efforcent d’exprimer.

PAS DE MEILLEUR ”DEHORS” QUE LE VERBE ET L’ÉCRIT.

La régression de la pensée par sa mode de la
”raison” qui déboucha par l’invention de l’ordinateur,
bien proche du concept récent d’”Histoire” (les infos)
nécessairement lié au langage, maintenant écrit, par
lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses
à une pensée sur les représentations des choses :
une pensée sur la pensée, la fameuse ”raison” à la
mode du siècle des loupiotes.
Comme l’écrivait Artaud, les mots ne sont que des
cochonneries, surtout politiques. Et avec l’ordinateur
c’est catastrophique par propagation en réseaux !

MOTS = NOMMER, et INNOMMABLE : ce qui est insaisissable
donc INNOMMABLE (infecte, dégoutant : Dieu caché est
innommable donc dégoûtant……)
Le SALE sera ce qui est caché, non-identifiable,
innommable, indéterminé.

L’anti-loi de succion : par la mort, ”quitter un jour
tout ce qu’on aime”
, ses objets-objectifs. Oh, là là !
Et ceux que je quitte n’en on pas non plus pour très
longtemps, sauf peut-être Monseigneur Laurent
Alexandre le Grand vieux d’un ”million d’années”
enfermé dans sa puce informatique toute rongée.
Bref, monde-objets du spatio-temporel puisque
temporel tout aussi fragile que ‘moi’ qui m’y
intéressait forcé par la loi de succion ou
attraction ”universelle” : le PLOMB, CET
HOLOCAUSTE LUI, TRÈS UNIVERSEL.

Quand on est mort, c’est nettement plus que les
”un million d’années” de Monseigneur Alexandre
le Grand.
De plus : POURQUOI LES CHOSES ONT ”LIEU” AU LIEU
DE N’AVOIR PAS LIEU ?
Puisqu’aucune chose n’a lieu comme l’exprime
l’entretien 264 : ”Dieu créa l’homme ; et l’homme
créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des
noms et des formes. Mais en réalité,
ni Dieu ni l’homme n’ont été créés”.
Alors aucune chose n’existe vraiment ni n’a jamais
existé, puisque sous menace d’être à jamais
renvoyé dans l’OUBLI, en sorte qu’il destruction
de l’espace-temps : soit destruction de la DIFFÉRENCE
OU DUALITÉ entre ”ceci s’est passé” et ”ceci ne s’est
pas passé”.

L’entretien 264 cité est clair : RIEN N’AURA EU LIEU.
Pas même Monseigneur Laurent Alexandre ni son
transhumanisme d’objets.

Le Plomb c’est à la fois Dieu et le Diable qui FONT
que ça organise PAR tous les deux : leur Pour-Voir
d’annuler ce qui a existé, et de faire en réalité
que ce qui existe n’est jamais d’existence (entretien
264).
Le monde ne souffre de finir en ”fin des Temps”,
IL SOUFFRE DE N’AVOIR JAMAIS COMMENCÉ !
La Preuve ? Mais le merdier actuel !!!

Le Seul Réel est sans histoire donc sans durée
(pas de mot ‘Fin’ sur l’écran).
Car ”Devenir”, c’est mettre en valeur le temps,
c’est ”en ajouter une couche”, ”broder”, tisser
“tirer son épingle du ‘je’”. Le messianisme ou
les religions du Salut, de la Rédemption,
sont d’authentique ”Devenir”, COMME S’IL Y
AVAIT UN MANQUE, OU UN RESTE EN TROP !
Bref, LE DANGER UN MINIMUM ! Comme la mise
en garde de Cyprian Piccolpassi dans Les trois
Livres de l’Art du Potier,
en note de bas de
page :  ”Grandes vertus gisant es chouses
petiotes créées par Dieu”
, valable et pour
Dieu et pour le Diable dans le MINIMUM, qui
implique à lui seul une prétention gigantesque
à se vouloir vivre ”un million d’années” comme
Monseigneur Laurent Alexandre le Grand, donc
à laisser un ”souvenir impérissable” !
et insignifiance en racine du mal par le DEHORS    
EN LA CONSÉQUENCE DE L’INSAISISSABLE de toutes
choses par rapport à l’ensemble des choses, tel
le dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif.


Effectivement les ”Petiotes Chouses” de Piccolpassi sont CACHÉES ET INSIGNIFIANTES et par là-même essentielles, parce qu’elles manquent complètement d’intérêt, n’ayant en elles rien qui puissent provoquer une loi de succion, en politique, en science, en psychologie, en spiritualité et en philosophie, et alors en économie qui calcul ses sous. Les ”Petiotes Chouses” sont nulles, elles échappent aux MOTS/MAUX, au langage et donc à l’écriture (comptable et racontable). Et c’est une performance très très très rare que de réussir à ne rien dire en ce monde du Pour-Voir, les infos, et de l’hystérie politique !!! Surtout réussir à ne jamais trahir une connivence envers une cause ou un intérêt quelconques. N’EST PAS INSIGNIFIANT QUI VEUT, surtout à nostre époque de ”réseaux sociaux” du narcissisme soumis aux industries du capitalisme et à leurs images industrielles.
L’Alchimie est justement cet INSIGNIFIANT puisque la Matière du Grand Œuvre que forcément ”on trouve partout” est surtout nommée : « Chose vile » ; « Corps Confus ou Imparfait » ; « Eau d’Urine » ; « Eau Visqueuse » ; « Fèces calcinées » ; « Femmes Prostituées » ; « Dangereux » ; « Douceur du Beurre » ; « Ténèbres », etc., la liste est très longue, et évidement varie en fonction des circonstances : un symbole n’est jamais fixe : on ouvre toujours, toujours, des PORTES.

Nul doute que le refus du GRATUIT et donc de L’INSIGNIFIANT, ne soit que l’aspect principal du refus du Seul Réel, un mécanisme essentiel de défense qui entre en jeu quand le Réel est perçu comme « PAS CUIT », donc CRU-EL.
Depuis un moment Nous sommes sous l’emprise de la LOI DE SUCCION VULGAIRE : LA SAISIE, OBTENIR QUELQUE CHOSE ; ET DE L’AUTRE CÔTÉ : REJETER QUOI QUE CE SOIT (cas actuel par exemple du wokisme (la palanquée de ”ismes” inhérente au réseautage par industries informatiques du capital : les Metoo, LGBT, Black Lives Matter, et autres ”ismes” anglo-américains du Dehors. Y-t-il un wokisme albanais à Tirana ?)
Dans l’INSIGNIFIANT, DANS LE GRATUIT, on ne veut pas, et on ne rejette pas.
Dans la Nature en son Essence, trouvez-vous le concept de manque et celui de reste ??? Seul le mental humain pouvait inventer ce concept identique à la racine du mal, le Dedans-Dehors qui engendre la saisie.
Les PETIOTES CHOUSES COMME LE CRIME OU LA VERTU NE LAISSENT PAS DE TRACE, sinon, il fallait inventer l’État et sa police !
Le VRAI cesse d’être vrai dès qu’il est vu, et exprimé par des mots/maux. Et c’est effectivement le mode du langage et des mots/maux qui est par là-même LIMITÉ une fois enfermé dans des noms-les-formes ou catégories. Limité, ce monde de la raison à la mode des loupiotes du 18è siècle français devra alors avoir une fin, et l’entretien 264 du Maharshi sera ainsi périmée.
Une Réalité forcément solide est que l’INFINIMENT PETIT est IDENTIQUE À L’INFINIMENT GRAND. Les lieux n’ont ni frontières hi surfaces étatiques. Limites et surfaces sont dissoutes, abandonnées au très loin.

L’insignifiant de la vie de tous les jours, comme le réveil, aller aux toilettes, se moucher, allumer la lampe, paraissent insignifiantes, pourtant cet INSIGNIFIANT COMPORTE TOUT LE COSMOS : ÊTRE DANS L’INSTANT, DANS LE ICI ET MAINTENANT.
Ramana Maharshi disait quelque fois : « ÊTES-VOUS NÉ ? ». Et en référence à l’entretien 264 : L’existence elle-même est une NON-EXISTENCE. La NON-EXISTENCE elle-même est L’EXISTENCE ; LA PREUVE. Bref, égalité dans la différence, et différence dans l’égalité (dans le cas de la résolution du dilemme du Moi-Individuel/Moi-Collectif).
INSIGNIFIANT : Le UN est le TOUT. Tous noms-les-formes ou images projetées sont UN sur l’écran de cinéma. Alors, où est le ”mieux”, ou est le manque, ou est le trop ???
- Un ingénieur déclara : « Les animaux semblent se conformer à leurs propres lois naturelles en dépit de leur milieu et des changements, tandis que l’homme transgresse constamment la loi sociale et n’est lié par aucun système défini. Il semble dégénérer alors que les animaux restent stables. N’en est-il pas ainsi ? »
- M. (après un long moment) : Les Upanishad et les Écritures affirment que les êtres humains ne sont que des animaux tant qu’ils ne sont pas réalisés. Peut-être même sont-ils pires.
(Ramana Maharshi, entretien 79 du 29-9-1935).
 
 

Dernière mise à jour : 01-06-2024 22:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >